Bœuf (animal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir bœuf.
Article principal : Bos taurus.
Présentations de trois bœufs gras vers 1930

Un bœuf est un taureau castré, plus précisément un bovin (Bos taurus) domestique mâle ayant subi une castration dans le cadre de son élevage. Devenus plus calmes, ces animaux sont principalement destinés à la production d'animaux robustes destinés à la traction bovine ou à production de viande bovine Cette pratique devient moins fréquente en occident, mais c'était par le passé la principale viande, d'où le nom générique de « viande de bœuf », ou plus simplement « bœuf », encore employé couramment pour désigner toutes sortes de viandes bovines dans le langage courant.

Histoire[modifier | modifier le code]

La domestication de l'espèce Bos taurus, et plus particulièrement des bœufs, est certaine au Ve millénaire avant notre ère bien que les dernières études semblent la situer au VIIe millénaire. Adapté aux conditions du bas-pays mésopotamien, cet animal put servir au portage et à la traction (son aptitude au portage ayant vraisemblablement été utilisée avant l'invention de la roue) et semble avoir joué un rôle non négligeable dès le IIIe millénaire. Il faut toutefois prendre en considération sa faible vitesse de déplacement (3,6 km/h).

Cette pratique de la castration a pratiquement disparu d'Europe occidentale depuis la seconde moitié du XXe siècle. Elle ne s'est jamais pratiquée dans le monde musulman, sauf en période coloniale.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Les taureaux et taurillons sont naturellement disposés à un comportement agressif, qui peut émerger même s'ils ont été domestiqués dès leur naissance. Ils représentent un danger accru en particulier lorsqu'ils sont très habitués à l'homme et habituellement très calmes, car cela pousse les éleveurs à la négligence ou à sous-estimer les avertissements émanant de l'animal avant une attaque. La castration vise à arrêter la production de testostérone, ce qui influe significativement sur son comportement et sa conformation. Un bœuf exprime une morphologie plus féminine et un comportement plus docile, en particulier en présence de femelles ou lorsqu'il travaille. La castration permet aussi de retirer l'animal du patrimoine génétique du troupeau, tout en conservant l'animal pour l'engraisser ou le travail, afin que seul les reproducteurs mâles sélectionnés fécondent les femelles.

L’absence de testostérone réduit le développement musculaire par rapport à un mâle non castré. L'animal perd généralement du poids pendant une courte période suivant la castration, avant de croitre à nouveau, mais avec des gains de poids toujours inférieurs à ceux d'un mâle non castré. Le bœuf tend davantage à faire du gras, ce qui facilite la finition avant abattage pour obtenir une viande à la chair marbrée (petites striures de gras visibles à la découpe).

Techniques de castration[modifier | modifier le code]

Les castrations sanglantes pouvaient être réalisées sur animal debout, avec une étreinte du cou provoquant une sorte d'hypoxie à effet anesthésiant.

Parmi les castrations non sanglantes, la dernière en vogue était la pince de Burdizzo. Il s'agissait d'écraser le cordon testiculaire par deux pressions parallèles dans la partie supérieure des bourses.

Traction bovine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Traction bovine.

Les bœufs sont utilisés comme animaux de trait. Ils sont en effet dociles et développent une bonne puissance de travail tout en étant résistants à l’effort.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Pièce de viande de bœuf Wagyu en vente au Japon

Le Japon, notamment le bœuf de Kobe ou de Hida-Takayama, est renommé pour ses bœuf de race Wagyu. Castrés, engraissés, massés et abreuvés de bière ils produisent une viande très persillée que l'on ne trouve que dans ce pays.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Tête de bœuf, bronze, bouche de fontaine du marché des Blancs-Manteaux de Paris (8, rue des Hospitalières-Saint-Gervais), par Edme Gaulle (Français, 1762-1841), 1819. H. 19 cm (7 ¼ in.)

Le « Bœuf gras » est la figure centrale de plusieurs fêtes carnavalesques comme la Promenade du Bœuf Gras au Carnaval de Paris ou le Géant-Bœuf du Carnaval de Paris.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :