Amazone de la Guadeloupe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Amazone de la Guadeloupe (Amazona violacea) est une espèce hypothétique de perroquets endémique de la Guadeloupe, aujourd'hui disparue. Elle n'est reconnue par aucune autorité taxinomique, et il a été suggéré que l'espèce observée était en réalité une population d'Amazone impériale (A. imperialis) de l'île voisine de la Dominique, établie en Guadeloupe[1].

Description[modifier | modifier le code]

Cette espèce ressemblait vraisemblablement beaucoup à Amazona imperialis, dont elle partageait l'étonnant plumage violet[2]. D'après les témoignages compilés par Clark (1905), l'espèce aurait été cependant plus grande et aurait le contour de l'œil rouge[2].

Elle a été décrite par Jean-Baptiste Du Tertre (1654 et 1667), par le père Labat (1722, 1724, 1742) puis par Mathurin Jacques Brisson (1760)[2], avant d'être nommée par Johann Friedrich Gmelin en 1789.

Habitat et écologie[modifier | modifier le code]

Il n'existe aucune information certaine sur ses habitats, son alimentation et son comportement[3]. Il est probable qu'elle était une espèce forestière[4].

Disparition[modifier | modifier le code]

L'Amazone de la Guadeloupe a disparu, comme les autres perroquets de cette île, au XVIIIe siècle ou peu après. En 1779, Buffon note l'espèce comme très rare, elle est présumée éteinte peu de temps après[3].

On suppose que la chasse est la cause de cette disparition[4] car il s'agissait selon Jean-Baptiste Du Tertre d'un mets de premier choix.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

L'espèce n'est reconnue par aucune autorité taxinomique. De plus, il n'existe aucun spécimen conservé[3]. Les descriptions de son plumage ne permettent pas de déterminer s'il s'agissait d'individus d'une espèce distincte ou d'une espèce déjà connue[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olson, S.L.; E.J. Máiz López (2008), « New evidence of Ara autochthones from an archeological site in Puerto Rico: a valid species of West Indian macaw of unknown geographical origin (Aves: Psittacidae) », Caribbean Journal of Science, vol. 44, no 2, p. 215-222. [PDF] Lire.
  • Ottens-Wainright, P., K.M. Halanych, J.R. Eberhard, R.I. Burke, J.W. Wiley, R.S. Gnam & X.G. Aquilera (2004), « Independent geographic origin of the genus Amazona in the West Indies » Journal of Caribbean Ornithology, vol. 17, p. 23-50. [PDF] Lire.
  • Clark, A.H. (1905), « The West Indian parrots », The Auk, vol. 22, 337-344.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olson & Máiz López (2008).
  2. a, b, c et d Ottens-Wainright at al. (2004).
  3. a, b et c UICN, consulté le 23 septembre 2013
  4. a et b BirdLife International, Amazona violacea, 2013.