Économie de la Guadeloupe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Économie de la Guadeloupe
Indicateurs économiques
Monnaie euro
Année fiscale
Organisations internationales Union européenne
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 8,597 milliards € (2010)
Produit intérieur brut en PPA
Rang pour le PIB en PPA en PPA par volume: 169 e (2005)
per capita : 100e (2003)
Croissance du PIB 2,6 % (2007)
PIB par habitant en PPA 19 002 € (2010)
PIB par secteur agriculture : 15 % (2002)
industrie : 17 % (2002)
services : 68 % (2002)
Inflation (IPC) 3,1 % (2005)
Pop. sous le seuil de pauvreté 12,5 %
Indice de développement humain (IDH) 32e(2000)
Population active 163 368 (2012)
Population active par secteur agriculture : 15 % (2002)
industrie : 20 % (2002)
services : 65 % (2002)
Taux de chômage 23,7 % (2009)
Principales industries construction, ciment, rhum, sucre, tourisme
Commerce extérieur
Exportations 889 millions € (2011)
Biens exportés
Principaux clients France métropolitaine (60 %), Martinique (18 %), États-Unis (4 %)
Importations 2,664 milliards € (2011)
Biens importés
Principaux fournisseurs France métropolitaine (63 %), Allemagne (4 %), États-Unis (3 %), Japon (2 %), Antilles néerlandaises (2 %)
Finances publiques
Dette publique
Dette extérieure
Recettes publiques
Dépenses publiques
Déficit public
Aide au développement
Sources :
[1], FMI

L'économie de la Guadeloupe est principalement axée autour de l'agriculture, l'industrie agro-alimentaire et le tourisme.

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

Régimes de banane en abondance sur l'île de Basse-Terre.

L'agriculture est le principal secteur de l'économie guadeloupéenne hérité de l'histoire de l'île au XVIIIe siècle et XIXe siècle avec le développement des habitations agricoles coloniales. La majeure partie de la surface agricole (environ 50 000 ha) est consacrée aux cultures dites d'exportation que sont la canne à sucre, les bananes, les melons, les avocats, les ananas, les corossols, les ignames, les oranges, les citrons, les aubergines, les caramboles ou les pamplemousses : toute la richesse des jardins créoles se retrouve sur les étals en bord de route. Mais l'exubérance des marchés masque les faiblesses de l'agriculture guadeloupéenne. La canne à sucre et la banane, les deux productions de l'île, sont en crise. Quant aux cultures fruitières et maraîchères, elles ne parviennent pas à couvrir les besoins des 390 000 Guadeloupéens. Chaque année, l'île doit importer environ 10 000 tonnes de fruits et de légumes. Il faut noter un déclin progressif de l'activité agricole devant la très rude concurrence des pays d'Amérique latine et d'Afrique, et ce à cause du faible coût de leur main d'œuvre. Les cultures vivrières sont quasiment inexistantes. Le secteur agricole survit aujourd'hui grâce aux subventions venant de l'Europe et grâce à certaines politiques "protectionnistes françaises".

Secteur secondaire[modifier | modifier le code]

Avec un tissu industriel fort réduit, l'essentiel de l'activité réside dans la transformation des produits agricoles (rhum de Guadeloupe, sucre, eaux Matouba ou Capès) et de produits d'importation (ciment, farine).

Secteur tertiaire[modifier | modifier le code]

Il est divisé principalement en deux branches : le secteur public qui regroupe les fonctionnaires (près de 25 % des actifs) et le tourisme. Le tourisme est très fortement dopé par les politiques françaises (politique fiscale sur l'investissement outre mer, déréglementation du trafic aérien). Toutefois, ce secteur est fortement mis à mal de nos jours par les très faibles coûts des autres destinations antillaises (Cuba, République dominicaine).

Bilan[modifier | modifier le code]

La Guadeloupe apparaît dans son environnement régional (la Caraïbe) comme un îlot de richesse, de par son taux d'alphabétisation, des prestations sociales et un système de santé équivalent à ceux des pays développés.

L'emploi en Guadeloupe[modifier | modifier le code]

L'Agence régionale guadeloupéenne pour l'emploi (ARGE) est un organisme d'insertion qui a pour objet d'accompagner les demandeurs d'emplois vers l'emploi, mettre à la disposition des entreprises et des collectivités une banque de cv, aider les entreprises dans leur gestion et leur politique de recrutement, soutenir les politiques d'emploi des collectivités locales et leur fournir une assistance technique en vue de résorber le chômage en Guadeloupe.

Les résultats du recensement de la population 1999 sont provisoires (octobre 1999). Les unités urbaines sont constituées selon la délimitation réalisée à l'occasion du recensement de la population 1990.

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]