Épiphyte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Des orchidées en compagnie de broméliacées ( Tillandsias sp. ) sur un arbre dans un jardin à Hawaii
Plantes épiphytes diverses à Santa Elena au Costa Rica
En zone tropicale, les troncs morts ou sénescents peuvent encore supporter une flore qui abrite de nombreux invertébrés (ici broméliacées au Costa Rica, côté Atlantique)

Les épiphytes[1] (du grec έπί «sur», φυτόν «végétal»; littéralement «à la surface d'un végétal») sont des plantes qui poussent en se servant d'autres plantes comme support. Il ne s'agit pas de plantes parasites car elles ne prélèvent pas de nourriture de leur hôte. Les épiphytes sont des organismes autotrophes photosynthétiques; ils sont capables d'absorber l'humidité de l'air et trouvent les sels minéraux, partiellement dans l'humus qui peut se former à la base des branches, et pour une autre partie dans les particules et gaz, absorbés ou solubilisés dans l'eau de la pluie et des rosées. Ce type de plantes est particulièrement bien représenté chez les ptéridophytes, les orchidées, les broméliacées, les aracées, les pipéracées et autres bégoniacées. On les rencontre surtout dans la zone intertropicale, et plus particulièrement dans les forêts ombrophiles. Certains arbres, à l'écorce lisse ou phytotoxique, ou se desquamant régulièrement, sont exempts ou presque dépourvus d'épiphytes.

En zone tempérée, la présence et la diversité de lichens épiphytes sont considérées comme des bioindicateurs de la qualité de l'air et de l'environnement.

Écosystèmes suspendus[modifier | modifier le code]

La flore épiphyte d'Auray est riche. Elle est proche de celle qu'on trouve sur les murs à proximité, qui bénéficient eux-aussi du climat océanique et d'une hygrométrie souvent élevée

Les plantes et organismes épiphytes contribuent à la complexification naturelle des écotones, multipliant ainsi l'offre en micro-habitats sur un arbre, sur un tronc[2] ou dans l'écosystème.

Plusieurs épiphytes peuvent successivement pousser les uns sur les autres et accumuler de l'eau au point, où, dans les forêts tropicales pluvieuses, des branches se brisent, cédant sous le poids de plusieurs tonnes d'eau, accumulée dans les mousses et les broméliacées.

Des écosystèmes suspendus complexes se constituent ainsi au fil du temps. Sous les tropiques, certains invertébrés et de nombreux amphibiens peuvent y passer toute leur vie, et pendant plusieurs générations, sans jamais descendre au sol, en buvant et pondant leurs œufs dans l'eau accumulée dans les phytotelmes des broméliacées.

Menaces[modifier | modifier le code]

Nombre d'épiphytes semblent pouvoir être menacées par les pesticides ou pollutions acides, et plus directement encore par les coupes rases ou des éclaircies trop « dures »[3], par le rajeunissement excessif des forêts (et généralement conjointement par la raréfaction des très grands arbres anciens dominants et émergents au-dessus de la canopée, y compris en forêt tempérée pluvieuse comme on l'a montré au Chili[4]. La fragmentation forestière, mais aussi le dérèglement climatique sont d'autres facteurs de menace[5] et en particulier quand il contribue à assécher le microclimat forestier, par exemple en forêts feuillues sempervirente humide de montagne selon une expérience conduites récemment (publication 2012) dans le sud-ouest de la Chine[6].

Gestion écologique, renaturation[modifier | modifier le code]

Quelques expériences (dont en chênaies de zone tempérée[7]) ont montré qu'une gestion restauratoire de la forêt par coupe sélective orientée vers la conservation des arbres les plus riches en épiphytes patrimoniaux et/ou menacés permet d'une part d'augmenter dans ces arbres la densité des espèces en question (tant pour les lichens que les bryophytes, et au profit de la conservation, mais aussi de favoriser une recolonisation des autres arbres de la parcelle ou d'arbres proches (à une vitesse qui peut dépasser 60 m en 8 ans)[7].

Épiphytes et rendement des arbres cultivés[modifier | modifier le code]

La plupart des épiphytes ne sont pas une gêne pour les arbres-supports, même s'il existe des parasites comme le gui ou des plantes étrangleuses comme les célèbres figuiers étrangleurs (des hémi-épiphytes en réalité puisque leurs racines finissent par devenir autoportantes).

Ainsi le lierre fait partie de l’écosystème de nombreuses forêts de zone tempérée, et on a récemment montré que les épiphytes n’améliorent ni ne diminuent le rendement des cacaoyers (dont la fève pousse sur le tronc)[8] Généralement ce qui est perdu en terme d’interception de l’eau[9] ou de la lumière est gagné en qualité de microclimat (tampon thermo-hygrométrique), en richesse et présence plus longue de pollinisateurs et d’une biodiversité favorable à la résilience des arbres et de la forêt.

Intérêt historique et patrimonial[modifier | modifier le code]

Selon Rebecca & al. (2011)[10], les épiphytes conservés sur des bois ou arbres très anciens utilisés en charpentes de toitures ou conservés depuis l’époque pré-industrielle ont une réelle valeur archéologique et pour l’écologie rétrospective, en particulier les lichens dont certaines espèces (ex : Pertusaria dont Pertusaria leioplaca), ont une croissance très lente et vivent très longtemps (décennies à siècles) puis peuvent avoir été conservés desséchés durant encore des siècles ou décennies.

Liste de plantes épiphytes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Remarque: certaines plantes, comme les moracées, ont une première phase épiphyte, avant d'envoyer des tiges aériennes vers le sol, qui s'enracineront; ce mode de croissance est dit hémi-épiphyte. Il en est de même pour certaines aracées qui germent au sol, puis continuent leur croissance sur un support (tronc, rocher...) pour finir leur vie en épiphyte au sens strict, leur partie terrestre se désagrégeant au profit de leur partie aérienne.

En mer[modifier | modifier le code]

Sous la mer, des communautés spécifiques d'épiphytes existent sur les frondes d'algues géantes des forêts de kelp, ou encore par exemple sur les feuilles et rhizomes d'herbiers marins[11]mais aussi ou sur les zostères de la zone intertidale [12]. Elles varient selon le degré d'eutrophisation du milieu[11].

En aquariophilie, en raison d'une eutrophisation rapide du milieu, les algues et bactéries épiphytes peuvent produire des tapis envahissant.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nota bene : Épiphyte est masculin.
  2. LeBlanc, F. 1960. Écologie et phytosociologie des épiphytes corticoles du sud du Québec. Thèse de doctorat. Université de Montréal.
  3. Ursula Hietz-Seifert, Peter Hietz, Sergio Guevara (1996), Epiphyte vegetation and diversity on remnant trees after forest clearance in southern Veracruz, Mexico ; Biological Conservation, Volume 75, Issue 2, 1996, Pages 103-111 (résumé)
  4. Iván A. Díaz, Kathryn E. Sieving, Maurice E. Peña-Foxon, Juan Larraín, Juan J. Armesto (2010), Epiphyte diversity and biomass loads of canopy emergent trees in Chilean temperate rain forests : A neglected functional component ; Forest Ecology and Management, Volume 259, Issue 8, 31 March 2010, Pages 1490-1501 (résumé)
  5. Christopher J. Ellis, Brian J. Coppins, Terence P. Dawson (2007), Predicted response of the lichen epiphyte Lecanora populicola to climate change scenarios in a clean-air region of Northern Britain ; Biological Conservation, Volume 135, Issue 3, March 2007, Pages 396-404 (résumé)
  6. Liang Song, Wen-Yao Liu, Nalini M. Nadkarni (2012), Response of non-vascular epiphytes to simulated climate change in a montane moist evergreen broad-leaved forest in southwest China Original Research Article Biological Conservation, Volume 152, August 2012, Pages 127-135
  7. a et b jörn Nordén, Heidi Paltto, Christina Claesson, Frank Götmark (2012), Partial cutting can enhance epiphyte conservation in temperate oak-rich forests Original Research ArticleForest Ecology and Management, Volume 270, 15 April 2012, Pages 35-44B
  8. S. Goda Sporn, Merijn M. Bos, S. Robbert Gradstein (2007), Is productivity of cacao impeded by epiphytes? An experimental approach ; Agriculture, Ecosystems & Environment, Volume 122, Issue 4, December 2007, Pages 490-493 (résumé)
  9. Dirk Hölscher, Lars Köhler, Albert I.J.M. van Dijk, L.A.(Sampurno) Bruijnzeel (2004), The importance of epiphytes to total rainfall interception by a tropical montane rain forest in Costa Rica ; Journal of Hydrology, Volume 292, Issues 1–4, 15 June 2004, Pages 308-322 (résumé)
  10. Rebecca Yahr, Brian J. Coppins, Christopher J. Ellis (2011), Preserved epiphytes as an archaeological resource in pre-industrial vernacular buildings ; Journal of Archaeological Science, Volume 38, Issue 6, June 2011, Pages 1191-1198 (résumé)
  11. a et b David Balata, Iacopo Bertocci, Luigi Piazzi, Ugo Nesti (2008), Comparison between epiphyte assemblages of leaves and rhizomes of the seagrass Posidonia oceanica subjected to different levels of anthropogenic eutrophication  ; Estuarine, Coastal and Shelf Science, Volume 79, Issue 3, 10 September 2008, Pages 533-540
  12. Benoit Lebreton, Pierre Richard, Gilles Radenac, Monique Bordes, Martine Bréret, Christophe Arnaud, Françoise Mornet, Gérard F. Blanchard (2009), Are epiphytes a significant component of intertidal Zostera noltii beds ? ; Aquatic Botany, Volume 91, Issue 2, August 2009, Pages 82-90
  13. à Auray en Bretagne Département du Morbihan, Ouest de la France
  14. (ici près de Seattle dans l'État du Washington)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (fr)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Victor Johansson, Tord Snäll, Thomas Ranius. (2012) Estimates of connectivity reveal non-equilibrium epiphyte occurrence patterns almost 180 years after habitat decline. Oecologia, en ligne : 30-Oct-2012.
  • (en) Christopher J. Ellis (2012), Lichen epiphyte diversity: A species, community and trait-based Perspectives in Plant Ecology, Evolution and Systematics, Volume 14, Issue 2, 20 April 2012, Pages 131-152
  • (en) Tom M. Fayle, Edgar C. Turner, Jake L. Snaddon, Vun Khen Chey, Arthur Y.C. Chung, Paul Eggleton, William A. Foster (2010), Oil palm expansion into rain forest greatly reduces ant biodiversity in canopy, epiphytes and leaf-litter ; Basic and Applied Ecology, Volume 11, Issue 4, June 2010, Pages 337-345 (résumé)
  • (en) R. Padmawathe, Q. Qureshi, G.S. Rawat (2004), Effects of selective logging on vascular epiphyte diversity in a moist lowland forest of Eastern Himalaya, India ; Biological Conservation, Volume 119, Issue 1, September 2004, Pages 81-92 (résumé)
  • (en) Rebecca Hsu, Jan H.D. Wolf (2009) Diversity and phytogeography of vascular epiphytes in a tropical–subtropical transition island, Taiwan ; Flora - Morphology, Distribution, Functional Ecology of Plants, Volume 204, Issue 8, 2009, Pages 612-627 (résumé)
  • (en) Olivier Heylen, Martin Hermy, Eddie Schrevens (2005), Determinants of cryptogamic epiphyte diversity in a river valley (Flanders) ; Biological Conservation, Volume 126, Issue 3, December 2005, Pages 371-382 (résumé)
  • (en) Stephen P Yanoviak, Hannah Walker, Nalini M Nadkarni (2004), Arthropod assemblages in vegetative vs. humic portions of epiphyte mats in a neotropical cloud forest ; Pedobiologia, Volume 48, Issue 1, 2004, Pages 51-58 (résumé)
  • (en) Manuela Sim-Siam, Palmira Carvalho, Cecilia Sérgio (2000), Cryptogamic epiphytes as indicators of air quality around an industrial complex in the Tagus valley, Portugal. Factor analysis and environmental variables ; Cryptogamie Bryologie, Volume 21, Issue 2, April–June 2000, Pages 153-170 (résumé)
  • (en) Vivyan Lisewski, Christopher J. Ellis (2011), Lichen epiphyte abundance controlled by the nested effect of woodland composition along macroclimatic gradients ; Fungal Ecology, Volume 4, Issue 3, June 2011, Pages 241-249 (résumé)
  • (en) L. Davies, J.W. Bates, J.N.B. Bell, P.W. James, O.W. Purvis (2007), Diversity and sensitivity of epiphytes to oxides of nitrogen in London ; Environmental Pollution, Volume 146, Issue 2, March 2007, Pages 299-310 (résumé)
  • (en) Christopher J. Ellis (2012), Lichen epiphyte diversity: A species, community and trait-based ; Perspectives in Plant Ecology, Evolution and Systematics, Volume 14, Issue 2, 20 April 2012, Pages 131-152 (résumé)
  • (en) María Calviño-Cancela, María Eugenia López de Silanes, Marga Rubido-Bará, Joseba Uribarri (2013), The potential role of tree plantations in providing habitat for lichen epiphytes ; Forest Ecology and Management, Volume 291, 1 March 2013, Pages 386-395 ; (résumé)
  • (en) Florian A. Werner(2011), Reduced growth and survival of vascular epiphytes on isolated remnant trees in a recent tropical montane forest clear-cut ; Basic and Applied Ecology, Volume 12, Issue 2, March 2011, Pages 172-181 ; (résumé)
  • (en) Nicole M. Nöske, Nadine Hilt, Florian A. Werner, Gunnar Brehm, Konrad Fiedler, Harrie J.M. Sipman, S. Robbert Gradstein (2008), Disturbance effects on diversity of epiphytes and moths in a montane forest in Ecuador  ; Basic and Applied Ecology, Volume 9, Issue 1, 2 January 2008, Pages 4-12 (résumé)
  • (en) Christopher J. Ellis, Brian J. Coppins (2009), Quantifying the role of multiple landscape-scale drivers controlling epiphyte composition and richness in a conservation priority habitat (juniper scrub) ; Biological Conservation, Volume 142, Issue 7, July 2009, Pages 1291-1301 (résumé)

Liens externes[modifier | modifier le code]