Gratien Candace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gratien Candace
Gratien Candace en 1914.
Gratien Candace en 1914.
Fonctions
Vice-président de la Chambre des députés[1]
19381942
Député de la Guadeloupe
19121940
Groupe politique PRS (1912-1914)
URRS (1914-1919)
PRS (1919-1928)
GR (1928-1936)
GDRI (1936-1940)
Président du Conseil général de la Guadeloupe
31 octobre 19211940
Sous-secrétaire d'État aux Colonies
3 juin 193228 janvier 1933
Gouvernement Édouard Herriot III
Joseph Paul-Boncour
Prédécesseur Louis de Chappedeleine
Successeur Albert Sarraut
Biographie
Date de naissance 18 décembre 1873, 18 décembre 1873
Lieu de naissance Baillif (Guadeloupe)
Date de décès 11 avril 1953, 11 avril 1953
Lieu de décès Lormaye (Eure-et-Loir)
Nationalité Française

Gratien Candace, né le 18 décembre 1873 à Baillif en Guadeloupe[2], et mort le 11 avril 1953 à Lormaye est un enseignant, homme politique[3], essayiste et publiciste français.

Le « oui » de Candace lors du vote des pleins pouvoirs à Pétain et son attitude vis-à-vis du gouvernement de Vichy[4] ont mis un terme en 1945-1947 à la carrière politique de ce Guadeloupéen. Tombé dans un oubli relatif durant la seconde partie du XXe siècle, il reste peu connu du grand public. Il a été cependant cité dans les travaux de recherches spécialisés et apparaît régulièrement, comme beaucoup d'autres parlementaires, de manière fugitive, dans des ouvrages sur la Troisième République[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

D'après la notice du Dictionnaire des parlementaires français, 1889 à 1940 reproduite dans la base de données des députés français depuis 1789 sur le site de l'Assemblée nationale, Gratien Candace est né « d'une famille de propriétaires terriens »[6]. D'après son acte de mariage, ses parents sont Edouard Candace né en 1846 et Marie Joseph Corvo. En fait, Amédée Labique, qui fut maire de Vieux-Habitants, Guadeloupe assura la formation du jeune Gratien Candace, son neveu par alliance, jusqu'à ce qu'il devienne instituteur, à dix-huit ans, puis secrétaire d'inspection. Il ira ensuite terminer ses études en France, jusqu'au doctorat. Il s'y établira jusqu'à la fin de sa vie. Sa formation politique s'est pour l'essentiel, déroulée à Toulouse et en loge à Pau et à Paris[7].

Gratien Candace épouse le 13 mai 1921, à la mairie du 7e arrondissement de Paris[8], Jeanne Marie Binet[9], née à Saint-Honoré-les-Bains dans la Nièvre le 26 août 1886, décédée en 1969, fille de Maurice Ferdinand Pierre Binet, médecin (1849-1938) et Anne Joséphine Marie Aline Pierrette Dubois (1856-1886). Un des frères de Madame Candace, René Binet, né dans la Nièvre en 1882 fut diplomate[10]. Henry Bérenger est le témoin du jeune couple[8].

Mort dans la maison familiale à Lormaye le 11 avril 1953, il est inhumé dans le caveau familial au cimetière de Coulombs[11]. Ses funérailles eurent lieu en l'église Saint-Sulpice de Nogent-le-Roi[12]. Le Monde du 14 avril 1953 et L'Écho républicain de Chartres du 15 avril 1953 publient sa nécrologie.

Carrière[modifier | modifier le code]

La carrière de Gratien Candace contredit, du début jusqu'à son terme ministériel les idées reçues sur les différentes formes de discrimination raciale frappant les empires coloniaux dans la première moitié du XXe siècle.

En effet, tout au long de sa carrière, Gratien Candace, développe des compétences multiples, diversifiées et reconnues, qui le conduisent aux plus hautes responsabilités gouvernementales, industrielles et pédagogiques : de l'« instituteur »[13] à l'élu, député, Délégué de Tahiti au Conseil Supérieur des colonies (1856/1939)[14] et vice-président de la Chambre des députés et Secrétaire d'Etat[15]. Il a exercé les métiers de professeur de biologie dans l'enseignement professionnel[16]. Gratien Candace a été membre du cabinet de René Viviani dans le premier ministère du Travail ; exercice qui résulte du croisement de deux métiers :

  • direction de grande entreprise ou d'établissement public[17]
  • Management des ressources humaines[18].

Cette position de haut fonctionnaire de l'Empire français exige, outre des compétences politiques, de mettre en œuvre des qualités de

  • Définition et supervision de la politique générale (organisation, développement économique, ...), des orientations stratégiques et financières de l'Empire français et de la nation en matière de politique de management et de gestion des ressources humaines,
  • Définition et mise en œuvre d'une politique de management et de gestion des ressources humaines (recrutement, rémunération, mobilité, gestion des carrières, ...) de la structure. Elaboration et supervision de la gestion administrative du personnel (dossiers individuels, paie, ...),
  • supervision de l'application des obligations légales et réglementaires relatives aux conditions et aux relations de travail,
  • Organisation du dialogue social et conduite des actions de communication/représentation auprès des acteurs de l'environnement socio-économique, participation aux opérations de communication liées aux mutations de l'entreprise,
  • supervision des directions stratégiques et organisation des échanges dans l'équipe du cabinet ministériel, avec les autres ministères, le parlement, l'Elysées, les partenaires sociaux, les entreprises, etc.
  • Suivi et analyses des données d'activité de la nation et proposition d'axes d'évolution

Gratien Candace termine sa carrière en étant membre du Conseil National de Vichy, dans un Empire brisé, vaincu, en guerre civile et internationale.

Trajectoire de l'enseignant & pédagogue[modifier | modifier le code]

Gratien Candace débute sa carrière dès ses 18 ans comme instituteur en Guadeloupe où il devient secrétaire d'inspection. Venu poursuivre des études en France, il y exercera ses multiples talents et poursuivra une brillante carrière d'homme politique.

Il se fixe d'abord à Toulouse où il est reçu à l'École normale d'instituteurs parmi six candidats sur 80 concurrents. Deux ans plus tard, titulaire d'une licence es-sciences naturelles, il effectue pour le gouvernement deux missions qui ont pour objet l'organisation de l'agriculture, l'une en Afrique du Nord, l'autre dans les Caraïbes. Licencié es-sciences naturelles, il enseigne d'abord à Pau jusqu'en 1906, puis occupe un poste de professeur à l'École professionnelle de Creil (1910-1911).

En 1918-1919, au sortir de la Première Guerre mondiale, Gratien Candace fonde avec Alcide Delmont et Henry Bérenger, l'Institut colonial Français, devenu l'École nationale de la France d'outre-mer[19].

Trajectoire politique[modifier | modifier le code]

Entre deux périodes d'enseignement, de 1906 à 1909, Gratien Candace collabore au premier Ministère du Travail en tant que membre du Cabinet de René Viviani[20]. Il est élu député de la Guadeloupe sous la Troisième République, en 1912.

