Miami

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Miami (homonymie).
Miami
Héraldique
Héraldique
Drapeau
Drapeau
De haut en bas et de gauche à droite : panorama de Downtown Miami, Freedom Tower, Villa Vizcaya, Miami Tower, Virginia Key, Adrienne Arsht Center for the Performing Arts, American Airlines Arena, port de Miami et vue nocturne de Downtown Miami.
De haut en bas et de gauche à droite : panorama de Downtown Miami, Freedom Tower, Villa Vizcaya, Miami Tower, Virginia Key, Adrienne Arsht Center for the Performing Arts, American Airlines Arena, port de Miami et vue nocturne de Downtown Miami.
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau de la Floride Floride
Comté Miami-Dade
Maire Tomás Regalado (R)
Code ZIP 33010–33299
Indicatif(s) téléphonique(s) local (locaux) 305 et 786
Démographie
Population 419 777 hab. (2013[1])
Densité 2 932 hab./km2
Population aire urbaine 5 564 635 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 25° 47′ N 80° 13′ O / 25.783333333333, -80.21666666666725° 47′ Nord 80° 13′ Ouest / 25.783333333333, -80.216666666667  
Altitude 2 m
Superficie 14 315 ha = 143,15 km2
· dont terre 92,42 km2 (64,56 %)
· dont eau 50,73 km2 (35,44 %)
Fuseau horaire EST (UTC-5)
Divers
Fondation 1836
Municipalité depuis 28 juillet 1896
Surnom « Magic City »
Localisation
Carte du comté de Miami-Dade
Carte du comté de Miami-Dade

Géolocalisation sur la carte : Floride

Voir sur la carte administrative de Floride
City locator 14.svg
Miami

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte administrative des États-Unis
City locator 14.svg
Miami

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte topographique des États-Unis
City locator 14.svg
Miami
Liens
Site web http://www.miamigov.com

Miami (en anglais [maɪˈæmi] ou [maɪˈæmə]) est une ville des États-Unis, centre financier et culturel de niveau international, située au sud-est de l'État de Floride. La population du chef-lieu du comté de Miami-Dade est de 399 457 habitants[1] en 2010, ce qui fait de Miami la seconde commune de Floride derrière Jacksonville et la 44e ville des États-Unis. Ville de loisirs et de distractions, c'est une station balnéaire renommée qui fait partie d'un chapelet de stations renommées depuis Key West, Miami est le premier pôle urbain d'une vaste agglomération de 5 564 635 habitants (2010), la huitième des États-Unis (après Washington et devant Atlanta). Son port touristique est le premier port de navires de croisières, avec un tiers de la flotte mondiale.

Le Grand Miami englobe de nombreuses communes qui lui prêtent une allure à la fois urbaine et rurale. La ville de Miami, par opposition à son agglomération, est non seulement formée du centre-ville (3,8 km²), à l'embouchure de la rivière, mais aussi de plusieurs communautés comme Coconut Grove qui, malgré leur annexion, ont su conserver leur individualité.

En raison de ses relations économiques, culturelles et linguistiques avec l'Amérique du Nord, l'Amérique du Sud, l'Amérique centrale et les Caraïbes, cette ville mondiale est surnommée « Passage des Amériques » ou « Porte des Amériques ». Cette grande place portuaire est l'un des grands centres hispanophones des États-Unis autant par les puissants liens économiques de la Floride avec l'Amérique latine que par une importante minorité cubaine, toutefois en voie d'assimilation par son mode de vie américain. Ce pôle urbain, dont certains quartiers montrent une forte concentration de populations noires, est aussi francophone par sa minorité haïtienne, qui cumule les legs de la pauvreté. Sa population globale qui répond à la vieille définition du Melting pot est bigarrée.

Le centre-ville de Miami vit depuis quelques années un renouvellement urbain. Les habitants sont parfois appelés les Miamians[2] aux États-Unis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Miami.

Le nom de « Miami » vient d'un mot indien qui signifie « eau douce ». Les premières traces de peuplement datent d'il y a environ 12 000 ans. Les Amérindiens Tequesta sont les habitants de la région à l'époque de l'arrivée des Espagnols : ils s'établissent sur les berges de la rivière Miami, surtout sur la rive nord. Ils pratiquent la chasse, la cueillette de fruits, de racines et de plantes, mais ne connaissent pas l'agriculture. Les archéologues estiment qu'ils sont à l'origine du Miami Circle, un site archéologique situé dans le centre-ville et composé d'un cercle parfait de 24 trous ou de bassins creusés dans la roche, qui daterait de 1 700 à 2 000 ans[3]. Son authenticité a été néanmoins mise en cause par certains spécialistes et de multiples théories circulent à son sujet[4].

Julia Tuttle, Mother of Miami
Miami vu par le satellite Spot

Juan Ponce de León, un conquistador espagnol, est le premier Européen à avoir visité la Floride. Il découvre la baie de Biscayne en 1513 et écrit dans le journal de bord qu'il a atteint Chequescha : il s'agit du premier nom enregistré de Miami. On ignore s'il a organisé une expédition à terre, et ce sont ainsi Pedro Menéndez de Avilés et ses hommes qui sont considérés être les premiers à accoster. Ils visitent le village des Tequesta en 1556. Leur arrivée a des conséquences sur la vie des Amérindiens : les maladies, dont la variole, et les génocides et les guerres sur la population amérindienne par les espagnoles vont ravager les Tequesta, qui disparaissent totalement 250 ans plus tard[5].

C'est au début des années 1800 que les premiers colons européens, qui viennent pour la plupart des Bahamas, s'installent dans la zone. La région est touchée par la Seconde Guerre séminole, un conflit qui fait rage de 1835 à 1842. La population civile quitte la région et l'armée installe Fort Dallas pour protéger la région. À la fin du conflit William English fonde le Village of Miami sur la rive sud du fleuve. En 1844 Miami devient le chef-lieu du comté. Julia Tuttle, une femme riche originaire de Cleveland, achète une vaste plantation de citrons dans la région, puis s'y installe après le décès de son époux. Considérant que Miami a un important potentiel, celle que l'on surnomme aujourd'hui la « Mère de Miami » consacre le reste de sa vie au développement de la ville. Grâce à l'aide de William Brickell, le cofondateur de Miami, elle convainc Henry Morrison Flagler de la Florida East Coast Railway de relier Miami à cette ligne de chemin de fer, ce qui est réalisé le 7 avril 1896. Le 28 juillet 1896, la ville se constitue en municipalité. Le Royal Palm Hotel, inauguré en janvier 1897, ouvre la ville – jusqu'alors surtout vouée à l'agriculture – au tourisme.

Ravages de l’ouragan Andrew d'un quartier du nord de Miami en 1992.

Miami connut son apogée dans les années qui suivirent la Première Guerre mondiale. C'était l'époque des stars du cinéma, des grands hôtels et d'une prodigieuse activité immobilière.

Durant les années 1920 la ville autorise les jeux d'argent et ne fait pas appliquer la Prohibition, ce qui entraîne un boom démographique, la population augmentant en quelques années de 30 000 à 200 000 personnes. Cela valut à la ville la réputation de « capitale américaine de la contrebande ». Cependant un cyclone frappe la ville en 1926. Il cause la mort de centaines de personnes et détruit des milliers de logements : entre 25 000 et 50 000 personnes sont dès lors sans logis[6]. La catastrophe, suivie quelques années plus tard par la Grande Dépression, interrompt le boom de l'immobilier. La ville relance cependant rapidement son économie grâce à l'industrie aéronautique.

Au moment de la Seconde Guerre mondiale, les hauts fonctionnaires du sud de la Floride s'employèrent à convaincre le gouvernement fédéral d'établir des camps d'entrainement militaire à Miami et Miami Beach. Abandonnant temporairement leur vocation touristique, les centres de villégiature se convertirent en de véritables bases militaires. Après la guerre, les militaires déferlèrent sur la ville, attirés par la possibilité d'y acheter une maison à bas prix et par les programmes de formation offerts par l'université de Miami en vertu du GI Bill, une loi attribuant certains privilèges aux anciens combattants.

L'arrivée au pouvoir de Fidel Castro à Cuba en 1959 fait affluer en une décennie un demi-million de Cubains dans le sud de la Floride, dont 250 000 à Miami. L’ouragan Andrew cause plus de 45 milliards de dollars de dégâts dans la région en 1992 : c'est l'une des catastrophes naturelles les plus destructrices que le pays a subies. Malgré plusieurs épisodes de crise économique et de tension raciale, ainsi que les problèmes de la corruption et du trafic de stupéfiants, Miami est actuellement en plein développement et attire toujours de nouvelles populations.

Miami fut durement éprouvée par la récession économique qui s'empara du pays dans les années 1980. La tour de bureaux du One Biscayne Boulevard déclara faillite, les banques saisirent des immeubles en copropriété inachevés, les centres commerciaux ne restèrent qu'à moitié loués...

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue panoramique sur Downtown Miami.

Miami est située à la même latitude que Taïwan, et la même longitude que l’Équateur. La ville s'étend sur une superficie de 143,15 km2, dont 92,68 km2 de terres émergées. Parmi les métropoles des États-Unis, elle est la plus petite en étendue (San Francisco et Boston sont légèrement plus grandes).

La municipalité et ses banlieues occupent une large plaine littorale sur l'estuaire de la Miami River. Elle est située entre deux parcs nationaux, celui des Everglades à l’ouest et celui de la Biscayne à l’est. Son altitude moyenne avoisine 0,91 m et ne dépasse pas 4,5 m, surtout près de la côte. Les points les plus hauts se trouvent sur le Miami Rock Ridge (en), un affleurement calcaire dans l’est de l’agglomération. Le centre-ville est situé sur la côte de la baie de Biscayne qui est parsemée de nombreuses îles, naturelles ou artificielles, dont la plus étendue abrite Miami Beach et South Beach. Le Gulf Stream, un courant chaud, passe à quelque 24 km de la côte et permet à Miami d’avoir un climat chaud toute l’année.

La région métropolitaine de Miami englobe le comté de Miami-Dade ainsi qu'un grand nombre d'îles, parmi lesquelles Miami Beach (reliée à la côte par sept ponts routiers), Virginia Key et Key Biscayne (desservie quant à elle par le Rickenbacker Causeway).

Le substrat rocheux de la ville est appelé oolithe de Miami ou calcaire de Miami. Il est recouvert d’un sol peu épais d’une moyenne de 15 mètres. Les roches calcaires se sont formées il y a environ 130 000 ans au cours de la période interglaciaire du Sangamon. La région de Miami était alors située sous une mer peu profonde dans laquelle se déposèrent des couches d’oolithes et de coquilles de Bryozoaires. Le niveau des océans commença à baisser avec le début de la glaciation du Wisconsin, il y a environ 100 000 ans et le lagon commença à émerger[7]. Le terrain s’est formé à l’origine lorsque les terres étaient immergées, grâce à la présence abondante de carbonate de calcium dans l'eau de mer. Du fait de la capture de l'eau des océans dans les calottes polaires, le niveau de la mer s'est abaissé et de nombreuses terres se retrouvèrent émergées, formant ainsi des cayes (ou keys)[8].

Vue panoramique de la ville, la nuit.

L’aquifère de Biscayne se trouve sous la plaine[9] et s’étend du comté de Palm Beach à la baie de Floride. Il sert de source d’eau pour l’agglomération de Miami. Il se trouve entre 4,5 et 6 mètres sous la surface du sol, si bien qu’il est impossible de construire un métro souterrain dans la ville (il existe cependant un metrorail aérien).

Climat[modifier | modifier le code]

Relevés des précipitations Relevé météorologique de Miami (MIA) normales 1981-2010
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 15,4 16,7 18,2 20,1 22,6 24,3 25,1 25,1 24,6 22,9 19,9 17,1 21
Température moyenne (°C) 19,9 21,1 22,4 24,2 26,5 28,1 28,8 28,9 28,2 26,4 23,7 21,3 24,9
Température maximale moyenne (°C) 24,5 25,5 26,7 28,4 30,4 31,8 32,6 32,6 31,7 29,9 27,5 25,4 28,9
Ensoleillement (h) 220,1 217,5 275,9 294 300,7 288 310 288,3 261 260,4 222 217 3 154,9
Précipitations (mm) 40,9 57,2 76,2 79,8 136,7 245,4 165,1 225,6 250,4 160,8 82,8 51,8 1 572,7
Nombre de jours avec précipitations 6,9 6,5 7 6,4 10 16,4 16,9 18,9 17,9 12,7 8,4 7,2 135,2
Source : [10],[11] Ensoleillement 1961-1990
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
24,5
15,4
40,9
 
 
 
25,5
16,7
57,2
 
 
 
26,7
18,2
76,2
 
 
 
28,4
20,1
79,8
 
 
 
30,4
22,6
136,7
 
 
 
31,8
24,3
245,4
 
 
 
32,6
25,1
165,1
 
 
 
32,6
25,1
225,6
 
 
 
31,7
24,6
250,4
 
 
 
29,9
22,9
160,8
 
 
 
27,5
19,9
82,8
 
 
 
25,4
17,1
51,8
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Miami possède un climat tropical (« Am » dans la classification de Köppen[12] avec des étés chauds et humides, comme dans les Caraïbes, des hivers doux et secs. Il existe donc une saison humide de mai à octobre, qui coïncide avec le passage des cyclones, et une saison sèche le reste de l’année. Des fronts froids peuvent toucher la région entre la fin octobre et le mois de mars.

Graphique climatique de Miami

Miami doit son climat à sa proximité avec le tropique du Cancer, à sa situation littorale et à la présence du Gulf Stream. En été, les températures sont supérieures à 30 °C et des orages se développent souvent dans l’après-midi. En hiver, elles sont comprises entre 15 la nuit et 25 °C le jour.

Une station météo officielle fut ouverte seulement en juin 1911[13].

La température maximale enregistrée à la stations est de 38 °C, le 21 juillet 1942[14], le record de froid est de -2 °C le 27 janvier 1940. Une seule chute de neige est enregistrée, elle a eu lieu le 20 janvier 1977.

Étant placée entre deux vastes étendues d'eau connues pour leur activité cyclonique, Miami est la ville où le risque cyclonique est le plus important avec Nassau (Bahamas) et La Havane à Cuba. Pourtant, elle n’a jamais été touchée de façon directe depuis l’Hurricane Cleo en 1964[15]. Elle abrite le Centre national des ouragans (NHC). Elle a subi le passage de l'ouragan Cleo (1964), de l'ouragan Betsy (1965), de l'ouragan Andrew (1992), d'Irene (1999) et des ouragans Katrina et Wilma en 2005. En 2000, une tempête tropicale fit d’importants dégâts et provoqua de graves inondations.

Miami est l'une des villes les plus arrosées des États-Unis. Le climat de Miami combine des pluies abondantes (1 572,7 mm) avec un ensoleillement très élevé (3154.9 H) cela crée une végétation luxuriante, les averses durent quelques minutes mais sont parfois violentes et plutôt chaudes en été.

Officiellement, la saison cyclonique commence le 1er juin et s’achève le 30 novembre, même si des tempêtes peuvent survenir en dehors de cette période. Miami est sur la trajectoire des ouragans capverdiens qui se forment à proximité des îles du Cap-Vert (1 000 km à la ronde), près de l'Afrique de l'Ouest entre la mi-août et la fin de septembre[16].

Quartiers et urbanisme[modifier | modifier le code]

Les treize quartiers officiels de la ville de Miami.
Article détaillé : Liste des quartiers de Miami.

La ville de Miami est divisée en cinq districts électoraux, chacun étant géré par un commissionnaire de district. Elle est également subdivisée en treize quartiers officiels. Ils sont utilisés par la ville de Miami, le plus souvent à des fins de planification urbanistique et sociale, mais servent également pour l'administration et le recensement de la population. Chacun des treize quartiers comprend un bureau de quartier contribuant à améliorer la vie locale des habitants. Ces bureaux sont gérés par le NET (Neighboorhood Enhancement Team) [17], une structure mise en place par la mairie de Miami en 1992.

Downtown Miami est le quartier d'affaires et le centre-ville ; il se trouve à l’extrémité de la Miami River qui se jette dans la baie de Biscayne. Il est le troisième plus important quartier d'affaires des États-Unis derrière ceux de New York et Chicago, avec une grande concentration de gratte-ciel. Il inclut les secteurs de Brickell, Virginia Key, Watson Island, ainsi que le port de Miami.

Downtown Miami était le centre commercial de Miami, avec ses commerces, consulats, banques et cabinets d’avocats. Les années 1970-1980 ont vu émerger le quartier de Brickell comme le réel centre des affaires de Miami avec sa myriade de banques et ses larges cabinets d’avocats. Le quartier a ensuite été délaissé, offrant une vie active pendant la journée en semaine, et se vidant à la tombée de la nuit et même en journée le week-end. Mais il reprend vie depuis 2002 grâce à la réhabilitation de son centre et à la construction de nouveaux immeubles résidentiels.

Midtown Miami se trouve au nord du centre ville ; il occupe les parties de la ville connues sous le nom de Wynwood, Edgewater (ouest) et Overtown (ouest). Il s’agit d’un secteur où se côtoient les communautés caraïbe, hispanique, blanche, et qui est prisé par de nombreux artistes.

Les habitants les plus riches résident dans la partie nord-est de Midtown dans le Design District et l’Upper Eastside, dans des maisons construites dans les années 1920 ou dans les années 1950 dans le style Miami Modern Architecture.

Parmi les autres quartiers, on compte Liberty City, le Wynwood Art District, où se trouvent plusieurs musées ; Flagami et le Upper Eastside. La zone située vers la 8e rue, avec ses petits commerces tenus par des Cubains, est connue sous le nom de petite Havane (Little Havana); il existe également une petite Haïti (Little Haiti). Ces deux quartiers sont des enclaves urbaines où vivent respectivement des communautés cubaine et haïtienne. Allapattah est un quartier multiethnique.

Coral Way et Coconut Grove occupent le sud de Miami. Coral Way est un quartier résidentiel construit en 1922 entre le centre-ville et Coral Gables. Coconut Grove a été fondé en 1825 et abrite l’hôtel de ville, le Dinner Key, le Coconut Grove Playhouse, CocoWalk, et de nombreux nightclubs, bars, restaurants et commerce. On peut également y visiter la Villa Vizcaya, The Kampong, The Barnacle Historic State Park. Il s’agit d’un quartier fréquenté par les étudiants.

Principaux immeubles[modifier | modifier le code]

Le Bacardi Building dans le quartier de Midtown, est un exemple de l’architecture MiMo.

Actuellement, le plus grand gratte-ciel de Miami est le Four Seasons Hotel Miami avec 242 m de haut et 72 étages, achevé en 2003. Il est suivi par l'immeuble de bureaux Wachovia Financial Center de 233 m, inauguré en 1984. Plusieurs édifices sont actuellement en construction. De nombreux projets existent dont certains, comme les Empire World Towers ou One Bayfront Plaza, prévoient la construction de gratte-ciel de plus de 300 m de haut. Si tous les projets et constructions actuels arrivent à terme, Miami pourrait devenir en 2010 le troisième panorama urbain du pays, après New York et Chicago, par le nombre de gratte-ciel.

Démographie[modifier | modifier le code]

Population de la ville de Miami[18]
Année 1850 1896 1910 1920 1950 1980 1990 2000 2010
Habitants 96[19] 300 5 500 30 000 172 000 346 681 358 648 362 470 399 457[1]

En 2010, le bureau du recensement des États-Unis fait état d'une population de 399 457 habitants dans la ville de Miami[1] : Miami est la deuxième commune la plus peuplée de Floride derrière Jacksonville[20]. Miami compte 134 198 foyers, dont 83 336 familles. La densité y est élevée pour une ville américaine, avec 4 686.6 hab./km². La population de la commune a augmenté de 20,76 % entre 1990 et 2009[1].

La répartition ethnique est à 56,62 % blanche, 32,31 % noire, 0,22 % amérindienne, 0,66 % asiatique. 5,46 % de la population est d'une autre origine et 4,74 % est métisse. 57,7 % des habitants de Miami sont nés à l'étranger[21], 76,2 % parlent une autre langue que l'anglais à la maison[21] et 61,1 % appartiennent au groupe hispanique[21].

Miami accueille des immigrés venant de toute l'Amérique latine, principalement de Cuba, de Haïti, du Mexique, de Colombie, et aussi d'Argentine depuis la crise économique de 2002.

L'aire urbaine de Miami s'étend sur les comtés de Miami-Dade, Broward et Palm Beach, ce qui représente une population de plus de 5,5 millions de personnes et en fait d'une part la cinquième agglomération du pays et d'autre part le plus grand ensemble urbain du sud-est des États-Unis devant Atlanta et sa périphérie.

Ocean Drive.
Cadillac Eldorado dans une rue du centre-ville.

Sur les 134 198 ménages :

  • 26,3 % ont au moins un enfant mineur
  • 36,6 % sont composés de couples mariés
  • 18,7 % sont monoparentales
  • 37,9 % ne sont pas des familles
  • 30,4 % sont unipersonnels
  • 12,5 % sont unipersonnels avec un âge supérieur à 65 ans

La population moyenne par ménage est de 2,61 et par famille de 3,25.

Composition par tranche d'âge :

  • 21,7 % de mineurs,
  • 8,8 % de 18 à 24,
  • 30,3 % de 25 à 44,
  • 22,2 % de 45 à 64,
  • 17 % de plus de 65 ans

La population est relativement âgée : l'âge médian est de 39,2 ans contre 36,4 ans pour la moyenne américaine[21]. 16,5 % des habitants ont plus de 65 ans[21]. Il y a 100 femmes pour 98,9 hommes. Dans la population adulte, il y a 100 femmes pour 97,3 hommes.

