Géologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La géologie est la science qui étudie la Terre dans ses différentes parties directement accessibles à l'observation, s'efforçant de reconstituer leur histoire par l'étude de leur agencement. Elle traite avec d'autres sciences associées de la composition, de la structure, de l'histoire et de l'évolution des couches internes et externes du globe terrestre, et des processus qui la façonnent. La géologie est une discipline importante parmi les sciences de la Terre.

L'axe du temps géologique est étendu[1]. Grâce à des méthodes de datation radiochronologiques appliqué aux études de diverses météorites, une détermination fiable de l’âge de la Terre indique un peu plus de 4,55 milliards d'années[2].

La géologie intervient, en même temps que la géophysique appliquée, dans la recherche et/ou l’exploitation des ressources naturelles notamment le pétrole, le charbon, les minerais, les pierres précieuses et semi-précieuses et l'eau.

Il existe, à côté de disciplines savantes très compartimentées, une géologie d'amateurs, animée par d'excellents auteurs scientifiques[3]. Elle commence souvent par la connaissance assidue du terrain. La paléontologie ou l'étude des fossiles en est une branche bien vivante, portée par la mode des dinosaures[4]. Le respect de l'environnement et le besoin de connaissances en paléoenvironnement et écologie rétrospective suscitent aussi des mutations au sein de la géologie, avec apparition de disciplines nouvelles telles que la géologie environnementale et la géotechnique environnementale[5].

Le terme « géologie » provient de l'adaptation en 1751 par Diderot du néologisme italien formé par le savant Ulisse Aldrovandi sur le grec ancien γῆ / gễ (« terre ») et λογία / logía (« étude »).

Histoire de la géologie[modifier | modifier le code]

Cette science de la Terre connaît ses prémices vers 1660 dans les pays du Nord avec les premiers travaux du géologue danois Niels Stensen, connu en français sous le nom de Nicolas Sténon, aussitôt suivis par l'Angleterre et les régions britanniques, puis plus tardivement en France vers 1700[6]. En 1750, c'est une science établie en Europe occidentale. Dans son acception actuelle, le terme géologie est d'ailleurs utilisé pour la première fois en français en 1751 par Diderot, à partir du mot italien créé en 1603 par Aldrovandi. Le mot géologue est communément employé dans son essai de 1797 Nouveaux Principes de géologie par Philippe Bertrand[7] et en 1799 par Jean André Deluc ; il est fixé l’année suivante par Horace-Bénédict de Saussure. Au début du XIXe siècle, la science géologique prend son essor et se constitue dans ses fondements, échelle de temps en croissance et cartes de plus en plus précises, observations de terrain, coupes stratigraphiques et analyses pétrologiques en progrès[8].

Article détaillé : Histoire de la géologie.

Différentes disciplines de la géologie, sciences apparentées[modifier | modifier le code]

La géologie comporte de nombreuses disciplines scientifiques :

  • la stratigraphie, qui répertorie et ordonne dans le temps la succession des strates de roches, à l'aide de principes géométriques simples, d'observations de terrains, d'analyse du contenu en fossiles des roches, de la datation radiochronologiques des roches. La stratigraphie est le socle de la géologie.
  • la minéralogie, qui étudie les éléments constitutif des roches, donc la forme, la nature, la composition et les propriétés chimiques et physiques des minéraux ;
  • la pétrographie, qui décrit les roches, étudie leur constitution et réalise leur classification;
  • la pétrologie, qui étudie, au delà de l'analyse pétrographique, les mécanismes et les conditions qui président à la formation (genèse) et à la transformation des roches ;
  • la géologie structurale qui est l'étude des déformations des roches et des mécanismes présidant à la déformation de ces roches à toutes les échelles ; à grande échelle, on parle de tectonique ;
  • la géodynamique, qui étudie les conséquences morphologiques des processus tectoniques et d'érosion ;
  • la géomorphologie, qui étudie les diverses formes du relief terrestre, d'abord de manière descriptive puis de manière explicative, et met en évidence les formes d'érosion; on considère souvent qu'elle concerne plus le géographe que le géologue, et on la range le plus souvent parmi les branches de la géographie physique ;
  • la sédimentologie qui étudie les roches et les formations sédimentaires ; Si l'étude porte sur la succession régulière des différentes couches ou strates sédimentaires, il s'agit de stratigraphie ;
  • la paléontologie, qui étudie les organismes passés grâce à la description et à l'analyse des restes fossilisés ;
  • la micropaléontologie, qui étudie les fossiles microscopiques contenus dans les sédiments ;
  • la métallogénie, qui étudie les mécanismes de formation des gisements métallifères et se propose de définir des outils méthodologiques et des guides de prospection utilisables par les explorateurs et prospecteurs miniers ;
  • la volcanologie, qui analyse et tente de prévoir les phénomènes volcaniques, qui étudie la composition chimique et minéralogique et les processus de mise en place des produits volcaniques ;
  • l'hydrogéologie, qui étudie les écoulements des eaux souterraines, sachant que la nature du sous-sol traversé par les eaux influence directement la quantité et la qualité de l'eau émergeant à la source ou exhaurée du forage ;
  • la glaciologie qui étudie l'eau sous sa forme solide, la glace et sa présence massive à la surface de la Terre sous forme de glaciers ou de banquise.
  • la géotechnique, qui fédère la géologie du BTP (ou de l'ingénieur, du génie civil), la géophysique, la géomécanique (mécanique des sols, mécanique des roches, hydraulique souterraine) pour permettre l'adaptation des ouvrages à leurs sites de construction ;

La géologie possède de nombreuses attaches avec d'autres sciences, parmi lesquelles il convient de citer :

  • la géophysique, organisée à l'échelle internationale dans l'Union géodésique et géophysique internationale (UGGI), qui étudie la structure et la composition interne de la Terre avec des outils empruntés à la physique et aux mathématiques ; contrairement aux sciences géologiques et minérales, qui sont des sciences essentiellement descriptives et qualitatives, les sciences géophysiques sont rangées parmi les sciences exactes et quantitatives ; les géologues entendent souvent sous le vocable « géophysique » seulement la géophysique appliquée (comprenant des méthodes sismiques, gravimétriques, magnétiques, électriques, électromagnétiques, ... appliquées à la prospection pétrolière et minière, à l'archéologie, aux études environnementales, etc.) ; l'hydrogéophysique fait partie de cette dernière ;
  • la sismologie, qui étudie les tremblements de terre et la propagation des ondes sismiques naturelles ou provoquées (on parle alors de sismique) ; cette discipline est une branche importante de la géophysique, et seuls certains de ses résultats intéressent le géologue ;
  • la paléosismologie est une branche de la sismologie directement tributaire de la géologie ; son but est de trouver dans des tranchées ou coupes géologiques des indices de séismes anciens, de les dater pour qu'ils puissent servir dans la prévision statistique des séismes, et de fournir aux géophysiciens des informations permettant éventuellement de quantifier (mécanisme au foyer, magnitude, moment sismique, ...) ces tremblements de terre anciens ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Serge Elmi, Claude Babin, Histoire de la Terre, Cursus, Armand Colin, 1994, 173 pages. ISBN 2 200 21559 2
  2. Jacques Treiner, Quel est l'âge de la Terre ?, collection Les Petites Pommes du savoir n°133, éditio Le Pommier, 64 pages, ISBN 978 2 7465 0563 6
  3. Géologie amateur
    • Christiane Sabouraud (dir.), Guide de la Géologie en France, Belin/Société Géologique de France, 2004.
    • Alain Foucault, Guide du géologue amateur, Dunod, Paris, 2007, 250 pages. Planches en couleur. ISBN 978 2 10 049959 5
    • Ch. Pomerol, M. Renard & Y. Lagabrielle, Éléments de géologie, 12e éd., Dunod, Paris, 2000 (ISBN 2-10-004754-X)
    • François Michel, Roches et paysages, brgm éditions, Belin, 2005, 256 pages (ISBN 2-7011-4081-1)
    • François Michel, Paysage itinéraire d'un géologue, Belin, 2009.
    • François Michel, Le tour de France d'un géologue, BRGM édition, 2009.
    • Maurice Mattauer, Ce que disent les pierres, Belin, 1998.
    • Eric Buffeteau, Jean Le Lœuff, Les mondes disparus, atlas de la dérive des continents, Berg international éditeurs, Paris, 1998, 158 pages. Dessins de Guy Leroux, cartographie de Léonie Schlosser. ISBN 2 911289 14 5
  4. Paléontologie
    • Ellis Owen, Les animaux préhistoriques, l’extraordinaire histoire de la vie avant l’homme, Gründ, Paris, 1976, 96 pages. Traduction de l’ouvrage anglais paru chez Octopus books Limited, London, 1975. ISBN 2 7000 5004 5