« L'esclavage a été définitivement aboli le 27 avril 1848, le suffrage universel reconnu sans distinction de couleur et, depuis plus de soixante ans, les habitants des Antilles sont représentés au Parlement : "Comme groupe compact de citoyens français hors de la Métropole aucune colonie, sauf l'Algérie, ne les dépasse."
Actuellement ils sont brillamment représentés à la Chambre des Députés par M. Gratien Candace, député de la Guadeloupe et M. Alcide Delmont, député de la Martinique et Sous-Secrétaire d'Etat au Ministère des Colonies[21]. »

Alors qu'il est inscrit dans le groupe des Radicaux indépendants, Gratien Candace est nommé Sous-secrétaire d'État aux Colonies[22] pour deux mandats qui dureront 7 mois, du 3 juin 1932 au 28 janvier 1933, dans les cabinets ministériels de centre-gauche : d'abord dans le Gouvernement Herriot III du 3 juin 1932 - 14 décembre 1932, puis, du 18 décembre 1932 au 28 janvier 1933 dans celui de Gouvernement Joseph Paul-Boncour.

Gratien Candace est élu vice-Président de la Chambre des députés entre 1938 et 1940[23].

Élection à la députation[modifier | modifier le code]

Gratien Candace a été élu sept fois consécutives député de la 1re circonscription de la Guadeloupe, sous la IIIe République. Il a donc siégé à la Chambre des députés de 1912 à 1942[24].

  • 1912 : Première élection, 4 février 1912, Xe législature, 1er juin 1910 - 31 mai 1914.
  • 1914 : Deuxième élection, 26 avril 1914, XIe législature, 1er juin 1914 - 7 décembre 1919.
  • 1919 : Troisième élection, 30 novembre 1919[25], XIIe législature, 8 décembre 1919 - 31 mai 1924.
  • 1924 : Quatrième élection, 11 mai 1924, XIIIe législature, 1er juin 1924 - 31 mai 1928.
  • 1928 : Cinquième élection, 29 avril 1928, XIVe législature, 1er juin 1928 - 31 mai 1932.
  • 1932 : Sixième élection, 1er mai 1932, XVe législature, 1er juin 1932 - 31 mai 1936.
  • 1936 : Septième élection, 26 avril 1936, XVIe législature, 1er juin 1936 - 31 mai 1942[26].

Contexte politique français[modifier | modifier le code]

Trajectoire individuelle[modifier | modifier le code]

La signature de la paix dans la Galerie des Glaces, Versailles, 28 Juin 1919

1928-1936 : Gratien Candace est inscrit au groupe parlementaire Gauche radicale (GR)

  • 3 juin 1932 au 14 décembre 1932 : Le premier Noir ministre est Gratien Candace[39]. Il fut sous-secrétaire d'État[40], dans le troisième gouvernement Édouard Herriot, Albert Sarraut étant ministre des colonies.
  • 9 juillet 1932 : Hommage à Gratien Candace, député de la Guadeloupe, sous-secrétaire d'État au ministère des Colonies, suivi d'un banquet[41].
  • 23 juillet 1932 : M. Gratien Candace, sous-secrétaire d'État au ministère des Colonies, a reçu les membres du Comité directeur de la Société de géographie commerciale venus lui remettre la grande médaille d'or de la Société pour l'ensemble de son œuvre maritime et coloniale.[42]
  • Novembre 1932 : Gratien Candace inaugure le Lycée du Havre qui comprend une classe préparatoire à l'École coloniale de Paris pour la formation des administrateurs coloniaux[43].
  • 1er mars 1935 : À la Chambre des Députés, lors du débat sur l’électorat et à l’éligibilité des femmes aux scrutins municipaux, Gratien Candace vote favorablement. « Je tiens à déclarer dès maintenant que je n’ai pas hésité un seul instant à donner mon adhésion pleine et entière à la proposition de Monsieur Fayssat ». Il argumente en s'appuyant sur l'expérience de 1848 et ses observations « dans toutes les capitales européennes » qu'il visite en tant que membre de la conférence de l’Union interparlementaire[44].
  • 29 mai 1935 : Départ du Normandie dans la course au Ruban bleu.
  • 3 juin 1935 : Le Normandie bat le record de vitesse détenu par le paquebot italien Rex depuis août 1933 et devient le premier paquebot français détenteur du Ruban bleu.

1936-1940 : Gratien Candace se rattache au groupe parlementaire Gauche démocratique et radicale indépendante (GDRI) appartenant à la famille de la Gauche Radicale

  • 1938-1940 : Gratien Candace est vice-Président de la chambre des députés.
  • 1939 : Gratien Candace prône l’union fraternelle de tous les Français au début de l'agression nazi en 1939.
  • juillet 1940 : Délégué extraordinaire du parlement auprès du Président de la République.
  • 10 juillet 1940 : Gratien Candace vote les pleins pouvoirs à Philippe Pétain au casino de Vichy, comme 31 des 35 membres de la Gauche radicale (les 4 autres sont absents). Dominique Chathuant analyse cet acte politique dans sa biographie de Gratien Candace, sur son site[45].

Sous l'Occupation, Gratien Candace est membre du Conseil national instauré par Vichy.

Député de Guadeloupe en 1936[modifier | modifier le code]

Le dernier scrutin législatif de la Troisième République française a lieu le 3 mai 1936, avant l'envahissement du pays par l'armée allemande en 1940. La XVIe législature issue de ce scrutin dure de 1936 à 1940. Elle est marquée par de profonds bouleversements sociaux et politiques qui transformeront définitivement la société française, dans un contexte de crise économique mondialisée, de paroxysme des nationalismes[46], de conflits armés : la Guerre d'Espagne de 1936, la Guerre sino-japonaise en 1937, la Campagne de Pologne en 1939, et le début du conflit mondialisé.

Dans ses colonies, la France poursuit une politique d'assimilation économique, sociale et politique. À ce titre, les colonies envoient des députés à la Chambre, dont Gratien Candace dans la 1re circonscription de Guadeloupe[47], pour le groupe de la Gauche démocratique et radicale indépendante, élu pour la première fois le 4 février 1912.

Les amis politiques de Gratien Candace[modifier | modifier le code]

Diagne Candace Boisneuf The Crisis, août 1914

Les groupes parlementaires auxquels Gratien Candace est inscrit au long de sa carrière parlementaire, de 1912-1940, ont pour vocation de rassembler des Indépendants de gauche.

Membres du GDRI qui se sont exprimés le 10 juillet 1940[48][modifier | modifier le code]

Parlementaire ayant voté « Contre »[modifier | modifier le code]

Maurice Delom-Sorbé [49], député des Basses-Pyrénées, GDRI

Parlementaires ayant voté « Pour »[modifier | modifier le code]

  1. Victor Bataille, député de la Saône-et-Loire, GDRI
  2. Pierre Baudouin-Bugnet, député du Doubs, GDRI
  3. Gratien Candace, député de la Guadeloupe, GDRI
  4. Jean Chaulin-Servinière député de la Mayenne, GDRI
  5. Pierre Colomb, député de la Vienne, GDRI
  6. Adrien Dariac, député de l'Orne, GDRI
  7. René Delzangles, député des Basses-Pyrénées, GDRI
  8. Jean Desbons, député des Hautes-Pyrénées, GDRI
  9. Jean Deschanel, député d'Eure-et-Loir, GDRI
  10. Albert Dubosc, député de la Seine-Inférieure, GDRI
  11. Marius Escartefigue, député du Var, GDRI
  12. Antoine Gallet, député de l'Ain, GDRI
  13. Gaston Gérard, député de la Côte-d'Or, GDRI
  14. Émile Gellie, député de Gironde, GDRI
  15. Jean Goy, député du Calvados, GDRI
  16. Luc Levesque, député de la Vienne, GDRI
  17. Léon Marescaux, député du Nord, GDRI
  18. Jacques Masteau, (député de Vienne, GDRI
  19. Jean Montigny, député de la Sarthe, GDRI
  20. Louis Nachon, député du Jura, GDRI
  21. Maurice Petsche, député des Hautes-Alpes, GDRI
  22. François Peugeot, député du Doubs, GDRI
  23. Paul Saurin, député de l'Algérie, GDRI
  24. Fernand Talandier, député du Cantal, GDRI
  25. Aimé Tranchand, député de la Vienne, GDRI
  26. Firmin Tristan, député du Morbihan, GDRI

Parlementaires n'ayant pas pris part au vote[50][modifier | modifier le code]

  1. Joseph Aveline, député de l'Orne, GDRI
  2. René Enjalbert, député de l'Algérie, GDRI
  3. Georges Mazerand, député de Meurthe-et-Moselle, GDRI
  4. Émile Morinaud, député de l'Algérie, GDRI

Gratien Candace et le mouvement panafricain[modifier | modifier le code]

Gratien Candace est aujourd'hui perçu comme un représentant de l'Empire français au moment de son apogée. La mémoire guadeloupéenne s'est montrée, jusqu'à une période très récente, hostile à un homme qui fut jugé trop pétainiste par le discours assimilationniste puis trop assimilationniste pour le discours nationaliste. Il a cependant été très actif dans la réflexion sur l'Empire colonial et l'organisation politique, économique et culturelle raciale au niveau national et international. L'Académie des Sciences coloniales[51], aujourd'hui Académie des sciences d'outre-mer, reconnait Gratien Candace comme membre fondateur[52]. Gratien Candace participe au premier congrès panafricain, à Paris, en 1919 et il fut président du second congrès dont des séances eurent lieu à Paris[53]. Le fascicule intitulé Le deuxième Congrès de la Race Noire, publié en 1921 est signé « Gratien Candace, député de la Guadeloupe, président de l'Association panafricaine »[54]. Ce congrès est coorganisé avec Blaise Diagne et W. E. B. Du Bois[55]. Parlant du leadership de W. E. B. Du Bois aux États-Unis, Edward Franklin Frazier dit :

« The leadership of Dr. DuBois has been too intellectual to satisfy the mob. Even his glorification of the Negro has been in terms which escape the black masses. The PanAfrican Congress which he has promoted, while supporting to some extent the boasted aims of Garvey, has failed to stir any considerable number of American Negroes. The National Association for the Advancement of Colored People, which has fought uncompromisingly for equality for the Negro, has never secured, except locally and occasionally, the support of the masses. It has lacked the dramatic element. »

— (Edward Franklin Frazier)[56]

On peut probablement faire la même analyse à propos de Gratien Candace dont les actions ont certainement atteint les élites politiques et industrielles mais peu marqué les masses populaires de la Guadeloupe. Ceux-ci ont peut-être été stupéfaits par l’audace d'un nègre issu du même milieu paysan qu'eux.

Documents photographiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Images de presse[modifier | modifier le code]

  • 1913 : Agence Rol, Versailles, élection présidentielle, Mr Gratien Candace, Image fixe, 1 photogr. nég. sur verre ; 13 x 18 cm (sup.) : XIXe ‑ XXe siècle : 1873-1913, Paris, Agence de presse Rol,‎ 1913, 17 janvier 1913. Réf. bibl. : Rol, 25990. (notice BnF no FRBNF404656577).
  • 1914 : Agence Rol, Mr Candace, député de la Guadeloupe. Portrait à son bureau de travail. Photographie de presse, 1 photogr. nég. sur verre ; 13 x 18 cm (sup.) : XIXe ‑ XXe siècle : 1873-1914, Paris, Agence de presse Rol,‎ 1914. (notice BnF no FRBNF40491356q).
  • 1914 : Agence de presse Meurisse, M. Candace, député de la Guadeloupe, image fixe, photographie de presse, 1 photogr. nég. sur verre ; 13 x 18 cm (sup.) ou moins : XIXe ‑ XXe siècle : 1873-1914, Paris, Agence de presse Meurisse,‎ 1914. Référence(s) commerciale(s) : 47674 (Meurisse). Appartient au recueil : Recueil. Actualités 14 décembre 1913 - 1914-06-21. Agence Meurisse MEU 46389-53069. (notice BnF no FRBNF41570248g).
  • 1921 : Agence de presse Meurisse, Candace, député de la Guadeloupe et Diagne (Blaise Diagne à gauche), image fixe, photographie de presse, 1 photogr. nég. sur verre ; 13 x 18 cm (sup.) ou moins : XIXe ‑ XXe siècle : 1873-1921, Paris, diff. par Agence de presse Meurisse,‎ 1921. Appartient au recueil. Actualités 1921-04-10**1921-09-28, 1921. Référence(s) commerciale(s) : Agence Meurisse MEU 88130-92589. (notice BnF no FRBNF415799206).
  • 1929 : Agence de presse Meurisse, Candace, député (Guadeloupe), image fixe, photographie de presse, 1 photogr. nég. sur verre ; 13 x 18 cm (sup.) ou moins : XIXe ‑ XXe siècle : 1873-1929, Paris, diff. par Agence de presse Meurisse,‎ 1929. Appartient à Recueil Actualités 1928-07-05**1929-03-18. Référence(s) commerciale(s) : Agence Meurisse 64617 A. (notice BnF no FRBNF415892794).

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

Gratien Candace est auteur de nombreux ouvrages et discours, dont :

Agronomie[modifier | modifier le code]

Rapports faits au gouvernement[modifier | modifier le code]

  • 1903 : Le Cacao. Rapport à Monsieur le Ministre des Colonies, relatif à une mission agricole à la Trinidad et à la Guadeloupe[59].
  • 1903 : Mission dans les Antilles anglaises et en Guyane hollandaise[60].

Articles de presse[modifier | modifier le code]

  • 1925 : Gratien Candace, « Antilles-Panama-Pacifique[61] », Panorama, Paris, 10e année, no 142, p. 1-40, 1 portrait hors-texte, 8 photographies hors-texte,‎ 1 décembre 1925
  • 1927 : Gratien Candace, Les incidents sardiniers de 1926 et leur solution. Pêches Maritimes, 10, ((n°|466}}, p. 273–274[62].
  • 1929 : Gratien Candace, « L’action de la gendarmerie pendant le cyclone de la Guadeloupe[63], », Revue de la Gendarmerie, t. 2, p. 564-569,‎ 1929
  • 1939 : Gratien Candace, Colonies. La place du thé dans l’économie impériale française. Revue politique et parlementaire[64] de Marcel Fournier[65], Fernand Faure, Publié par A. Colin & cie., etc., 1894, mai 1939, p. 287-292.

Travaux parlementaires[modifier | modifier le code]

  • 1919 : Gratien Candace, Rapport fait au nom de la Commission des Affaires extérieures, des protectorats et des colonies chargée d'examiner la proposition de résolution sur le régime des prisonniers de guerre et des internés civils en Allemagne et en France…- Publié par Martinet, 1919
  • 1919 : Rapport fait au nom de la Commission chargée d'examiner le projet de loi portant approbation du Traité de paix conclu à Versailles le 28 juin 1919: Prisonniers de guerre et sépultures)[66],
  • 1922 : Gratien Candace. Discussion du projet de loi portant fixation du budget général de l'exercice 1923 (Ministère des Colonies). Discours prononcé. 19 décembre 1922, Publié par Imp. des journaux officiels, 1922
  • 1928 : Charles Mourre, [url google Création de zones franches maritimes et fluviales. Proposition de loi présentée par M. Gratien Candace, député, no 209. Rapport présenté par M. Charles Mourre dans la séance de la Chambre syndicale du 5 octobre 1928] Société pour la défense du commerce et de l'industrie de Marseille : XXe ‑ XXe siècle : 1928-1931, Marseille, Société anonyme du Sémaphore, (s. d.),‎ 1928.(notice BnF no FRBNF30989535s)
  • 1930 : Gratien Candace. Les Zones franches maritimes, Publié par Comité d'action économique & douanière, XIV, In--8 °, 1930, 25 p. Notice n° : (notice BnF no FRBNF319033985).
  • 1931 : Rapport fait au nom de la Commission de la marine marchande chargée d'examiner la proposition de loi de M. Gratien Candace tendant à la création de zones franches maritimes et fluviales : Annexe au procès-verbal de la 2e séance du 4 novembre 1930 par Henri Tasso.
  • 1934 : Gratien Candace. Le Régime douanier de la France et ses colonies, Extrait de la Revue politique et parlementaire du 10 juillet 1934. Publié par Revue politique et parlementaire, 1934, 26 p. Notice n° : (notice BnF no FRBNF329399385).

Engagements associatifs panafricains[modifier | modifier le code]

  • 1921 : Gratien Candace, Le deuxième congrès de la race noire en 1921, Publié par Éditions de Colonies et marine, 1921, 17 p. : ill., Paris. Notice BNF n° : FRBNF36036165
  • 1927 : Gratien Candace, François Aupiais, Jean-Victor Augagneur, Comité national d'études sociales et politiques, Les Noirs ; leurs aspirations et leur avenir. Publié par Impr. d’études sociales & politiques, 1927, 37 p.[67].
  • 1935 : Version numérique. Gratien Candace, Conférence faite à Strasbourg le 24 mai 1935 à propos du troisième centenaire du rattachement des Antilles à la France, Publié par Union coloniale française, 1935, Funding for this project was provided through the New York State Program for the Conservation and Preservation of Library Research Materials (Division of Library Development, New York State Library)[68].

Travaux sur la Marine[modifier | modifier le code]

  • 1930 : Gratien Candace, La Marine marchande française et son importance dans la vie nationale. Préface de M. Aristide Briand, ancien président du Conseil, ministre des affaires étrangères Texte imprimé - Bibliothèque politique et économique. Publication Mayenne, impr. Floch ; Paris, Payot, 1930. (13 août.) In-8, 389 p. Notice n° : FRBNF31903397
  • 1938 : Gratien Candace, La Marine de la France: marine militaire ; marine marchande, Texte imprimé, Publication : Saint-Denis, impr. Dardaillon et Dagniaux ; Paris, Payot, 1938. (25 mars.) In-8, 191 p. Notice n° : FRBNF34194396

Histoire de la Guadeloupe[modifier | modifier le code]

En tant qu'auteur[modifier | modifier le code]

  • 1933 :Candace, Gratien (1873-1953) Le général Richepanse: la Guadeloupe de 1801 à 1810.- Publié par En vente chez l'auteur, 1933, 235 p.
  • 1935 : Candace, Gratien (1873-1953), Henry Bérenger (1867-1952), 1635-1935. Tricentenaire du rattachement des Antilles et de la Guyane à la France. Première commémoration solennelle organisée par l'Académie des sciences coloniales dans sa séance publique tenue en Sorbonne, le 27 mars 1935, sous la présidence de M. Louis Rollin, en présence de M. M. Albert Lebrun. Allocutions de MM. Henry Bérenger et Gratien Candace, Texte imprimé]. Publication : Paris, impr. Jouve ; Société d'éditions géographiques, maritimes et coloniales, 17, rue Jacob, 1935. (4 octobre.) Gr. in-8, 23 p., portrait hors texte de Victor Schoelcher. Notice n° : FRBNF31903395
  • 1935 : Gratien Candace, La Guadeloupe française, 1635-1935, Publication : Nevers, Impr. spéciale de la France active, s. d. Notice n° : FRBNF32939937
  • Gratien Candace, La Guadeloupe française, 1635-1935, Publié par Collection de la France active, 1935. Funding for this project was provided through the New York State Program for the Conservation and Preservation of Library Research Materials (Division of Library Development, New York State Library).Version numérique.
  • 1948 : Gratien Candace, Victor Schoelcher, l'abolition de l'esclavage. Comptes rendus mensuels des séances de l'Académie des sciences coloniales, no 3, 1948, p. 97-138

En tant que préfacier[modifier | modifier le code]

  • 1933 : Georges Sainte-Croix de la Roncière (Comte de), préface de M. Gratien Candace, sous secrétaire d'État aux colonies, député de la Guadeloupe, Grandes Figures coloniales. II : Le Général Richepanse. La Guadeloupe de 1801 à 1810, Publication : Mayenne, impr. Floch ; Paris, en vente chez l'auteur, 74, avenue Marceau, 1933. (8 mai.) In-8, 240 p. et portrait. Notice n° : FRBNF31903400
  • 1935 : Lenis Blanche. Préface de Gratien Candace, Gouvernement de la Guadeloupe et dépendances. Contribution à l'histoire de la presse à la Guadeloupe.Texte imprimé. Publié à l'occasion du tricentenaire des Antilles, Basse-Terre, Impr. catholique, 1935. In-8, XIV-59 p. Notice n° : FRBNF31823465
  • 1935 : Robert Gérard, préface de Gratien Candace, - Les Travaux publics de la Guadeloupe. Texte imprimé, monographie, In-8° , 294 p., fig., cartes, plan et tabl. - Publication : Paris, L. Fournier, 1935. Notice n° : FRBNF31225256.

La Caraïbe[modifier | modifier le code]

  • 1903 : Gratien Candace, Le Cacao. Rapport à Monsieur le Ministre des Colonies Relatif à une mission agricole à la Trinidad et à la Guadeloupe.
  • 1905 : Gratien Candace, La Trinidad, Annales de géographie : bulletin de la Société de géographie (France), (p. 265-296, 4 fig.), Publié par A. Colin, 1905[69].

Afrique[modifier | modifier le code]

  • 1933 : Maurice Rondet-Saint, Préface de M. Gratien Candace, député, sous-secrétaire d'État aux colonies. Sur les routes du Cameroun et de l'AEF.- Texte imprimé. Publication : Paris, impr. Jouve et Cie ; Société d'éditions géographiques, maritimes et coloniales, 184, boulevard Saint-Germain, 1933. (18 mars.) In-16, VIII-251 p. et carte. Notice n° : FRBNF31903399
  • 1945 : Henri Derville, Préface de M. Gratien Candace, L'âme africaine. I. L'Ame noire, Texte imprimé Paris, les Livres nouveaux, 1945. In-16 (190 x 125), 187 p., couv. ill, Notice n° : FRBNF32019179

Correspondance de Gratien Candace[modifier | modifier le code]

W.E.B. Du Bois Papers, 1803-1979]. Series 1. General Correspondence (part 1).1877-1932. Special Collections and University Archives W.E.B. Du Bois Library. University of Massachusetts Amherst[70]

  • 1919 : Candace Gratien, 1919.Reel 7: 203.
  • 1920 : Candace Gratien, 1920 Reel 8. Re: plans for the next Pan-African Congress.
  • 1921 : Candace Gratien, 1921, Reel 9. Re: the Pan-African Congress.
  • 1922 : Pan-African Association. Also: Isaac Beton, Gratien Candace, Paul Otlet, 1922. Reel 11. Re: fund-raising for the organization and h Bois' refusal to request the NAACP's assistance; concerning planning for the 1923 meeting, the location of the next meeting, the presidency of the group and the work of the Association.
  • 1923 : Pan-African Association. Also: Isaac Beton, Gratien Candace, 1923. Reel 12: 366. Includes correspondence on plans for the 3rd Pan-African Congress held in the fall of 1923; questionnaire sent by Beton to Du Bois on the economic condition of the Black race; programs; resolutions; miscellaneous materials.
  • 1928 : Candace, Gratien, 1928. Reel 25: 13. Re: a possible meeting of the Pan-African Congress in France.
  • 1929 : Candace, Gratien, 1929. Reel 28: 16. Re: the Pan-African Congress and possible sites for meetings
  • 1930 : Candace, Gratien, 1930. Reel 30: 1127. Re: the Fontainebleau School.

Citations « Gratien Candace »[modifier | modifier le code]

Presse[modifier | modifier le code]

Travaux scientifiques sur Gratien Candace ou le mentionnant[modifier | modifier le code]

  • 1996-2001 : Dominique Chathuant, « L’assimilationnisme, une structure mentale », Cyril Serva (dir), Études guadeloupéennes, Jazor, Pointe-à-Pitre, ISBN 2-912594-13-8, 2001, p. 111-122 (version remaniée d’une communication au colloque « 50 ans de départementalisation », Université Antilles-Guyane (UAG), Fouillole, Pointe-à-Pitre, mars 1996).
  • 2003 : Dominique Chathuant, « Gratien Candace : une figure de la vie politique française. 1re partie : la Troisième République (1900-1940) », Bulletin de la Société d’histoire de la Guadeloupe, no 134, janvier-avril 2003, ISSN 0583-8266, p. 27-103
  • 2004 : Béatrice De Pastre, Cinéma éducateur et propagande coloniale à Paris au début des années 1930, Revue d'histoire moderne et contemporaine 2004-4 (no 51-4), ISSN 0048-8003, ISSN numérique en cours, (ISBN 2-7011-3737-3), p. 135-151.
  • 2008 : Dominique Chathuant, « Gratien Candace : une figure de la vie politique française. 2e partie : un vestige de la Troisième République (1940-1953)», Bulletin de la Société d’histoire de la Guadeloupe, no 148, ISSN 0583-8266, janvier 2008, p. 3-131.
  • 2009 : Dominique Chathuant, « Une élite politique noire dans la France du premier 20e siècle ? », , Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 101, janvier-mars 2009, Presses de Sciences Po, ISSN 0294-1759, ISBN 978-2-7246-3132-6, p. 133-148.
  • 2009 : Melvyn Stokes, Kojo Touvalou Houénou : An Assessment, Transatlantica, mis en ligne le 23 juin 2009, Consulté le 19 décembre 2009.
  • 2010 : Dominique Chathuant, « Gratien Candace, candidat (1914-1945) », L. Jalabert, B. Joly, J. Weber (dir), Les élections législatives et sénatoriales outre-mer (1848-1981), Actes du colloque 2006 de l’université de Nantes, CRHIA, Les Indes savantes, ISBN 978-2-84654-208-1, 2010, p. 103-115.
  • 2010 : Dominique Chathuant, « Français de couleur contre métèques : les députés coloniaux contre le préjugé racial (1919-1939) », Outre-mers. Revue d’histoire (ex. RFHOM), t. 98, no 366-367, ISSN 1631-0438, 1er sem. 2010, p. 239-253.
  • 2011 : Dominique Chathuant, « Entre gauches et droites, entre Paris et Guadeloupe : polémiques autour du conflit italo-éthiopien (1935) », Bulletin de la Société d’histoire de la Guadeloupe, no 160, septembre-décembre 2011, p. 40-56.

Lieux Gratien Candace[modifier | modifier le code]

  • Groupe scolaire Gratien-Candace, Établissement scolaire, École primaire et maternelle, Avenue du Général-de-Gaulle, bourg, 97119 Vieux-Habitants, Guadeloupe, 97119.

Documentation de vulgarisation sur Gratien Candace[modifier | modifier le code]

  • Candace.online. Dominique Chathuant propose, en ligne, de larges extraits de la biographie qu'il a réalisé sur Gratien Candace, avec l'objectif « d’apporter au grand public une contribution à la dimension coloniale de l’histoire de la France ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ajournée en 1942.
  2. Dominique Chathuant, « 1873 - Petit-fils de Charlottine, esclave », sur candace.free.fr, candace.free.fr,‎ 18 mars 2001 (consulté le 30 septembre 2009). Il est né sur le territoire de l'actuel habitation Campry, route de Cadet, à Baillif, selon l'état-civil. Estelle Virassamy, « Les secrets du manioc », sur guadeloupe.franceantilles.fr, franceantilles.fr,‎ 13 août 2010 (consulté le 14 août 2010).
  3. « Candace (Gratien), 1873-1953 : Instituteur et homme politique. Né à Baillif (Guadeloupe) le 18 décembre 1873, Gratien Candace devient instituteur à dix-huit ans avant de venir en métropole pour poursuivre ses études. Docteur ès sciences, il entre en 1900 dans le cabinet de Viviani alors ministre du Travail. Député de son île natale en 1912, il suit de très près les questions coloniales et fonde en 1930 la revue Colonies et marine. Nommé sous-secrétaire d’État aux Colonies du 3 juin 1932 au 30 janvier 1933 dans le troisième ministère Herriot et le cabinet Paul-Boncour, il cherche à aider l’agriculture des territoires d’outre-mer. Il développe ainsi une flotte bananière utile aux Antilles et à la côte africaine, et organise des coopératives fruitières. Il décèdera à Lormaye (Eure-et-Loir), le 11 avril 1953. » loubet-allaire.ludovic, « Encyclopédie de la Troisième République. 70 ans d'histoire (1870-1940), C », sur http://loubet-allaire.ludovic.chez-alice.fr/C.html, loubet-allaire.ludovic.chez-alice.fr,‎ 2010 (consulté le 01 mai 2010)
  4. « Gratien Candace fut de ceux qui votèrent les pouvoirs constituants au maréchal Pétain le 10 juillet 1940 à Vichy. Il fut membre du Conseil national de l'État français » Cf. Le vote du 10 juillet 1940 in Limor Yagil, "L'homme nouveau" et la révolution nationale de Vichy (1940-1944) Histoire et civilisations : XXe siècle : 1940-1944, Paris, Presses universitaires du Septentrion,‎ 1997. Notice Bnf n° FRBNF36163090
    La question du pourquoi de ce vote le 10 juillet 1940 se pose d'autant plus que Gratien Candace cosigne le 19 juin 1940 — au lendemain de l'appel du 18 juin 1940, avec Galandou Diouf, Député du Sénégal et Maurice Satineau, Député de la Guadeloupe, une lettre à Albert Lebrun, Président de la République Française, dans laquelle les trois députés supplient le chef de l'État « de sauver notre grande et chère patrie dans l'honneur, dans la dignité et dans le respect de la parole donnée ». Ce texte nous est connu grâce à une citation dans l'ouvrage Édouard Herriot, Épisodes, 1940-1944, p. 87 : XXe siècle : 1940-1944, Paris, Flammarion,‎ 1950.Bnf [réf. nécessaire]. Nous le reproduisons ici d'après la copie donnée par Dominique Chathuant sur son site de recherche en histoire candace.online.fr :
    Bordeaux, le 19 juin 1940,
    A son excellence Monsieur Albert Lebrun,
    Président de la République Française
    Monsieur le Président,
    Notre France est blessée mais ne peut pas s'abandonner.
    Hommes de couleur, représentants de nos colonies au parlement national, nous venons vous supplier de sauver notre grande et chère patrie dans l'honneur, dans la dignité et dans le respect de la parole donnée.
    En s'appuyant sur son vaste Empire, en concentrant tous ses moyens de défense en Afrique du Nord et dans son Afrique Noire, elle pourra lutter jusqu'au dernier souffle et, par son héroïsme et sa loyauté, elle maintiendra ses alliances et ses amitiés et sera sûre de conserver la sympathie et la confiance de l'Angleterre et de ses Dominions, de s'assurer le concours et toute la sympathie agissante de l'Amérique.
    Vive la France !
    Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'assurance de notre respect et de tout notre dévouement
    Gratien Candace, Député de la Guadeloupe, Vice-Président de la Chambre des Députés,
    Galandou Diouf, Député du Sénégal
    Maurice Satineau, Député de la Guadeloupe
    Sources : Edouard Herriot, Episodes (1940-1944), Flammarion, 1950, p. 86-87 – Président de la Chambre, Edouard Herriot avait reçu une copie de ce texte. Fin ce citation.
    Source : Dominique Chathuant, « 1940 - Gaulliste au 19 juin 1940 / L’appel du 19 juin », sur candace.online.fr, Dominique Chathuant,‎ s.d. (consulté le 19 février 2010).
  5. Voir bibliographie
  6. Assemblée Nationale, « Gratien Candace (1873-1953) », sur assemblee-nationale.fr, Assemblée Nationale,‎ S.d. (consulté le 19 mai 2010), d'après Jean Jolly, Dictionnaire des parlementaires français : notices biographiques sur les ministres, sénateurs et députés français de 1889 à 1940XIXe ‑ XXe siècle : 1889-1940, Paris, Presses universitaires de France,‎ 1960.(notice BnF no FRBNF329826093). Voir également (notice BnF no FRBNF34295565).
  7. Candace was born to a propertied family and educated at Basse-Terre, Guadeloupe, and Toulouse, France. After completing a doctorate, he became a professor of agriculture and physical and natural sciences in Pau, France. Robert A. Hil, Marcus Garvey et Universal Negro Improvement Association, The Marcus Garvey and Universal Negro Improvement Association Papers: Africa for the Africans, 1921-1922 : XVIIe ‑ XIXe siècle : 1887-1995, California, University of California Press,‎ 1995., Marcus Garvey, (en), Marcus Garvey.
    Dès 1906 Gratien Candace, alors âgé de 33 ans, est en mesure d'aider en retour la carrière de Amédée Labique. Amédée Labique est le candidat aux municipales opposé à Louis Adolphe Rollin qui, en octobre 1905, s'écria « À moi, Rollin triomphe, c'est le retour à l'esclavage », tira un coup de revolver en l'air qui provoqua plusieurs morts et lui valut 10 mois de prison. Louis Adolphe Rollin 1836-1909, G.H.C. Bulletin 94 : juin 1997 p. 1993. Consulté le 20 février 2009.
  8. a et b {{Lien web|url=http://gw5.geneanet.org/tom58?lang=fr;p=jeanne+marie+claire+aline;n=binet%7Ctitre=Jeanne Marie Claire Aline BINET|auteur=Thomas Dubois|année=S.d.|éditeur=Geneanet.org|site=http://gw5.geneanet.org/tom58?lang=fr;p=jeanne+marie+claire+aline;n=binet%7CConsulté le=27 juin 2012. L'arbre généalogique de Jeanne Marie Claire Aline Binet est donné à partir de 1769.
  9. binetdumonde.org, « Les Binet de France », sur http://www.binetdumonde.org/acces_libre/Acces%20libre.htm, binetdumonde.org,‎ S.d. (consulté le 1er mai 2010), sans pouvoir, pour l'heure, relier Jeanne Marie Binet à aucune de ces personnes.
  10. Dominique Chathuant, « 1921 - Mariage mixte et bourgeois, négritude politique », sur /candace.online.fr, Dominique Chathuant,‎ 2001-2008 (consulté le 23 janvier 2010)
    * Consulter également : Anciens sénateurs IIIe République : François Binet, 4 mai 1880-2 décembre 1930, Député de la Creuse (1908-1914 ; 1919-1928) Maire de Bonnat (1929-1930), ancien sénateur de la Creuse, ministre de l'agriculture, dans le gouvernement Aristide Briand, en 1926
    ** Dictionnaires et Encyclopédies sur 'Academic', « Francois Binet », sur fr.academic.ru,‎ S.d. (consulté le 23 janvier 2010). Référent : J.-C. Pasty, L'Évolution de l'opinion publique dans le département de la Creuse depuis 1919, Thèse, 1958, François Binet.
  11. ville-coulombs-28-infos.fr Le saviez vous ?, un ministre inhumé à Coulombs. Article non signé. Consulté le 20 février 2009.
  12. Gratien Candace: de la Guadeloupe à Coulombs — Consulté le 20 février 2009
  13. Fiche métier K2106, Enseignement des écoles
    * Enseigne aux élèves les apprentissages premiers et fondamentaux (lecture, écriture, ...) ou les matières d'enseignement général (français, mathématiques, histoire, géographie, ...) selon les programmes d'enseignement nationaux.
    * Peut administrer un établissement du premier degré.
    qui requiert les compétences :
    ** Techniques d'animation de groupe
    ** Techniques de prévention et de gestion de conflits
    ** Psychologie de l'enfant
    ** Techniques pédagogiques particulières (Freinet, Montessori, Steiner, ...)
  14. Conseil Supérieur des colonies : Institué par décret du 19 octobre 1883, le conseil supérieur des colonies, qui comprenait les sénateurs et députés des colonies, des délégués élus dans les colonies, des membres nommés ainsi que des administrateurs, avait pour mission de donner son avis sur les projets de loi ou de décret et sur les questions coloniales que le ministre soumettait à son examen.Archives Nationales de France, « Conseil Supérieur des colonies », sur caom.archivesnationales.culture.gouv.fr, Archives Nationales de France,‎ s.d. (consulté le 21 février 2010) Libre accès aux originaux. Cote de référence : FR CAOM 100 COL 1 à 58. Code de communication : zone générique = FM, zone cote = SUPCOL//n° de carton.
    * Institué par décret du 19 octobre 1883 et 58 articles sur le sujet
    **Jean Favier, Les Archives nationales: état général des fonds, Volume 3 : XVIIIe ‑ XXe siècle : 1789-1978, Paris, Archives nationales,‎ 1978.(notice BnF no FRBNF342969691), .
    * Organisation de la colonie, p. 197 & ss. :
    1. Le lieutenant gouverneur,
    2. Le Conseil d'administration,
    3. Le délégué au Conseil supérieur des colonies, etc
    .
    ** François Georges, Notre colonie du Dahomey, sa formation, son développement, son avenir : XIXe ‑ XXe siècle : 1870-1906, Paris, Editions Larose,‎ 1906.(notice BnF no FRBNF30459283b).
    François Georges est sous-chef de bureau au ministère des Colonies.
    * Le Conseil supérieur des colonies peut difficilement être considéré comme un corps politique
    ** Jean Runner, Les droits politiques des indigènes des colonies : XIXe ‑ XXe siècle : 1870-1927, Rochefort-sur-Mer, A. Thoyon-Thèze, Editions librairie Emile Laroze,‎ 1927.(notice BnF no FRBNF32260825s), p. 55. Jean Runner est ancien élève de l'École polytechnique, docteur en droit, sénateur, président du Conseil national économique, créé en 1925 par la Troisième République, du Conseil supérieur des colonies.
  15. Fiche métier K1401, Conception et pilotage de la politique des pouvoirs publics.
  16. Fiche métier K2109, Enseignement technique et professionnel.
  17. Fiche métier M1301, Direction de grande entreprise ou d'établissement public.
  18. Fiche métier M1503, Management des ressources humaines.
  19. Dictionnaire des Parlementaires français 1889-1940,(notice BnF no FRBNF340639967) Candace (Gratien). L'article École nationale de la France d'outre-mer ne cite pas Gratien Candace. Consulté le 1er octobre 2009.
  20. René Viviani, La création d'un ministère du travail.
    Lucien-René Abénon, Petite histoire de la Guadeloupe, Paris, Éditions L'Harmattan,‎ 1660-1992 (lire en ligne), p. 162-177. (notice BnF no FRBNF35555540).
  21. Gérard Belloc, chef du Laboratoire de l'Office à La Rochelle.- Pêche et océanographie, La pêche aux Antilles, rapport de mission, Rapport de mission (mai-juillet 1930), mars 1931, Ifremer. Internet Archive {{IA|GerardBelloc1931Ifremer5867}}
  22. « Le sous-secrétariat des Colonies a été confié à M. Gratien Candace. député (…) ; mais, on peut au moins attendre de M. Candace qu'il établisse la doctrine et des méthodes. (S.n.). Eugène Yung, Revue politique et littéraire : revue bleue : XIXe ‑ XXe siècle : 1871-1933, Paris, Bureau des revues,‎ 1932. p. 415 ». (notice BnF no FRBNF32861147f).
  23. « The most famous of these deputies is Gratien Candace, a black man, author of two volumes on the French Navy, whom Guadeloupe has returned to the Chamber of Deputies for the last twenty-seven years. Two years ago he was elected vice president of the chamber… William Edward Burghardt Du Bois). William Edward Burghardt Du Bois, Crisis, vol. 46 : XIXe ‑ XXe siècle : 1873-1969, Paris, Crisis Pub. Co.,‎ 1969. p. 363 ».
  24. Consulté le 20 février 2009, le site de l'Assemblée nationale ne disposait pas encore d'une biographie en ligne de ce député. C'est aujourd'hui chose faite : un lien A.N., biographie en ligne. renvoie à la page « Gratien Candace » du Dictionnaire des Parlementaires français 1889-1940. Dictionnaire des Parlementaires français 1889-1940, Candace (Gratien)Jean Jolly et Adolphe Robert, Dictionnaire des parlementaires français: notices biographiques sur les ministres, députés et sénateurs français de 1889 à 1940, Paris, Presses universitaires de France,‎ 1889-1940 (lire en ligne).(notice BnF no FRBNF32982609). Consulté le 09.08.2009.
    Les mandats des députés élus en 1936 ont expiré en 1942, en vertu du décret du 29 juillet 1939 prorogeant les pouvoirs de la Chambre des députés jusqu'au 31 mai 1942. Ce décret semble avoir une application large. Voir D. A. Casalonga, Comment interpréter l'article 3 du décret du 29 juillet 1939 prolongeant de cinq ans la durée des brevets d'invention : XXe {{{3}}} {{{4}}}{{{5}}} siècle : 1939-1945, Paris, R.G.E.,‎ 1941. Extrait de la Revue générale de l'électricité. t. L, août 1941. (notice BnF no FRBNF31912598p)
  25. Il a pour concurrent Gaston Jèze.
  26. Un décret du 29 juillet 1939 a prorogé jusqu'au 1er juin 1942 les pouvoirs des membres de la Chambre des députés élus en 1936 *
  27. Candace volunteered to serve in the French army in World War I but was recalled to continue his work, in the French Chamber of Deputies, to which he had been elected in 1912. Robert A. Hil, Marcus Garvey et Universal Negro Improvement Association, The Marcus Garvey and Universal Negro Improvement Association Papers: Africa for the Africans, 1921-1922 : XVIIe ‑ XIXe siècle : 1887-1995, California, University of California Press,‎ 1995., Marcus Garvey,(en), Marcus Garvey.
  28. D. Chathuant, 1919, Bloc national, violence raciale en France, vote des femmes. Consulté le 20 février 2009.
  29. National Association for the Advancement of Colored People (NAACP)
  30. La Colonisation des peuples de couleur.
    Arturo Labriola, Le crépuscule de la civilisation. L'Occident et les peuples de couleur 1500-1936, Paris, Editions G. Mignolet & Storz,‎ 1936 (lire en ligne). (notice BnF no FRBNF32333111). Voir également : (notice BnF no FRBNF37457682).
    Francis Delaisi, Les deux Europes. Europe industrielle et europe agricole : Le charbon, le capital et la science : Le cheval-vapeur à la conquête du globe : Formation de l'Europe d'outre-mer : La colonisation des peuples de couleur : L'équilibre économique : Un nouveau champ d'expansion. Bibliothèque politique et économique, Paris, impr. Floch,‎ 1800-1929. (notice BnF no FRBNF32007666)
  31. Le Grand hôtel en 1890. Consulter également Pascal Boissel, Grand-Hôtel Café de la Paix - Deux siècles de vie parisienne : XIXe ‑ XXIe siècle : 1860-2004, Paris, Italiques,‎ 2004.(notice BnF no FRBNF392037923)
  32. Les mouvements nègres en France, 1919-1939 Par Philippe Dewitte, page 57
  33. Historiens-géographes de Polynésie française, Le fait colonial en Polynésie orientale 1880-1939. Consulté le 20 février 2009.
  34. Les mouvements nègres en France, 1919-1939 Par Philippe Dewitte, page 58
  35. Rapport de l'agent Désiré au sujet du Congrès Panafricain, juillet 1923. CAOM, Slotfom III - 29, Document de la direction de la Sûreté générale du ministère de l'Intérieur, relative aux populations d'Outre-mer. Cité par Oruno D. Lara, Mortenol ou les infortunes de la servitude : XIXe- XXe {{{4}}}{{{5}}} siècle : 1859-2001, Paris, Éditions L'Harmattan,‎ 2001.(notice BnF no FRBNF376937764), p. 524.
  36. Philippe Dewitte, Les mouvements nègres en France, 1919-1939, page 59.
  37. Philippe Dewitte, Les mouvements nègres en France, 1919-1939, page 60.
  38. Jean-Pierre Husson. Le monument à l'Armée noire de Reims
  39. Les Départements d'outre-mer (sous) la IIIe République, Inquiétudes. Consulté le 20 février 2009
  40. 3ème Cabinet Edouard Herriot France, Gouvernements de la IIIe République, (3 juin 1932 - 14 décembre 1932). Consulté le 20 février 2009.
  41. Hommage à Gratien Candace, député de la Guadeloupe, sous-secrétaire d'État au ministère des Colonies. Banquet du 9 juillet 1932.
    Gratien Candace (1873-1953) enseignant, publiciste, a été député de la Guadeloupe de 1912 à 1942 (sept élections) et sous-secrétaire d'État aux colonies de juin 1932 à janvier 1933, dans le troisième gouvernement d'Edouard Herriot.
  42. Article de presse, journal La Croix, 23 juillet 1923
  43. Claude Malon, Le Havre colonial de 1880 à 1960. Texte remanié de Thèse de doctorat, Histoire, Paris 4, 2001 : XIXe ‑ XXe siècle : 1880-1960, Paris, Publications des Universités de Rouen et du Havre ; Caen : Presses universitaires de Caen, DL 2006,‎ 2006.(notice BnF no FRBNF40168135r)
  44. Le vote des femmes en France : la tentative de 1935. Consulté le 20 février 2009
  45. 1940, Le sabordage de la République à Vichy (10 juillet 1940). Consulté le 20 février 2009.
  46. Voir les articles sur la chronologie des indépendances
  47. Assemblée Nationale, Les députés français depuis 1789, Base de données historique, Gratien Candace ; biographie de ce député extraite du dictionnaire des Parlementaires français 1889-1940
  48. |istes établies d'après Vote des pleins pouvoirs à Philippe Pétain le 10 juillet 1940
  49. Maurice Delom-Sorbé
  50. Sans raison officielle
  51. Fondée en 1922-1923, l’Académie des Sciences d’Outre-Mer, auparavant Académie des Sciences coloniales, a pour vocation d’étudier les questions relatives au pays d’Outre-Mer sous différentes approches.
  52. Académie des Sciences d'Outre-Mer, Historique, consulté le 20 février 2009.
  53. « (…) These sentiments were factors conducive to the holding of the first Pan-African Congress (en) in Paris in 1919. The deputy from Senegal to Paris since 1914, Blaise Diagne, presided, and the Congress's architect, W. E. B. Du Bois, acted as secretary. In addition, there were thirteen participants from Guadeloupe and Martinique, including the deputies, Gratien andace and Achille-René Boisneuf from Guadeloupe and Joseph Lagrosillière from Martinique. In 1921, the second Pan-African Congress was in part also held in Paris. From it resulted the formation of the second Pan-African Association whose president was Gratien Candace. Isaac Beton from Martinique was the secretary. (Christian Filostrat). Christian Filostrat, Negritude Agonistes, Assimilation Against Nationalism in the French-Speaking Caribbean and Guyane : XIXe ‑ XXe siècle : 1873-2008, USA, Africana Homestead Legacy Pb. p. 108 ».
    Consulter également : Oruno D Lara, La naissance du panafricanisme: les racines caraïbes, américaines et africaines du mouvement au XIXe siècle : XIXe ‑ XXe siècle : 1850-2008, Paris, Maisonneuve & Larose,‎ Année.(notice BnF no FRBNF37104358m)
    « An ardent colonialist, Candace was a direct opponent of Garvey's "Africa for the Africans" philosophy, although he referred to Garvey as a visionary » (Clarence G. Contee, "The "Status" of the Pan-African Association of 1921 : A document" African Historial Studies 3, no 2 [1970]: 409-417; MGP 4:42 n. 3)Robert A. Hil, Marcus Garvey et Universal Negro Improvement Association, The Marcus Garvey and Universal Negro Improvement Association Papers: Africa for the Africans, 1921-1922 : XVIIe ‑ XIXe siècle : 1887-1995, California, University of California Press,‎ 1995., Marcus Garvey,(en), Marcus Garvey.
  54. Philippe Dewitte, Les mouvements nègres en France, 1919-1939 : XXe siècle : 1919-1939, Paris, Éditions L'Harmattan,‎ 2007.Thèse de 3e cycle, (notice BnF no FRBNF36620061v). Consulté le 21 février 2010
  55. ."Blaise Diagne of Sénégal and Gratien Candace organized the first Pan-African Congress with W. E. B. Du Bois in 1919, immediately following the armistice".
    N.B. : Ce texte était à l'origine sur Géocities, site aujourd'hui disparu. On le retrouve par le même auteur, Nick Nesbitt, avec le même titre, Négritude, sur Nigerian Village Square.
    Fondation de l’Association Panafricaine par Gratien Candace (décembre). In Marie Durand et Sarah Frioux-Salgas, « Chronologie », sur gradhiva.revues.org, Gradhiva, 10,‎ 2009 (consulté le 9 XFévrier 2010). En ligne 3 février 2010.
    « Early in this century, French Caribbean politicians such as Hégésippe Jean Légitimus, René Boisneuf, and Gratien Candace affirmed the right and necessity of blacks to enter into the global community as equals, while historians such as Oruno Lara strove to edify a more beautiful past, drawing upon our heritage of sacrifice and probity. » Nick Nesbitt, « Negritude », sur geocities.com, African Writers,‎ 18 mars 2001 (consulté le 1er octobre 2009)
    Voir : Pan-African Congress (en), Panafricanisme. Ne pas confondre avec le Congrès panafricain.
  56. E. Franklin Frazier, « Garvey: A Mass Leader, 1926 », sur thenation.com, The Nation,‎ 2 avril 2009 (consulté le 26 mai 2010). Garvey: a Mass Leader, New York, 128 (August, 1926) 147-48.
  57. Notice biographique : Assemblée nationale, « Gratien Candace (1873 - 1953), Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (J.Joly) », sur assemblee-nationale.fr, Assemblée nationale,‎ S.d. (consulté le 15 juillet 2010)
  58. Francis Démier, Jean-Luc Mayaud et Anthony Poncier, « 1848 et la Seconde République : 50 années de recherches. Bibliographie (1948-1997) », sur rh19.revues.org, Revue d'histoire du XIXe siècle, 14,‎ 1997 (consulté le 20 décembre 2009). Mis en ligne le 10 septembre.
  59. ll partit peu après (sa première mission en Afrique du Nord) pour une seconde mission, cette fois aux Antilles britanniques. Ce qu'il put observer à Trinidad l'incita à encourager les planteurs des Antilles françaises à intensifier et à améliorer leurs cultures de canne à sucre selon les méthodes modernes qu'il avait pu étudier et qu'il était en mesure de leur faire connaître.Biographie de Gratien Candace
  60. Gratien Candace (1873-1953).- Gratien Candace, mission dans les Antilles anglaises et en Guyane hollandaise, 1903, Manuscrits, archives, collections iconographiques, œuvres d'art et objets de collection du Muséum national d'histoire naturelle, Archives institutionnelles conservées au Muséum national d'histoire naturelle, Voyages et missions, Voyageurs-naturalistes et correspondants du Muséum AM 631.
  61. Antilles-Panama-Pacifique
  62. Cité dans : Pêcheries Ouest africaines. Variabilité, instabilité et changement. Textes en français ou en anglais des réunions ORSTOM, ISPM, CNROP, CRODT, CROA, FRUB de Dakar, 12-17 décembre 1988 et de Casablanca, 12-17 juin 1989. - Notes bibliogr. Résumés en français et en anglais : XIXe ‑ XXe siècle : 1850-1989, Paris, Éditions de l'ORSTOM,‎ 1991.(notice BnF no FRBNF354726083).
    Quarrels and settlement of French sardine fishing controversy..
  63. 12 septembre 1928
  64. Revue politique et parlementaire par Marcel Fournier & Fernand Faure, A. Colin & cie, Texte intégral 1894-1903. Voir également : 1
  65. Notice d'autorité Bnf n° : FRBNF12459279
  66. Volume 1
  67. En 1927 nait la Ligue contre l'impérialisme et l'oppression coloniale, au congrès de Bruxelles in Philippe Dewitte, Les mouvements nègres en France, 1919-1939 : XXe siècle : 1919-1939, Paris, L'Harmattan,‎ 2007. (notice BnF no FRBNF36620061v)
  68. Worldcat.org
  69. Fiche consultée le 21 février 2009
  70. W.E.B. Du Bois Papers, 1803-1979. Consulté le 5 mars 2009, correspondance citée dans D. Chathuant (2003).