Énergie renouvelable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les énergies renouvelables (EnR en abrégé) sont des sources d'énergies dont le renouvellement naturel est assez rapide pour qu'elles puissent être considérées comme inépuisables à l'échelle de temps humaine. L'expression énergie renouvelable est la forme courte et usuelle des expressions « sources d'énergie renouvelables » ou « énergies d'origine renouvelable » qui sont plus correctes d'un point de vue physique.

Définitions[modifier | modifier le code]

Différents types d'énergies renouvelables.

Le soleil est la principale source des différentes formes d'énergies renouvelables : son rayonnement est le vecteur de transport de l'énergie utilisable (directement ou indirectement) lors de la photosynthèse, ou lors du cycle de l'eau (qui permet l'hydroélectricité) et l'énergie des vagues (énergie houlomotrice) la différence de température entre les eaux superficielles et les eaux profondes des océans (énergie thermique des mers) ou encore la diffusion ionique provoquée par l’arrivée d’eau douce dans l’eau salée de la mer (énergie osmotique). Cette énergie solaire alliée à la rotation de la terre est à l'origine des vents (énergie éolienne) et des courants marins (énergie hydrolienne).

La chaleur interne de la Terre (géothermie) est assimilée à une forme d'énergie renouvelable, et le système Terre-Lune engendre les marées des océans et des mers permettant la mise en valeur de l'énergie marémotrice.

L'énergie solaire comme la chaleur interne de la Terre proviennent de réactions nucléaires (fusion dans le cas du soleil, fission dans celui de la chaleur interne de la Terre). Seule l'énergie gravitationnelle ne découle pas de l'activité nucléaire.

Les combustibles fossiles ou minéraux (matériaux fissiles) ne sont pas des sources d'énergie renouvelables, les ressources étant consommées à une vitesse bien supérieure à la vitesse à laquelle celles-ci sont naturellement créées ou disponibles.

Il est question d'EnR&R lorsque l'on ajoute aux énergies renouvelable les énergies de récupération[1].

Aperçu général[modifier | modifier le code]

Afin de rattraper le retard pris par rapport aux objectifs de Rio de Janeiro et Kyoto, l'ONU a proposé en 2011 comme objectif de produire 30 % de l'énergie utilisée en 2030 grâce à des énergies renouvelables, contre 13 % en 2010[2].

Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), la part des énergies renouvelables dans la production mondiale d'énergie primaire était en 2011 de 13,3 % (biomasse et déchets : 10 % ; hydroélectricité : 2,3 % ; autres, dont solaire et éolien : 1 %)[3] ; cependant, les conventions utilisées par l'AIE minorent la part des énergies renouvelables électriques dans la production d'énergie primaire (voir bilan énergétique).

Quant à l'Energy Information Administration (EIA), ses conventions sont plus conformes à la part réelle des énergies renouvelables électriques dans la consommation finale d'énergie, mais elle ignore presque complètement l'apport des énergies renouvelables thermiques (biomasse, solaire thermique, pompes à chaleur, etc) qu'elle réduit aux biocarburants ; elle évalue la part des énergies renouvelables dans la production mondiale d'énergie primaire à 10,7 % en 2010, dont 6,3 % pour l'hydroélectricité[4]. Les graphiques ci-dessous illustrent les estimations de l'EIA pour la production d'électricité :

Production électricité dans le monde.svg Production électricité énergies renouvelables dans le monde.svg

En ce qui concerne la production d'électricité, Observ'ER évalue la part des énergies renouvelables à 20,8 % en 2012[5] :

Évolution de la production brute d'électricité des énergies renouvelables (TWh)[5]
Source 2002 2009 2010 2011 2012 part 2012* 2012/2011 2012/2002**
Hydraulique 2 706 3 329 3 514 3 531 3 663 16,2 % +3,8 % +3,1 %
dont pompage-turbinage 80 76 78 76 74 0,3 % ns ns
Éoliennes 52,5 276 351 451 534 2,4 % +18,3 % +26,1 %
Biomasse 147 247 289 308 326 1,4 % +6 % +8,3 %
Solaire 1,7 21 33,5 63 105 0,5 % +65,5 % +50,6 %
Géothermie 52,2 67,4 68,5 69,3 70,4 0,3 % +1,5 % +3 %
Énergies marines 0,57 0,53 0,56 0,56 0,54 0,002 % -3,7 % -0,5 %
Production brute EnR 2 960 3 941 4 257 4 423 4 699 20,8 % +6,2 % +4,7 %
Part EnR/prod.élec.* 18,3 % 19,5 % 19,8 % 19,9 % 20,8 %
Prod.totale électricité 16 174 20 178 21 488 22 173 22 613 100 % +2,0 % +3,4 %
dont fossile 10 512 13 501 14 423 15 113 15 394 68,1 % +1,9 % +3,9 %
dont nucléaire 2 661 2 696 2 756 2 581 2 464 10,9 % -4,5 % -0,8 %
* part 2012 : part dans la production totale d'électricité ; ** 2012/2002 : taux de croissance moyen annuel.

Selon les prévisions 2013 de l'Agence internationale de l'énergie[6], au rythme actuel de son développement, en 2020, la production d’électricité d’origine EnR atteindra 24 % de la production électrique contre 20 % en 2011, dépassera en 2018 la part du gaz naturel[7] et produira deux fois plus d’électricité que le nucléaire. Dans la production totale d'énergie, les renouvelables passeront de 13 % en 2011 à 14 % en 2020. Mais dans le monde, de manière générale, le charbon restera dominant. L'AIE présente deux autres scénarios :

  • le scénario "New Policies" (nouvelles politiques) évalue l'effet que pourraient avoir des politiques plus déterminées de lutte contre le réchauffement climatique (cf détail des "quatre mesures" ci-dessous) : la part des renouvelables atteindrait 15 % en 2020 et 18 % en 2035 dans l'énergie primaire, 26 % en 2020 et 31 % en 2035 dans la production d'électricité ;
  • le scénario "450" décrit les mesures coordonnées au niveau mondial qui devraient être appliquées afin de limiter la concentration des gaz à effet de serre dans l'atmosphère à 450 ppm CO2-eq : la part des renouvelables atteindrait 16 % en 2020 et 26 % en 2035 dans l'énergie primaire, 28 % en 2020 et 48 % en 2035 dans la production d'électricité.

En 2013, Maria van der Hoeven, directrice exécutive de l'AIE, déplore la décision de certains pays européens de réduire leur soutien aux énergies renouvelables dans le contexte de crise économique et climatique[8] , qui au contraire devrait leur être favorable[9]. Le 5 juillet 2013, l’AIE a recommandé[10] quatre mesures urgentes et "sans regret", « qui ne devraient pas menacer la croissance économique » :

  1. investir dans l’efficacité énergétique dans le bâtiment, l’industrie et les transports, ce qui pourrait représenter jusqu’à 49% des gisements de réduction,
  2. mettre fin à la construction et à l’utilisation des centrales à charbon les moins efficaces,
  3. réduire les émissions de méthane dans la production d’hydrocarbures,
  4. éliminer les subventions aux énergies fossiles.

Les différents types d’énergies renouvelables[modifier | modifier le code]

Énergie solaire[modifier | modifier le code]

Le soleil, principale source des différentes formes d’énergies renouvelables disponibles sur terre.
Diagramme donnant le niveau d’irradiance solaire arrivant à la surface de la terre
Irradiance solaire sur la Terre.

Le soleil émet un rayonnement électromagnétique dans lequel se trouvent notamment les rayons cosmiques, gamma, X, la lumière visible, l’infrarouge, les micro-ondes et les ondes radios en fonction de la fréquence d’émission. Tous ces types de rayonnement électromagnétique véhiculent de l’énergie [11] p. 88. Le niveau d’irradiance (le flux énergétique) mesuré à la surface de la Terre dépend de la longueur d’onde du rayonnement solaire.

Deux grandes familles d'utilisation de l'énergie solaire à cycle court se distinguent :

  • l'énergie solaire thermique, utilisation de la chaleur transmise par rayonnement,
  • l'énergie photovoltaïque, utilisation du rayonnement lui-même pour produire de l'électricité.

Énergie solaire thermique[modifier | modifier le code]

Gâteau dans un four solaire
Four solaire Global Sun Oven
Chauffe-eau solaire
Chauffe-eau solaire
Article détaillé : Énergie solaire thermique.

Dans les conditions terrestres, le rayonnement thermique se situe entre 0,1 et 100 micromètres. Il se caractérise par l’émission d’un rayonnement au détriment de l’énergie calorifique du corps émetteur. Ainsi, un corps émettant un rayonnement thermique diminue son énergie calorifique et un corps recevant un rayonnement thermique augmente son énergie calorifique. Le soleil émet principalement dans le rayonnement visible, entre 0,4 et 0,8 micromètre[11] p. 89. Ainsi, en entrant en contact avec un corps, le rayonnement solaire augmente la température de ce corps. On parle ici d’énergie solaire thermique. Cette source d’énergie est connue depuis très longtemps et utilisée par exemple pour réchauffer ou sécher des objets (y compris le corps humain) en les exposant au soleil.

L'énergie thermique peut être utilisée directement ou indirectement :

L'énergie solaire thermique peut également être utilisée pour la cuisine. Apparue dans les années 1970, la cuisine solaire consiste à préparer des plats à l'aide d'un cuiseur ou d'un four solaire. Les petits fours solaires permettent des températures de cuisson de l'ordre des 150 °C, les paraboles solaires permettent de faire les mêmes plats qu'une cuisinière classique à gaz ou électrique.

À grande échelle, la Fondation Desertec construit dans le Sahara des centrales solaires thermiques à concentration. D'après ses ingénieurs, « les déserts de la planète reçoivent toutes les 6 heures du soleil l’équivalent de ce que consomme l’humanité chaque année » et quelques centaines de km² d'étendue désertique pourrait satisfaire l'ensemble des besoins énergétiques de la planète[12].

Énergie photovoltaïque[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Énergie solaire photovoltaïque.

L’énergie photovoltaïque se base sur l’effet photoélectrique pour créer un courant électrique continu à partir d’un rayonnement électromagnétique. Cette source de lumière peut être naturelle (soleil) ou artificielle (une ampoule). L'énergie photovoltaïque est captée par des cellules photovoltaïques, un composant électronique qui produit de l'électricité lorsqu'il est exposé à la lumière. Plusieurs cellules peuvent être reliées pour former un module solaire photovoltaïque ou un panneau photovoltaïque. Une installation photovoltaïque connectée à un réseau d'électricité se compose généralement de plusieurs panneaux photovoltaïques, leur nombre pouvant varier d'une dizaine à plusieurs milliers.

Il existe plusieurs technologies de modules solaires photovoltaïques :

  • les modules solaires monocristallins possèdent le meilleur rendement au m² et sont essentiellement utilisés lorsque les espaces sont restreints et pour optimiser la production d'une centrale photovoltaïque.
  • les modules solaires polycristallins représentent une technologie proposant des rendements plus faibles que la technologie monocristalline.
  • les modules solaires amorphes sont des panneaux solaires proposant un rendement largement inférieur aux modules solaires cristallins. Cette solution nécessite donc une plus grande surface pour la même puissance installée.

En France, l'énergie photovoltaïque est produite par de nombreux opérateurs (particuliers, propriétaires de bâtiments industriels ou agricoles…) qui vendent l'électricité produite par leur installation aux fournisseurs d'électricité qui sont soumis à une obligation d'achat[13], à des conditions tarifaires régies par la loi. Les tarifs d'achat sont fixés par le ministre chargé de l'énergie après consultation de la CRE, de façon à stimuler l’investissement par ces opérateurs tout en limitant les "effets d’aubaines" ; le surcoût découlant de ces tarifs d'achat est mis à la charge des consommateurs d'électricité via la CSPE.

Énergie éolienne[modifier | modifier le code]

Moulins à vent.
Article détaillé : Énergie éolienne.

L’activité solaire est la principale cause des phénomènes météorologiques. Ces derniers sont notamment caractérisés par des déplacements de masses d’air à l’intérieur de l’atmosphère. C’est l’énergie mécanique de ces déplacements de masses d’air qui est à la base de l’énergie éolienne. L’énergie éolienne consiste ainsi à utiliser cette énergie mécanique.

Des voiliers ont été utilisés dès l’Antiquité, comme en témoigne la Barque solaire de Khéops. Jusqu’au milieu du XIXe siècle, l’essentiel des déplacements nautiques à moyenne et longue distance se sont faits grâce à la force du vent. Un dérivé terrestre n’ayant d’usage que sportif a été rendu possible par les techniques modernes : le char à voile.

L’énergie éolienne a aussi été vite exploitée à l’aide de moulins à vent équipés de pales en forme de voile, comme ceux que l’on peut voir aux Pays-Bas ou encore ceux mentionnés dans Don Quichotte. Ces moulins utilisent l’énergie mécanique pour actionner différents équipements. Les moulins des Pays-Bas actionnent directement des pompes dont le but est d’assécher ou de maintenir secs les polders du pays. Les meuniers utilisent des moulins pour faire tourner une meule à grains.

Aujourd’hui, ce sont les éoliennes qui prennent la place des moulins à vent. Les éoliennes transforment l’énergie mécanique en énergie électrique, soit pour l’injecter dans un réseau de distribution soit pour être utilisée sur place (site isolé de réseau de distribution). Pour résoudre le problème d'espace, elles sont de plus en plus souvent placées en mer[12].

L'éolien se développe également de plus en plus à l'échelle individuelle. En effet, le petit éolien devient très rentable[réf. nécessaire], les fabricants proposant des génératrices de plus en plus performantes, et aux prix de plus en plus abordables. Le petit éolien est généralement utilisé pour produire de l'électricité qui sera consommée directement sur place. En effet, le tarif d'achat de l'électricité mis en place n'est pas avantageux pour le petit éolien. De plus, pour bénéficier du tarif d'achat d'EDF, il faut que l'éolienne soit placée en Zone de Développement Éolien, ce qui limite les possibilités à l'échelle individuelle.

Demain, de nouvelles turbines iront chercher les vents d'altitude, plus puissants, plus réguliers. Magenn, Kite Gen, et Skywindpower s'élèveront à 300 m, 1 200 m ou 5 000 m pour produire jusqu'à 100 fois plus d'électricité qu'une éolienne actuelle[12].

Énergie hydraulique[modifier | modifier le code]

Un moulin à eau.
Article détaillé : Énergie hydraulique.

À l’instar de l’énergie éolienne, les énergies hydrauliques (à l'exception de l'énergie marémotrice) ont leur origine principale dans les phénomènes météorologiques et donc l'énergie solaire. Le soleil provoque l'évaporation de l’eau, principalement dans les océans et en libère une partie sur les continents à des altitudes variables. On parle du cycle de l'eau pour décrire ces mouvements. L’eau (en fait, la vapeur d'eau) possède, en altitude, une énergie potentielle de pesanteur ; cette énergie peut être captée et transformée dans des barrages hydroélectriques, lors du retour de l’eau vers les océans. Avant l’avènement de l’électricité, les moulins à eau permettaient de capter cette énergie mécanique pour entrainer des machines ou des outils (machines à tisser, moulins à moudre le blé…).

Depuis l’invention de l’électricité cette énergie mécanique est transformée en énergie électrique ; l'hydroélectricité est après la biomasse la deuxième énergie renouvelable : selon l'Agence internationale de l'énergie, elle fournit 2,3 % de l'énergie primaire produite dans le monde en 2011, sur un total de 13,3 % d'énergies renouvelables[3].

D'autres énergies hydrauliques existent et proviennent généralement de sources marines :

  • Énergie des vagues : elle est produite par le mouvement des vagues et peut être captée par des dispositifs tels le Pélamis, sorte de ver en métal articulé ou le Searev. Leur puissance correspond à celle d'une petite éolienne[12].
  • Énergie marémotrice : elle est produite par le mouvement de l’eau créé par les marées (variations du niveau de la mer, courants de marée),
  • Énergie hydrolienne : elle est issue de l'utilisation des courants sous marins,
  • Énergie thermique des mers : elle est produite en exploitant la différence de température entre les eaux superficielles et les eaux profondes des océans,
  • Énergie osmotique : elle a pour origine la diffusion ionique qui a lieu lors de l’arrivée et du mélange d’eau douce dans l’eau salée de la mer [14]. L’idée remonte aux années 1970, c'est donc une énergie nouvelle, elle consiste à tirer parti du phénomène d'osmose qui se produit lors du mélange d'eau de mer et d'eau douce (grâce à leur salinité différente). La première centrale osmotique a été ouverte à Hurum en Norvège par la société Statkraft à l'embouchure du Fjord d'Oslo au bord de la Mer du Nord. Il s'agit encore d'un prototype destiné à tester la fiabilité du processus et à en améliorer le rendement, mais l'ouverture d'une première centrale industrielle est prévue pour 2015. Une centrale de la taille d’un terrain de football pourrait produire de l’électricité pour 30 000 ménages. D'après l'entreprise, à terme 50 % de la production électrique de l’Union Européenne pourrait être d'origine osmotique[12].

Biomasse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Biomasse (énergie).

Indirectement, il s’agit d’énergie solaire stockée sous forme organique grâce à la photosynthèse. Elle est exploitée par combustion ou métabolisation. Cette énergie est renouvelable à condition que les quantités brûlées n’excèdent pas les quantités produites ; cette condition n'est pas toujours remplie. On peut citer notamment le bois et les biocarburants.

Jusqu'au XVIIIe siècle, la biomasse était la principale ressource énergétique utilisée par l'humanité, en particulier sous forme de bois ; c'est encore aujourd'hui, et de loin, la principale énergie renouvelable : selon l'Agence internationale de l'énergie, la biomasse et les déchets fournissent 10 % de l'énergie primaire produite dans le monde, sur 13,3 % d'énergies renouvelables[3]. Mais cette ressource produit de nombreux polluants et a l'inconvénient majeur d'exiger des surfaces considérables pour sa production, du fait de la faible efficacité énergétique de la photosynthèse : 3 à 6 %[15] contre, par exemple, 14 à 16 % pour une cellule photovoltaïque en silicium monocristallin[16] ; et surtout, sa production entre en conflit avec la production vivrière ; l'utilisation énergétique de la biomasse restera donc toujours limitée par ces multiples contraintes.

Des cyano-bactéries modifiées pourraient convertir de l'énergie solaire en carburant et consommer du CO2. Cette technique et l'utilisation de ce carburant équilibreraient la production et la consommation de CO2. Par génie génétique, une entreprise a créé et améliore peu à peu cette technique[17].

Une équipe de recherche de l'université Stanford a montré que la production d'électricité à partir de la biomasse serait plus rentable économiquement et écologiquement que leur transformation et leur utilisation dans les transports en tant que bio-carburant. Pour ce faire, Elliott Campbell et ses collègues ont comparé l’impact et le rendement de la production de l’électricité et de l’éthanol, de leur utilisation mais aussi du cycle de vie des voitures électriques et à moteur thermique. D'après eux, l’option électrique émet deux fois moins de CO2 que l’option bio carburant et 1 hectare de culture permet de parcourir 52 000 km à l’électricité contre 31 000 km à l’éthanol[18]. Pourtant ce constat ne rassure en rien sur les problèmes d'utilisation des sols et d'alimentation mondiale[12].

Énergie géothermique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géothermie.

Un des témoignages les plus anciens date de 2 000 ans avant Jésus-Christ, avec dans les îles Lipari (Italie) l'exploitation d'eau naturellement chaude pour les thermes.

Le principe consiste à extraire l’énergie géothermique contenue dans le sol pour l’utiliser sous forme de chauffage ou pour la transformer en électricité. Dans les couches profondes, la chaleur de la Terre est produite par la radioactivité naturelle des roches du noyau et de la croûte terrestre : c’est l’énergie nucléaire produite par la désintégration de l’uranium, du thorium et du potassium[19].

Par rapport à d’autres énergies renouvelables, la géothermie profonde ne dépend pas des conditions atmosphériques (soleil, pluie, vent).

En 2012, les trois premiers producteurs sont les États-Unis (27,9 %), les Philippines (14,6 %) et l'Indonésie (11,2 %) et quatre autres pays ont une production importante : la Nouvelle-Zélande, le Mexique, l'Italie et l'Islande[20]. L'Indonésie possède le plus grand potentiel (27 gigawatts, soit 40 % des réserves mondiales)[21].

Pour autant le géothermique comporte lui aussi des risques au niveau humain. Les techniques évoluent et permettent de chercher la chaleur à de plus grandes profondeurs. Il a été montré que la modification des pressions dans les sous-sols avait un impact sur l'activité sismique. La fréquence des tremblements de terre mais aussi leur puissance peut être augmentée à cause de l'exploitation de cette énergie[22],[12].

La géothermie très basse énergie exploite la chaleur de la couche superficiel du sol, qui provient non pas des profondeurs de la croûte terrestre, mais du soleil et du ruissellement de l'eau de pluie ; elle est utilisée pour :

  • la climatisation passive avec par exemple le système du puits provençal, le puits canadien, etc ;
  • le chauffage et la climatisation avec la pompe à chaleur géothermique, qui se développe en particulier en Allemagne, en Suède et en France ; ces pompes à chaleur sont considérées comme exploitant une énergie partiellement renouvelable car une grande partie de l’énergie qu’elles fournissent provient de l'énergie solaire emmagasinée chaque été dans la terre par le soleil, et comme des systèmes efficaces de production de chaleur car elles assurent une production d’énergie thermique très supérieure à l’énergie électrique consommée.

En France, la programmation pluriannuelle des investissements de production de chaleur a fixé des objectifs très ambitieux pour la géothermie : une multiplication par 6 de la production de chaleur à partir de géothermie entre 2006 et 2020[23].

Avantages escomptés[modifier | modifier le code]

La civilisation moderne est très dépendante de l'énergie et spécialement des énergies non renouvelables, qui s'épuiseront tôt ou tard. Passer d'une ressource actuellement non renouvelable à une ressource renouvelable suscite des espoirs, certains justifiés, d'autres moins.

Avantages en termes géopolitiques et de sécurité[modifier | modifier le code]

Selon une étude[24] de 2007 commandée par le ministère de l'Environnement allemand, comparativement aux grandes centrales énergétiques thermiques (dont nucléaire) et hydroélectrique qui centralisent la production énergétique, les énergies propres, sûres, renouvelables quand elles sont décentralisées présentent de nombreux intérêts en termes de sécurité énergétique, intérieure, militaire et civile, en matière de risque terroriste, de même que pour la sécurité climatique, le développement, les investissements et les marchés financiers. Cette étude date déjà puisque aujourd'hui la taille des centrales éoliennes et solaires s'approche de plus en plus de celle des grandes centrales thermiques, et qu'elles exigent la construction de lignes à haute tension pour le transport de leur production vers les centres de consommation et l'exportation de leurs excédents.

Les énergies renouvelables sont une source de sécurité dans les domaines économiques, sociaux et environnementaux[25].

Dans le cas où les énergies renouvelables sont substituées aux énergies fossiles, elles favorisent l'indépendance énergétique. Il est donc possible qu'elles participent à la réduction des conflits liés aux intérêts énergétiques.

Autres avantages[modifier | modifier le code]

On attribue souvent aux énergies renouvelables des caractéristiques favorables (qu'elles peuvent mériter ou non), telles que

  • la sûreté (faible risque d'accident, faibles conséquences d'un éventuel accident,…).
  • la propreté (peu voire pas du tout de déchets, peu dangereux et facile à gérer : recyclables, par exemple)
  • la décentralisation (développement local des territoires, réserve d'emplois locaux non délocalisables, etc. ; fin 2012, pour l'UE-27, le marché total des énergies renouvelables représentait près de 1,2 million d'emplois (dans le photovoltaïque, la biomasse solide et l'éolien surtout, pour un chiffre d'affaires cumulé (toutes EnR confondues) évalué à plus de 137 milliards d'euros[26].) ;
  • le respect de l'environnement, lors de la fabrication, pendant le fonctionnement, et en fin de vie (démantèlement).

Pour ces caractéristiques, c'est chaque filière, voire chaque cas séparément, qu'il convient d'examiner pour vérifier si on peut ou non lui attribuer le bienfait supposé, et si oui, dans quelle mesure. Par exemple :

  • l'énergie éolienne peut certainement être considérée comme une production locale au Danemark (bien qu'elle soit très dépendante des échanges d'électricité avec la Norvège et la Suède pour compenser son irrégularité par le recours aux barrages hydroélectriques de ces deux pays), mais pas dans un pays qui importe la technique, les capitaux, et les hommes pour faire fonctionner les machines ;
  • de même, l'énergie solaire perd ses atouts en termes de décentralisation, d'emploi et d'indépendance énergétique depuis la vague de faillites parmi les producteurs européens causée par l'arrivée massive des concurrents chinois à très bas coûts ;
  • les biocarburants ont un impact environnemental et social contesté (concurrence avec la production alimentaire, dépenses énergétiques très importantes pour le transport et la transformation des matières premières) ;
  • les installations hydroélectriques, outre les destructions provoquées par l'engloutissement d'une vallée, peuvent se rompre (entre 1959 et 1987, trente accidents ont fait 18 000 victimes dans le monde, dont plus de 2 000 morts en Europe[27])
  • les terres rares utilisées pour la fabrication des éoliennes (néodyme et dysprosium pour les alternateurs) et des cellules photovoltaïques (gallium, indium, etc)sont sources de pollutions très importantes au niveau de leur extraction ; de plus, leurs réserves limitées laissent prévoir des conflits pour l'accès aux ressources.

Par ailleurs, dans tous les cas, les énergies renouvelables réduisent la production de CO2 à hauteur de l'énergie non renouvelable qu'elles remplacent. Cependant, elles peuvent rester responsables d'autres émissions de gaz à effet de serre pour leur mise en place (fabrication et installation des équipements) ou dans le cadre de leur fonctionnement, chaque technique devant être là encore examinée séparément.

Contraintes et limites[modifier | modifier le code]

Nuisances et pollutions[modifier | modifier le code]

Le terme d'énergie renouvelable est souvent assimilé à celui d'énergie propre ou « propre et sûre ». La définition est différente : une énergie propre ne produit pas ou peu de polluant, ou bien elle produit des polluants qui disparaissent rapidement sans conséquences pour l'environnement. Une énergie renouvelable n'est pas nécessairement propre[28], et inversement : par exemple, la collecte et la combustion de la biomasse peut produire des nuisances (déforestation, réduction de biodiversité, etc.) et des polluants (NOx, suies, dioxines, etc., c'est notamment le cas de la biomasse solide comme le bois)[29],[30]. Il n'y a donc que des sources d'énergie plus ou moins nuisibles suivant les circonstances[31].

Disponibilité[modifier | modifier le code]

Si, selon la formule latine « sol lucet omnibus » - le soleil éclaire tout, la plupart des énergies disponibles dépendent du climat et des conditions géographiques et ne sont disponibles ni partout, ni tout le temps, ni toujours à des coûts économiquement acceptables.

En particulier l’énergie solaire n’est disponible que de jour (soit 50 % du temps en moyenne sur une année à l'équateur, proportion qui diminue inversement à la latitude : le soleil disparaît même durant certains mois quand on se rapproche des pôles ; de plus, l'intensité du rayonnement solaire est fortement réduite à chaque passage nuageux. Le vent ne souffle que lorsque existent des différences de pression atmosphérique ; il peut disparaître complètement pendant des jours, voire des semaines lors des périodes anticycloniques.

Une étude laisse penser qu'il serait possible de répondre en 20 à 40 ans à tous les besoins énergétiques par des sources renouvelables et plus propres, avec les technologies d'aujourd'hui, en occupant 0,4 pour cent de la surface du globe, à un coût à peu près comparable à celui des énergies fossiles et nucléaires, mais avec un effort de transformation des réseaux de production, stockage et transport de l'énergie très important, ce qui demande une forte volonté sociétale et politique[32]. Pour les États-Unis, ce serait un effort de mobilisation « comparable au projet Apollo de voyage sur la lune ou à la construction de tout le réseau routier inter-État »[32].

Impact sur le réchauffement climatique[modifier | modifier le code]

Lorsqu'on ne tient pas compte du potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre des modes actuels de production et d'utilisation de l'énergie, les énergies propres et renouvelables sont parfois présentées comme une solution au problème du réchauffement climatique. En réalité, il faut considérer deux aspects complémentaires des politiques de la maîtrise de l'énergie : les économies d'énergie d'une part et les énergies renouvelables d'autre part ; ceci de façon à diminuer la consommation d'énergies fossiles.

Selon le scénario énergétique sur les potentiels respectifs, en économies d'énergie et en énergies renouvelables, des experts de Greenpeace pour 2030, l'éolien et le solaire représenteraient à eux deux environ 3 % de la production d'énergie mondiale[33].

Selon Jean-Marc Jancovici[34], le développement des énergies renouvelables ne suffira pas à éviter une importante diminution des consommations d'énergie : « malgré les renouvelables, des changements de nos modes de vie lui semblent nécessaires »[35].

Des sources académiques sur le sujet ont montré qu'un scénario énergétique entièrement renouvelable permettant de garantir la qualité de vie des pays développés à l'ensemble de la population mondiale était techniquement faisable avec les meilleures techniques disponibles actuellement en matière d'efficacité énergétique[36]. Toutefois ces études ne se sont intéressées qu'aux aspects environnementaux, industriels et techniques et n'abordent pas les questions de financement, d'acceptabilité sociale et de risques géopolitiques liées à un tel changement.

Intégration éco-paysagère[modifier | modifier le code]

Éoliennes dans la campagne allemande.

Un développement significatif des énergies renouvelables aura des effets sur les paysages et le milieu, avec des différences sensibles d'impact écologique ou paysager selon l'installation concernée et selon que le milieu est déjà artificialisé ou que l'aménagement projeté vise un espace encore sauvage. Les impacts paysagers et visuel sont pour partie subjectifs.

La construction des grandes installations (type centrale solaire) a toujours un impact sur le paysage. On cite souvent les grandes éoliennes, et plus rarement les toitures solaires. C'est pourquoi des efforts sont faits pour tenter de mieux intégrer ces installations dans le paysage (peindre les éoliennes en vert dans leur partie basse et en bleu pâle dans leur partie supérieure par exemple). Une production décentralisée peut aussi diminuer le besoin de pylônes et lignes à haute tension, mais l'expérience des pays déjà largement engagés dans les énergies renouvelables montre qu'au contraire elles accroissent les besoins en lignes à haute tension. Les réseaux moyenne tension peuvent être enterrés.

Risques pour la faune[modifier | modifier le code]

La construction d'un barrage hydroélectrique a des conséquences lourdes : inondation de vallées entières, modification profonde de l'écosystème local. De plus, les barrages hydroélectriques font obstacle à la migration des poissons, ce qui représente un problème pour les fleuves du nord-ouest de l'Amérique du Nord, où les populations de saumons ont été réduites de manière importante. Ce problème a cependant été largement atténué par la construction de passe à poissons et la réduction des populations est due surtout à d'autres facteurs : surpêche, pollution, mortalité accrue en mer, etc.

On a également accusé les éoliennes de représenter un danger pour les oiseaux (bien qu'une éolienne tue 0 à 3 oiseaux par an alors qu'un kilomètre de ligne à haute tension en tue plusieurs dizaines par an, il y en a 100 000 km en France). En fait, il semblerait que le plus gros risque soit pour les chauves-souris[37].

Les éoliennes à axe vertical, type Savonius hélicoïdales, réduisent le risque de tuer des oiseaux tout en nécessitant un espace plus réduit. Elles tendent être davantage utilisées comme micro-éoliennes, dans les milieux urbains.

Gestion de l'intermittence, stockage, distribution[modifier | modifier le code]

Un des problèmes posés par l'énergie est son transport dans le temps et l'espace, avec le moins de pertes en ligne possible et en équilibrant au mieux le système offre/demande en électricité ou autre forme d'énergie. De nouveaux défis se posent avec par exemple les futurs besoins pour la recharge des véhicules électriques (intermittence et localisations variables)[38].

L'énergie solaire et ses dérivés (vent, chute d'eau, marémotrices, hydroliennes liées aux courants, etc.), sont presque toujours intermittents. Ces énergies sont parfois produites loin de leur zone de consommation (en offshore par exemple pour l'éolien) ; pour alimenter un réseau, il faut donc harmonieusement combiner le bouquet énergétique, avoir une gestion active de la demande pour tamponner les fluctuations de la production, reporter la consommation de pointe vers les heures creuses, et compenser les creux de production en associant des sources complémentaires ou des moyens de stockage suffisants, de l'amont à l'aval de la filière, c'est-à-dire du producteur au consommateur, en utilisant éventuellement le réseau de distribution (réseau de gaz par exemple) comme "tampon" ou en créant des réseaux plus large d'échange (différents de l'ancien réseau de distribution). Des moyens différents sont nécessaires selon la taille du système : petits stockages délocalisés (1 à 100 kW), stockages semi-massifs ou régionaux (1 mégawatt à 1 gigawatt) et systèmes massifs et centralisés (plusieurs gigawatts)[38].

Le gouvernement allemand a créé en mai 2013 une subvention pour les systèmes photovoltaïques avec batterie (30 % du prix du stockage, dans la limite de 600 € par kWc installé, pour des installations jusqu'à 30 kWc) ; un an après, 4000 batteries ont été subventionnées pour un montant de 10 millions d'euros ; de plus, la banque publique fédérale KfW a accordé des prêts à taux bonifié (1,25 %) pour un montant de 66 M€[39]. Lorsque la subvention est accordée à son taux maximal, soit 600 €/kWc, le coût de la batterie est donc de 2000 €/kWc ; comme le prix des systèmes photovoltaïques est selon l'ADEME[40] de 2,2 à 3,5 €/W[n 1] en 2012, on peut conclure que le surcoût des batteries peut atteindre 60 à 90 %.

Des exemples d'utilisation directe d'énergie renouvelable sont les fours solaires et chauffe-eau solaires, le chauffage par géothermie, et les moulins à vent utilisés pour moudre le grain. Des exemples d'utilisations indirectes, c'est-à-dire passant par d'autres formes d'énergie, sont la production d'électricité par des éoliennes ou des cellules photovoltaïques ou la production de biocarburants tels que l'éthanol issu de la biomasse ou même des déchets combustibles, qui peuvent d'ailleurs aussi être combinés entre eux.

L'utilisation locale d'énergies renouvelables produites in situ diminue les appels aux systèmes de distribution de l'électricité, mais au-delà d'un seuil (25 à 30 % de la production environ en zone insulaire faute d'interconnexion[38]) augmente la difficulté pour gérer l'intermittence ou les surplus de production. Selon le Syndicat des énergies renouvelables, l'obligation imposée aux installations EnR dans les zones non interconnectées (si elles dépassent 30 % de la demande d'électricité) de mettre en oeuvre des technologies de stockage leur permettant de lisser leur production et de fournir des réserves de puissance, implique une augmentation de leur coût de production de l’ordre de 100%[41].

Actuellement, dans les pays industrialisés, les consommateurs et producteurs d'énergie sont presque tous reliés à un réseau électrique, qui peut assurer des échanges d'un bout à l'autre d'un pays ou entre pays, mais avec des pertes plus importantes sur les longues distances, qu'on peut réduire avec les nouvelles CCHT (lignes à courant continu à haute tension). Cependant un réseau fortement interconnecté à échelle continentale de type smart grid permettrait de réduire les aléas de production et de consommation, grâce à la multiplication des sources de production disponibles et au recouvrement de plages horaires d'utilisation différentes[38] ; le problème de l'intermittence du vent deviendrait ainsi moins critique (voir Débat sur l'énergie éolienne)[38] et l'efficacité énergétique de l'ensemble serait largement améliorée, mais au prix d'investissements considérables et de longues procédures pour surmonter les oppositions locales à toute construction de lignes haute ension.

L'agence internationale de l'énergie (AIE) a estimé qu'environ un quart de l'investissement à faire dans les réseaux (de transport d'énergie de 2010 à 2035 sera lié à la croissance de la production d'électricité d'origine renouvelable[38] (ex : en Europe, 20 000 km de nouvelles lignes THT nécessaires selon l'Ademe[38], dont pour intégrer à horizon 2020 le paquet énergie, avec en France au moins 25 000 MW éoliens et 5 400 MW photovoltaïque « crête » prévus (« Avec un objectif de 19 GW terrestres, RTE devra investir 1 milliard d'euros sur dix ans en infrastructures de transport »[38]). Des réseaux intelligents apparaissent, qui pourraient intégrer des notions de solidarité et de secours mutuel, avec par exemple les smart grids, une domotisation qui favoriserait les économies et 35 millions de compteurs communicants prévus pour les foyers français), et les modèles de prévision de la production en fonction des conditions météorologiques commencent à être améliorés (quelques % d'erreur à 24 ou 48 h) grâce notamment au projet « Anemos » puis « Safe Wind » de Mines Paris Tech)[38]. En France des projets de recherche sont en cours avec Nice Grid en PACA, « GreenLys » à Lyon et Grenoble, ou « Venteea » dans l'Est de la France, portés par ERDF qui copilote aussi un projet européen Grid4EU sur les réseaux intelligents (7 partenaires, 6 démonstrateurs, 50 M€). Selon ERDF[38], « l'Agence internationale de l'énergie (AIE) estime que, dans l'Union européenne, il faudra investir 300 milliards d'euros sur les réseaux de distribution entre 2010 et 2020. Au cours de la même période, les besoins d'investissement sur les réseaux de transport s'élèveront à 100 milliards d'euros » (pour intégrer 230 GW éolien et 150 GW solaire dans le réseau électrique de l'UE[n 2].

Un surplus d'électricité peut être converti en hydrogène stocké dans le réseau de gaz. Les stations de transfert d'énergie par pompage (Step), en montagne ou sur les îles (24 GW en 2010 et 35 GW prévus en 2020), peuvent remonter de l'eau puis la turbiner quand l'électricité manque, comme c'est le cas dans la centrale de 30 MW, avec une chute de 150 m, installée depuis l'an 2000, sur l'île d'Okinawa ; un projet de 50 MW est en cours à la Guadeloupe (50 m de hauteur de chute, avec des pompes et turbines à vitesse variable créées par Alstom) pour lisser les fluctuations de puissance. Plus la chute est haute, moins il est nécessaire de stocker d'eau (à production égale). « Les Step classiques utilisent 25 % de l'énergie produite pour remonter l'eau. Le rendement de leurs turbines avoisine 98 %. Au total, la technique traditionnelle offre donc un rendement de 75 %, mais Alstom atteint 80 % » (Bernard Mahiou, 2011[38]). Des réservoirs artificiels de ce type pourraient être conçus même en offshore, par exemple alimentés quand les éoliennes offshore produisent des surplus d'électricité.

Un stockage chimique de masse (par conversion du CO2, par exemple facilement captable dans les cimenteries ou centrales à combustibles fossiles, en méthane synthétique, avec des catalyseurs par exemple) est également possible, avec l'intérêt de mieux réguler le carbone anthropique[38]. On parle de « méthanation » quand du gaz est ainsi produit à partir d'électricité et non de fermentation. Areva effectue à ce sujet des recherches avec un GIE qui regroupe Eurodia, Air liquide et GDF Suez, mais avec l'idée d'utiliser de l'électricité nucléaire (EPR par exemple)[38].

Contraintes économiques et organisationnelles[modifier | modifier le code]

La mise en œuvre concrète se confronte à des contraintes d'environnement et de marché (La logique des fonds de placement n'est pas toujours une logique d'investissement), de gouvernance et au cadre du droit, qui toutes évoluent.

Les agents économiques concernés sont en outre souvent dispersés. Il faut les rassembler et imaginer des conditions d'organisation adaptées : contrats de filière, contrats territoriaux, planification de smart grids adaptés aux ENR, contrats d'implantation des unités de production énergétique [42]. La définition des filières et leur organisation se construisent peu à peu et avec l'évolution technique et juridique.

Contraintes environnementales[modifier | modifier le code]

L’hydroélectricité est sensible aux effets du changement climatique[43]. Dans le contexte du changement climatique, l’AIE recommande aussi (rapport 2013[9],[10]) de mieux préparer le réseau électrique aux événements climatiques : Ainsi, les perturbations liées aux conditions météorologiques, du réseau d'électricité aux États-Unis ont été décuplées de 1992 à 2012. Les événements météorologiques représentent 20 % environ de toutes les perturbations au début des années 1990, mais en représentaient 65 % en 2008[44] ; elle recommande aussi d’améliorer l’efficience des système de climatisation, y compris dans les pays en développement[45].

Aspects économiques[modifier | modifier le code]

Subventions aux énergies renouvelables[modifier | modifier le code]

Certaines énergies renouvelables sont rentables et se sont développées spontanément : énergie hydroélectrique, certaines énergies issues de la biomasse (bois, résidus agricoles, déchets urbains) ; d'autres, dont le coût de production dépasse leur valeur économique ou dont le retour sur investissement est long, n'ont pu démarrer que grâce à des aides ou subventions les rendant rentables pour les investisseurs.

Comparer le vrai prix de l'électricité renouvelable et celui d'autres sources implique de prendre en compte les coûts des externalités négatives (dommages causés à autrui ou à l'environnement sans compensation, dont ceux des effets des émissions de gaz à effet de serre ou GES) : En effet, ces coûts ne sont pas intégrés dans la formation des prix de marché ; des tentatives ont été faites pour corriger ce biais du marché, en particulier par le marché du carbone où s'échangent des droits d'émission de GES, mais les résultats du marché du carbone européen n'ont guère été convaincants jusqu'ici[46]. La taxe carbone s'est montrée plus efficace dans les pays où elle a été mise en place (Suède[47],[48],[49], Danemark, Finlande).

Dans le monde, selon une étude publiée par Bloomberg New Energy Finance, un changement semble s'amorcer : depuis 2011, les investissements annuels dans le solaire, l'éolien et l'hydroélectricité surpassent ceux réalisés en faveur des énergies fossiles ; le secteur des EnR devrait bénéficier des deux-tiers des investissements prévus dans de nouvelles usines de production d'énergie de 2015 à 2030 (3 800 Mrds € sur 5 800 Mrds €), qui pour moitié devraient concerner l'Asie, et pour 19 % (711 Mrds €) l'Europe ; le coût des EnR continuera à décroître, ce qui les rapprochera de la compétitivité et devrait encourager les installations non-subventionnées dans les régions les plus favorables ; le solaire devrait atteindre la compétitivité dès 2020 dans certains pays en développement, et la parité réseau dans les pays développés à tarifs d'électricité élevés[50],[51]. L'Europe pourrait investir 711 Mrds € dans les renouvelables de 2015 à 2030 pour ajouter 557 GW à leur puissance installée ; la part des fossiles devrait passer de 48 % en 2014 à 27 % en 2030, avec un fort recul du charbon (de 195 à 125 GW) mais une stagnation de la part du gaz (275-280 GW)[50].

Les systèmes de subventions en cours varient selon le pays et le contexte local, pouvant parfois se superposer, en particulier lorsque plusieurs niveaux de pouvoir politique interviennent :

  • aux États-Unis, l' American Reinvestment and Recovery Act (plan de relance de 2009) a accordé un crédit d'impôt sur la production : renewable energy Production Tax Credit (PTC) de 2,3 c$/kWh pendant dix ans[52] ; l'Energy Policy Act de 2005 instituait au niveau fédéral des crédits d'impôt pour les énergies renouvelables, reconduits en 2008 : le renewable energy Investment Tax Credit (ITC), crédit d'impôt de 30 % des investissements dans les systèmes solaires résidentiels et commerciaux, les piles à combustible et le petit éolien (< 100 kW), et de 10 % pour la géothermie, les micro-turbines et les centrales de cogénération de moins de 50 MW, jusqu'au 31/12/2016 ; de plus, une trentaine d'États ont aussi leur programme de soutien sous forme de tarifs d'achat, de subventions ou de quotas[53]. La Californie a accordé dès les années 1980 des déductions fiscales qui ont permis la construction de parcs éoliens tels qu'Altamont Pass (576 MW, 1981-1986).
  • le système de Certificat vert est utilisé en Australie : le programme RET (Renewable Energy Target - Objectif d'énergie renouvelable)[54], institué par des lois de 2000 et 2001, a pour but d'amener la part des énergies renouvelables dans la production d'électricité australienne à 20 % en 2020, grâce à un système de certificats (Large-scale Generation Certificates et Small-scale Technology Certificates) émis pour chaque MWh d'électricité renouvelable produit par les producteurs d'EnR, qui les vendent aux fournisseurs d'électricité, qui les remettent en fin d'année au Clean Energy Regulator[55] pour attester de leur conformité aux objectifs annuels du programme RET. Ces certificats verts sont également utilisés au Royaume-Uni (ROCs - Renewable Obligation Certificate System), en Suède, en Belgique, en Pologne, ainsi que dans 31 États des États-Unis qui ont institué des quotas d'énergie renouvelable dans l'électricité commercialisée(cf plus bas : systèmes de quotas).
  • en Europe, le système de soutien le plus utilisé, à la suite de la mise en place de la Directive 2001/77/EC, est celui des tarifs d'achat réglementés (en anglais : feed-in tariff, c'est-à-dire tarif d'injection [au réseau]) : les fournisseurs d'électricité ont l'obligation légale d'acheter toute la production des installations de production d'électricité à partir d'énergie renouvelable, pendant 10 à 20 ans, à des tarifs fixés par l'administration ; le surcoût de ces tarifs par rapport aux prix du marché de gros est remboursé aux fournisseurs au moyen d'une surtaxe sur les factures d'électricité des consommateurs :
    • en Allemagne, le tarif d'achat réglementé était en 2012 de 8,8 c€/kWh pour les éoliennes terrestres et 15,6 c€/kWh pour l'offshore ; il est répercuté sur les consommateurs d'électricité par le biais de l'équivalent de la CSPE, appelé EEG-Umlage qui atteignait 5,277 c€/kWh en 2013 (+0,25 c€/kWh de taxe pour l'offshore) sur un prix moyen de l'électricité pour un ménage-type allemand de 28,5 c€/kWh[56].
    • en France, ce tarif d'achat est fixé par l'Arrêté du 17 novembre 2008 à 8,2 c€/kWh (indexé ensuite selon une formule qui l'amenait en 2012 à 8,74 c€/kWh) pour l'éolien[57] ; le surcoût par rapport au prix du marché (moyenne en 2012 : 45,5 €/MWh), calculé à 550 M€ en 2012 par la CRE qui l'évalue à 565 M€ pour 2013 et 855 M€ pour 2014, est répercuté sur les consommateurs d'électricité par le biais de la CSPE, fixée à 13,5 €/MWh en 2013 et probablement à 16,5 €/MWh en 2014 alors que la CRE estime qu'elle devrait être fixée à 22,5 €/MWh pour couvrir les charges et les arriérés[58] ;
  • un autre dispositif fréquemment utilisé (conjointement à celui des tarifs d'achat) est celui des appels d'offres : en France, il a pour finalité de soutenir les filières en retard de développement et est utilisé surtout pour les grandes installations (parcs éoliens en mer, grandes centrales solaires, centrales à biomasse,...) ; la Cour des Comptes relève que certains appels d'offres n'ont pas atteint leurs objectifs (cahier des charges insuffisamment respecté par les projets, tarifs proposés trop élevés, nombre insuffisant de projets candidats, etc) : celui de 2004 lancé pour installer 500 MW d’éolien terrestre n’a retenu que 287 MW, soit 56 % de l'objectif ; celui de 2010 n'a retenu que 66 MW pour un objectif de 95 MW. Pire : de nombreux appels d’offres n’ont pas permis de limiter les prix proposés par les porteurs de projet, soit par manque de concurrence, soit du fait de difficultés techniques ayant incité les candidats à prendre des marges de risque importantes, en particulier celui qui a été lancé en 2011 pour des parcs éoliens en mer : le prix de référence fixé dans l'appel d'offres n'a pas été respecté pour trois des quatre sites concernés[59].
  • les systèmes de quotas, utilisés aux États-Unis et en Chine : la puissance publique impose aux entreprises électriques une contribution minimale d’énergies renouvelables en termes de capacité installée ou d’électricité produite sous la forme de quotas, qui évoluent dans le temps avec les objectifs de politique énergétique ; ce dispositif est très souvent complété par d’autres mécanismes de soutien tel que les crédits d’impôts, ainsi, dans les États américains où ce système est mis en place, sa contribution à la valorisation des kWh n’est que de l’ordre de 25%[60]. Ces États américains, au nombre de 31, ont institué des « normes de portefeuille d'énergie renouvelable » (Renewable portfolio standard - RPS) qui obligent les fournisseurs d'électricité à atteindre une certaine part d'énergie renouvelable dans l'électricité commercialisée[61] (ex.: 15% en 2025 en Arizona, 30% en 2020 au Colorado, 33 % en 2020 en Californie[62]) ; les producteurs de ces énergies reçoivent des certificats (REC) pour chaque kWh produit, qu'ils vendent à leurs clients fournisseurs en même temps que leur électricité ; les fournisseurs peuvent alors présenter ces certificats à l'administration pour démontrer leur conformité au RPS ; sinon ils doivent payer des pénalités[61]. Un rapport constate que ce système de RPS est plus efficace lorsqu'il est combiné avec les crédits d'impôt fédéraux (PTC)[63].
  • le contrat pour différence (ou prime ex-post) est un nouveau système (en vigueur sur option en Allemagne, en Italie et au Royaume-Uni), préconisé par la Commission européenne : un niveau de référence (target price) est défini par le régulateur ; le producteur vend l’électricité produite au prix de marché de gros, directement ou via un « intégrateur », notamment pour les acteurs sans accès direct au marché (petits producteurs) ; le producteur perçoit un complément de rémunération (« prime ») dans le cas où la différence entre le niveau de référence et le prix de marché est positive ; sinon le producteur doit verser le surplus perçu ; une variante (le contrat pour différence asymétrique) ne prévoit pas ce reversement. Selon le SER, ce système impose au producteur des coûts supplémentaires de commercialisation pouvant aller jusqu'à 10 % du coût d'achat[60].
  • Une variante, la prime ex-ante, appliquée en Espagne jusqu'en 2008 et au Royaume-Uni depuis 2014 en option, prévoit une prime définie initialement par le régulateur et fixée pour une durée limitée ; cela simplifie le système et diminue donc son coût, mais suppose des hypothèses sur les prix de marché futurs et donc un risque pour le producteur[60].

En réaction au poids croissant des subventions aux énergies renouvelables, les états envisagent des réformes pour améliorer l'efficacité des systèmes de soutien en accroissant leur sélectivité et en cherchant à insérer progressivement les EnR dans les mécanismes de marché ; c'est ce que préconisent la Commission européenne[64], la Cour des comptes[65] et la CRE, soulevant la contestation du SER[66]. C'est également dans ce sens que se dirige la réforme en cours de lancement en Allemagne[67], et les projets esquissés par le gouvernement français dans le cadre de la transition écologique ; le SER et le CLER contestent ces projets, en particulier l'idée lancée par la Commission européenne de lancer des appels d'offres technologiquement neutres (mise en concurrence de l’ensemble des technologies), qui selon eux empêcherait le développement de filières industrielles nouvelles ; pour eux, les appels d'offre devraient être réservés aux gros projets, de même que la mise en œuvre à terme d’un mécanisme de « prix de marché plus prime ex-post » (Feed-in-Premium ex-post, ou contrat pour différence) ; ils souhaitent que les petites installations continuent à bénéficier de l'obligation d'achat à tarif réglementé[68],[69].

La CRE a publié en avril 2014 un rapport sur les coûts et la rentabilité des énergies renouvelables[70] ; ce rapport recommande pour l'éolien :

  • le recours aux appels d'offres plutôt qu'au tarif d'achat unique ;
  • une révision de la structure des tarifs d'obligation d'achat afin d’éviter la rentabilité excessive des installations bénéficiant des meilleures conditions de vent, un appel d’offres permettant également d’atteindre cet objectif ;
  • un allongement de la durée des contrats, afin de la faire correspondre à la durée d’exploitation réelle des parcs éoliens, et un abaissement des tarifs en conséquence ;
  • une révision régulière du tarif, inchangé depuis 2006, afin de refléter l’évolution des coûts.

Pour le photovoltaïque, il recommande la généralisation des appels d’offres à l’ensemble des filières matures, et le maintien des tarifs d’achat dynamiques (révisés chaque trimestre en fonction de la puissance cumulée des demandes de raccordement enregistrées au cours du trimestre précédent).

Pour la filière biomasse, il constate la grande diversité des installations et un fort taux d'abandon (60 %) des projets lauréats des appels d'offres, notamment en raison de la perte d’un débouché chaleur ; il maintient cependant sa préférence pour les appels d'offres, en préconisant la prise en compte de la dimension régionale des projets ; un tarif d’achat régionalisé, comportant des clauses contraignantes en matière notamment de contrôle des plans d’approvisionnement de l’installation, pourrait également constituer une solution appropriée, mais la construction des grilles tarifaires serait très complexe.

Un dossier plus synthétique présente les principaux résultats du rapport ; on y trouve en particulier des statistiques sur les taux de rentabilité des parcs éoliens en fonction de leur facteur de charge : les TRI vont de 4 % pour une durée annuelle d'utilisation de 1500 à 1850 heures, à 12 % au-dessus de 2900 h (facteur de charge de 33 %) ; pour le photovoltaïque, on constate que les coûts de production des installations existantes sont pour la plupart entre 300 et 550 €/MWh, alors que les installations en projet auront des coûts de 100 à 200 €/MWh, les moins coûteuses étant les plus puissantes (12 MWc) et celles disposant du meilleur ensoleillement (1800 h/an) ; les TRI pour les actionnaires étaient en moyenne de 18 % pour les installations existantes et de 9,8 % pour les projets, ce qui montre un net assainissement du système, avec encore des marges de progression[71].

Externalités[modifier | modifier le code]

Les énergies renouvelables, comme toutes les autres, induisent des externalités, c'est-à-dire des coûts qui sont supportés par des personnes ou entités autres que leurs producteurs.

Une étude rédigée en 2013 par deux chercheurs du CIRED pour le débat sur la transition énergétique, les décrit et en tente un premier chiffrage[72] : l'insertion des ENR intermittentes soulève trois enjeux principaux :

  • l’adaptation du parc à la courbe de charge résiduelle (Adequacy) : des moyens de pointe supplémentaires deviennent nécessaires selon le degré de corrélation entre la demande et le productible EnR en période de pointe ; par exemple, les besoins de moyens de pointe dus à l'éolien pourront dépendre de la possibilité de subir une vague de froid associée à un épisode très peu venteux ;
  • ajustement en temps réel offre-demande (Balancing) : l’accroissement de la variabilité de la demande résiduelle (résultant de la soustraction de la production EnR de la demande brute) et de son incertitude (prévision imparfaite) implique des besoins supérieurs de flexibilité et de réserves ;
  • renforcement des réseaux : au-delà du simple coût de raccordement, les besoins de renforcement des réseaux croissent avec la puissance installée, pour permettre le foisonnement et le maintien de la qualité de la fourniture.

Un quatrième enjeu pourrait prendre de l'importance lorsque les EnR atteindront des taux de pénétration élevés : les déversements[n 3] (pertes de production qui deviendront inévitables pendant les périodes où la production EnR dépassera la demande totale, y compris les possibilités d'exportations) ; il arrive déjà que de telles pertes se produisent au Danemark et en Allemagne.

Sur ces trois catégories de coûts d'insertion, il existe d’abord des marges d’ajustement dans les systèmes existants, qui peuvent suffire à absorber sans grands besoins d'investissements supplémentaires une certaine quantité d'EnR intermittentes ; mais au-delà d'un seuil (de quelques % à 10 ou 15 % de la demande), variable selon le degré de flexibilité du système existant, les externalités croissent rapidement. Par exemple, le Danemark a une capacité d'interconnexion de 5 000 MW avec la Suède et la Norvège, richement dotés en barrages hydroélectriques, ce qui lui permet de réguler facilement son parc éolien (4 000 MW) ; la péninsule ibérique peut réguler sans peine ses 26 GW d'éolien grâce à ses 22 GW d'hydraulique et à un suréquipement en cycles combinés à gaz ; par contre l'Allemagne commence à être confrontée à des problèmes croissants : ses 60 GW de capacités intermittentes (30 GW éolien + 30 GW solaire, fin 2012) pour une demande médiane de 55 GW impliquent déjà des besoins d’évacuation importants, évalués en 2012 par les opérateurs de réseau à 20 Mds € pour le réseau haute tension d'ici 2020 et 27,5 Mds € pour le réseau de distribution d'ici 2030.

L'étude du CIRED fournit une première évaluation, sur la base des études sur les systèmes existants, encore assez imprécise selon ses auteurs, des coûts d'insertion des énergies intermittentes pour un taux de pénétration de 10 à 15 % :

  • pour l'éolien : de l'ordre de 10 €/MWh (adequacy 5 €/MWh + balancing 2 €/MWh + réseau 4 €/MWh) ;
  • pour le solaire : de l'ordre de 25 €/MWh (adequacy 12 €/MWh + balancing 2 €/MWh + réseau 10 €/MWh).

Pour des taux de pénétration plus élevés, il n'existe encore que très peu d’études approfondies, mais les coûts réseaux seront probablement en forte augmentation, car des renforcements structurants en très haute tension importants deviendront indispensables ; les perspectives de percées technologiques sur les nouvelles technologies de stockage (batteries, hydrogène), encore loin de la compétitivité pour des usages réseau, pourraient bien sûr à long terme changer ce diagnostic, étant entendu que le coût futur du stockage serait à inclure dans les coûts d’insertion.

Prospective économique[modifier | modifier le code]

Une étude publiée en janvier 2014 par l'Institut Fraunhofer affirme que le programme du tournant énergétique (Energiewende - version allemande de la transition énergétique) sera rentabilisé à partir de 2030 ou 2035 par les économies d'énergies fossiles qu'il permettra, et ce en prenant en compte les investissements annexes qu'il nécessitera : moyens de stockage (power-to-gas, power-to-heat, batteries), stations de recharge pour la mobilité électrique, pompes à chaleur, réseaux, etc, même en supposant que les prix des énergies fossiles n'augmenteront pas ; les auteurs insistent sur la priorité à donner aux secteurs du transport et du chauffage, bien plus qu'à la production d'électricité[73] ; le scénario semble cependant bâti de façon très sommaire, sans simulation fine des interactions entre les différents composantes.

Le rapport ETP 2014 de l'Agence internationale de l'énergie publié en mai 2014 étudie trois scénarios possibles d'évolution des systèmes énergétiques jusqu'en 2050 ; le scénario le plus volontariste, intitulé « 2DS » (pour 2 degrees scenario), visant à limiter l'augmentation moyenne de la température à 2°C conformément aux recommandations du GIEC, aboutit à ce résultat en limitant la progression de la demande d'énergie à 25 % (au lieu de 70 % dans le scénario 6DS de poursute des tendances actuelles menant à un réchauffement de 6°C) et en réduisant les émissions de gaz à effet de serre de 50 %(au lieu d'une augmentation de 60 %) ; dans ce scénario 2DS, les énergies renouvelables contribuent pour 30 % à cette réduction des émissions, les gains d'efficacité énergétique contribuant pour 38 %, le captage et séquestration du carbone pour 14 %, le nucléaire et les changements de combustibles se partageant les 18 % restants ; les 44 000 milliards de dollars d'investissements supplémentaires nécessaires pour cette dé-carbonation du système énergétique sont largement compensés par les 115 000 Mds $ d'économies de combustibles qu'elle apporte ; même avec un taux d'actualisation de 10 %, le gain net serait encore de 5 000 Mds $[74].

Situation actuelle[modifier | modifier le code]

En 2011, les énergies renouvelables représentaient 13,3 % de la consommation mondiale d’énergie primaire, dont 10 % issus de la biomasse et des déchets, 2,3 % de l'hydroélectricité et 1 % des autres EnR (éolien, solaire, etc)[3] et 20,8 % de la production mondiale d'électricité en 2012 (hydro : 16,2 %, éolien : 2,4 %, biomasse : 1,4 %, solaire : 0,5 %, etc)[5].

En France[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Électricité en France.

Selon les objectifs du Grenelle de l'Environnement, les énergies renouvelables devraient produire 23 % de la consommation d'énergie finale française d'ici 2020[75].

En 2013, les énergies renouvelables ont produit 8,8 % de l'énergie primaire consommée en France (bois 3,9 %, hydraulique 1,9 %, agrocarburants 1 %, éolien 0,5 %, déchets urbains renouvelables 0,4 %, divers 1 %)[76] et 18,6 % de l'électricité produite en France (hydroélectricité : 13,8 % ; éolien : 2,9 % ; solaire : 0,8 % ; autres EnR : 1,1 %)[77]. Dans la consommation d'énergie finale en 2012, les EnR thermiques représentent 9 % et l'électricité 23,9 %[78] dont 18,6 % d'EnR ; la part des EnR dans la consommation finale atteint donc 13,4 %.

L'énergie éolienne devrait, selon les objectifs du Grenelle de l'Environnement, produire 10 % de l'électricité en France en 2020. L'énergie solaire, quant à elle, permet aux foyers équipés de produire de l'électricité (panneaux photovoltaïques) ainsi que de l'eau chaude (chauffe-eau solaire).

Mais ce développement coûte cher aux consommateurs d'électricité, qui le paient via la CSPE : selon la CRE, les surcoûts prévisionnels 2013 dus aux EnR atteignent 3018,8 M€, dont 2106,8 M€ pour le photovoltaïque, soit 70 % ; en 2014, ils passeront à 3722,5 M€, dont 2393 M€ de photovoltaïque, soit 62 %[58].

L’intérêt des énergies renouvelables réside non seulement dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre, mais également dans l'allégement de la facture énergétique française (61 milliards d’euros en 2011[79]), grâce à la réduction des importations de combustibles fossiles ; mais ce gain est en grande partie compensé par les importations de matériels (éoliennes, panneaux photovoltaïques).

En Europe[modifier | modifier le code]

Principaux pays européens consommateurs d'électricité en 2008

Le développement des énergies renouvelables est un des éléments importants de la politique énergétique de l’Union Européenne. Le livre blanc de 1997 fixe l’objectif de 12 % d’énergie renouvelable commercialisée pour l’Union en 2010. Par la suite, des directives sont venues préciser cet objectif :

  • La directive électricité renouvelable (2001) fixe l’objectif indicatif de 21 % d’électricité renouvelable dans la consommation brute de l'Union en 2020 ;
  • La directive biocarburant (2003) donne des objectifs indicatifs de 5,75 % de substitution par les biocarburants pour 2010 ;
  • La Commission étudie actuellement la possibilité d’une directive chaleur renouvelable.

Les différents pays de l'Union ont donc mis en place des politiques plus ou moins volontaristes en matière d’énergies renouvelables en associant des mesures économiques, légales et sociales.

Le Danemark a été le leader pionnier de l'électricité éolienne et reste le pays qui produit le plus d'électricité à partir du vent par habitant.

Article détaillé : Énergie au Danemark.

L'Allemagne est en 2012 le 1er producteur mondial d'électricité solaire, le 3e producteur mondial d'électricité à partir de la biomasse et le 4e producteur mondial éolien.

L'Espagne se place en 2012 au 3e rang mondial pour la production d'électricité d'origine éolienne derrière les États-Unis et la Chine, au 4e rang mondial pour la production d'électricité solaire et au 2e rang mondial pour la production d'électricité solaire thermodynamique.

Article détaillé : Électricité en Espagne.

Le Royaume-Uni est le 3e producteur d’électricité éolienne d'Europe et le 1er mondial pour l'éolien en mer.

L'Italie figure au 2e rang mondial pour la production d'électricité solaire en 2012.

L’Autriche, la Grèce et l'Allemagne sont en tête dans le domaine de la production de chaleur solaire. L’Espagne a connu un boom grâce à l’élargissement à l’ensemble de son territoire de l’Ordonnance Solaire de Barcelone (obligation d’installer un chauffe-eau solaire sur toute nouvelle construction d’habitation collective ou lors de rénovations). Les succès de ces pays sont en partie basés sur leurs avantages géographiques, bien que l'Allemagne n'ait pas de ressources exceptionnelles en soleil ou en vent (bien moins bonnes pour le vent par exemple que l'Angleterre, où les politiques ont mis plus longtemps à avoir du succès).

Des aides stimulent le développement des énergies renouvelables non encore compétitives :

  • Des crédit d’impôt sont proposés aux particuliers pour l’installation d’appareil utilisant les énergies renouvelables (chauffe-eau solaire, chauffage bois…). En France, la plupart des conseils régionaux, et quelques conseils généraux et municipalités offrent aussi des subventions.
  • Le principe de l'obligation d’achat, par les fournisseurs d'électricité, de l'électricité d'origine renouvelable à des prix de kWh réglementés, fixés à l’avance pour une durée déterminée, a été retenu dans la plupart des pays européens pour soutenir les producteurs et investisseurs et encourager l’émergence de nouvelles technologies. Le surcoût des kWh renouvelables par rapport au prix de gros du marché est remboursé aux fournisseurs d'électricité grâce à une taxe prélevée sur les factures d'électricité de tous les consommateurs : en France, la CSPE, et en Allemagne, l'EEG-Umlage. La forte augmentation de ces taxes a amené le gouvernement allemand à lancer une réforme de ce système tendant à privilégier l'autoconsommation de l'électricité par les producteurs.

Le rapport 2014 de l'EFI (Expertenkommission Forschung und Innovation - Commission d’experts sur la recherche et l’innovation), créée par le gouvernement fédéral allemand avec mission de fournir des avis sur la politique scientifique, fait un bilan très négatif de la loi allemande sur les énergies renouvelables (Erneuerbare-Energien-Gesetz - EEG) : non seulement elle coûte excessivement cher (le total des subventions aux EnR a atteint 22,9 milliards d'euros pour l'année 2013, et le surcoût répercuté sur les factures d'électricité des consommateurs atteint 5,28 c€/kWh en 2013, soit près de 20 % du prix total de l'électricité), mais de plus elle n'a pas contribué à la lutte contre le changement climatique, mais simplement relocalisé les émissions de gaz à effet de serre de l'industrie vers d'autres secteurs et vers d'autres pays, et n'a pas eu d'effet stimulant pour l'innovation, comme le montre l'analyse des dépôts de brevets. L'EFI en conclut qu'il n'existe aucune justification pour la poursuite de cette politique[80].

En Amérique[modifier | modifier le code]

En 2007, les énergies renouvelables représentaient 9,6 % du total de la « production » d'énergie primaire commercialisée aux États-Unis, le nucléaire 11,7 %[81]. En 2008, les États-Unis occupent le premier rang mondial pour les investissements dans les énergies renouvelables (24 milliards de dollars)[82]

Article détaillé : Énergie au Brésil.

En Asie[modifier | modifier le code]

En Afrique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Énergie en Algérie.

L’Algérie a lancé, le 3 février 2011[83], son Programme national de développement des énergies nouvelles et renouvelables et de l'efficacité énergétique [84]. Ce programme, qui s'étale sur la période allant de 2011 à 2013, ambitionne de produire 22 000 MW d'électricité à partir du solaire et de l'éolien dont 10 000 MW destinés à l'exportation [85].

Électricité renouvelable dans le monde[modifier | modifier le code]

Classement des pays dans la production d'énergie renouvelable électrique en 2012[20] (ce classement illustre la quantité d’énergie produite, pas la part d’énergie renouvelable dans la consommation nationale) :

Hydroélectrique Géothermique Éolien Biomasse Solaire
1. Drapeau de la République populaire de Chine Chine Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau de l'Allemagne Allemagne
2. Drapeau du Brésil Brésil Drapeau des Philippines Philippines Drapeau de la République populaire de Chine Chine Drapeau du Brésil Brésil Drapeau de l'Italie Italie
3. Drapeau du Canada Canada Drapeau de l'Indonésie Indonésie Drapeau de l'Espagne Espagne Drapeau de l'Allemagne Allemagne Drapeau des États-Unis États-Unis
4. Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Drapeau de l'Allemagne Allemagne Drapeau du Japon Japon Drapeau de l'Espagne Espagne
5. Drapeau de la Russie Russie Drapeau du Mexique Mexique Drapeau de l'Inde Inde Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Drapeau du Japon Japon
Les 10 pays les plus consommateurs d'électricité
Capacité installée totale des énergies renouvelables dans les pays leaders

Perceptions, appropriation par le public[modifier | modifier le code]

Les EnR semblent de plus en plus faire consensus.

En France, en 2010, 97 % des Français se déclaraient favorables au développement des EnR[86]avec une préférence pour le solaire (61 % contre 68 % en 2009), l’éolien (53 % contre 43 % en 2009), devant l'hydraulique (20 %) et la géothermie (20 %). L'acceptabilité générale a augmenté (74 % des personnes interrogées en 2010 plébiscitent l’installation d'éoliennes sur le territoire (-3 points par rapport à 2009)), mais des critères d'esthétique sont cités par 67 % des répondants et des craintes de nuisances sonores (59 %) comme frein à leur développement, sauf si elles sont situées à plus de 1 km du domicile. Utiliser son domicile pour produire de l'électricité à partir de sources renouvelables semble intéressant pour 44 % des personnes interrogées et très intéressant pour 28 % d'entre elles. En 2010, grâce notamment aux aides publiques, le solaire a gagné +13 % et les pompes à chaleur (+5 %). L'acceptabilité générale EnR est en hausse, 75 % des Français étant favorables à leur installation. Cependant, l'ADEME enregistre une baisse du d’acceptabilité pour les projets installés « sur son toit », l'installation des équipements étant jugé trop compliquée pour le particulier (pour 44 % des répondants, +8 % par rapport à 2009) et encore initialement trop coûteuse (pour 45 % des répondants, soit +11 % par rapport à 2009) ou avec un temps de retour sur investissement trop long. Le principe du tiers-investisseur peine à se développer pour les petits projets en France, et la baisse des couts de rachats de l'électrifié photovoltaïque a probablement contribué à freiner ce secteur, en fort développement dans d'autres pays.

Organisations professionnelles et associations[modifier | modifier le code]

L'agence internationale de l'énergie renouvelable (IRENA) a été créée après une réunion préparatoire le 26 janvier 2009 à Bonn (conférence pour la fondation de l'Agence) ; elle est entrée en fonctionnement le 4 avril 2011. En mai 2014, elle compte 131 états membres et 37 autres candidats à l'adhésion[87].

La "Ligue des Champions EnR[88]" a pour but de créer une compétition entre les villes européennes selon leur production d'énergies renouvelables. Ce concours comporte deux classements, un pour le solaire, et un pour la biomasse. Il existe des ligues EnR nationales pour l'Allemagne, la Bulgarie, la France[89], la Hongrie, l'Italie, la Pologne et la République tchèque.

En France, les deux principales associations représentatives du secteur EnR sont :

  • le Syndicat des énergies renouvelables[90] créé en 1993 pour promouvoir les intérêts des industriels et des professionnels français des énergies renouvelables et défendre les intérêts français au niveau des principaux programmes européens de soutien au secteur ; au 1er septembre 2013, le SER regroupe 400 adhérents, représentant un chiffre d’affaires de 10 milliards d’euros et plus de 75 000 emplois dans le domaine des énergies renouvelables. Le SER représente surtout les grandes entreprise du secteur : parmi les 15 membres de son conseil d'administration, on note deux représentants d'EDF Energies Nouvelles, un de la CNR, un de Total, un d'AREVA, un d'ENEL France, un d'Alstom, un de General Electric, un de Siemens, un de Dalkia, un de Soitec et quatre de (grosses) PME : Sofiproteol, Methaneo, Poujoulat et le groupe Maïa.
  • le CLER, Réseau pour la transition énergétique[91], association agréée de protection de l’environnement créée en 1984 et habilitée à siéger dans les instances nationales par arrêté du 20 décembre 2013, a pour objectif de promouvoir les énergies renouvelables, la maîtrise de l’énergie et, plus largement, la transition énergétique. Le CLER fédère près de 200 structures professionnelles réparties sur l’ensemble du territoire. Ses adhérents sont surtout des associations (ONG, associations locales spécialistes des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique), des organismes publics (agences de l’énergie, organismes de formation et de recherche, collectivités territoriales, établissements publics et syndicats d’énergies, Espaces Info Énergie, agences départementales d’information sur le logement) et des professionnels de taille modeste (bureaux d’études, développeurs de projets, exploitants ou installateurs, fournisseurs d’équipements, architectes,...).

Évolution et tendances[modifier | modifier le code]

Une nette tendance à la réorientation vers les énergies renouvelables est constatée depuis la fin du XXe siècle, en réponse à un début de raréfaction du pétrole, aux impacts climatiques et sanitaires négatifs des énergies carbonées, à la dangerosité du nucléaire et à la difficulté de traiter ses déchets ou à sa moindre acceptabilité après les accidents de Tchernobyl et Fukushima.

Le prospectiviste Jeremy Rifkin annonce pour le début du XXIe siècle une possible « troisième révolution industrielle » issue de la convergence du secteur de l'énergie et de celui de l'informatique. Le développement de systèmes de stockage des énergies irrégulières (via l'hydrogène ou les véhicules électriques utilisés comme accumulateurs mobiles) et celui des smart grids autorisent la mise en commun et le partage de millions de sources distribuées d'énergie (solaire, éolienne, marine, géothermique, hydroélectrique, issue de la biomasse et des déchets, etc.). Jeremy Rifkin estime que cette révolution est urgente ; elle doit être mise en œuvre avant 2050 et largement entamée en 2020 si l'humanité veut répondre aux défis du changement climatique, à la crise du pétrole, aux crises économique et écologiques[92].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. systèmes de puissance nominale inférieure à 3 kW en intégration simplifiée au bâti
  2. Objectif proposé par le Conseil européen des énergies renouvelables (EREC)
  3. terme issu de l'expérience de l'hydroélectricité, où, dans les situations de dépassement des capacités des barrages en cas de fortes chutes de pluie, le déversement du trop-plein par les évacuateurs de crues devient inévitable.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Énergies renouvelables et de récupération (ENR&R) Driee.ile-de-france, consulté en mars
  2. Objectif 30 % d'énergies renouvelables d'ici 2030, selon l'ONUDI, sur le site reuters.com du 2 juin 2011
  3. a, b, c et d (en) [PDF] International Energy Agency (IEA) - Agence internationale de l’énergie Key World Energy Statistics 2013, consulté le 10 octobre 2013.
  4. International Energy Outlook 2013 - World total energy consumption by region and fuel, site EIA consulté le 23 mars 2014.
  5. a, b et c L'électricité renouvelable dans le monde - 15è inventaire - édition 2013 - chap.1 : perspectives générales, site Observ'ER consulté le 23 mars 2014.
  6. (en)World Energy Outlook 2013 (nov.2013) - chap.6 : Renewable energy outlook, site de l'IEA consulté le 23 mars 2014.
  7. World Energy Outlook 2013 - Executive Summary - French version, site de l'IEA consulté le 23 mars 2014.
  8. L’Agence internationale de l’énergie redessine la carte énergie-climat ; juillet 2013
  9. a et b AIE (2013) World Energy Outlook Special Report - released on
  10. a et b AIE (2013) Redrawing the energy-climate map, 10 June 2013, PDF, 154 p
  11. a et b Jean-François Sacadura, Initiation aux transferts thermiques, Lavoisier, Paris, 1993 (ISBN 2-85206-618-1)
  12. a, b, c, d, e, f et g AllWeWish.org, les alternatives au nucléaire
  13. L'obligation d'achat photovoltaïque, sur le site edf-oasolaire.fr
  14. L’eau, source d’énergie du futur
  15. (en) Kazuhisa Miyamoto, « Chapter 1 - Biological energy production », Renewable biological systems for alternative sustainable energy production (FAO Agricultural Services Bulletin - 128), FAO - Food and Agriculture Organization of the United Nations,‎ 1997 (consulté le 2 février 2014)
  16. [PDF] Rendement suivant les matériaux d'après ADEME
  17. Joule Unlimited Claims It Can Make Diesel Fuel With Sun, Water & CO2, JAY LINDSAY, 27 février 2011
  18. Science et Vie, juillet 2009, no 1102
  19. Géothermie profonde : une technologie d'avenir ?, site Actu-environnement consulté le 24 mars 2014.
  20. a et b [PDF] Observ'ER La production d'électricité d'origine renouvelable dans le monde - 15è inventaire - édition 2013 - chapitre 2 - aperçu des dynamiques régionales par filière, consulté le 5 février 2014.
  21. Arnaud Guiguitant, « L’Indonésie mise sur l'électricité géothermique », dans Le Monde du 25-10-2009, [lire en ligne], mis en ligne le 24-10-2009
  22. SEISMES Comment croire que l'homme puisse être à l'origine de tremblements de terre ?, Science et Vie, avril 2009, no 1099, p. 44 à 59
  23. Les objectifs français de production de chaleur, site du Ministère de l'Écologie consulté le 24 mars 2014.
  24. Étude intitulée Importance des énergies renouvelables pour la politique sécuritaire, rendue en novembre 2007, réalisée par le cabinet de consultant Adelphi Consult et l'Institut de Wuppertal pour le climat, l'environnement et l'énergie (télécharger l’étude)
  25. Le Salon international des énergies renouvelables 17/06/2010 Sous l'image des panneaux solaires - sur le site actualites-news-environnement.com
  26. Batiactu, 1,2 million de salariés dans les énergies renouvelables en Europe
  27. Prim, portail de prévention des risques majeurs, voir aussi Manicore, site de Jean-Marc Jancovici
  28. Il y a beaucoup d'énergies renouvelables, mais pas ou peu d'énergies propres, sur le site de la DRIRE du Limousin (2007).
  29. Conclusions du programme européen CARBOSOL (doc. CNRS)
  30. [PDF] Poussières fines - Questions et réponses - État en janvier 2013, page 21 (doc. OFEV)
  31. À quoi ressemblerait un monde « énergétiquement vertueux » ?
  32. a et b Vidéo (en anglais) ; Une nouvelle étude (Mark Z. Jacobson, chercheur et pr en génie civil et environnemental à Stanford et Mark A. Delucchi (UC-Davis researcher) étudie ce qu'il faudrait pour reconvertir le système énergétique mondial aux énergies douces et renouvelables avec les technologies d'aujourd'hui sans augmentation significative de coûts
  33. Science et Vie, mars 2008
  34. Jean-Marc Jancovici, sur le site manicore.com
  35. Le plein s'il vous plaît ! - La solution au problème de l'énergie, (ISBN 978-2020857925).
  36. Bent Sorensen, Renewable Energy 3 e édition, Elsevier Science & Technology Books
  37. (AFP) – 25 août 2008 - Les éoliennes pourraient menacer certaines chauves-souris : L'université de Calgary a montré que « la plupart des chauves-souris tuées par les éoliennes sont des espèces migratoires » et que « 90 % des corps de chauves-souris retrouvés près d'éoliennes montraient des signes d'hémorragie interne provoquée par un traumatisme résultant apparemment d'une chute soudaine de la pression de l'air appelé barotraumatisme » : « la chute de pression atmosphérique à proximité des pales d'éolienne n'est pas détectable par les chauves-souris ».
  38. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Audition au Sénat par l'OPECST, sur le thème Énergies alternatives : gestion de l'intermittence et maturité des technologies in Comptes rendus de l'office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques du 17 novembre 2011
  39. Autoconsommation - 4 000 batteries en Allemagne, site Énergies renouvelables consulté le 1er juin 2014.
  40. Production d'électricité - Choisir l'EnR adaptée, site ADEME consulté le 29 décembre 2013.
  41. réponse à la consultation sur l’évolution des mécanismes de soutien (voir p.13), site EnR du SER consulté le 7 mai 2014.
  42. Philippe Terneyre (2010) Énergies renouvelables : Contrats d'implantation : Implantation des unités de production, clauses supensives, modèles de contrats ; Wolters Kluwer France, 23 avril 2010 - 285 pages
  43. Schaeffr, R., et al. (2012), “Energy Sector Vulnerability to Climate Change: A Review”, Energy, Vol. 38, No. 1, Elsevier, p. 1-12
  44. Karl, T., J. Melillo and T. Peterson (2009), Global climate change impacts in the united states, Cambridge University Press, New York.
  45. McNeil, M. and V. Letschert (2007), “Future Air Conditioning Energy Consumption in Developing Countries and that Can be Done about it: The Potential of efficiency in the Residential Sector”, ECEEE, Summer study, p. 1311-1322.
  46. Energie : la 'Bourse du carbone' torpillée par le parlement européen ?, sur le site Boursier.com consulté le 8 septembre 2013.
  47. les émissions de CO2 par habitant de la Suède ont baissé de 17,7 % en 20 ans et se situaient en 2010 à 5,07 tonnes CO2/hab (source : IEA)
  48. (en)« CO2 Emissions from fuel combustion - Highlights », sur IEA (consulté le 22 avril 2013)
  49. Fabrice Nodé-Langlois, « En Suède, l'«impôt dioxyde» préserve les entreprises », sur www.lefigaro.fr,‎ 30 décembre 2009
  50. a et b Les EnR bénéficieront de centaines de milliards d'investissements dans les 15 ans, Batiactu, 8 juillet 2014.
  51. (en)2030 Market outlook - Global overview, Bloomberg New Energy Finance, juillet 2014.
  52. EurObserv'ER Baromètre éolien 2013 (février 2014).
  53. Quinzième inventaire - Édition 2013 - La production d'électricité d'origine renouvelable dans le monde - Détails par région et par pays - États-Unis, site Observ'ER consulté le 14 mai 2014.
  54. (en)The Renewable Energy Target (RET) scheme, site du Département de l'environnement du gouvernement fédéral, consulté le 20 mai 2014.
  55. (en)About the Clean Energy Regulator, site du Clean Energy Regulator consulté le 20 mai 2014.
  56. (de)[PDF]BDEW, « Erneuerbare Energien und das EEG: Zahlen, Fakten, Grafiken (2013) », BDEW,‎ 2013 (consulté le 07-03-2013), p. 41
  57. [PDF]Charges de service public de l’électricité constatées au titre de 2012, sur le site de la CRE.
  58. a et b [PDF]Délibération de la CRE du 9 octobre 2013 portant proposition relative aux charges de service public de l’électricité et à la contribution unitaire pour 2014, sur le site de la CRE.
  59. [PDF] Cour des comptes Rapport sur la politique de développement des énergies renouvelables, juillet 2013 (voir pages 51-52).
  60. a, b et c Réponse du SER à la consultation sur l'évolution des mécanismes de soutien, site du SER consulté le 11 mai 2014 (voir pages 31 à 39).
  61. a et b (en)Renewable Portfolio Standards (RPS), carte des États concernés et détail des normes ; consulté le 3 octobre 2013.
  62. (en)California Renewables Portfolio Standard (RPS), sur le site de la California Public Utilities Commission consulté le 3 octobre 2013.
  63. (en)Wind Power: Barriers and Policy Solutions, sur le site de la Nicholas School of the Environment at Duke University consulté le 3 octobre 2013.
  64. Énergies vertes : Bruxelles choisit de ménager l'industrie, site du journal Les Échos consulté le 9 avril 2014.
  65. [PDF] Cour des comptes Rapport sur la politique de développement des énergies renouvelables, juillet 2013.
  66. Batiactu (2014), brève : Eolien : la CRE recommande les appels d'offres plutôt que le tarif d'achat 18/04/2014
  67. Berlin va réduire les aides aux énergies renouvelables, site du journal Les Échos consulté le 9 avril 2014.
  68. Réponse du SER à la consultation sur l'évolution des mécanismes de soutien, site du SER consulté le 11 mai 2014.
  69. Pour un système de soutien à l'électricité renouvelable juste et efficace, site du CLER consulté le 11 mai 2014.<
  70. Coûts et rentabilité des énergies renouvelables en France métropolitaine, site de la CRE consulté le 3 juin 2014.
  71. Coûts et rentabilité des énergies renouvelables en France métropolitaine - dossier Décryptages, site de la CRE consulté le 3 juin 2014.
  72. Coûts associés à l’insertion des ENR intermittentes dans le système électrique, site transition-energetique consulté le 1er juin 2014.
  73. (de)GESCHÄFTSMODELL ENERGIEWENDE (le business model de la transition énergétique), site de l'Institut Fraunhofer consulté le 23 février 2014.
  74. (en)Energy Technology Perspectives 2014- Harnessing Electricity’s Potential - Executive Summary, site de l'Agence internationale de l'énergie consulté le 17 mai 2014.
  75. Énergie renouvelable : 23 % de notre consommation énergétique d’ici 2020, selon le Grenelle Environnement mtaterre.fr
  76. [PDF] Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, Repères - Chiffres clés de l'énergie - édition 2013, février 2014 (voir page 7).
  77. [PDF] RTE (Réseau de Transport d'Électricité), RTE - Bilan électrique 2013, janvier 2014 (voir page 15).
  78. accès à la base de données Pégase
  79. [PDF] Bilan énergétique de la France pour 2011, p. 25 Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, juillet 2012.
  80. (de)Gutachten zu Forschung, Innovation und Technologischer Leistungsfähigkeit Deutschlands - Expertise sur la recherche, l’innovation et l'efficacité technologique allemande (voir p.51-52), site de l'EFI consulté le 6 mai 2014.
  81. (en) [PDF] « Primary energy overview », Energy Information Administration (consulté le 22-11-2008)
  82. « L’énergie mondiale poursuit sa mutation malgré la crise », Green univers (consulté le 24-10-2009)
  83. « Adoption du programme des énergies renouvelables et de la politique d’économie d’énergie » (consulté le 23-07-2011)
  84. « Programme algérien de développement des énergies nouvelles et renouvelables et de l’efficacité énergétique » (consulté le 23-07-2011)
  85. « Programme Algérien de Développement des Énergies Nouvelles et Renouvelables et de l’Efficacité Energétique (Liste des projets) » (consulté le 23-07-2011)
  86. Baromètre annuel de l'Ademe, repris par batiactu (Sondage effectué par BVA. 1012 entretiens téléphoniques ont été passés auprès d'un échantillon représentatifs, entre le 13 et le 25 septembre 2010), consulté 2011/01/24
  87. (en)Creation of IRENA, site de l'IRENA consulté le 11 mai 2014.
  88. Ligue des Champions EnR, sur le site res-league.eu
  89. France, sur le site res-league.eu
  90. Site officiel du SER
  91. Le CLER, site du CLER consulté le 11 mai 2014.
  92. Jeremy Rifkin, La troisième révolution industrielle. Comment le pouvoir latéral va transformer l'énergie, l'économie et le monde, Éditions Les Liens qui libèrent, 2012. ISBN 2918597473

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'énergie solaire après Fukushima, la nouvelle donne (Medicilline) de Louis Boisgibault (ISBN 9782915220377)
  • Robert Bell, La bulle verte : la ruée vers l’or des énergies renouvelables, Paris, Scali,‎ 2007, 296 p. (ISBN 9782350120683)
  • Sven Geitmann, Énergies renouvelables & Carburants alternatifs, Hydrogeit Verlag,‎ août 2007 (ISBN 3937863060)
  • Arnaud Michon, Le Sens du vent, notes sur la nucléarisation de la France au temps des illusions renouvelables, Éditions de l'Encyclopédie des Nuisances, 2010.
  • Jacques Vernier, les énergies renouvelables, Paris, Presses universitaires de France,‎ 2005 (ISBN 2130544495)
    Que sais-je n°3240, 3e édition

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Énergies renouvelables[modifier | modifier le code]

Développement durable et changement climatique[modifier | modifier le code]

Valorisation économique[modifier | modifier le code]