Le revenu médian par ménage y est de 27 088 US$, celui par famille est de 31 195 US$[21], des chiffres situés bien en dessous de la moyenne nationale. Le revenu médian masculin est de 24 090 US$ contre 20 115 $ pour le féminin. Le revenu par tête est de 15 128 US$. 26,9 % de la population et 22,8 % des familles vivent sous le seuil de pauvreté (contre respectivement 13,3 % et 9,8 % pour les États-Unis)[21]. Parmi eux, 38,2 % sont mineurs et 29,3 % ont plus de 65 ans.

La communauté cubaine de l'agglomération de Miami compte environ 650 000 personnes en 2006[22].

Miami a trois langues officielles : l'anglais, l'espagnol et le créole haïtien, mais de nombreuses autres langues sont parlées dans la ville, dont le portugais (dû aux Brésiliens majoritairement), le français, l'allemand, l'hébreu, l'italien et le russe.

Administration[modifier | modifier le code]

L'administration de la ville de Miami est organisée selon la "Charte de la ville" régissant sa gouvernance sous forme de Maire-Commissionnaires (en anglais: Mayor-Commissioners). À sa tête le maire (Tomás Regalado depuis novembre 2009) est entouré de cinq commissionnaires (City Commissioners) — c'est-à-dire des conseillers municipaux qui supervisent chacun un district de la ville. Ils forment le conseil municipal (City council), votent le budget et définissent la politique municipale. De plus, le Directeur administratif (City Manager) nommé par le Maire, le Procureur de Ville, et le Greffier municipal dont les pouvoirs s'étendent sur l'ensemble du territoire municipal assurent la gestion des affaires courantes, la défense des intérêts de la Ville et la tenue des dossiers et archives. Ils tiennent régulièrement des réunions à la mairie (City Hall) de Miami, située à 3500 Pan American Drive, Miami, Florida 33133 dans le quartier de Coconut Grove.

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

  • Tomás Regalado - républicain, maire de la ville de Miami élu le 3 novembre 2009,
  • Wifredo Gort - Commissionnaire du District 1 de la Ville de Miami;
  • Marc Sarnoff - Commissionnaire du District 2 de la Ville de Miami;
  • Frank Carollo - Commissionnaire du District 3 de la Ville de Miami;
  • Francis Suarez - Commissionnaire du District 4 de la Ville de Miami;
  • Michelle Spence Jones - Commissionnaire du District 5 de la Ville de Miami.

Gestionnaires municipaux[modifier | modifier le code]

  • Pedro G. Hernandez - Directeur administratif (City Manager) ;
  • Julie O. Bru - Procureur de Ville (City Attorney) ;
  • Priscilla Thompson - Greffier municipal (City Clerk).

(en) Gouvernement de la Ville de Miami

Économie[modifier | modifier le code]

Cette photographie du CBD de Miami, prise le 2 février 2007, montre le grand nombre de constructions de gratte-ciel en cours.
Le Four Seasons Hotel Miami, actuellement le plus haut gratte-ciel de la ville.

Miami est considérée aujourd'hui comme une ville ouverte au commerce international et spécialement avec l'Amérique Latine. La ville est parfois considérée comme la porte des États-Unis vers l'Amérique latine, d'où son surnom de « The Gateway of the Americas », la porte des Amériques. Le tourisme est une source majeure de revenus pour la ville qui vit de son image de paradis tropical, notamment avec la ville voisine de Miami Beach. Au-delà de son climat enchanteur, sa culture mêlée et son caractère international rendent la région attrayante. En 2003, 10,4 millions de visiteurs ont passé au moins une nuit dans l'agglomération et ont dépensé quelque 9,9 milliards de dollars[23].

La population active est de 167 689 personnes en 2006, dont 9 530 sont au chômage, soit 5,1 % du total[24], un taux plus élevé que la moyenne nationale. Parmi les principaux secteurs de la ville figurent les services sociaux, l'enseignement et la santé (25 250 salariés), le BTP (23 905 salariés)[24].

Le port de Miami est le port le plus important du globe pour le transport des passagers de croisière. 3 605 201 personnes y ont embarqué en 2005, soit une progression d'environ 15,8 % par rapport à 1999[25]. 64 consulats sont installés à Miami[24].

Depuis 2005, la région de Miami vit son plus important boom immobilier depuis les années 1920. Elle est le cadre d'un phénomène que certains appellent la « Manhattanization » (en référence au borough de Manhattan, à New York) de Miami : plus de 80 immeubles de grande hauteur et gratte-ciel y sont en construction, dont les bâtiments du Biscayne Wall bordant Biscayne Boulevard, Marinablue, le Ten Museum Park, Marquis Miami, 900 Biscayne Bay, Everglades on the Bay et Freedom Square[26]. Le quartier récemment créé de Midtown Miami est une autre illustration de la vitalité économique de la métropole[27].

La ville attire de nombreuses entreprises, dont plusieurs grandes sociétés, qui ont installé leur siège social dans Miami ou à proximité. On peut citer Alienware, AutoNation, Brightstar Corporation, Burger King, Carnival Cruise Lines, Citrix systems, DHL, Norwegian Cruise Line, Royal Caribbean Cruise Line, Ryder Systems et Spirit Airlines.software update

Culture[modifier | modifier le code]

Lieux culturels[modifier | modifier le code]

Premier gratte-ciel de Miami construit en 1925, la Freedom Tower abrite le mémorial cubain de l'immigration.

Miami possède une vie culturelle intense grâce à ses nombreuses infrastructures et sa diversité ethnique : l’Adrienne Arsht Center for the Performing Arts est le deuxième plus grand centre de spectacles des États-Unis après le Lincoln Center de New York. Il accueille les concerts du Florida Grand Opera ainsi que le Ziff Ballet Opera House, le Knight Concert Hall, le Carnival Studio Theater et le Peacock Rehearsal Studio.

Les autres scènes de Miami sont l’Gusman Center for the Performing Arts, la Coconut Grove Playhouse, le Colony Theatre, le Lincoln Theatre, la New World Symphony House, l’Actor's Playhouse dans le Miracle Theatre, le Jackie Gleason Theatre, le Manuel Artime Theater, le Ring Theatre, le Playground Theatre, le Wertheim Performing Arts Center, le Fair Expo Center et le Bayfront Park Amphitheater pour les concerts en plein air.

Les musées de Miami sont : Bass Museum, Frost Art Museum, Historical Museum of Southern Florida, Jewish Museum of Florida, Lowe Art Museum, Miami Art Museum, Miami Children's Museum, Miami Science Museum, musée d’art contemporain de North Miami, Villa Vizcaya, Wolfsonian-FIU Museum, Merrick House. Le centre culturel de Miami abrite la bibliothèque municipale.

Il existe plus de 80 parcs et jardins publics dans la ville : le Bayfront Park et le Bicentennial Park près du centre ville, l’American Airlines Arena, Bayside Marketplace, jardin botanique tropical Fairchild, Tropical Park, Watson Island, Morningside Park et Key Biscayne.

Jungle Island, Miami MetroZoo, Miami Seaquarium sont des lieux fréquentés par les habitants de Miami et les touristes.

Mode[modifier | modifier le code]

Miami est aussi un centre important pour la mode : plusieurs agences s’y sont installées et de nombreux défilés y sont organisés, comme la Miami Fashion Week et la Mercedes-Benz Fashion Week Miami qui se tient dans le Wynwood Art District[28].

Musique[modifier | modifier le code]

En raison de son importante communauté cubaine, les musiques latino-américaines ont acquis une large audience à Miami. La conga et la rumba ont été popularisées par les migrants cubains. Les Dominicains ont apporté la bachata et le merengue, les Colombiens le vallenato. Les musiques des Caraïbes et des Antilles (reggae, soca, kompa, zouk, calypso, steel-drum) sont également présentes à Miami.

Au début des années 1970, la musique disco de Miami connut un important succès avec TK Records, KC and the Sunshine Band, Foxy ou les chanteurs nés dans la ville George McCrae et Teri DeSario. Puis Gloria Estefan et Miami Sound Machine marquèrent les années 1980. À la même époque naquît la Miami bass, sorte de dérivé minimaliste de l'electro (lui-même sous-genre du hip-hop) dont les basses très lourdes et l'utilisation intensive de la boîte à rythmes Roland TR-808 seront réitérées dans des branches plus récentes du hip-hop en provenance du sud tels que le crunk et le dirty south.

Miami est également considérée comme l’un des principaux foyers mondiaux de la dance music, notamment du Latin Freestyle qui connut son heure de gloire à la fin des années 1980 et dont les artistes les plus connus furent Debbie Deb, Stevie B ou Exposé, tous originaires de Miami.

Les labels indépendants Cat Power et Iron & Wine sont implantés à Miami[29]. Sage Francis (Hip hop alternative), Uffie (electro) et Avenue D (electroclash) sont nés à Miami. D’autres chanteurs et groupes de musiques sont originaires de Miami comme Against All Authority (punk), alors que Nonpoint et Marilyn Manson (rock, metal) sont de Fort Lauderdale. La chanteuse américano-cubaine Ana Cristina, née à Miami en 1985, est la première hispanique à chanter l’hymne national américaine au cours d’une investiture présidentielle.

Miami est enfin une importante scène de musique techno : la Winter Music Conference est la plus grande manifestation de dance music du monde. Le quartier de Miami Beach regroupe de nombreuses discothèques comme le Space, Mansion, Parkwest, Ink, le Cameo et Opium Garden. Elle est avec Myconos, Ibiza et Ayia Napa, l’une des destinations préférées des DJ internationaux.

Une nouvelle scène Hip-hop commence à prendre de l'ampleur avec des artistes tels que, Rick Ross, Trina, Trick Daddy, DJ Khaled, Flo Rida, Sean Kingston, Pretty Ricky, Deep Side, les producteurs Cool and Dre, Scott Storch ainsi que le rappeur latino Pitbull qui a démocratisé la Miami bass, l'autre genre à la mode dans le sud des États-Unis.

Médias[modifier | modifier le code]

Le siège du journal Miami Herald

Il existe une importante offre de journaux à Miami : le principal journal en anglais est The Miami Herald qui tire à plus de 260 000 exemplaires en semaine et emploie quelque 1400 personnes[30] ; il a reçu 19 fois le prix pullitzer et son rayonnement va bien plus loin que le sud de la Floride car il est distribué dans six pays d’Amérique latine et des Caraïbes[30]. Sa version hispanophone, El Nuevo Herald, est le deuxième journal en espagnol le plus lu aux États-Unis et tire 95 000 exemplaires en semaine[31]. Les autres journaux de Miami sont le Miami Today, le Miami New Times, leMiami Sun Post, le South Florida Business Journal, le South Florida Sun-Sentinel, le Miami Times et le Biscayne Boulevard Times. Le Courrier de Floride est édité par la communauté française, Le Floridien par les Haïtiens, Le Soleil de Floride et Hebdo Floride par les québécois. Deux journaux sont publiés en espagnol, El Sentinel et le Diario Las Americas. Certains quartiers éditent leur journal local tels que le Coral Gables Tribune, le Biscayne Bay Tribune et le Palmetto Bay News. Enfin, les universités de la ville proposent des journaux pour les étudiants : The Beacon (université internationale de Floride), The Miami Hurricane (université de Miami), The Metropolis (Miami Dade College), The Buccaneer (Barry University).

À l’échelle de l’agglomération, on compte de nombreux magazines tels que Miami Monthly, Ocean Drive, South Florida Business Leader.

Miami est le douzième marché de la radio et le dix-septième marché de la télévision aux États-Unis. Les principales chaînes de télévision de la région sont WAMI (TeleFutura Network), WBFS (My Network TV), WSFL (The CW), WFOR (CBS), WHFT (TBN), WLTV (Univision), WPLG (ABC), WPXM (ION), WSCV (Telemundo), WSVN (FOX), WTVJ (NBC), WPBT (PBS), WLRN (également gérée par PBS) et WSBS Mega TV.

Éducation[modifier | modifier le code]

Les établissements scolaires de la ville sont gérés par le district du Miami-Dade County Public Schools, le plus important de Floride et le quatrième des États-Unis avec 414 128 élèves, dont 52 % sont d'origine hispanique.

Le stadium de l'équipe de Basket "Miami Heat"

Les deux universités publiques situées sur le territoire municipal sont l'université internationale de Floride et le Miami Dade College. Se trouvent également à proximité l'Université de Miami (privée), la Barry University (privée catholique), la Florida Memorial University (privée), la St. Thomas University (privée catholique), la Johnson and Wales University (privée), et NOVA Southeastern University (privée).

Apparitions dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

De nombreux films ont été tournés à Miami, parmi lesquels Goldfinger, où James Bond passe une nuit au Fontainebleau Resort Hotel de Miami Beach, Porky's (1982), Scarface (1983), La Cage aux folles (adaptation américaine) (1986), Only the Strong (1993), Bad Boys (1995), Donnie Brasco (1997), L'Enfer du dimanche (1999), Bad Boys 2 (2002), 2 Fast 2 Furious (2004), Le Transporteur 2 (2005) , et Sexy Dance 4: Miami Heat (2012)

Plusieurs séries télévisées ont pour cadre Miami, dont Nip/Tuck, Les Experts : Miami (CSI: Miami), Good Morning, Miami, Les Craquantes (The Golden Girls), Deux flics à Miami (Miami Vice), Karen Sisco, La Maison en folie (Empty Nest), Sclub 7 in Miami et plus récemment Dexter et Burn Notice.

Les jeux vidéo Grand Theft Auto: Vice City et Grand Theft Auto: Vice City Stories se déroulent dans une ville imaginaire fortement inspirée par Miami au niveau de sa géographie et de l'architecture. On peut aussi citer Driver, DRIV3R, Scarface: The World Is Yours, Miami Nights: Singles In The City, Miami Vice : Deux flics à Miami, Miami Vice: The Game et Les Experts : Miami, enquêtes au cœur du crime.

Livres[modifier | modifier le code]

La Floride, comme le résume assez bien l'écrivain américain Tim Dorsey dans son livre Florida Roadkill est L'État hallucinogène par excellence, et avec lui sa ville de Miami, qui a inspiré pléthore d'écrivains. Dresser l'autopsie de cette ville serait brosser un tableau certes haut en couleurs, eu égard au foisonnement de personnages tous aussi loufoques les uns que les autres, mais pas uniquement. Si Miami fascine par son exotisme, c'est aussi la ville où le désenchantement est le plus grand, où la désillusion atteint son paroxysme.

  • L'écrivain de polars américain Charles Willeford, a enseigné l'écriture à l'Université de Floride dans les années 1970. Son livre Miami Blues, paru en 1984, brosse un portrait acerbe et sans concession de Miami et d'une Floride en pleine mutation, aux antipodes de l'imaginaire collectif. Dans Miami Blues apparaît Hoke Moseley, flic désabusé, qui sera le héros de ses romans suivants avant que son créateur ne succombe à Miami le 27 mars 1988, à l'âge de 68 ans, d'une crise cardiaque.
  • L'écrivain américain de westerns et de polars, Elmore Leonard, situe bon nombre de ses intrigues à Miami. Parmi ces romans, on peut citer rum punch (punch créole pour la version française), Pronto (en), La Brava, Maximum Bob, ou encore Beyrouth-Miami (en).

Miami est aussi au cœur du dernier livre de Tom Wolfe, "Bloody Miami".

Sports[modifier | modifier le code]

Orange Bowl Stadium de Miami
Équipe Ligue Stade Création Titres
Marlins de Miami MLB (baseball) Marlins Park 1993 2
Heat de Miami NBA (basket-ball) American Airlines Arena 1988 3
Dolphins de Miami NFL (football américain) Dolphin Stadium 1966 2
Miami FC USL (football association) Tropical Park Stadium 2006 0
Panthers de la Floride LNH (hockey sur glace) BankAtlantic Center 1993 0

Transport[modifier | modifier le code]

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Aéroport international de Miami.
L'aéroport international connecte Miami aux principales villes américaines et européennes

L'aéroport international de Miami fait partie des trente principaux aéroports du monde : 35 millions de passagers y transitent par an. C'est la quatrième porte d'entrée du pays pour les voyageurs aériens étrangers après l'aéroport international O'Hare de Chicago, l'aéroport international John-F.-Kennedy et l'aéroport international de Los Angeles. L'aéroport international de Fort Lauderdale-Hollywood situé à proximité dessert également des vols commerciaux, sa vocation est moins internationale puisqu'il est utilisé par des passagers commençant ou finissant leur voyage en Floride du Sud.

Transport maritime[modifier | modifier le code]

Le Port de Miami, en plus d'être le plus grand port accueillant des bateaux de croisière au monde, est l'un des plus importants ports de transport de marchandises du pays.

Routes et transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Miami et son comté sont desservis par quatre autoroutes inter-États, les autoroutes I-75, I-95, I-195, I-395, et par plusieurs U.S. Routes, dont les U.S. Route 1, U.S. Route 27, U.S. Route 41 et U.S. Route 441; auxquelles s'ajoutent plusieurs axes appartenant au réseau routier de Floride.

Miami est le terminus sud de services de la côte Atlantique d'Amtrak, dont la gare terminus est située dans une ville de la périphérie, Hialeah.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Deux bus du réseau Metrobus à Miami Beach.

Miami-Dade Transit est l'autorité publique de gestion des transports en commun dans le comté de Miami-Dade. Elle dirige le plus grand réseau de transport de Floride, et le 14e en importance des États-Unis[32]. Il comprend différents systèmes :

  • le Metrorail est une ligne de métro de 36,4 km de long utilisée par 67 000 personnes chaque jour. Trois projets pourraient donner naissance à trois nouvelles lignes dans les prochaines années.
  • le Metromover est un transport hectométrique composé de 3 lignes qui dessert Downtown Miami de Omni à Brickell et rejoint le Metrorail aux stations de Government Center et de Brickell. La ligne est longue de 7,1 km.
  • le Metrobus est un réseau de bus de plus de 100 lignes utilisé par 293 000 personnes quotidiennement.
  • le Paratransit est un service de transport réservé aux personnes qui ne peuvent utiliser les trois autres systèmes du fait d'un handicap.

Personnalités nées à Miami[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) « U.S. Census Population Finder: Miami, Florida. U.S. Census Bureau. », Bureau du recensement des États-Unis (consulté le 2 août 2007)
  2. http://www.merriam-webster.com/dictionary/miamians
  3. Le Miami Circle - accès le 5 mai 2007
  4. The Mystery of the Miami Circle sur le site de la BBC - accès le 5 mai 2007
  5. Miami: One Hundred Years of History
  6. The Hurricane of 1926 sur PBS - accès le 7 mai 2007
  7. (en) Géologie des Everglades, National Park Service. Consulté le 17 mars 2008
  8. Ellie Whitney. (2004) Priceless Florida: Natural Ecosystems and Native Species. Pineapple Press, Inc. (ISBN 9781561643097), page 108
  9. (en) « USGS Ground Water Atlas of the United States », United States Geological Survey (consulté en 2009)
  10. NOAA
  11. http://www.nws.noaa.gov/climate/xmacis.php?wfo=mfl
  12. (en) « Köppen Climate Classification Map », Geophysical Institute of the University of Alaska, Department of Climate Science (consulté en 2009)
  13. (en) « History of National Weather Service Forecast Office-Miami, Florida », National Oceanic and Atmospheric Administration (consulté le 11-04-2009)
  14. (en) « Highest Temperature of Record », Northeast Regional Climate Center (consulté le 11-04-2009)
  15. « Miami, Florida's history with tropical systems », Hurricane City (consulté en 2009)
  16. http://www.weather.com/newscenter/specialreports/hurricanes/vulnerablecities/miami.html
  17. Présentation du NET sur le site de la mairie - consulté le 5 mai 2007
  18. Miami: One Hundred Years of History par Paul S. George et Miami: Population Profile sur [1] - accès le 4 mai 2007
  19. Miami Dade County History - accès le 7 mai 2007
  20. (en) « Florida by place », Bureau du recensement des États-Unis (consulté le 28-12-2007)
  21. a, b, c, d, e, f et g (en) « Miami, Florida Fact Sheet », Bureau du recensement des États-Unis,‎ 2006 (consulté le 28-12-2007)
  22. Eric Glover, « La dissidence donne de la voix », dans Courrier international [lire en ligne]
  23. (en) « Miami: Economy », City-Data.com (consulté le 28-12-2007)
  24. a, b et c (en) « Miami city, Florida. Selected Economic Characteristics: 2006 », Bureau du recensement des États-Unis,‎ 2006 (consulté le 28-12-2007)
  25. Cruise Statistics sur le site officiel du Port de Miami - accès le 4 mai 2007
  26. Miami's Manhattanization - accès le 3 mai 2007
  27. Site officiel du projet Mitdtown Miami - accès le 4 mai 2007
  28. (en) « Miami Fashion Week », Miami Fashion Week (consulté le 11-04-2009)
  29. Interview: Cat Power. Pitchfork Media par Fred Armisen, avec Brandon Stosuy, publié le 13 novembre 2006
  30. a et b (en) « About Us », The Miami Herald (consulté en 03-2009)
  31. « El Nuevo Herald » (consulté en 03-2009)
  32. Facts sur le site officiel de l'autorité - accès le 4 mai 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Miami.