    • Sébastien Steyer, La terre avant les dinosaures, ouvrage illustré par Alain Bénéteau, Belin, pour la science, Paris, 2009, 206 pages. ISBN 978 2 7011 4206 7
    • Barry Cox, R. et G. Savage, Brian Gardiner, Colin Harrison, Douglas Palmer, Dinosaures et autres animaux de la préhistoire, une encyclopédie illustré de plus de 5000 espèces, Köneman Cologne, 2000, 312 pages. Adaptation française de l’édition originale The Marschall Illustrated Encyclopedia of Dinosaurs and Préhistoric Animals, Marshall Editions Limited, Londres, 1988/1999. ISBN 3 8290 6573 6
    • Vojcek Turek, Jaroslav Marek, Josef Benes avec les photographies de Marek Korihek, Monka Korinkova, Karel Drabek et les dessins de Milos Vana, La grande encyclopédie des fossiles, collection Grandes Encyclopédies, Gründ, Paris, 1989, 520 pages. Préface de Daniel Pujaud. Ouvrage traduit du tchèque. ISBN 2 7000 2502 4
    • Ouvrage collectif créé par Losange, Fossiles, nature poche, Artémis editions, 2006, 336 pages. ISBN 2 84416 420 X
    • Frank H.T. Rhodes, Herbert S. Zim, Paul R. Snafer, Fossiles, Le petit guide, Hachette, EGI Deux coqs d’or, Paris, 1971. 480 illustrations. Adaptation par J. Roger de Fossils, Golden Press Inc., New-York 1962.
    • Jean-Louis Heim, 700000 siècles d’histoire humaine, une introduction à l’histoire paléontologique de l’homme, éditions Eyrolles, Paris, 1979, 96 pages. Préface de Pierre-Paul Grassé.
  5. Géotechnique environnementale ; Civil Engineering European courses, Exemples majeurs et récents en géotechnique de l’environnement, Colloque du 1er et 2 février 1996, Presses de l’école nationale des Ponts et Chaussées, Paris, 1996, 346 pages. ISBN 2 85978 250 8
  6. Histoire
    • G. Gohau, Une histoire de la géologie, Collection « Points – Sciences », No. S66, Éditions du Seuil, Paris, 1990 (ISBN 2-02-012347-9)
    • Alan Cutler, La montagne et le coquillage : comment Nicolas Sténon a remis en cause la bible et créé les sciences de la terre, JC. Lattès, Paris, 2006, 282 pages. Traduction par Stéphane Carr de l’ouvrage anglais The seashell on the mountaintop, William Heinemann, London, 2003.
  7. Texte in Google books [1]
  8. Cartographie
    • Simon Winchester, La carte qui a changé le monde, William Smith et la naissance de la géologie, JC. Lattès, Paris, 2003, 390 pages. Traduction de The maps that changed the world, Viking, 2001. ISBN 2 7096 2353 6
    • Denis Sorel, Pierre Vergely, Atlas, Invitation aux cartes et aux coupes géologiques, 2ième édition, Dunod, Brgm éditions, Paris, 1999-2010, 120 pages. ISBN 978 2 10 054645 9

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Géologie.

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Foucault & J.-F. Raoult, Dictionnaire de géologie, 6e éd., Dunod, Paris, 2005 (ISBN 2-10-049071-0)
  • L. Moret, Précis de géologie, 4e éd., Masson et Cie., Paris, 1962
  • Aubouin, Brousse et Lehman, Précis de géologie, Dunod, Paris, 1975.
  • J.Y Daniel et al., Sciences de la Terre et de l’univers, Vuibert, Paris, 1999.
  • J. Dercourt - Géologie et géodynamique de la France - Dunod, Paris, 1997.
  • Pierre Martin, Géologie appliquée au BTP, Eyrolles, Paris, 2010.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]