1961

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1961 (MCMLXI en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour les autres significations, voir 1961 (Chronologie de Dada et du surréalisme).

Années :
1958 1959 1960  1961  1962 1963 1964

Décennies :
1930 1940 1950  1960  1970 1980 1990
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Alberta, Colombie-Britannique, Île-du-Prince-Édouard, Manitoba, Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (Belgique, France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Astronautique Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Économie Fantasy Football Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Monde[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

Guerre en Angola : reconquête de Beira Baixa
  • Ghana : « Discours de l’aube » de Kwame Nkrumah qui stigmatise la corruption de plusieurs cadres de son parti, le CPP.
  • Épidémie de choléra en Afrique de l’Est (1961-1979).
  • L’ONU forme un comité spécial d’enquête sur les territoires portugais d’Afrique.
  • Les habitants de l’empire colonial portugais accèdent à la citoyenneté portugaise.

Maghreb[modifier | modifier le code]

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

Voir ci-après.

Amérique[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1961 au Canada et 1961 au Québec.
  • 3 janvier : rupture des relations diplomatiques entre les États-Unis et Cuba à la suite de l’expulsion de diplomates américains en poste à la Havane. Eisenhower transmet le dossier à Kennedy, qui donne le feu vert à l’invasion, à condition qu’aucune force nord-américaine ne soit impliquée.
  • 31 janvier : Jânio da Silva Quadros, (UDN), Président de la République au Brésil. Il doit affronter une situation économique délicate.
  • 23 février : Ernesto Guevara devient ministre de l'industrie à Cuba. Il élabore un plan de restructuration, dans l’idée de rompre la dépendance économique de Cuba à l’égard des exportations de sucre, de diversifier la production agricole et d’industrialiser le pays. La production de sucre tombe de 6,8 millions de tonnes en 1961 à 4,8 en 1963, privant le pays de précieuses devises. L’industrialisation est handicapée par l’embargo nord-américain.
  • 13 mars : le président Kennedy propose à l’Amérique latine une « Alliance pour le Progrès » afin de promouvoir conjointement le développement économique, engager des réformes structurelles, instaurer ou consolider la démocratie. Le lendemain, il demande au Congrès des États-Unis l’autorisation de créer un Fond interaméricain de progrès social.
  • 17 avril : dans la baie des Cochons, un millier d'opposants au régime castriste, bénéficiant de l'aide de la CIA, tentent un débarquement armé. L'opération se révèle un fiasco et à pour conséquence un rapprochement officiel de Fidel Castro avec l'Union soviétique. Le gouvernement des États-Unis décrète un blocus.
  • 25 avril[8] : création au Brésil d’une société nationale, Eletrobrás, pour contrôler la production et la distribution d’électricité.
  • 30 mai : assassinat de Trujillo en République dominicaine, ouvrant une période d’instabilité politique. Longtemps écarté du pouvoir, la bourgeoisie se rue sur les biens du dictateur déchu.
  • 16 - 20 avril : débarquement de la baie des Cochons. La tentative d’invasion de groupes d’exilés cubains anticastristes appuyés par les États-Unis est un véritable fiasco. Les attaquants sont attendus par les troupes de Castro et ne reçoivent aucune aide aérienne de la part des États-Unis. Castro triomphe. La veille de l’attaque, Fidel Castro a proclamé le caractère « socialiste » de la révolution cubaine et Khrouchtchev lui assure son soutien inconditionnel.
  • 1er mai : Cuba devient une République démocratique socialiste.
  • 5 - 17 août : conférence exceptionnelle du Conseil interaméricain économique et social de l’OEA à Punta del Este, en Uruguay. Après le fiasco de l’intervention à Cuba, Kennedy présente ses projets d'« Alliance pour le progrès ». Deux documents sont signés : le premier, la Déclaration des peuples d’Amérique, fixe un certain nombre d’objectifs généraux détaillés dans le second, la Charte de Punta del Este.
    • La rhétorique de l’Alliance pour le progrès concernant la démocratie ne sera guère suivie d’effet et sera même contre-productive. À l’opposée, l’assistance militaire fait des progrès considérable. Elle passe de 65 millions par an pour l’Amérique latine entre 1953 et 1961 à 172 millions pour les trois années de l’administration Kennedy. L’aide économique est singulièrement accrue, passant d’une moyenne annuelle de 204 millions de dollars sous la présidence d’Eisenhower à 1,3 milliard entre 1962 et 1965.
  • 23 août (Brésil) : le journaliste Carlos Lacerda dénonce à la télévision de São Paulo un coup d’État qu’aurait préparé le président Quadros. Le 24 août, il fait de même à la télévision de Rio.
  • 25 août : le Président brésilien Jânio Quadros renonce à la présidence et quitte Brasilia, laissant une lettre accusant les forces occultes et étrangères. Le vice-président João Marques Goulart, ancien ministre du Travail de Getúlio Vargas qui se trouvait en Chine, revient en hâte, et trouve un compromis avec l’armée : l’armée laisse Goulart accéder à la présidence, mais la Constitution est amendée. De présidentiel, le régime devient parlementaire. Goulart entre en fonction le 7 septembre.
  • 7 novembre : les militaires mettent un terme au quatrième mandat du dirigeant populiste Velasco en Équateur. Le vice-président Carlos Julio Arosemena lui succède. Il fait preuve de nationalisme et d’inclinaisons à gauche (fin en 1963).
  • 30 novembre : opération Mongoose de la CIA contre le gouvernement cubain.
  • 15 décembre[9] : une nouvelle modification de la Constitution brésilienne transfère une partie du pouvoir exécutif présidentiel vers le Premier ministre João Marques Goulart.
  • Décembre : Fidel Castro se déclare marxiste-léniniste.

États-Unis[modifier | modifier le code]

17 janvier : discours de fin de mandat de Dwight David Eisenhower sur le complexe militaro-industriel
  • 20 janvier : début de la présidence démocrate de John Fitzgerald Kennedy aux États-Unis (fin en 1963).
    • L’administration Kennedy, élue sur le thème de la « Nouvelle Frontière », est composée d’une équipe jeune et dynamique qui se propose de lancer une grande entreprise libérale : expansion économique, stratégie militaire nouvelle (représailles flexibles), lutte contre les inégalités sociales et raciales.
    • Devant le Congrès, Kennedy fait un discours remarqué : « Vous qui, comme moi, êtes Américains, ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays. Vous qui, comme moi, êtes citoyens du monde, ne vous demandez pas ce que les États-Unis peuvent faire pour le monde, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour le monde. »
  • 2 février : Kennedy propose au Congrès sa politique sociale afin de mettre fin à la récession économique. Elle inclut un programme de tickets-nourriture et un accroissement des allocations pour les chômeurs et les personnes sans ressources.
  • 1er mars : Kennedy signe un décret créant les Corps de la Paix, l’une des institutions les plus marquantes de son gouvernement. Il en confie la direction à son beau-frère Sargent Shriver.
  • 28 mars : Il lance un programme d’armement parmi les plus importants en temps de paix. Il double le nombre de missiles nucléaires balistiques intercontinentaux Polaris, augmente le nombre de bombardiers stratégiques et augmente celui des autres missiles; il accroît aussi le nombre de divisions en état d’alerte et quadruple les unités de luttes antiguérillas. Le budget militaire augmentera de 10 % sous sa présidence.
  • En mars, les mouvements pour les droits civiques organisent des « marches » et des convois à travers les États du Sud, malgré des réactions violentes des populations blanches.
  • 17 avril : échec de l’invasion de la baie des Cochons à Cuba.
  • 1er Mai : Licensing Act, renforcement de la législation sur la sécurité incendie dans les habitations.
  • Mai : les États-Unis intensifient leur intervention au Viêt Nam.
    • Envoi de 15 000 conseillers militaires.
    • Déploiement de deux escadrilles de B-26 et deux compagnies d'hélicoptères.
  • 4 mai : organisation de « Freedoms rides » pour protester contre la discrimination dans les transports inter-État. Des bus mixtes sont affrétés en direction du Sud.
  • 25 mai : Kennedy prononce le fameux discours qui donne le coup d’envoi du programme lunaire américain. « Notre nation doit s’engager à faire atterrir l’homme sur la Lune et à le ramener sur Terre sain et sauf avant la fin de la décennie.» Il répond ainsi à l’URSS qui, en pleine guerre froide, avait pris plusieurs longueurs d’avance dans la conquête spatiale. Il conforte le concept de Nouvelle Frontière de l'espace, qu'il avait déjà évoqué dans un discours d'investiture comme candidat à l'élection présidentielle, le 15 juillet 1960.
  • Juin : nouvelles mesures fiscales visant à stimuler l'économie et réduire le chômage.
    • Maintien des taux d'intérêts à 0,25 %
    • Prolongation des prêts hypothécaires délivrés par la Federal Housing Administration.
    • Crédits d'impôts pour les plus démunis souhaitant se loger
    • 1 milliard de dollars affectés à la construction d'un million de logements sociaux
    • Création d'environ 500 000 emplois dans la construction
  • 3 août : Suicide Act, loi condamnant pénalement toute personne qui aidera quelqu'un à se suicider..
  • 8 août : Consolidated Farm and Rural Development Act, loi sur l’agriculture, consolidant les prix agricoles et allouant des fonds pour moderniser les moyens de production.
  • 13 août : le gouvernement est-allemand, sous le contrôle de l'URSS, débute la construction du Mur de Berlin séparant les secteurs Est et Ouest de la ville afin d'empêcher l'exode de la population vers l'Ouest. Bien que cet acte soit contraire à l'accord entre les quatre grandes puissances, Kennedy ne l'empêche pas, car il est en vacances et ne jugera pas utile d'interrompre son voyage. Il ne fera pas grand chose non plus lors de l'extension de la frontière entre la RDA et la RFA sur 155 km.
  • 30 août : Oil Pollution Act, renforcement des sanctions pour les pollutions industrielles en mer.
  • 3 septembre : Kennedy signe la loi sur le salaire minimum et étend son domaine d’application.
  • 4 septembre : Foreign Assistance Act, loi réorganisant l'aide extérieure des États-Unis. Création de l'USAID.
  • 13 septembre : Federal Wire Act, encadrement plus stricte du business inter-États des jeux de pari.
  • 26 septembre : Arms Control and Disarmament Act, restriction et contrôle des armements nucléaires et biologiques.
  • 30 septembre : un étudiant noir, James H. Meredith, s’inscrit pour la première fois à l’université d’État du Mississippi ; des manifestants s’opposent à la déségrégation et le ministre de la justice, Robert Kennedy – frère du président – utilise 23 000 agents fédéraux pour contrer les manifestants. Les échauffourées font deux morts parmi les manifestants et 160 blessés parmi les forces de l’ordre.
  • 1er octobre : création de la Defense Intelligence Agency.
  • 1er novembre : suppression de la ségrégation dans les transports inter-État.
  • 11 décembre : Première intervention militaire des États-Unis au Vietnam, depuis la défaite française à Dien Bien Phu (1954). Un porte-avions et 2 escadrilles d'hélicoptères sont envoyés au sud.
  • Échec du projet Medicare conçu pour garantir le droit à la santé, rejeté par le Sénat.
  • Création de l’Indian Youth Council à Chicago.
  • Hausse du salaire minimum horaire à 1,6 dollar.
  • 518,7 milliards de dollars de PNB.
  • Un budget initial de 260 millions de dollars est alloué pour le programme de tickets-nourriture. Le succès de ce système conduit l'État fédéral à y consacrer 54 milliards de dollars en 2013.
  • Progression ininterrompue du PIB aux États-Unis pendant 106 mois (1961-1969).
  • Budget fédéral à 81,5 milliards de dollars.
  • 3,9 milliards de dollars de déficit.
  • Les dépenses publiques atteignent 97,7 milliards de dollars.
  • Programme de construction de logements sociaux fournissant 500 000 emplois.
  • Accroissement du budget de la défense (1961-1963).
  • 47,4 milliards de dollars affectés au budget militaire.
  • 5,0 milliards de dollars affectés aux dépenses sociales.
  • 6,9 % de chômeurs
  • 15 000 conseillers militaires américains au Vietnam

Asie[modifier | modifier le code]

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

  • 11 avril : début du procès Adolf Eichmann en Israël.
  • 19 juin : le Koweït accède à l'indépendance après abrogation du traité de protectorat de 1899.
  • 1er juillet[15] : la Grande-Bretagne aide le Koweït face à une menace d’invasion des Irakiens[16].
  • Été : le gouvernement de la RAU est entièrement centralisé en Égypte.
  • 11 septembre : révolte kurde en Irak[17]. Qasim soutient les opposants au leader kurde Barzani, qui réplique en prenant le maquis et demande l’autonomie du Kurdistan. En septembre, les organisations kurdes sont interdites et l’armée entame une répression contre les forces de Barzani. Devant la situation, les officiers kurdes de l’armée démissionnent et s’engagent auprès de Barzani. La guérilla kurde est efficace et l’armée irakienne ne parvient à contrôler que les principales agglomérations. Le régime de Qasim en sort affaiblit.
  • 28 septembre : l’armée syrienne s’empare du pouvoir. Nasser refuse une épreuve de force et rapatrie tous les Égyptiens présents en Syrie. La RAU est dissoute.
    • L’échec de la RAU amène Nasser à modifier sa politique. Son idéologie prend une orientation nettement socialiste. Il veut établir la justice sociale, l’égalité des chances et former un grand corps social unique sous l’autorité de l’État. Il accélère les nationalisations, dépossède les communautés étrangères (Syriens, Libanais, Grecs), détruit le capitalisme égyptien…
  • En septembre, Kennedy désigne un émissaire spécial au Moyen-Orient, Joseph Johnson, chargé d’étudier la question des réfugiés palestiniens sur la base des propositions de 1960. Nasser s’affirme favorable au plan américain. Washington se rapproche de Tel-Aviv, malgré la question de l’armement nucléaire israélien.
  • 15 décembre (Israël) : à Jérusalem, le nazi Adolf Eichmann est condamné à mort après un procès de 8 mois.
  • Nasser se rapproche du Mouvement national arabe de Georges Habache.
  • Le Qatar adhère à l’OPEP.
  • Électrification de l’Égypte (barrage).
  • L’essentiel de la production égyptienne se tourne vers le marché intérieur. Les exportations vers les autres pays arabes sont freinées. L’économie est soutenue par l’URSS (aides techniques et économique) et par les États-Unis, qui livrent des céréales.
  • Seconde réforme agraire en Égypte : le plafond de la superficie des propriétés est réduit à 42 ha. Les cultures sont réglementées par l’État et encadrées par des coopératives agricoles.

Europe[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1961 en France, 1961 en Italie et 1961 en Suisse.
4 juin : entrevue de Kennedy et Khrouchtchev
27 octobre : face à face entre chars soviétiques et américains à Checkpoint Charlie.
20 novembre : construction du Mur de Berlin

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Arts et culture[modifier | modifier le code]

Naissances en 1961[modifier | modifier le code]

Décès en 1961[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :