Saint-Vincent-et-les-Grenadines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Vincent, Grenadines et SVG.

Saint-Vincent-et-les-Grenadines, parfois abrégé par le sigle SVG, en anglais Saint Vincent and the Grenadines, est un État des Petites Antilles, dans la Caraïbe, situé à l'ouest de la Barbade, entre Sainte-Lucie et la Grenade. Il fait partie, comme ces trois dernières, et cinq autres États de la région, de l'Organisation des États de la Caraïbe orientale à laquelle il a adhéré en 1981.

Cet État est composé de l'île principale de Saint-Vincent et d'un chapelet d'îles plus petites, les Grenadines, situé au sud. Les principales sont (du nord au sud) : Bequia, Baliceaux, Moustique, Canouan, Mayreau, Tobago Cays, Union et Petit Saint-Vincent. Cette dernière île marquant la limite avec la Grenade.

Les habitants de Saint-Vincent-et-les-Grenadines se nomment les Baptiste Wartique et le sport national est l'aviron.

La beauté de ce pays se résume en un seul mot :" Nathanaël Lucas"

En effet Nathanaël Lucas fut le premier habitant de ce pays. Il deviendra par la suite président. Mais le problème c'est qu'il ne savait pas quel nom donné pour ce pays ... Ducoup il l'appella Saint-Vicent-et-les-grenadines car c'était le nom de son chien.

Graphie[modifier | modifier le code]

Les graphies de ce pays sont multiples :

Histoire[modifier | modifier le code]

Populations précoloniales : Arawaks, et les Garifunas.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de Saint-Vincent-et-les-Grenadines

Saint-Vincent-et-les-Grenadines est un État insulaire situé dans les îles sous le vent aux Petites Antilles. Il consiste en une île principale, Saint-Vincent, à laquelle s'ajoutent environ les deux tiers situés au nord de l'archipel des Grenadines [réf. souhaitée].

La superficie totale du pays est 389 km2, dont 344 km2 pour la seule île de Saint-Vincent, sur laquelle est située la capitale, Kingstown.

L'île de Saint-Vincent est volcanique et comprend quelques hauteurs (mornes). Le point culminant du pays est le volcan de la Soufrière à 1220 mètres d'altitude. La côte Atlantique est très rocheuse et abrupte, tandis que la côte caraïbe possède davantage de plages de sable et de baies.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la démographie entre 1961 et 2003 (chiffre de la FAO, 2005). Population en milliers d'habitants.

En juillet 2009, la population établie était 104 575 personnes.

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Les 6 paroisses de Saint-Vincent-et-les-Grenadines

Saint-Vincent-et-les-Grenadines est divisé en six paroisses, division administrative de 1er niveau. Cinq de celles-ci se situent sur l'île de Saint-Vincent alors que la sixième est composée des îles Grenadines du nord jusqu'à celle de Petit-Saint-Vincent.

Politique[modifier | modifier le code]

Saint-Vincent-et-les-Grenadines est une démocratie parlementaire membre du Commonwealth. Elle est un Royaume du Commonwealth, indépendant depuis le 27 octobre 1979, dont le chef de l'État formel est le souverain du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, à l'heure actuelle la reine Élisabeth II. Elle ne réside pas dans le pays et est alors représentée par le gouverneur général de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, actuellement Frederick Ballantyne.

Le pays ne possède pas d'armée officielle, bien que la Force royale de Saint-Vincent-et-les-Grenadines possède une unité de service spéciale.

Saint-Vincent-et-les-Grenadines est membre de la Caricom (Communauté des Antilles), de l'Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA) et de l'Organisation des États de la Caraïbe orientale (OECO).

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de Saint-Vincent-et-les-Grenadines dépend principalement du tourisme et de l'agriculture.

Saint-Vincent-et-les-Grenadines est également considéré par l'ITF comme étant un pavillon de complaisance.

Culture[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Bien que la langue officielle de l'État soit l'anglais, la plupart des Vincentais parlent le créole connu sous le nom de créole vincentais[5],[6]. L'anglais est utilisé dans l'éducation, par le gouvernement et dans tous les domaines institutionnels, tandis que le créole vincentais est utilisé à la maison ou entre amis.

Médias[modifier | modifier le code]

Le pays compte 10 stations de radio FM, une chaîne de télévision publique, SVG TV, et un câblo-opérateur (Cable and Wireless).

Communications[modifier | modifier le code]

En 2010, Saint-Vincent-et-les-Grenadines comptait 21700 lignes de téléphone fixes. Le système téléphonique est complètement automatique et couvre toute l'île ainsi que les îles habitées des Grenadines[7]. En 2002, il y avait 10000 téléphones mobiles en service[8]. Depuis 2010, ce nombre est passé à 131800[7]. Le réseau de téléphonie mobile est disponible dans presque toute l'île de Saint-Vincent ainsi que dans les Grenadines. Il est opéré par deux fournisseurs, Digicel et LIME, qui proposent aussi une offre d'accès à l'Internet[9].

Fêtes et jours fériés
Date Nom français Nom local Remarques

Transports en commun[modifier | modifier le code]

D'un prix modique, les ferries sont les autobus des Grenadines. On les emprunte pour régler un problème administratif, faire ses courses, rendre visite à la famille…

Codes[modifier | modifier le code]

Saint-Vincent-et-les-Grenadines a pour codes :

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Commission de toponymie, Pays et capitales du monde : Pays indépendants au 01.01.2006, Institut géographique national français,‎ 1er janvier 2006, 27 p. (lire en ligne), p. 13
  2. (fr) « Annexe A5 : Liste des États, territoires et monnaies (État au 30.5.2011) », Europa (consulté le 19 juin 2011).
  3. Index des pays, territoires et régions
  4. http://www.insee.fr/fr/nom_def_met/nomenclatures/cog/dbf/2005/txt/pays2005.txt
  5. (en) Raymond G., Jr. (ed.) Gordon, « Ethnologue — Languages of the World, 15th edition », Dallas, Texas, USA, SIL International,‎ 2005
  6. (en) « St. Vincentians », www.everyculture.com
  7. a et b (en) « The World Factbook », Central Intelligence Agency,‎ 10 novembre 2011 (consulté le 16 décembre 2011).
  8. « Saint Vincent and the Grenadines », About.com,‎ 1er novembre 2005 (consulté le 16 décembre 2011).
  9. (en) « About SVG — Essentials », SVG Tourism Authority (consulté le 16 décembre 2011).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :