Colombie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colombie (homonymie).

République de Colombie

República de Colombia (es) Prononciation du titre dans sa version originale Écouter

Drapeau
Drapeau de la Colombie
Blason
Armoiries de la Colombie
alt=Description de l'image COL orthographic (San Andrés and Providencia special).svg.
Devise nationale Libertad y Orden (Liberté et Ordre)
Hymne national Oh, gloire impérissable!
Administration
Forme de l'État Rép. à régime présidentiel
Président Juan Manuel Santos
Vice-président German Vargas Lleras
Langues officielles Espagnol
Capitale Bogota

4° 36′ 36″ N 74° 04′ 55″ O / 4.61, -74.082

Géographie
Plus grande ville Bogota
Superficie totale 1 141 748 km2
(classé 25e)
Superficie en eau 8,8 %
Fuseau horaire UTC -5
Histoire
Indépendance de l'Espagne
Date 20 juillet 1810
Démographie
Gentilé Colombiens, Colombiennes
Population totale (2012) 47 847 177 (estimation)[1] hab.
(classé 28e)
Densité 40 hab./km2
Économie
IDH (2011) 0,710 (haut) (87e)
Monnaie Peso colombien (COP​)
Divers
Code ISO 3166-1 COL, CO​
Domaine Internet .co
Indicatif téléphonique +57

La République de Colombie (espagnol : República de Colombia), est une république constitutionnelle unitaire comprenant 32 départements. Le pays est situé dans le nord-ouest de l'Amérique du Sud, bordé à l'ouest par le Panama, au nord par la mer des Caraïbes, à l'est par le Venezuela[2] et le Brésil[3], au sud par l'Équateur et le Pérou[4], et à l'ouest par l'océan Pacifique. La Colombie est le 26e plus grand pays par sa superficie et le quatrième en Amérique du Sud. Avec plus de 46 millions d'habitants, la Colombie est le 27e pays le plus peuplé du monde et le troisième de tous les pays de langue espagnole après le Mexique et l'Espagne. La Colombie est une moyenne puissance, la quatrième plus grande économie d'Amérique latine, et la troisième en Amérique du Sud[5]. La production de café, des fleurs, d'émeraudes, de charbon et de pétrole forme le principal secteur de l'économie colombienne. La banque HSBC estime que la Colombie pourrait faire partie des plus grandes économies mondiales d'ici 2050.

Le territoire de ce qui est aujourd'hui la Colombie était à l'origine habitée par des peuples autochtones dont les Muiscas, les Quimbayas et les Tayronas. Les Espagnols arrivent en 1499 et lancent une colonisation aboutissant à la création du Royaume de Nouvelle-Grenade puis de la vice-royauté de Nouvelle-Grenade comprenant les actuels pays de Colombie, Venezuela, Équateur, le nord-ouest du Brésil et le Panama), avec sa capitale à Bogota[6]. L'indépendance de la Colombie est acquise en 1819, mais en 1830 la Grande Colombie s'effondre avec la sécession du Venezuela et de l'Équateur. Les futurs pays de Colombie et du Panama forment alors la République de Nouvelle-Grenade. La nouvelle nation expérimente avec le fédéralisme en devenant la Confédération grenadine (1858), puis les États-Unis de Colombie (1863), avant de redevenir un pays centralisé sous le nom actuel de République de Colombie en 1886[7]. Le Panama fait sécession en 1903, à la suite de la guerre des Mille Jours (1899-1902). La Colombie est le premier gouvernement constitutionnel en Amérique du Sud, et un promoteur important des organisations panaméricains, d'abord par le Congrès de Panama et plus tard en tant que fondateur de l'Organisation des États américains. Les partis libéral et conservateur, fondée en respectivement en 1848 et 1849, sont deux des plus anciens partis politiques toujours actifs en Amérique.

La Colombie est ethniquement diverse. L'interaction entre les descendants des premiers habitants indigènes, les colons espagnols, les populations africaines déportées dans le pays comme esclaves et l'immigration du XXe siècle venue d'Europe et du Moyen-Orient, ont produit un patrimoine culturel varié[8], également influencé par la grande variété géographique du pays. La majorité des centres urbains sont situés dans les hauts plateaux de la cordillère des Andes, mais le territoire colombien englobe également la forêt amazonienne, les Llanos et les côtes Caraïbes et Pacifique. Écologiquement, la Colombie est l'un des 17 pays mégadivers du monde, et est considéré comme le plus mégadivers par kilomètre carré[9],[10].

Les tensions entre les partis politiques ont fréquemment dégénéré en violence, et plus particulièrement durant la guerre des Mille Jours (1899-1902) et La Violencia, à partir de 1948. Depuis les années 1960, l'Armée nationale colombienne, les insurgés de gauche (FARC, ELN) et les paramilitaires d'extrême droite sont engagés dans le plus long conflit armé du continent[11] alimenté par le narcotrafic, qui a pris son essor dans les années 1980. Depuis 2010, la violence a diminué, avec quelques démobilisation des groupes paramilitaires dans le cadre d'un processus de paix controversé et les guérilleros ont perdu le contrôle d'une grande partie du territoire qu'ils dominaient autrefois[7]. Dans le même temps le taux d'homicide colombien a presque diminué de moitié entre 2002 et 2006[12]. Grâce à une politique d'éradication des cultures[13], la Colombie, premier producteur mondial de cocaïne pendant de nombreuses années, est maintenant largement considérée comme étant au deuxième ou troisième rang[14],[15], bien que certaines sources la placent encore au premier[réf. nécessaire].

Sommaire

Toponymie[modifier | modifier le code]

Colombia ou terre de Christophe Colomb, aujourd'hui appelé la Grande Colombie.

Le nom « Colombia » fut conçu par le vénézuélien Francisco de Miranda pour dénommer le territoire correspondant aux actuels Équateur, Colombie et Venezuela, en hommage à Christophe Colomb (en espagnol « Cristóbal Colón » ; en italien « Cristoforo Colombo »)[16],[17],[18].

Le 15 février 1819, au cours du Congrès d'Angostura, fut proclamé l'État qui adopta le nom officiel de « République de Colombie » (« República de Colombia »), aujourd'hui connu sous le nom de Grande Colombie afin d'éviter les confusions avec la Colombie actuelle, dont la souveraineté s'étendait sur les territoires jusqu'alors dénommés Vice-royauté de Nouvelle-Grenade (Virreinato de Nueva Granada), Audience royale de Quito (Real Audiencia de Quito) et Capitainerie générale du Venezuela (Capitanía General de Venezuela)[réf. nécessaire]. Le nom fut proposé par Simón Bolívar dans la Lettre de Jamaïque[19].

L'origine du nom est mentionnée dans une strophe de l'hymne national : « Se baña en sangre de héroes la tierra de Colón »[20].

En 1830, le pays fut érigé sous la forme d'une république et avec le nom de « République de Nouvelle-Grenade » (« República de la Nueva Granada »), qui devint plus tard un État fédéral dénommé Confédération grenadine, après l'approbation de la Constitution de 1858. La confédération adopta en 1863 le nom d'États-Unis de Colombie[21], qui adoptèrent, cette fois définitivement jusqu'à aujourd'hui, la dénomination de « Colombie » (« Colombia »), avec les critiques des congrès de l'Équateur et du Venezuela d'alors, qui considéra ce choix comme une usurpation du patrimoine historique commun. Ce désaccord fut cependant résolu il y a longtemps déjà[22].

Pour désigner le pays, l'État colombien fait usage des deux termes « Colombie » et « République de Colombie », officiellement, et sans que leurs usages respectifs soient légalement réglementés.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la Colombie.
La Colombie doit son nom à Christophe Colomb, le « découvreur » de l'Amérique.

Les colons espagnols arrivent dans cette région aux alentours de 1500, y trouvant les tribus indigènes Chibchas (ou Muiscas) et les Tayronas, lesquelles sont décimées et conquises. Les Espagnols y implantent diverses colonies, qui, plus tard, sont converties en provinces fondant la Nouvelle-Grenade comme noyau au tout début et, à partir de 1717, comme vice-royauté. Celle-ci inclut diverses provinces qui ont appartenu jusqu'à ce moment à la juridiction des vice-royautés de la Nouvelle-Espagne et du Pérou.

Le mouvement indépendantiste débute en 1810, mené en grande partie par Simón Bolívar et Francisco de Paula Santander, et triomphe en 1819. Le territoire qui est alors connu comme étant la vice-royauté de Nouvelle-Grenade, est converti, le 17 décembre 1819 au congrès d'Angostura, en République fédérale de Grande Colombie, à la suite de la bataille de Boyacá (le 7 août 1819) et la proclamation, par Simon Bolívar (le 10 août), de l'union du Venezuela et de la Nouvelle-Grenade[23].

Les divisions au sein du pouvoir interne conduisent en 1830 à la séparation des départements qui composent la Grande Colombie : le Venezuela, l'Équateur et la Colombie. À la suite de cette séparation, Cundinamarca prend le nom de Nouvelle-Grenade jusqu'en 1886 où il devient la République de Colombie. Des divisions internes demeurent, déclenchant ainsi une guerre civile qui aboutit à la sécession du Panama en 1903, avec l'ingérence des États-Unis.

En 1948, l’assassinat à Bogota du dirigeant de gauche Jorge Eliécer Gaitán provoque une guerre civile, appelée « La Violencia », entre les deux forces politiques qui se partagent le pouvoir, libéraux et conservateurs, qui dure près de dix ans (1948-1957) et fait 300 000 morts[24]. Cette guerre se termine par un accord de partage du pouvoir entre libéraux et conservateurs, accord dit du Front national, qui durera jusqu'en 1974. Plusieurs groupes armés, notamment de tendance communiste, estiment que cet accord ne se traduit pas par un programme de développement social et de réduction des inégalités et refusent, en conséquence, de rendre les armes.

Depuis les années 1960, la Colombie connaît donc un conflit armé impliquant l'armée, des guérillas marxistes telles que les FARC ou l'ELN et des groupes paramilitaires d'extrême-droite, mis sur pied par les grands propriétaires terriens, comme les Autodéfenses unies de Colombie (AUC) ou les Águilas Negras (Aigles noirs).

Époque précolombienne[modifier | modifier le code]

Radeau en or de culture Muisca. Origine possible de la légende de l'Eldorado.

Les vestiges archéologiques comme ceux de El Abra indiquent que l'occupation humaine de l'actuel territoire colombien remonte entre 11 000 et 20 000 av. J-C[25]. Les chemins suivis par le peuplement furent variées, comme en témoignent la répartition des différentes familles linguistiques et le développement culturel (périodes paléoindienne, archaïque et formative). Sa situation géographique en fit un couloir de population entre la Mésoamérique, la Caraïbe, les Andes et la forêt amazonienne.

Au XVIe siècle, le territoire était occupé par des peuples à divers états du formatif, comme les Arawaks, les Caraïbes et les Chibchas. Ces derniers, formés de deux groupes, les Tayronas et les Muiscas, sont remarquables dans le formatif supérieur de par leur niveau élevé de civilisation[26].

Colonisation espagnole[modifier | modifier le code]

C'est au cap de la Vela que le premier Espagnol, Alonso de Ojeda, découvre les côtes de la Colombie, en 1499.
Siège de Carthagène des Indes (1741). Cette ville a été l'un des principaux ports commerciaux entre l'Espagne et les Amériques à l'époque coloniale.

Le premier contact entre les Européens et l'actuelle Colombie eut lieu à la suite d'une expédition commandée par l'Espagnol Alonso de Ojeda, menée depuis la péninsule de la Guajira en 1499[27].

Douze ans plus tard, les Espagnols fondèrent Santa María la Antigua del Darién, leur première colonie sur le continent américain puis, après avoir consolidé leur présence dans les zones côtières avec la fondation de Santa Marta (1525) et Carthagène des Indes (1533), commencèrent l'exploration des régions intérieures, avec la fondation de Popayán (1536) et Bogota (1538).

En 1513, les lois de Burgos furent promulguées dans le but de limiter les mauvais traitements infligés par les colons aux indigènes, mais leur effet fut limité. Ces derniers étaient soumis au système de l’encomienda et subirent une évangélisation forcée[28]. Les difficiles relations avec les Européens furent à l'origine de nombreuses révoltes indigènes qui empêchèrent la pacification du territoire. Les institutions de repartimiento, d'encomienda et de mita (service obligatoire, notamment dans les mines) contraignirent les indigènes aux travaux forcés et au paiement de tributs. La traite négrière fut introduite par le port de Carthagène des Indes entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle.

Les institutions coloniales furent implantées en 1550, avec l'érection de l'Audience royale de Santa Fe de Bogota, qui comprenait les territoires des gouvernorats de Bogota, Santa Marta, Río de San Juan, Popayán, Guyane et Carthagène des Indes.

Les provinces de Caracas, Cumaná, Guyane et Maracaibo dépendaient de l'Audience royale, mais furent occasionnellement rattachées, particulièrement dans le domaine judiciaire, avec celle de Saint Domingue. Au XVIIIe siècle, la Nouvelle Grenade fut établie comme vice-royauté, rassemblant les Audiences royales de Santa Fe, de Panama, de Quito ainsi que certaines provinces qui furent ultérieurement rattachées à la Capitainerie générale du Venezuela, avec capitale à Santa Fe.

Durant toute l'époque coloniale, la zone fut la cible d'attaques de pirates des Caraïbes au service de la couronne britannique, qui fut vaincue en 1741, lors de la Guerre de l'oreille de Jenkins, après le siège de Carthagène des Indes. En 1781 survint la révolte des Comuneros, qui constitue la première manifestation de l'identité créole, lorsque les insurgés marchèrent sur la capitale pour protester contre les nouveaux impôts imposés par les Espagnols et réclamer une part de la richesse du pays.

Émancipation et Grande Colombie[modifier | modifier le code]

Carte de la Grande Colombie.

Après l'invasion de l'Espagne par la France de Napoléon en 1808 commencèrent les guerres d'indépendance en Amérique du Sud, inspirées par la mentalité des lumières en Europe ainsi que les processus d'indépendance des États-Unis et de Haïti[29].

Antonio Nariño, opposé au centralisme espagnol, lança un mouvement d'opposition contre le vice-royaume, ce qui conduit à des revendications d'une autonomie lors de soulèvements survenus dans les grandes villes de la Nouvelle Grenade en 1810. Après l'indépendance de Carthagène en novembre 1811, furent formés deux gouvernements indépendants qui s'affrontèrent et disparurent dans une guerre civile, au cours d'une période connue comme la Patria Boba (« patrie idiote »). L'année suivante furent proclamées les Provinces-Unies de Nouvelle-Grenade, menées par Camilo Torres Tenorio. Malgré les triomphes de la rébellion, l'apparition de deux courants idéologiques opposés parmi les partisans de l'émancipation, fédéralistes et centralistes, donnèrent lieu à un affrontement interne qui favorisa à la reconquête du territoire par les Espagnols et la restauration de la vice-royauté dirigée par Juan de Sámano, dont le régime mena une répression à l'encontre des participants aux soulèvements[30]. En conséquence, les espoirs d'indépendance grandirent au sein de la population et, ajoutés aux difficultés économiques et militaires connues en Espagne, favorisèrent le triomphe de la campagne libératrice de la Nouvelle-Grenade menée par Simón Bolívar, qui proclama l'indépendance définitive du pays en 1819[31]. La résistance royaliste fut finalement vaincue en 1822 dans l'actuel territoire colombien, et en 1823 dans le reste du vice-royaume d'alors.

Le Congrès de Cúcuta de 1821 approuva une constitution, dont le principal objectif était la création d'une République de Colombie, aujourd'hui connue sous le nom de Grande Colombie[32]. Le nouvel État se composait toutefois d'une union très instable entre les actuels États de Colombie, du Venezuela, d'Équateur et de Panama principalement, et fut entamé par la sécession du Venezuela en 1829, suivie de celle de l'Équateur en 1830. Comme le Chili, la Bolivie, Mexique, ou le Pérou, le pays fait appel à la Bourse de Londres pour financer des sociétés minières[33]: des centaines de techniciens anglais traversent l’océan, avec leur machine à vapeur, pour les moderniser comme aux mines d'or et d'argent de la Vega de Supia[34], remarquées dès 1803 par le géographe Alexander von Humboldt et mis en garantie par Bolivar auprès de créanciers anglais pendant les guerres de libération.

Premier siècle de la République[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerres civiles colombiennes.
Caricature de 1903 faisant allusion aux négociations du traité Herrán-Hay portant sur les droits d'accès à l'isthme de Panama.

Entre 1839 et 1884, le pays se trouva dans une situation très instable et souffrit d'une série de guerres civiles, qui marquèrent son histoire et dont certaines favorisèrent des changements de régime, de nom ou de constitution. En 1854, un coup d'État politico-militaire porta José María Melo au pouvoir durant quelques mois[35]. Après son renversement, les autorités entreprirent une politique de réduction des forces armées, prérequis important au fonctionnement fédéraliste qui fut instauré jusqu'en 1859, moment où se produisit la quatrième guerre civile à la suite d'une rébellion dans l'État de Cauca, qui mit à bas le gouvernement[36]. Dès lors et jusqu'en 1876, sous la Constitution de Rionegro, qui favorisait l'autonomie des États et la création d'armées régionales en réaction à la faiblesse politique et militaire du gouvernement central, survinrent près de 40 guerres civiles régionales et une nationale (1876-1877)[37]. En 1884, les libéraux radicaux tentèrent, sans succès, de renverser le président Rafael Núñez. Au cours de ces guerres, le nom officiel du pays changea continuellement. Entre 1831 et 1858, le pays se nomma « République de Nouvelle-Grenade » (« República de Nueva Granada »), entre 1858 et 1861 « Confédération grenadine » (« Confederación Granadina »), de 1861 à 1886 « États-Unis de Colombie » (« Estados Unidos de Colombia »), avant la restauration de « République de Colombie » (« República de Colombia »), qui est encore la dénomination actuelle.

Au début du XXe siècle, la Colombie fut en proie à la guerre des Mille Jours, qui, avec le processus de séparation du Panama, conduisirent le gouvernement Rafael Reyes (1904-1909) à démissionner sous la pression populaire[réf. nécessaire]. En 1930, l'hégémonie conservatrice commencée en 1886 prit fin.

De la République libérale au Front national[modifier | modifier le code]

Scène du Bogotazo.
Articles détaillés : La Violencia, Front national (Colombie) et Bogotazo.

Entre 1930 et 1946, le Parti libéral colombien prit le pouvoir et gouverna dans une perspective revencharde. En 1932 éclata la guerre colombo-péruvienne, dont le dénouement garantit la participation colombienne à l'occupation de la zone amazonienne[38].

À la suite des divisions internes au sein des libéraux, les conservateurs reprirent le pouvoir présidentiel, mais pas la majorité au congrès. En 1948, avec l'assassinat de Jorge Eliécer Gaitán, fut lancé le Bogotazo (littéralement « coup de Bogota »), à l'origine de La Violencia, période de guerre civile caractérisée par l'opposition violente entre les deux partis et qui perdura jusqu'au début des années 1960[39].

Ces troubles sont également à l'origine de la formation de mouvements d'auto-défense dans le Tolima et les llanos orientales, avec des initiatives telle la « Segunda Ley del Llano », d'où émergeront les chefs guérillero, principalement libéraux. Entre temps, le gouvernement initia la participation de la Colombie à la Guerre de Corée[40].

Les conservateurs se maintinrent à la présidence jusqu'en 1953, où la classe politique favorisa un coup d'État qui livra le pouvoir au général Gustavo Rojas Pinilla, qui mit en place un régime dictatorial. La plus grande partie des guerrillas, séduites par les propositions de paix du gouvernement, déposèrent les armes, mais plusieurs de leurs membres furent assassinés ultérieurement. Un accord entre le parti libéral et le parti conservateur mit fin à la dictature et à la suite d'une junte militaire provisoire fut fondé le Front National, permettant un retour à la démocratie électorale avec une alternance concertée entre les deux partis[41]. Si d'une part ce front mit fin à la violence bipartiste, il ferma d'autre part certaines portes, poussant certains anciens guerrilleros libéraux à retourner à la guerrilla, en fondant ou en rejoignant des organisations telles l'ELN, M-19 et les FARC appuyées par le Parti communiste colombien[42].

Histoire récente[modifier | modifier le code]

Juan Manuel Santos, actuel président de la Colombie, lors du Forum économique mondial.
L'ancien président de la Colombie (2002-2010) Álvaro Uribe recevant avec la Médaille présidentielle de la Liberté par l'ancien président des États-Unis George W. Bush.

La répartition du pouvoir entre libéraux et conservateurs se poursuivit encore après la fin du Front national en 1974, bien que, à partir de la réforme constitutionnelle de 1968, la participation d'autres partis politiques fût autorisée. C'est alors que commença le développement du trafic de stupéfiant dans le pays, qui constitue depuis lors l'un des facteurs clefs de la situation conflictuelle connue par le pays[43].

Sous le mandat d'Ernesto Samper (1994-1998), le gouvernement se vit impliqué dans un scandale d'alliance avec les narcotrafiquants, le proceso 8 000, à l'origine d'un conflit diplomatique avec les États-Unis et d'une crise du pouvoir. Comme le chaos politique se prolongeait encore, la guerrilla des FARC et de l'ELN ainsi que les paramilitaires AUC renforcèrent leur influence, en participant au contrôle des cartels de trafiquants. C'est dans ce contexte que les FARC et le gouvernement colombien entreprirent des négociations de paix entre 1998 et 2002, qui échouèrent alors que le conflit était en pleine recrudescence, le pays en grave crise économique et le plan Colombie en cours d'implantation[44].

En 2002, Álvaro Uribe Vélez devint le premier président colombien élu depuis plus de 150 ans à être issu d'un autre parti que le parti libéral ou le parti conservateur. Son élection fut rendue possible par une coalition entre différents partis qui mit également en place une réforme de la constitution permettant la réélection immédiate ; Uribe obtint ainsi un deuxième mandat en 2006. Son administration négocia un processus de démobilisation des groupes paramilitaires, l'Armée nationale poursuivant en revanche le combat contre les groupes guerrilleros et paramilitaires qui ne déposaient pas les armes.

Des décennies de conflit ont laissé des dizaines de milliers de morts parmi les civils, et des milliers d'autres personnes sont portées disparues ou ont été déportées par les différents groupes impliqués[45],[46].

Au cours des dernières années, divers scandales de coopération entre hommes politiques, groupes de narcotrafiquants et paramilitaires (voir par exemple l'article « Scandale de la parapolitique »), concentrèrent l'attention de l'opinion publique au niveau international, et le conflit colombien a montré des signes de contagion vers les pays voisins, comme lors de la crise diplomatique de la Colombie avec l'Équateur et le Venezuela de 2008. Diverses manifestations populaires dénonçant les crimes des différentes forces impliquées dans le conflit ont été menées[47]. En contrepartie toutefois, la Colombie est l'un des pays d'Amérique du Sud les plus stables sur le plan institutionnel.

Politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Politique en Colombie.
Casa de Nariño, est la résidence officielle et le lieu de travail principal du président de la Colombie.

La Colombie est une république présidentialiste. Le droit de vote est accordé à tous les citoyens âgés de plus de 18 ans. Le président est élu pour une période de 4 ans. Le Parlement est composé de deux chambres : la Chambre des députés (163 membres élus tous les 4 ans) et le Sénat (102 membres, également élus tous les 4 ans). Le droit colombien est copié sur le modèle du droit espagnol et le code Napoléon introduit par Andrés Bello.

Le 29 mai 2006, Álvaro Uribe est élu président pour la deuxième fois consécutive avec 62,2 % des voix dès le premier tour de l'élection présidentielle. Le second mandat de cet ancien libéral (soutenu par le Parti social d'unité nationale à partir de 2005) se termine en 2010.

Le 20 juin 2010, Juan Manuel Santos (Parti social d'unité nationale) est élu président de la République au second tour, avec 69,13 % des voix, face au Vert Antanas Mockus (27,47 %).

Organisation politico-administrative[modifier | modifier le code]

En accord avec la Constitution de 1991 la Colombie est divisée en 32 départements et un district formé par la capitale Bogota[48]. Les gouvernements des départements rassemblent trois pouvoirs : la branche exécutive, exercée par le gouverneur départemental, élu tous les quatre ans et à mandat unique. Chaque département dispose de sa propre assemblée, qui bénéficie d'une autonomie administrative et d'un budget particulier[49]. Les assemblées départementales sont formées d'entre onze et 34 députés, élus par le peuple pour une durée de quatre ans. Elles émettent des ordonnances, qui ont une valeur légale dans leurs juridictions territoriales respectives[50].

Les départements sont formés par l'association des municipalités. Celles-ci sont au nombre de 1 120, parmi lesquels se trouvent le district de la capitale, Bogota, ceux de Barranquilla[51], Carthagène, Santa Marta, Tunja, Cúcuta, Popayán, Buenaventura, Medellín, Turbo et Tumaco. Chaque municipalité ou district est présidé par des maires (alcaldes). Ils sont élus pour un mandat de quatre ans, en accord avec le calendrier électoral du Conseil national électoral (Consejo Nacional Electoral). La représentation de l'exécutif au niveau local est assurée par un Conseil (cabildo ou Consejo) formé de conseillers, également élus pour une durée de quatre ans.

Les territoires indigènes sont constitués en accord entre le gouvernement et les communautés indigènes[52]. Dans les cas où ceux-ci s'étendent sur plus d'un département ou d'une municipalité, les gouvernements locaux administrent de façon conjointe les conseils indigènes, comme l'établissent les articles 329 et 330 de la Constitution. Les territoires indigènes peuvent obtenir le statut d'entité territoriale s'ils satisfont à certains critères légaux[52]. Ils représentent une superficie d'environ 30 485 231 hectares, en majorité situés dans les départements d'Amazonas, Cauca, La Guajira, Guaviare et Vaupés[53].

 Département Capitale
1 Flag of the Department of Amazonas Amazonas Leticia
2 Flag of the Department of Antioquia Antioquia Medellín
3 Flag of the Department of Arauca Arauca Arauca
4 Flag of the Department of Atlántico Atlántico Barranquilla
5 Flag of the Department of Bolívar Bolívar Carthagène
6 Flag of the Department of Boyacá Boyacá Tunja
7 Flag of the Department of Caldas Caldas Manizales
8 Flag of the Department of Caquetá Caquetá Florencia
9 Flag of the Department of Casanare Casanare Yopal
10 Flag of the Department of Cauca Cauca Popayán
11 Flag of the Department of Cesar Cesar Valledupar
12 Flag of the Department of Chocó Chocó Quibdó
13 Flag of the Department of Córdoba Córdoba Montería
14 Flag of the Department of Cundinamarca Cundinamarca Bogota
15 Flag of the Department of Guainía Guainía Inírida
16 Flag of the Department of Guaviare Guaviare San José del Guaviare
17 Flag of the Department of Huila Huila Neiva
 Département Capitale
18 Bandera de La Guajira La Guajira Riohacha
19 Flag of the Department of Magdalena Magdalena Santa Marta
20 Flag of the Department of Meta Meta Villavicencio
21 Flag of the Department of Nariño Nariño Pasto
22 Flag of the Department of Norte de Santander Norte de Santander Cúcuta
23 Flag of the Department of Putumayo Putumayo Mocoa
24 Flag of Quindío Department Quindío Armenia
25 Flag of the Department of Risaralda Risaralda Pereira
26 Flag of the Department of San Andres, Providencia and Santa Catalina San Andrés y Providencia San Andrés
27 Flag of the Department of Santander Santander Bucaramanga
28 Flag of the Department of Sucre Sucre Sincelejo
29 Flag of the Department of Tolima Tolima Ibagué
30 Flag of the Department of Valle del Cauca Valle del Cauca Cali
31 Flag of the Department of Vaupés Vaupés Mitú
32 Flag of the Department of Vichada Vichada Puerto Carreño
33 Flag of Bogota Distrito Capital Bogota
Carte departementale de la Colombie (les numéros correspondent au tableau ci-contre).

Défense[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armée nationale colombienne.
La frégate ARC Caldas (FM-52) de la marine colombienne.
Soldats colombiens de l'infanterie de marine.

La branche exécutive du gouvernement est responsable de la gestion de la défense de la Colombie, avec le président commandant en chef des forces armées. Le Ministère de la Défense exerce au jour le jour le commandement de l'armée et de la police. Selon les critères de l’Human Development Report des Nations Unies, la Colombie dispose de 209 000 militaires[54], et en 2005, 3,7 % du PIB du pays est consacré aux dépenses militaires[55], deux chiffres plaçant le pays au 21e rang dans le monde. En Amérique latine, les forces armées colombiennes sont la troisième force, derrière celles du Brésil et du Mexique, et représentent la deuxième proportion la plus élevée du PIB après le Chili.

L'armée colombienne est divisé en trois branches : l'armée de Terre, l'Aviation et la Marine. Les fonctions de la Police nationale, en tant que gendarmerie, fonctionnent indépendamment de l'armée pour l'ensemble du pays et est présente dans toutes les municipalités. Chacune de ces forces opère avec un appareil de renseignement distinct de celui de l'agence de renseignement national, la Dirección Nacional de Inteligencia, ou DNI, qui a remplacé l'ancien Departamento Administrativo de Seguridad en 2011 à la suite de divers scandales.

Relations extérieures[modifier | modifier le code]

Ambassade de Colombie à Paris.
Pays avec lesquels la Colombie maintient des missions diplomatiques :
  •      Colombie.
  •      Ambassades.
  •      Consulats généraux.

Les relations extérieures de la Colombie incombent au président du pays en sa qualité de chef d'État, et sont déléguées au ministère des Affaires étrangères (Ministerio de Relaciones Exteriores de Colombia) ou chancellerie (cancillería). Celle-ci est chargée des missions diplomatiques auprès des autres pays et des représentations dans les organismes multi-latéral[56].

La Colombie maintient des relations diplomatiques avec des pays d'Europe (Autriche, Belgique, Bulgarie, Danemark, Slovaquie, Slovénie, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Allemagne, Vatica, Italie, Pays-Bas, Norvège, Pologne, Portugal, Russie, Espagne, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Kosovo, Suède, Royaume-Uni, République tchèque, Roumanie, Turquie et Suisse), d'Amérique (Canada, Costa Rica, Cuba, République dominicaine, Salvador, Salvador, Guyana, Haïti, Jamaïque, Mexique, Nicaragua, Panama, États-Unis, Porto Rico, Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Équateur, Paraguay, Pérou, Uruguay et Venezuela), d'Afrique et du Moyen-Orient (Algérie, Iran, Maroc, Israël, Liban, Autorité palestinienne, Égypte, Kenya et Afrique du Sud), d'Extrême-Orient (Chine, Hong Kong, Inde, Indonésie, Japon, Malaisie et Corée du Sud), en Océanie (Australie et Fidji). Le pays a également des relations avec des organisations multi-latérales : Union européenne, Organisation des Nations unies, ALADI, Mercosur, UNESCO, Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture et Organisation des États américains[56].

Ordres et décorations de Colombie[modifier | modifier le code]

  • Ordre de Boyacá
  • Ordre de San Carlos
  • Ordre du Mérite Naval « Almirante Padilla »
  • Ordre du Mérite sanitaire « José Fernandez Madrid »
  • Ordre du Mérite Militaire « Antonio Narino »
  • Ordre de la Démocratie
  • Ordre du Congrès

Symboles nationaux[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Colombie.

Les symboles nationaux de la Colombie sont des éléments représentatifs du pays, aussi bien à l'intérieur du pays qu'au niveau extérieur. Le drapeau, les armoiries et l'hymne sont actuellement réglementés par la loi 12 de 1984 qui définit les dispositions générales de ces symboles.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Les armoiries de la Colombie sont considérées comme étant le symbole de tous les symboles de la Colombie. Elles intègrent des symboles majeurs pour lesquels l'identité colombienne prévaut. Leur usage est codifié par le décret 1967 du 15 août 1991[57] de la Constitution de la Colombie de 1991. Les armoiries de la Colombie ne sont utilisées qu'au centre du drapeau du président de la Colombie, du drapeau de guerre de la Colombie et sur les documents officiels. Elles peuvent également être utilisées à des fins éducatives ou d'affichage dans les lignes directrices de respect pour le symbole.

Drapeau[modifier | modifier le code]

Le drapeau de la Colombie, de forme rectangulaire, est composé de trois bandes horizontales - jaune, bleue et rouge - agencées l'une en dessous de l'autre. Le ratio est de 2:1:1. Ainsi, la bande jaune occupe la moitié supérieure du drapeau, l'autre moitié étant composée de deux bandes bleue et rouge de largeurs égales[58]. La composition chromatique du drapeau de la Colombie est basée sur celui créé en 1801 par le général vénézuélien Francisco de Miranda, précurseur de l'indépendance latino-américaine. Le 12 mars 1806, il déploie ainsi pour la première fois un drapeau composé des trois couleurs primaires à bord de son brigantin Leandro lors de l'invasion manquée du port de Coro[59]. Le design du drapeau colombien est définitivement adopté le 26 novembre 1861.

L'interprétation moderne des couleurs est la suivante[60] :

  •    Le jaune: représente la richesse de la terre colombienne, comme le soleil, source de lumière, ainsi que la souveraineté, l'harmonie et la justice.
  •    Le bleu: représente le ciel qui couvre la Patrie, les fleuves et les deux océans qui bordent les côtes du pays.
  •    Le rouge: représente le sang versé sur les champs de bataille par les héros qui ont acquis la liberté de la Colombie, significative d'amour, de puissance de force et de progrès.

Hymne[modifier | modifier le code]

L'hymne national est composé d'un refrain en heptasyllabes et de onze couplets en alexandrins. Généralement, seuls le refrain et le premier couplet sont interprétés[61]. Les couplets illustrent des faits historiques et des réflexions philosophiques au sujet de l'indépendance de la Colombie et d'autres pays hispano-américains[62].

En 1887, le directeur de théâtre José Domingo Torres contacta le maître italien Oreste Síndici pour lui commander une chanson sur la célébration de l'indépendance de Carthagène[63], lui demandant de mettre en musique le poème « Himno Patriótico » (« Hymne Patriotique ») écrit par le président de la République Rafael Núñez en l'honneur de cette ville[62]. Ce poème avait été initialement composé pour être lu publiquement lors de la célébration du 11 novembre 1850 avant d'être publié dans le journal La Democracia alors que Núñez était secrétaire du gouvernement de cette province[62]. L'hymne fut présenté pour la première fois au public le 11 novembre 1887 lors des festivités célébrant l'indépendance de Carthagène, par un chœur d'enfants élèves d'Oreste Síndici venus de trois écoles primaires[64]. Celui-ci devint très rapidement célèbre et des éditions en furent publiées dans tout le pays. Le représentant à la Chambre du département de Nariño, Sergio Burbano, présenta un projet de loi le 9 août 1920 sur l'adoption de l'hymne national. Le projet fut approuvé lors du débat de la commission d'instruction publique puis durant la séance plénière du Congrès de la République qui officialisa ce chant par la loi numéro 33 du 28 octobre 1920, ratifiée par le président Marco Fidel Suárez[65].

Autres symboles[modifier | modifier le code]

La fleur nationale est l'orchidée Cattleya trianae, l'arbre national est le Palmier à cire du Quindío et l'animal national est le Condor des Andes[66].

D'autres symboles nationaux ont été définis. Ce sont les bus Chiva, le Sombrero Vueltiao, le Poporo Quimbaya (en) et le Carriel (en).

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie de la Colombie.
Carte géographie physique de la Colombie

La Colombie est divisée en cinq grandes régions naturelles : la Caraïbe, le Pacifique, les Andes, l'Orénoquie, et l'Amazonie; dans chacune d'elles, la nourriture, la composition ethnique, la langue et les activités économiques sont très diversifiées.

Les zones les plus peuplées sont : la zone des Andes où se trouvent les villes les plus importantes, notamment Bogota, Medellín, Bucaramanga, Cúcuta, San Juan de Pasto, Manizales, Pereira, Neiva, Ibagué et Tunja et la zone de la côte nord : la Caraïbe, où se trouvent Barranquilla, Carthagène des Indes (la ville la plus touristique du pays), Santa Marta, Sincelejo, Montería et Valledupar (entre autres). La troisième ville du pays, Cali, se trouve à la frontière des zones Pacifique et andine.

Quant aux trois autres zones (la côte Pacifique, l'Orinoquie et l'Amazonie), elles sont les moins développées, notamment les départements du Chocó, Vaupés, Guainía, Putumayo, Caquetá, Guaviare, Vichada et Amazonas.

Les Andes colombiennes, à la différence de celles des autres pays andins, sont divisées en trois massifs séparés par deux grandes rivières : le Cauca et le Magdalena, qui était autrefois la voie de transport la plus importante du pays. Ces contrastes géographiques offrent une grande diversité climatique dans une zone restreinte : c'est ainsi, par exemple, à 60 km du «froid» de Bogota, on peut trouver des déserts, des forêts tropicales ou subtropicales ou même des neiges éternelles.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Topographie de la Colombie.
Article détaillé : Géologie de la Colombie.

Le territoire colombien s'étend sur une large partie de la plaque sud-américaine, où se trouvent la plupart des terres émergées, la plaque caraïbe au nord et la plaque de Nazca à l'ouest.

La Colombie est traversée du sud-ouest au nord-est par la cordillère des Andes. À partir du Nœud de los Pastos, massif situé à la frontière de l’Équateur, celle-ci se divise en trois branches, les cordillères Occidentale, Centrale et Orientale.

Les cordillères Occidentale et Centrale sont séparée par la vallée du río Cauca tandis que les cordillères Centrale et Orientale sont séparée par la vallée du río Magdalena. Les points culminants de ces trois cordillères sont le Cerro Tamaná (4 100 m) pour la cordillère Occidentale, le Nevado del Huila (5 364 m) pour la cordillère Centrale et le Ritacuba Blanco (5 410 m) pour la cordillère Orientale.

La Colombie comprend de nombreux volcans, ceux qui sont actifs étant tous situés dans la Cordillère Centrale. Ce sont l'Azufral, le Cerro Bravo, le Cerro Machín, le Cerro Negro de Mayasquer, le Cumbal, le Doña Juana, le Galeras, le Nevado del Huila, le Nevado del Tolima, le Nevado del Ruiz, le Petacas, le Puracé, le Romeral, le Santa Isabel et le Sotará.

D'autres massifs isolés parsèment le territoire colombien. Il s'agit de la Serranía del Baudó, sur la côte Pacifique, la Serranía de Chiribiquete et la Serranía de la Macarena, dans la région amazonienne, la Serranía del Darién, à la frontière avec le Panama, Serranía de Macuira, à l'extrême nord-est de la péninsule de Guajira, et la Sierra Nevada de Santa Marta, sur la côte Caraïbe, où se trouve le point culminant du pays, le Pic Cristóbal Colón (5 775 m).

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat de la Colombie.
Cumbal (volcan).En Colombie, la neige est sur les plus hauts sommets.
Climat froid Paramo en région andine.

Le climat de la Colombie est un climat tropical à température constante au long de l'année prédominant, bien adapté à l'agriculture grâce aux conditions météorologiques classiques des régions proches de l'Équateur. D'autres facteurs influencent le climat : ce sont les alizés et la zone de convergence intertropicale qui jouent sur les précipitations. La Colombie est également touchée par le phénomène El Niño.

La température décroît généralement d'environ 2 °C tous les 300 m d'altitude au-dessus du niveau des mers. Ainsi, la température moyenne à Bogota, à environ 2 600 m d'altitude est de seulement 14 °C[67], contre 26 °C à Barranquilla, sur la côte de la mer des Caraïbes[68], et la Colombie possède des sommets couverts de glaciers aussi bien que des zones à climat tropical. Les précipitations sont concentrées sur deux saisons des pluies (qui correspondent essentiellement au printemps et à l'automne des latitudes tempérées), mais varient considérablement selon les lieux. La côte colombienne du Pacifique a l'un des plus hauts niveaux de précipitations au monde, avec le sud-est recevant plus de 5 m de pluie par an alors que les précipitations dans certaines régions de la péninsule de Guajira dépassent rarement les 76 cm par an. La pluviométrie dans le reste du pays s'étend entre ces deux extrêmes.

L'altitude affecte non seulement la température mais également les principaux types de végétation. Les parties montagneuses du pays peuvent être divisées en plusieurs zones de végétation selon l'altitude, bien que les limites de chaque zone puissent varier quelque peu selon la latitude. En dessous de 1 000 m, on trouve les cultures tropicales de la tierra caliente (terre chaude). Les terres les plus productives et la majorité de la population se trouvent dans la tierra templada (terre tempérée entre 1 000 et 2 000 m) d'altitude qui offrent les meilleures conditions pour les producteurs de café du pays, et la tierra fría (terre froide entre 2 000 et 3 200 m d'altitude) où dominent le blé et les pommes de terre. Au-dessus on trouve les zones alpines de la zona forestada (zone boisée), entre 3 200 et 3 900 m d'altitude), puis les páramos entre 3 900 et 4 600 m d'altitude. Au-dessus de 4 600 m, on entre dans l'étage nival, où les températures sont presque toujours négatives.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

La Colombie est l'un des pays les plus riches de la planète en matière de biodiversité, classée à ce titre de Pays mégadivers en tant que second pays le plus diversifié au monde. Avec ses deux côtes (Pacifique et Caraïbe), ses nombreuses montagnes, son climat varié, la diversité des biotopes est particulièrement vaste. La Colombie intègre notamment dans son territoire deux hotspot (point chaud de la biodiversité): les Andes tropicales et l'ensemble Tumbes-Chocó-Magdalena, extrêmement riches et menacés[69],[70]. On y trouve notamment 398 espèces de mammifères, 1871 espèces d'oiseaux (c'est-à-dire plus que n'importe quel autre pays au monde !) et pas moins de 754 espèces d'amphibiens. La diversité végétale est également immense, avec entre 40 000 et 45 000 espèces, soit près de 15 % de la flore mondiale.

Récemment, c'est au cœur des montagnes de Tacarcuna, au Nord-Ouest de la Colombie, qu'une équipe de scientifiques a découvert 10 nouvelles espèces d'amphibiens, parmi lesquelles on compte 9 espèces de grenouilles dont 3 espèces de grenouilles dites « verre » (Centrolenidae) à la peau quasiment transparente, un type de grenouille arlequin (Atelopus), deux types de grenouilles tropicales et une salamandre (Urodela)[71]. Entre 2000 et 2010, 56 nouvelles espèces d'oiseaux ont été découvertes dans le monde dont 7 en Colombie.

Quelques chiffres : la Colombie compte 1825 espèces d'oiseaux soit 19 % des espèces mondiales et 60 % en Amérique du Sud. Cela représente plus que L'Europe et Amérique du Nord réunis. On y trouve plus de 3000 familles de papillons (2e mondial), 15 % des espèces d'amphibiens (733 espèces) et 30 % des espèces de tortues au monde. Près de la moitié des orchidées se trouvent en Colombie, on compte plus de 3500 espèces. En moyenne 17 nouvelles espèces sont découvertes chaque année.

Près de la moitié du pays n'a pas encore été étudié (faute de moyens, de reliefs et de problèmes de sécurité) mais cela évolue.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Delta à l'embouchure de la río Magdalena dans la mer des Caraïbes, vue de l'espace..
Rio Amazone, près de Leticia.

La Colombie bénéficie de ressources hydriques importantes et diversifiées. Elle détient a elle seule 60 % des eaux d'Amérique Latine. Le pays est en ainsi contact avec la mer des Caraïbes et l'océan Pacifique, ainsi qu'avec de considérables complexes fluviaux, essentiellement l'Orénoque, l'Amazone et la région du Catatumbo, qui inclut le fleuve homonyme ainsi que d'autres cours d'eau se jetant dans le lac Maracaibo vénézuelien. Ses principaux fleuves sont le Caquetá, le Magdalena, le Cauca et l'Atrato[72],[73] ; les trois derniers ont la particularité en Amérique du Sud d'être dirigés du sud vers le nord et le dernier est remarquable pour être l'un des fleuves du monde ayant le plus gros débit en rapport à sa longueur[74].

La pluviométrie y est très importante. La région du Chocó est la deuxième région la plus pluvieuse au monde (13 294 mm/an, soit 12 fois la pluviométrie moyenne en Allemagne)

Géographie administrative[modifier | modifier le code]

Frontières de la Colombie.
Article détaillé : Frontières de la Colombie.

Frontières terrestres[modifier | modifier le code]

Frontières maritimes[modifier | modifier le code]

Infrastructures et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Il est prévu 2 279 km d'autoroutes en 2014 en Colombie[75].
Túnel de Occidente en Antioquia, le plus long tunnel d'Amérique latine[76]

La Colombie possède un réseau de routes nationales entretenues par l’Instituto Nacional de Vias ou INVIAS (Institut National de Routes), agence gouvernementale sous la tutelle du Ministère des Transports. Les estimations de la longueur totale du réseau routier colombien en 2004 vont de 115 000 à 145 000km, dont moins de 15 % sont pavés. Toutefois, d'après le rapport de 2005 du gouvernement colombien, le réseau routier totalise 163 000 km, 68 % étant pavés et en bon état. La route panaméricaine traverse la Colombie, connectant le pays avec le Venezuela à l'est et l'Équateur au sud.

Malgré de sérieux obstacles sur le terrain, près des trois quarts des marchandises sont transportées par la route, soit 105 251 tonnes en 2005[77].

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Entrée de l'aéroport international El Dorado de Bogota. Actuellement en rénovation[78].

Les principaux aéroports de la Colombie sont l'aéroport international El Dorado à Bogota, l'aéroport international José María Córdova à Medellín, l'aéroport international Alfonso Bonilla Aragón à Cali, l'aéroport international Rafael Núñez à Carthagène, l'aéroport international Ernesto Cortissoz à Barranquilla, et l'aéroport international Matecaña à Pereira.

L'aéroport international El Dorado est le premier aéroport en Amérique latine pour le nombre de vols et le poids des marchandises transportées[79]. Plusieurs compagnies aériennes nationale (Avianca, AeroRepública, AIRES, SATENA (en) et EasyFly (en)) et internationales (Iberia, American Airlines, Varig, Copa, Continental, Delta, Air Canada, Spirit, Lufthansa, Air France, Aerolíneas Argentinas, AeroGal, TAME, TACA, JetBlue Airways, LAN Airlines) opèrent à El Dorado. En raison de sa position centrale en Colombie et en Amérique, il est préféré par les fournisseurs nationaux de transport terrestre, ainsi que les prestataires de transport aérien nationaux et internationaux.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La Colombie possède 3 034 km de voies ferrées. Cependant, seuls 2 611 km sont encore utilisés. Le transport ferroviaire reste peu développé en Colombie. Le réseau ferré national, autrefois le principal mode de transport, a été réduit en faveur du développement du réseau routier et ne représente désormais qu'environ un quart du transport. Le transport de passagers a diminué à partir de 1992 et prend fin juste avant le début les années 2000. De courtes sections de voies, principalement celle de Bogota-Atlantique, sont utilisées pour transporter des marchandises, surtout de la houille, vers les ports des Caraïbes ou du Pacifique. Bien que le réseau national connecte sept des dix principales villes du pays, il est peu utilisé pour des raisons de sécurité (manque de maintenance) et aussi de la concurrence du transport routier. En 2005, un total de 27,5 millions de tonnes de marchandises ont été transportées par le rail.

La Chine et la Colombie discutent d'une alternative au canal de Panama, un « canal sec » de 200 km assurant la liaison ferroviaire entre le Pacifique et une nouvelle ville près de Carthagène des Indes. La Chine est le deuxième partenaire commercial de la Colombie après les États-Unis et un canal sec pourrait faire de la Colombie un carrefour où les marchandises chinoises importées seraient assemblés pour la réexportation en Amérique tandis que les matières premières colombiennes seraient expédiées en Chine[80].

Transports maritimes et fluviaux[modifier | modifier le code]

Les ports représentent 80 % du fret international. En 2005, un total de 105 251 tonnes de marchandises furent transportées par mer. Les terminaux portuaires les plus importants de Colombie sont Coveñas, Carthagène des Indes, Barranquilla et Santa Marta sur la côte caraïbe et Buenaventura (1er port de Colombie) et Tumaco sur la côte pacifique.

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Bus du TransMilenio à Bogota.

Certaines villes colombiennes ont adopté des systèmes intégrés de transport de masse[81]. C'est notamment le cas de Bogota et Medellín, et ce type de système de transports urbains tend à se répandre dans d'autres grandes villes colombiennes.

La congestion du trafic à Bogota est considérablement exacerbé par le manque de transport ferroviaire. Toutefois, ce problème a été quelque peu atténué par le développement du réseau d'autobus rapides TransMilenio. Le système de Bogota se compose de bus et minibus gérés par le secteur tant privé que du public.

Depuis 1995, Medellín a un chemin de fer urbain connu sous le nom métro de Medellín », qui se connecte à la plupart de la région métropolitaine de Medellín. Un système de voiture à câble, le Metrocable, a été ajouté en 2004 pour relier certains des quartiers les plus pauvres de Medellín avec le métro de Medellín. À la fin de 2011, un système de bus articulés, appelé Metroplus a également commencé à fonctionner à Medellín.

D'autres villes ont également mis en place des systèmes de transport de masse. Un système de transport rapide par autobus appelé Transmetro, semblable au TransMilenio de Bogota, a commencé à fonctionner à Barranquilla fin 2007. À Pereira le Megabus a été inauguré en 2006. À Bucaramanga le système de transit de masse appelé Metrolinea a ouvert ses portes en 2009. Actuellement, dans la ville de Carthagène est en cours de construction un système de transport massif appelé Transcaribe. Ces projets ont permis la rénovation urbaine de la plupart des villes du pays. Dans d'autres villes très développés telles que Cali a été construit un système de bus articulés qui ont changé le visage de la ville. En 2013, un système de téléphérique moderne est entré en vigueur à Cali.

Économie[modifier | modifier le code]

Medellín est la deuxième ville la plus peuplée de la Colombie.
Cali, ville principale dans l'ouest de la Colombie.
Article détaillé : Économie de la Colombie.

Généralités[modifier | modifier le code]

En dépit des difficultés présentées par le grave conflit armé interne, l'économie colombienne n'a cessé de croître dans la dernière partie du XXe siècle, avec un produit intérieur brut (PIB) augmentant en moyenne de plus de 4 % par an entre 1970 et 1998. Le pays a connu une récession en 1999 (la première année complète de croissance négative depuis la Grande Dépression), et la reprise après cette récession a été longue et douloureuse. Toutefois, ces dernières années, la croissance a été importante, atteignant 8,2 % en 2007, l'un des taux les plus élevés de croissance en Amérique Latine. En attendant, la Bourse colombienne est passée de 1000 points lors de sa création en juillet 2001 à plus de 7300 points en novembre 2008[82].

Selon les estimations du Fonds monétaire international, le PIB de la Colombie était en 2011 de 471 964 millions de dollars (28e au monde et troisième en Amérique du Sud)[83]. Corrigé en parité de pouvoir d'achat, le PIB par habitant s'élève à 10 249 $, plaçant la Colombie 81e dans le monde. Cependant, dans la pratique, la répartition des richesses dans la population est assez inégale, et, tout comme nombre de pays de l'Amérique latine, les scores de la Colombie sont mauvais en fonction du coefficient de Gini, avec des chiffres de l'ONU la plaçant parmi la Liste des pays par égalité de revenus. Selon la Banque mondiale, en 2010, les 20 % de la population possédait 60,2%[84] de la richesse et les 20% les plus pauvres seulement 3%[85], et 15,8 % des Colombiens vivaient avec moins de 2 dollars par jour.[86],[87]

Les dépenses publiques représentent 37,9 % du PIB[7]. Près d'un quart de ce montant va à l'entretien du pays. La dette publique est estimée à 52,8 % du PIB en 2007[7],[87]. D'autres problèmes auxquels l'économie colombienne doit faire face sont la faiblesse de la demande intérieure et extérieure, le financement du système de retraite du pays, et le chômage (10,8 % en novembre 2008)[82]. L'inflation est restée relativement faible ces dernières années, se situant à 5,5 % en 2007[7].

Historiquement, la Colombie a une économie agraire, puis s'est rapidement urbanisée au 20e siècle, à la fin duquel 22,7 % de la population active travaillait encore dans l'agriculture, générant à peine 11,5 % du PIB. 18,7 % de la population active est employée dans l'industrie et 58,5 % dans les services, responsables respectivement de 36 % et 52,5 % du PIB[7]. La Colombie est riche en ressources naturelles, et parmi ses principales exportations on trouve : le pétrole, le charbon, le café et d'autres produits agricoles ainsi que de l'or[88]. La Colombie est également connue comme la principale source mondiale d'émeraudes[89], tandis que plus de 70 % de la Floriculture importée par les États-Unis est colombienne[90]. Les principaux partenaires commerciaux sont les États-Unis (le Traité de libre-échange Colombie-États-Unis a été approuvé le 11 octobre 2011 par le Congrès des États-Unis et est entré en vigueur le 15 mai 2012), l'Union européenne, le Venezuela et la Chine[7].Toutes les importations, les exportations et l'ensemble de la balance commerciale sont à des niveaux records, et l'afflux de dollars d'exportation a entraîné une réévaluation substantielle du peso colombien.

La performance économique a été facilitée par les réformes libérales qui, introduites dans les années 1990, se sont poursuivies sous la présidence d'Álvaro Uribe, dont les politiques ont inclus des mesures visant à ramener le déficit du secteur public en dessous de 2,5 % du PIB. En 2008, l'Heritage Foundation a évalué l'économie colombienne à 61,9 % libre, soit une augmentation de 2,3 % depuis 2007, la plaçant 67e le monde et 15 des 29 pays de la région. Il a Zone de libre-échange (ZLE), tel que Zona Franca del Pacifico[91], situé dans la Valle del Cauca, l'une des zones les plus frappants pour l'investissement étranger[92].

En décembre 2012, un accord de libre-échange entre l'UE, le Pérou et la Colombie sera soumis au Parlement européen pour la ratification. Les organisations environnementales comme Sauvons la forêt critiquent que l'accord n'ait pas imposé des normes et des contraintes environnementales[93] et se réfère à un rapport publié par l'Union européenne qui stipule que, dans les circonstances actuelles, l'accord de libre-échange mettrait en danger la qualité de l'eau et de la biodiversité dans les deux pays et de promouvoir la destruction des écosystèmes fragiles[94].

En attendant, les améliorations en matière de sécurité résultant du président Uribe et sa stratégie controversée de «sécurité démocratique» a engendré un sentiment accru de confiance dans l'économie. Le 28 mai 2007, le magazine américain BusinessWeek a publié un article nommé : Colombie "le marché émergent le plus extrême sur terre"[95]. L'économie de la Colombie s'est améliorée au cours des dernières années. Les investissements ont grimpé, passant de 15 % du PIB en 2002 à 26 % en 2008. Cependant, le taux de chômage à 12 % et le taux de pauvreté à 46 % en 2009 sont supérieurs à la moyenne régionale[96].

Selon un rapport récent de la Banque mondiale, il est plus facile de faire des affaires dans des villes comme Cali, Manizales, Ibagué et Pereira, mais plus difficile à Medellín et Carthagène. Les mesures de réformes de l'administration ont permis de réduire le temps qu'il faut pour préparer une documentation de plus de 60% pour les exportations et 40% pour les importations par rapport au rapport précédent. La Colombie a pris des mesures pour combler le retard en matière de cours civiles municipales. Le résultat le plus important a été le licenciement de 12,2 % des demandes inactifs dans les tribunaux civils grâce à l'application de la loi 1194 de 2008 (Ley de desistimiento Tacito).

Investissements étrangers[modifier | modifier le code]

Représentation graphique des exportations de produits de la Colombie dans 28 catégories à code couleur.
Colombie - Indicateurs macroéconomiques 2002-2011.

En 1990, pour attirer les investisseurs étrangers et promouvoir le commerce, une expérience du Fonds monétaire international connu sous le nom "La Apertura" a été adoptée par le gouvernement comme une stratégie de libre-échange. Bien que l'analyse des résultats ne soient pas claires, le fait est que le secteur agricole a été durement touché par cette politique.

En 1991 et 1992, le gouvernement a adopté des lois visant à stimuler l'investissement étranger dans presque tous les secteurs de l'économie. Les seules activités fermées à l'investissement direct de l'étranger sont la défense et la sécurité nationale, l'élimination des déchets dangereux et immobilier de la dernière de ces restrictions est destiné à empêcher le blanchiment d'argent. La Colombie crée une unité spéciale, l'entité CoInvertir, pour aider les étrangers à investir dans le pays. Les flux d'investissements étrangers en 1999 ont été de 4,4 milliards de dollars, en baisse de 4,8 milliards de dollars en 1998. Major foreign investment projects underway include the 6 billion $ development of the Cusiana and Cupiagua oil fields, development of coal fields in the north of the country, and the recently concluded licensing for establishment of cellular telephone service. The United States accounted for 26.5% of the total 19,4 billion $ stock of non-petroleum foreign direct investment in Colombia at the end of 1998.

Le 21 octobre 1995, dans le cadre du International Emergency Economic Powers Act (IEEPA), le Président Clinton a signé un décret interdisant aux entités américaines toutes opérations commerciales ou financières avec quatre barons de la drogue colombienne et avec des individus et des entreprises liées à la circulation de stupéfiants, tels que désignés par le Secrétaire au Trésor, en consultation avec le Secrétaire d'État et le procureur général. La liste des personnes désignées et les entreprises est modifiée périodiquement et est géré par l'Office of Foreign Asset Control du Département du Trésor, tél. (202) 622-0077 (demandez le document # 1900). Le document est également disponible à the Department of Treasury web site.

La Colombie est le cinquième marché d'exportation des États-Unis en Amérique latine, après le Mexique, le Brésil, le Venezuela et l'Argentine et le marché du 26 au plus pour les produits américains à travers le monde. Les États-Unis sont le principal partenaire commercial de la Colombie, avec des échanges bilatéraux entre novembre 1999 et novembre 2000 de plus de 9,5 milliards de dollars - $ 3,5 milliards et les exportations américaines 6,0 milliards de dollars des importations américaines. Colombie avantages de l'entrée en franchise-pour une période de 10 ans, jusqu'en 2001, pour certains de ses exportations vers les États-Unis en vertu de la Loi sur les préférences commerciales en faveur des Andes. Colombie amélioration de la protection des droits de propriété intellectuelle grâce à l'adoption de trois décisions du Pacte andin en 1993 et 1994, mais les États-Unis demeurent préoccupés par les lacunes en matière de licences, réglementation sur les brevets et la protection du droit d'auteur.

Les industries du pétrole et du gaz naturel de charbon des mines, de la chimie et de la fabrication de susciter l'intérêt plus grand investissement américain. D'investissement américaine ont représenté 37,8 % (4,2 milliards de dollars) du montant total de 11,2 milliards d'investissements directs étrangers à la fin de 1997, excluant le pétrole et les investissements de portefeuille. Les droits des travailleurs et des avantages dans les secteurs dominés par les États-sont plus favorables que les conditions générales de travail. Les exemples incluent plus courte que la moyenne des heures de travail, des salaires plus élevés, et la conformité aux normes de santé et de sécurité au-dessus de la moyenne nationale.

El Poblado en Medellín, un quartier du sud, est l'un des plus importants centres urbains et économiques de la Colombie.

Mines et énergie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Industrie minière en Colombie.
Siège de la Banque de la République

La Colombie est bien dotée en minerais et en ressources énergétiques. Elle possède les plus grandes réserves de charbon d'Amérique latine, et son potentiel hydroélectrique est le deuxième derrière celui du Brésil. Les estimations de réserves pétrolières étaient estimées en 1995 à 3 1 millions de barils. Elle possède également d'importantes quantités de nickel, d'or, d'argent, de platine et d'émeraudes.

La découverte de réserves pétrolières d'un volume de 2 millions de barils) de haute qualité dans les champs de Cusiana et Cupiagua, à environ 200 km à l'est de Bogota, a permis à la Colombie pour devenir un exportateur net de pétrole depuis 1986. Le pipeline transandin transporte du pétrole de Orito dans le département de Putumayo pour le port du Pacifique Tumaco dans le département de Nariño[97]. La production totale moyenne avoisine les 62 000 barils par jour dont environ 184 000 sont exportés. Le gouvernement Pastrana a considérablement libéralisé la politique d'investissement du pétrole, ce qui a conduit à une augmentation des activités d'exploration. La capacité de raffinage ne peut pas satisfaire la demande intérieure, de sorte que certains produits raffinés, en particulier l'essence, doivent être importés. Les plans pour la construction d'une nouvelle raffinerie sont en cours de développement.

Alors que la Colombie a un vaste potentiel hydroélectrique, une sécheresse prolongée en 1992 a imposé un sévère rationnement de l'électricité dans tout le pays jusqu'à la mi-1993. Les conséquences de la sécheresse sur la capacité de production d'électricité a amené le gouvernement à ordonner la construction ou ou l'amélioration de 10 centrales thermoélectriques. La moitié sera alimentée au charbon, et l'autre moitié par gaz naturel. Le gouvernement a également commencé à accorder offres pour la construction d'un pipeline de gaz naturel qui s'étend des champs de gaz du pays étendus pour ses grands centres de population. Les plans prévoient que ce projet rendra le gaz naturel accessible à des millions de ménages colombiens d'ici le milieu de la prochaine décennie.

Cali, la principale ville dans l'ouest de la Colombie.

Ce qui suit sont les entreprises les plus importantes de Colombie :

Tourisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme en Colombie.
Plage dans le parc national naturel de Tayrona, l'une des principales destinations écotouristiques.

Pendant de nombreuses années, le conflit armé interne a dissuadé les touristes de visiter la Colombie, les agences de voyage mettant en garde contre voyage dans le pays. Toutefois, ces dernières années, le nombre de visiteurs a fortement augmenté grâce aux améliorations apportées à la sécurité résultant de la politique de sécurité démocratique du président Álvaro Uribe, qui a notamment consisté en une augmentation significative de la force militaire et de la présence policière dans tout le pays et a poussé des groupes rebelles plus loin des grandes villes, des routes et sites touristiques susceptibles d'attirer des visiteurs internationaux. Les visites de touristes étrangers ont progressé de 0,5 million en 2003 à 1,3 millions en 2007[98], tandis que Lonely Planet présente la Colombie comme l'une de ses dix premières destinations mondiales pour 2006[99].

En 2010, le tourisme en Colombie a augmenté de 11 %, selon l'UNWTO Tourism Highlights de cette année-là[100]. En 2010, la Colombie a reçu 1,4 millions de visiteurs étrangers, selon les statistiques officielles[101]. En novembre 2010, l'U.S. State Department pour le pays a déclaré que les conditions de sécurité s'étaient considérablement améliorées ces dernières années et que les enlèvements avaient été sensiblement réduits, mais a mis en garde les voyageurs contre les menaces persistantes de terrorisme et les dangers de la criminalité de droit commun, y compris les prises d'otages. La hausse des taux d'homicides à Medellín et Carthagène a également été mise en évidence et des citoyens américains ont été invités à voyager entre les villes par la voie des airs plutôt que d'utiliser les transports terrestres.

Plage de l'île de Providencia.

Les attractions touristiques colombiennes incluent le quartier historique de Bogota, La Candelaria, la ville fortifiée et les plages de Carthagène des Indes, les villes coloniales de Santa Fe de Antioquia, Popayán, Villa de Leyva et Santa Cruz de Mompox, le sanctuaire de Las Lajas et la cathédrale de sel de Zipaquirá. Les touristes sont également attirés par les nombreux festivals colombiens, y compris la feria de Cali, le carnaval de Barranquilla, le carnaval des Noirs et Blancs à Pasto, la Foire aux Fleurs de Medellín et le Festival de théâtre ibéro-américain à Bogota. Dans le même temps, en raison de l'amélioration de la sécurité, les navires de croisière naviguant dans les Caraïbes s'arrêtent maintenant à Carthagène et Santa Marta.

La grande variété de géographie, la flore et la faune à travers la Colombie a également permis le développement d'une industrie écotouristique, concentrée dans les parcs nationaux du pays. DLes destinations écotouristiques les plus populaires sont le parc national naturel de Tayrona dans la Sierra Nevada de Santa Marta, le cap de la Vela sur la pointe de la péninsule de Guajira, le volcan Nevado del Ruiz, la vallée de Cocora et le désert de la Tatacoa dans la région centrale des Andes, le Parc national naturel des Farallones de Cali dans le departement de Valle del Cauca, le parc national naturel d'Amacayacu dans le bassin du fleuve Amazone, et les îles du Pacifique de Malpelo et Gorgona, et d'autres paysages uniques comme la rivière des sept couleurs dans le Meta. La Colombie est également le foyer de sept sites classés au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Autres données[modifier | modifier le code]

La capitale, Bogota, est le principal centre économique et financier du pays avec un PIB représentant 55 % du PIB national en 2011.

Depuis 2002, la croissance est forte (en moyenne 5 %), et le chômage en recul (10 % en 2007 contre le double en 1999).
La dette externe de la Colombie s'élevait à 44 % du PIB en 2007. La dette publique de la Colombie s'élevait à 45,6 % du PIB en 2011[102].

Société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de la Colombie.

Avec environ 46 millions de personnes en 2008, la Colombie est le troisième pays le plus peuplé d'Amérique latine après le Brésil et le Mexique. Il abrite également le troisième plus important nombre d'hispanophones dans le monde après Mexique et l'Espagne. Il est légèrement en avance sur l'Argentine de près de 6 millions de personnes. Au début du XXe siècle, la population de la Colombie était d'environ 4 millions[103]. La population a augmenté suivant un taux de 1,9 % entre 1975 et 2005, et devrait diminuer de 1,2 % au cours de la prochaine décennie. La Colombie devrait avoir une population de 50,7 millions en 2015. Ces tendances se reflètent dans la pyramide des âges du pays. En 2005, plus de 30 % de la population avait moins de 15 ans, contre seulement 5,1 % des personnes de 65 ans et plus.

La population est concentrée dans la région andine et le long de la région caraïbe. Les neuf départements de l'Est des plaines, comprenant environ 54 % de la superficie de la Colombie, concentrent moins de 3 % de la population et ont une densité de moins d'une personne par kilomètre carré. Traditionnellement une société rurale, l'exode rural était très important au le milieu du XXe siècle et la Colombie est aujourd'hui l'un des pays les plus urbanisés d'Amérique latine. La population urbaine est passée de 31 % du total en 1938 à 60 % en 1975, et en 2005 ce chiffre était de 72,7 %[87],[104]. La population de Bogota à elle seule a augmenté d'un peu plus de 300 000 personnes en 1938 jusqu'à environ 8 millions aujourd'hui. Au total, 71 villes ont en 2013 100 000 habitants ou plus. En 2010 la Colombie a la plus grande population au monde de personnes déplacées estimés à 4,5 millions de personnes[105],[106].

L'espérance de vie est de 74,79 ans, la mortalité infantile de 15,92 pour mille[102].

Plus de 99,2 % des Colombiens parlent l'espagnol, mais une centaine de langues amérindiennes sont également parlées dans le pays[107]

93,4 % des Colombiens savent lire et écrire[108] et près de 7,3 % du PIB est consacré à l'éducation[109].

La Colombie est le troisième rang dans le monde dans le Happy planet index.

Délinquance et criminalité[modifier | modifier le code]

En 1996 le nombre d'homicides volontaires pour 100 000 habitants s'élevait à 71,8 (soit 26 642 faits); il est retombé en 2011 à 31,4 (soit 14 746 faits) (source: UNODC).

Sociologie[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, la structure de la société colombienne était influencée par les traditions de l'Espagne du XVIe siècle, étant très stratifiée et ayant une mobilité verticale sociale limitée. Alors que le secteur urbain connaissait une importante flexibilité sociale, le secteur rural était organisé sous forme de structures fortement hiérarchisée où le changement de statut était très difficile[A 1]. Au milieu des années 1980, il existait quatre classes sociales : la classe supérieure qui représentait 5 % de la population, la classe moyenne (20 %); la classe inférieure (50 %) et les secteurs populaires (25 %). Les classes furent créées en fonction de la profession, du style de vie, du revenu, des antécédents familiaux, de l'éducation et de la puissance[A 1].

Ethnographie[modifier | modifier le code]

La diversité ethnique du pays.

Selon le recensement de 2005, menée par le Departamento Administrativo Nacional de Estadística (DANE), 49 % de la population est métis, ou d'ascendance mixte européenne et amérindienne . Environ 37 % est d'ascendance européenne (principalement espagnole, en partie italienne, portugaise et allemande). Environ 10,6 % est d'origine africaine, tandis que les Amérindiens autochtones forment 3,4 % de la population[7]. Le recensement de 2005 a indiqué que la population « non ethnique », composée de blancs et métis (celles d'ascendance mixte européenne et amérindienne, y compris la quasi-totalité de l'élite économique urbaine politique), représentaient 86 % de la population nationale. Le chiffre de 86 % est subdivisé en 49 % de métis et 37 % de blancs[111].

L'écrasante majorité des Colombiens parle l'espagnol, mais au total 101 langues sont liées à la Colombie dans la base de données Ethnologue.com, dont 80 sont parlées aujourd'hui. La plupart d'entre elles appartiennent aux familles de langues chibchanes, arawakiennes et caribes. La langue quechua, parlée dans la région des Andes, s'est également étendue plus au nord, principalement dans les centres urbains des grandes villes. Il y a actuellement environ 500 000 locuteurs des langues autochtones[112].

Les différents groupes existent en différentes concentrations dans tout le pays, selon un schéma qui dans une certaine mesure remonte aux origines coloniales. Les blancs ont tendance à vivre principalement dans les centres urbains, en particulier dans Bogota et les villes des hauts plateaux en plein essor. La population des grandes villes est principalement blanche et métisse. L'importante population métisse comprend la plupart des campesinos (personnes vivant dans les zones rurales) des hauts plateaux andins, où les conquérants espagnols se sont mélangés avec les femmes amérindiennes. Les métis ont toujours vécu dans les villes, en tant qu'artisans ou petits commerçants, et ils ont joué un rôle majeur dans l'expansion urbaine de ces dernières décennies en tant que membres de la classe ouvrière et des pauvres[113].

Peuples autochtones[modifier | modifier le code]

Les Wayuus représentent le plus grand groupe ethnique autochtone en Colombie[114].

Avant la colonisation espagnole de ce qui est aujourd'hui la Colombie, le territoire était habité par un grand nombre de peuples autochtones. Beaucoup d'entre eux se sont absorbés dans la population métisse, mais le reste représente actuellement plus de 85 cultures distinctes. 567 réserves (resguardos) ont été créées pour les peuples autochtones. Elles occupent 365 004 km2 (plus de 30 % du total du pays) et sont habitées par plus de 800 000 personnes réparties plus de 67 000 familles[115]. La Constitution de 1991 a établi que leur langue maternelle est officielle dans leurs territoires, et la plupart d'entre eux ont un enseignement bilingue (en langue maternelle et en espagnol).

Les plus grands groupes indigènes sont notamment les Wayuu[116], les Arhuacos, les Muisca, les Kunas, les Páez, les Tucano et les Guahibos. Les départements de Cauca, La Guajira et Guainía ont le plus important pourcentage de leur population d'origine indigène.

L'organisation nationale indigène de Colombie (ONIC), créée lors du premier Congrès national indigène en 1982, est une organisation représentant les peuples autochtones de Colombie, soit quelque 800 000 personnes (environ 2 % de la population).

La répartition des différents groupes varie de façon considérable en fonction des régions[117] :

Santé[modifier | modifier le code]

L'espérance de vie à la naissance en 2005 était de 72,3 ans; 2,1 % de la population ne pouvant espérer atteindre l'âge de 5 ans et 9,2 % l'âge de 40 ans[87]. L'espérance de vie est passée à 74,79 ans en 2012[7].

Les normes de santé en Colombie se sont grandement améliorées depuis les années 1980. Une réforme de 1993 a transformé la structure de financement des soins de santé publique en transférant le fardeau de la subvention des fournisseurs aux utilisateurs. En conséquence, les employés doivent de payer pour les plans de santé auxquels les employeurs contribuent également. Bien que ce nouveau système ait élargi la couverture de la population par le système de sécurité sociale et de santé de 21 % avant 1993 à 56 % en 2004 et 66 % en 2005, les disparités de santé persistent, les pauvres continuant de souffrir de taux de mortalité relativement élevés.

En 2002, la Colombie comptait 58 761 médecins, 23 950 infirmières, et 33 951 dentistes. Ces chiffres équivalent respectivement à 1,35 médecins, 0,55 infirmières et 0,78 dentistes pour 1 000 habitants. En 2005, la Colombie a été signalée pour avoir seulement 1,1 médecins pour 1000 habitants, contre une moyenne latino-américaine de 1,5. Le secteur de la santé est considéré comme gangréné par la corruption, ce qui inclut la mauvaise affectation des fonds et de le détournement des contributions[77].

Par ailleurs, le tourisme médical est également une activité bien développée en Colombie, en particulier en ce qui concerne les secteurs de la chirurgie esthétique et des soins dentaires, dans les villes de Bogota, Cali et Medellín[118]. Dans la ville de Cali, en 2010, 50 000 actes de chirurgie esthétiques auraient été effectués, dont près de 14 000 sur des patients étrangers[119].

Éducation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Système éducatif colombien.

L'expérience éducative de nombreux enfants colombiens commence par la fréquentation d'une école maternelle jusqu'à l'âge de cinq ans (Educación preescolar). L'éducation de base (Educación básica) est obligatoire selon la loi[120]. Elle comporte deux phases : l'éducation de base primaire (Educación básica primaria) qui va de la première à la cinquième année (les enfants de six à dix ans) et l'enseignement secondaire de base (Educación básica secundaria), qui va de la sixième à la neuvième année. L'éducation de base est suivie par la formation professionnelle intermédiaire (Educación media vocacional) qui occupe les dixième et onzième années. Il peut y avoir différentes modalités de formation professionnelle ou de spécialités (académiques, techniques, commerciales, etc.) selon le programme adopté par chaque école. Cependant, dans de nombreuses zones rurales, les enseignants sont peu qualifiés, et seules les cinq années de l'enseignement primaire sont offertes. L'année scolaire peut s'étendre de février à novembre ou d'août à juin ; dans beaucoup d'écoles publiques la présence est divisée en sessions du matin et de l'après-midi pour accueillir le grand nombre d'enfants[121].

Après la réussite de toutes les années de formation de base et intermédiaire, un diplôme d'études secondaires est décerné. Le diplômé du secondaire est appelé bachiller, parce que l'école secondaire de base et l'enseignement intermédiaire sont traditionnellement considérées comme un ensemble unitaire appelée bachillerato (de la sixième à la onzième année). Les étudiants en dernière année de l'enseignement intermédiaire de prendre la examen ICFES (en) (rebaptisé Saber 11) afin d'accéder à l'enseignement supérieur (Educación superior).

Système scolaire primaire et secondaire
Âge 3 ans 4 ans 5 ans 6 ans 7 ans 8 ans 9 ans 10 ans 11 ans 12 ans 13 ans 14 ans 15 ans 16 ans
Niveau Preescolar Básica primaria Básica secundaria Media vocacional

Le premier cycle de l'enseignement supérieur comprend les études professionnelles, techniques, technologiques et intermédiaires et les études post-universitaires. Les bachilleres peuvent entrer dans un programme de carrière professionnelle de premier cycle offert par une université. Ces programmes durent jusqu'à cinq ans (ou moins pour l'enseignement technique, professionnel et technologique intermédiaire, et les études supérieures), et même jusqu'à six à sept ans pour certains métiers, comme la médecine. En Colombie, les étudiants vont directement dans un programme de formation professionnelle dans une université ou tout autre établissement d'enseignement pour obtenir un diplôme professionnel, technique ou technologique. Une fois diplômé de l'université, les gens reçoivent un diplôme (professionnel, technique ou technologique) et sont autorisés (si une autorisation est nécessaire) à pratiquer le métier qu'ils ont choisi. Pour certains programmes de carrière professionnelle, les élèves sont tenus de passer l'examen Saber-Pro, anciennement connu sous le nom d'ECAES, durant leur dernière année d'études universitaires de premier cycle[122].

Les dépenses publiques d'éducation en pourcentage du produit intérieur brut était en 2006 de 4,7 % - l'un des taux les plus élevés d'Amérique latine - contre 2,4 % en 1991. Cela représentait 14,2 % des dépenses totales du gouvernement[87],[123]. En 2006, les taux de scolarisation primaire et secondaire net s'établissaient respectivement à 88 % et 65 %, légèrement en dessous de la moyenne régionale. Le temps moyen passé à l'école était de 12,4 ans[123]. Un total de 92,3 % de la population âgée de 15 ans et plus a été enregistré comme alphabétisés, dont 97,9 % des 15-24 ans, tous deux des chiffres légèrement plus élevés que la moyenne régionale[123]. Cependant, le niveau d'alphabétisation est nettement plus faible dans les zones rurales[124].

Langues[modifier | modifier le code]

L'article 10 de la Constitution colombienne établit que l'espagnol (ou castillan) est la langue officielle du pays et que les langues et dialectes des groupes ethniques sont également officiels dans leurs territoires respectifs[125]. L'enseignement dans les communautés ayant une tradition propre au niveau linguistique est bilingue. Environ 65 langues indigènes et deux créoles sont encore parlées ; les plus notables sont le wayuu, le paez, le misak et l'emberá.

Il existe une grande diversité de dialectes de l'espagnol, tant au niveau lexical (sémantique) que morphologique, syntaxique ou prosodique, bien que le seseo et le yeïsme et d'autres caractéristiques largement répandues dans l'espagnol d'Amérique soient communes à toutes les variantes.

Le dialecte parlé dans le nord du pays est apparenté au costeñol, également parlé dans d'autres pays de la Caraïbe comme Panama, le Venezuela, Cuba, la République dominicaine, Porto Rico et le Nicaragua. Au contraire, l'espagnol parlé dans la zone andine du Sud colombien est rattaché au dialecte des Andes, commun avec les zones montagneuses d'Équateur, du Pérou, de la Bolivie et d'Argentine. Les différentes aires géographiques du pays regroupent des modalités variées, notamment au niveau des personnes grammaticales (voseo et tutoiement).

Dans l'archipel de San Andrés, Providencia et Santa Catalina, l'anglais est très largement présent dans la population.

Religions[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Religion en Colombie.
Le sanctuaire de Las Lajas, situé à proximité d'Ipiales.

La Constitution colombienne de 1991 garantit la liberté de culte et l'égalité de toutes les croyances devant la loi et aucune religion n'est déclarée officielle. Cependant la religion largement prédominante est le christianisme, en particulier la confession catholique romaine, avec près de 93 % de la population s'en réclamant ou étant recensés comme catholiques. Ces chiffres reposent néanmoins notamment sur la proportion de baptêmes catholiques et ne reflètent pas nécessairement le nombre de croyants. Les 7 % restant sont majoritairement affiliés à des mouvements protestants, essentiellement les courants évangélistes des États-Unis, pentecôtistes ou néo-pentecôtistes, ainsi que, pour une part plus réduite de la population, les Églises chrétiennes historiques non catholiques (presbytérianisme, églises épiscopaliennes, anglicanisme, baptisme, mennonitisme, méthodisme). L'église évangélique regroupant le plus grand nombre de fidèles est l'Église pentecôtiste unie de Colombie (Iglesia Pentecostal Unida de Colombia), avec plus de 3 000 congrégations et une présence dans tous les départements du pays. Les religions monothéistes non chrétiennes sont faiblement représentées. Dans les communautés indigènes et afro-américaines, se revendiquant généralement du catholicisme, on trouve de façon très isolée des pratiques syncrétiques entre christianisme et traditions ancestrales.

Jusqu'en 1991, le christianisme catholique était la religion officielle de l'État et le pays était dévoué au Sacré-Cœur[126]. L'expression « Pays du Sacré-Cœur » (país del Sagrado Corazón) est courante dans la presse nationale pour désigner le pays.

En 2001 fut tenu à Bogota le premier Congrès mondial des athées[127].

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture de la Colombie.
Día de las Velitas (jour des petites bougies), l'une des fêtes traditionnelles en Colombie. C'est le jour de l'ouverture de Noël du pays.
Mochila arhuaca, un des artisanats typiques de Colombie.

La culture colombienne présente une diversité due à la confluence d'influences multiples dans l'histoire du pays : les cultures indigènes déjà établies à l'arrivée des Espagnols, la culture européenne (en particulier espagnole) et les cultures africaines importées au cours du processus de colonisation. Elle partage également certains traits fondamentaux avec d'autres cultures hispano-américaines, notamment au niveau de la religion, de la musique, des danses, des variantes de la langue espagnole parlée, ainsi que des festivités ou d'autres traditions[128].

L'hétérogénéité des différentes cultures régionales colombiennes s'explique en partie par l'isolement géographique connu par certaines d'entre elles. Les groupes culturels régionaux les plus importants sont les cachacos (résidant dans la cordillère Orientale), les paisas (dans le département d'Antioquia), les llaneros (littéralement « habitants des plaines », en Orénoquie), les vallunos (habitants de la Valle del Cauca), les costeños (dans la Région Caraïbe) et les santandereanos dans les départements du Norte de Santander et de Santader, qui recueillent chacun différentes influences culturelles notamment liées à leurs ascendances respectives[129].

La Colombie dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

La représentation de la Colombie dans la culture populaire, en particulier la représentation du peuple colombien dans le cinéma et la fiction, a été dénoncé par les organisations colombiennes[130],[131],[132] et le gouvernement comme étant largement négative et soulevant des inquiétudes du fait qu'elle renforce, voire engendre, des stéréotypes, un préjudice sociétal et de la discrimination due à l'association de la Colombia avec la pauvreté, le trafic de stupéfiants, le terrorisme et d'autres éléments criminels[133]. Ces stereotypes sont considérés comme injustes par beaucoup de colombiens[134],[135]. Le gouvernement colombien a financé les campagnes de publicité "Colombia es Pasión" et "La Respuesta es Colombia" pour améliorer l'image de la Colombie à l'étranger, avec des résultats mitigés[136],[137].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cuisine colombienne.
La bandeja paisa (en) est un plat typique de la région Paisa (en).

La cuisine colombienne, fortement influencée par les populations espagnoles et indigènes, n'est pas aussi connue que d'autres cuisines d'Amérique latine comme celles du le Pérou ou du Brésil, mais pour le voyageur aventureux, il y a beaucoup de plats délicieux à essayer, sans oublier les fruits, le rhum, et le café colombien. Les plats les plus populaires sont : ajiaco, bandeja paisa (en), et d'autres, chaque région rivalisant de spécialités.

La cuisine colombienne comporte des similitudes avec la cuisine mexicaine. Dans différents pays d'Amérique du Nord et en Europe, les immigrants colombiens tiennent des restaurants de cuisine colombienne. Bien que n'étant pas de la nourriture, le café colombien est reconnu comme l'un des meilleurs au monde, et vendus dans de nombreuses régions du monde. Il est généralement pris au petit déjeuner avec la nourriture traditionnelle colombienne, la arepa con quesito.

Ajiaco de Bogota.

L'ajiaco est un plat traditionnel des Andes originaire de Bogota. Fondamentalement, c'est un plat à base de pomme de terre, de poulet, de maïs et d'un soupçon de guasca, une herbe locale.

Le sancocho (en) est un plat traditionnel originaire de la côte nord. Il se compose essentiellement avec tout type de viande avec du maïs, des pommes de terre, du manioc, des bananes plantain et d'épices locales qui sont cuits ensemble pour former une soupe.

Le bandeja paisa (en) provient d'Antioquia et est fait avec plusieurs ingrédients qui rendent nécessaire l'utilisation un plateau (bandeja en espagnol, d'où le nom). Il est composé de haricots, de riz, d'œufs frits, de chorizo, et d'autres ingrédients en fonction de la région.

Les tamales sont des gâteaux au maïs enveloppés dans une feuille de bananier et cuits à la vapeur. Ils peuvent être remplis de poulet, de pommes de terre, de pois, de carottes, de riz. Les tamales varient en forme et en garniture dans chaque région, et presque chaque région a ses propres variations. Certaines variations bien connues viennent de Tolima, Santander, Cúcuta, Bogota et Valle del Cauca, pour n'en nommer que quelques-uns.

La fritanga (en) est un autre plat populaire colombien fait de viande, de bananes plantains frites et pommes de terre à la sauce aji mangé dans toute la Colombie. Il est souvent utilisé pour partager entre amis et en famille.

Littérature[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Littérature colombienne.

La littérature colombienne remonte à l'époque de la colonisation espagnole, période au cours de laquelle furent notables des écrivains comme Hernando Domínguez Camargo, avec son poème épique à Ignace de Loyola, Juan Rodríguez Freyle, auteur de la chronique El Carnero, et la religieuse Francisca Josefa del Castillo, représentante du mysticisme.

Après l'indépendance, parmi les auteurs colombiens liés au romantisme on peut citer Antonio Nariño, José Fernández Madrid, Camilo Torres Tenorio et Francisco Antonio Zea. À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, le genre costumbrista acquit une certaine popularité, avec des auteurs comme Tomás Carrasquilla, Rafael Pombo (particulièrement remarqué dans le champ de la littérature de jeunesse) et Jorge Isaacs. Au cours de cette même période, José Asunción Silva, José Eustasio Rivera, León de Greiff, Porfirio Barba-Jacob et José María Vargas Vila développèrent une littérature moderniste. En 1871 fut fondée l'Académie colombienne de la langue (Academia Colombiana de la Lengua), première académie de la langue espagnole à voir le jour en Amérique[138].

Entre 1939 et 1940 furent publiés à Bogota les sept cahiers de poésie intitulés Piedra y Cielo, édités par le poète Jorge Rojas et qui exercèrent une influence considérable dans le pays[139]. Au cours de la décennie suivante et en réponse au climat de violence de l'époque, Gonzalo Arango fonda le mouvement du nadaísmo[140], influencé par le nihilisme, l'existentialisme et la pensée d'un autre grand écrivain colombien, Fernando González Ochoa.

Par la suite, surgirent dans le cadre du dénommé Boom latino-américain plusieurs écrivains rencontrant un succès tant populaire que critique, en particulier le prix Nobel de littérature Gabriel García Márquez et son chef-d'œuvre Cent ans de solitude, Eduardo Caballero Calderón, Manuel Mejía Vallejo et Álvaro Mutis, seul colombien à avoir reçu les prestigieux Prix Cervantes et Prix Prince des Asturies des lettres. D'autres auteurs contemporains importants sont Fernando Vallejo et Germán Castro Caycedo, écrivain colombien le plus populaire en termes de ventes après García Márquez[141].

Arts plastiques[modifier | modifier le code]

Monument aux Lanciers en l'honneur des participants à la bataille du Pantano de Vargas, réalisé par Rodrigo Arenas Betancourt.
Sculpture de Fernando Botero exposée à Singapour.

La peinture et la sculpture colombiennes sont divisées en périodes. Elles commencent avec l'art des cultures indigènes, abordant les façons de penser des peuples indigènes de l'Amérique et leur manière de concevoir le monde, le sacré, la nature et la société[142]. La période coloniale colombienne montre la fusion de la culture autochtone, de la contribution africaine et de l'art religieux et européen de l'époque. Les arts plastiques du XIXe siècle ne s'éloignent pas des conceptions esthétiques coloniales, mais à la fin de ce siècle apparaissent les premières tentatives académiques de s'en démarquer. En 1886 est ouvert l'École Nationale des Beaux-Arts (espagnol : Escuela Nacional de Bellas Artes), une organisation qui a formé la plupart des artistes du début du XXe siècle. La fin du XXe siècle voit le développement de la peinture et la sculpture contemporaine en Colombie. L’évènement le plus important en Colombie sur l'art colombien est le Salon national des artistes colombiens[143].

Parmi les grands peintres colombiens se distinguent l'impressionniste Andrés de Santa María, les portraitistes Ricardo Acevedo Bernal et Ricardo Gómez Campuzano, les figurativistes Darío Morales, David Manzur et Diego Mazuera, le paysagiste Gonzalo Ariza, l'expressionniste Débora Arango et le muraliste Ignacio Gómez Jaramillo. En matière de sculpture sortent du lot Arenas Rodrigo Betancourt et Nadín Ospina.

Cependant, beaucoup d'artistes colombiens ont développé leurs travaux autant dans la peinture et la sculpture. Tel est le cas de Fernando Botero, célèbre pour son style monumental, Enrique Grau, Francisco Antonio Cano, Luis Alberto Acuña Tapias, Luis Caballero, Santiago Martínez Delgado, Juan Antonio Roda, Beatriz González, Ómar Rayo, Eduardo Ramírez Villamizar, le colombo-espagnol Alejandro Obregón et d'autres qui ont obtenu une reconnaissance internationale. Des artistes multifacettes tels que Pedro Nel Gómez ont également étendu leurs activités au domaine de l'architecture.

En photographie, Leo Matiz Espinoza a été élu en 1949 l'un des dix meilleurs photographes au monde[144]. Ont également été mis en évidence Luis García Hevia, Melitón Rodríguez, Hernán Díaz, Abdú Eljaiek, Manuel H., Nereo López, Carlos Caicedo, Ignacio Gaitán, Sady González, Luis Benito Ramos et José Crisanto Lizarazo.

Musique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique colombienne.

La musique colombienne est généralement associée aux rythmes nationaux tels que le bambuco (début du XXe siècle), la cumbia (milieu du XXe siècle) et le vallenato (fin du XXe siècle et début du XX siècle). Différents éléments de musique populaire de la Colombie ont été influencés par l'ethnographie espagnole, africaine et amérindienne constituant le pays ainsi que par des courants d'autres pays d'Amérique latine ou anglo-saxonne . Ces diverses influences ont fait de la musique colombienne l'une des plus riches dans la région, menant à la reconnaissance internationale de plusieurs artistes colombiens.

La chanteuse Shakira au festival Rock in Rio de 2008.

La musique colombienne est principalement promue par le soutien de grandes maisons de disques, d'entreprises indépendantes et, dans une moindre mesure, par le gouvernement colombien à travers le Ministère de la Culture[145] conseillé par le Consejo Nacional de Música. La Sociedad de Autores y Compositores de Colombia (Sayco) et l’Asociación Colombiana de Intérpretes y productores fonográficos (Acinpro) sont des organismes chargés de collecter et de distribuer les droits de propriété générés par l'utilisation des œuvres à leurs auteurs et aux filiales étrangères qui font affiliées à la Confédération internationale des sociétés d'auteurs et compositeurs (CISAC)[146].

Depuis 1887, la composition musicale patriotique qui symbolise la Colombie est l'hymne national de la Colombie, qui a été officiellement adopté en 1920[147].

Beaucoup de produits étrangers ont eu un succès commercial et ont inondé les radiodiffuseurs nationaux qui se consacrent à diffuser de la musique. Parmi ces genres se distinguent le merengue, la salsa, le rock, la pop, toutes d'origines non-colombiennes mais qui ont influencé la culture, suscitant des vocations locales pour chacun d'eux dont certaines ont eu beaucoup de succès à l'étranger. Parmi ceux-ci peuvent être cités la chanteuse pop Shakira ou le chanteur Juanes. Des quelques genres musicaux nés en Colombie, celui qui a obtenu le plus de succès commercial est le vallenato. En combinant un grand nombre de ces genres sont apparus de nouveaux genres de fusion, tel que le tropipop et la champeta.

Arts de la scène[modifier | modifier le code]

Le festival de théâtre ibéro-américain de Bogota est l'une des principaux du monde[148].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Le théâtre fut introduit en Colombie durant l'époque de la colonisation espagnole en 1560 par des compagnies de zarzuela[149]. Le théâtre en Colombie est principalement soutenu par le ministère de la Culture et différentes entités étatiques ou privées.

Le Festival ibéroaméricain de théâtre (es) est un évènement cultural de caractère international qui se tient tous les deux ans à Bogota et fut dirigé et produit, jusqu'à sa mort en août 2008, par Fanny Mikey, actrice et entrepreneur culturelle d'origine argentine naturalisée colombienne. C'est l'événement culturel majeur en Colombie et l'un des festivals des arts du spectacle les plus importants du monde.

Les autres événements théâtraux importants sont le Festival international de marionnettes la Fanfarria à Medellín, le Festival latinoamericain de théâtre de Manizales (es) à Manizales, le Festival international de théâtre de la Caraïbe (es) à Santa Marta et le Festival artistique national et international de culture populaire « Invasión Cultural » à Bogota.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cinéma colombien.

Au cours son histoire, le cinéma colombien n’a pas été considéré comme une industrie rentable, ce qui fit obstacle à une continuité de sa production. Lors des premières décennies du XXe siècle, quelques compagnies ont essayé de nourrir un niveau constant de production ; mais le manque d'appui économique et la forte concurrence étrangère ont cassé les initiatives. Grâce à la création de la Compañía de Fomento Cinematográfico (FOCINE), quelques productions ont pu être réalisées. Cependant, cette compagnie a été liquidée au début des années 1990. Actuellement, grâce à la loi du cinéma approuvée en 2003, des initiatives renaissent autour de l’activité cinématographique, ce qui permet une relance du cinéma colombien, tant sur le plan national qu’international[réf. nécessaire].

Médias[modifier | modifier le code]

Presse écrite[modifier | modifier le code]

Première couverture d'El Espectador (1887).
Article détaillé : Liste des journaux colombiens.

Le journal à la diffusion nationale la plus importante est El Tiempo, propriété de la Casa Editorial El Tiempo (es) (CEET)[150] appartenant en partie à la famille Santos dont l'un des membres, Juan Manuel Santos, est l'actuel président de la République. Le deuxième plus importante est El Espectador, qui est depuis 2001 un hebdomadaire. Il existe aussi El Espacio, La República, Portfolio (appartenant à la CEET), et de tirage plus limité, El Nuevo Siglo et Diario Deportivo. Plusieurs journaux ayant la dénomination de « nationaux » ont en réalité leur diffusion limitée aux grandes villes.

Les journaux régionaux ont un important corpus de lecteurs. Parmi ceux-ci on trouve notamment El Colombiano à Medellin, El País à Cali, El Heraldo à Barranquilla et Vanguardia Liberal à Bucaramanga. Le pays a lancé un petit quotidien concurrençant les tabloïds locaux, tout comme la CEET, qui possède également une télévision et d'autres médias tels que ADN (es), un journal gratuit de diffusion nationale dont le contenu change en fonction de la localité où il est publié. La Semanario Voz (es), de diffusion nationale, est le plus connu au sein de le presse dite « alternative ».

Télévision[modifier | modifier le code]

La télévision, en Colombie, comprend deux chaînes nationales publiques : la Canal Uno, appartenant à l'État, mais diffusant des programmes privés, et Señal Colombia, la chaîne culturelle. Les chaînes privées RCN Televisión et Caracol Televisión sont les chaînes de télévision nationales les plus regardées dans le pays.

Les chaînes régionales couvrent un département ou plus et leur contenu est élaboré suivant leur public particulier. Canal Capital à Bogota DC, et Teleantioquia, sont uniquement destinées à ces départements, bien que cette dernière chaîne diffuse également des programmes pour le Chocó. Telecafé, couvre le Risaralda, le Quindío et le Caldas. Telecaribe s'adresse aux habitants de la région caraïbe de la Colombie. Telepacífico, bien que son contenu soit largement vallecaucano, vise également le Cauca, le Nariño et dans une moindre mesure le Chocó. Televisión Regional del Oriente (TRO) se concentre sur les départements de Santander et Norte de Santander. Canal 13 est la tentative la plus ambitieuse de couvrir les départements de Cundinamarca, Boyacá, Tolima et Huila ainsi que de vastes territoires de l'Orénoquie et de l'Amazonie. Teleislas couvre l'archipel de San Andrés et Providencia, peu peuplé mais à l'identité et à l'histoire très particulières.

La plupart des foyers sont abonnés à la télévision privée par câble, la Colombie étant le pays d'Amérique latine avec la plus forte couverture pour la télévision par câble, atteignant 84,4 % des colombiens en 2013[151]. Telmex, Câble Union, Vision Satelite et DirecTV en sont des diffuseurs de portée nationale. Cependant une grande partie de la couverture est réalisée à des petites et moyennes entreprises régionales.

Tout le secteur est chapeauté par la Autoridad Nacional de Televisión, un organisme de contrôle du même niveau que la Banque de la République.

Radio[modifier | modifier le code]

La radio en Colombie est apparue en 1929, durant la présidence de Miguel Abadía Méndez avec l'entrée en fonction de l'émission de caractère commercial HJN à Bogota[152].

Internet[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sport en Colombie.

Le sport en Colombie est promu gouvernementalement par l'Instituto Colombiano del Deporte (es) (Coldeportes), sous la tutelle du Ministère de la Culture, par les Secrétariats municipaux et départementaux de récréation et sports, ainsi que par des associations indépendantes telles que les fédérations, instituts et ligues dans les différentes disciplines sportives[153]. Les sports soutenus par le gouvernement se déroulent suivant la législation éducative en centre sportifs colombiens comme les écoles sportives, le sport universitaire et les jeux inter-universités[154]. Les principales installations sportives (es) se concentrent dans les villes les plus peuplées, où se tiennent régulièrement les jeux sportifs nationaux de Colombie (es).

Bien que le tejo, ou turmequé, un jeu d'origine indigène, soit considéré comme le sport national[155], le football est de loin le sport le plus populaire du pays. La Fédération colombienne de football, affiliée à la FIFA et à la Confédération sud-américaine de football, dirige la pratique de ce sport dans le pays et prend en charge les tournois internationaux qui se tiennent dans la nation, comme la Copa América 2001 et la Coupe du monde de football des moins de 20 ans de 2011. Elle gère les sélections colombiennes masculine, féminine, moins de 20 ans, moins de 17 ans, et les équipes de football en salle et de football de plage masculines. La fédération dirige également la division professionnelle du football colombien (es), qui organise les championnats de première et deuxième division, et la division amateur du football colombien (es), chargé du football amateur et juvénile[156].

La sélection nationale s'est qualifiée pour la Coupe du Monde au Chili en 1962, en Italie en 1990 (huitièmes de finale), aux États-Unis en 1994 et en France en 1998. Le plus important triomphe de la sélection a été la Copa América 2001, dont la Colombie fut le pays hôte. La Colombie a été finaliste de la Copa América 1975 à Caracas contre le Pérou. Au niveau des clubs, les plus grandes réalisations du football colombien ont été obtenues lors des Copas Libertadores par l'Atlético Nacional de Medellín face au Club Olimpia du Paraguay en 1989 et par l'Once Caldas contre le Boca Juniors argentin en 2004. Les Millonarios de Bogota ont été l'équipe la plus titrée en championnat colombien, remportant 14 victoires, la dernière étant en 2012.

Mariana Pajón, championne olympique à Londres en 2012 et multiple championne mondiale de bicycle motocross.

La popularité du football a relégué à un rang secondaire des sports comme le cyclisme, qui a connu une grande popularité depuis la tenue du premier Tour de Colombie en 1951, atteignant son apogée dans les années 1980, quand une série de coureurs comme Luis Herrera, la principale figure, Fabio Parra et Alfonso Flórez, a remporté des victoires importantes dans les grandes compétitions européennes. Herrera est le premier colombien à remporter une étape du Tour de France en 1984. Il est devenu champion du Tour d'Espagne en 1987 et remporta le Tour de Colombie et le Clásico RCN à plusieurs reprises. D'autres cyclistes importants ont été Ephraim Forero, premier champion du Tour de Colombie, Martín Emilio Rodríguez recordman mondial de l'heure en 1970 et champion du monde en 1971, José Patrocinio Jiménez, Santiago Botero et beaucoup d'autres cyclistes colombiens. Dans le cyclisme olympique ont excellé María Luisa Calle et Rigoberto Urán, qui ont remporté des médailles respectivement sur piste et sur route. En 2013, lors du Tour de France, Nairo Quintana, à 23 ans, remporte le maillot blanc du meilleur jeune et le maillot à pois du meilleur grimpeur et finit également sur le podium à la deuxième place. Le pays a également mis en lumière la pratique du cyclo-cross ou Bicycle motocross, discipline dans laquelle les représentants colombiens ont obtenu des titres olympiques, mondiaux, panaméricains et sud-américains grâce à des sportifs comme Mariana Pajón, Carlos Oquendo, Santiago Duque (es), Carlos Alberto Ramírez (es) et Augusto Castro (es).

La pratique de la boxe anglaise en Colombie est enracinée dans la côte Caraïbe, d'où proviennent ses grandes figures. Dans la boxe anglaise se sont distingués Antonio Cervantes "Kid Pambelé", qui a donné le premier titre mondial de boxe à la Colombie en 1972, ainsi que Rodrigo Valdez, Miguel "Happy" Lora (es), Fidel Bassa (es), Tomás Molinares, Rafael Pineda, Bernardo Caraballo (es) et Mario Miranda (es)[157]. Jorge Eliécer Julio, lors des Jeux olympiques d'été de 1988, et Alfonso Pérez et Clemente Rojas (es) lors des Jeux olympiques d'été de 1972, ont gagné des médailles de bronze.

Le stade du Onze Novembre (es) de Carthagène des Indes, le plus important stade de baseball de Colombie.

En baseball, un autre sport ancré dans la côte des Caraïbes, la Colombie a été championne du monde amateur en 1947 et 1965. Plusieurs joueurs de baseball ont rejoint les ligues majeures, comme Edgar Rentería, champion avec les Marlins de Miami dans la Série mondiale 1997 et avec les Giants de San Francisco de la Série mondiale 2010 (où il fut nommé meilleur joueur), et Orlando Cabrera, champion la Série mondiale 2004 avec les Red Sox de Boston. Rentería est le seul colombien à avoir participé au All-Star Game. D'autres colombiens ont atteint les ligues majeures comme Joaquín Gutiérrez, Jolbert Cabrera, Emiliano Fruto, Yamid Haad, Ernesto Frieri, José Quintana, Jhonatan Solano, Donovan Solano et Julio Teheran. En 2010, le shampionnat de Colombie de baseball s'est élargi de quatre à six équipes, et pour la première fois dans le pays avec des neuvaines à Bogota, Cali et Medellin. En 2011, la ligue s'est recentrée sur les quatre équipes traditionnelles de la côte caraïbe.

La popularité de la compétition automobile a trouvé son apogée à la fin des années 1990 et le début des années 2000 grâce à la participation de Juan Pablo Montoya en Formule 1 et d'autres séries aux États-Unis (NASCAR, 500 Miles d’Indianapolis, 24 Heures de Daytona). Un autre pilote colombien a participé aux 500 Miles d’Indianapolis et à d'autres courses aux États-Unis durant les années 1980 et 1990, Roberto Guerrero.

L'athlétisme colombien s'est distingué durant les années 1960 et 1980 avec des victoires dans les compétitions de fond et de route comme la course de San Silvestre (es) de São Paulo, remportée par Álvaro Mejía (es) en 1966, Víctor Mora (es) en 1972, 1973, 1975 et 1981 et le Domingo Tibaduiza (es) en 1977. Un autre athlète exceptionnel dans la course sur route a été le tumaqueño Silvio Marino Salazar (es). En 1992, Ximena Restrepo a remporté la médaille de bronze au 400 mètres lors des Jeux olympiques d'été de 1992.

Les disciplines individuelles ont obtenu les meilleures réalisations durant les Jeux Olympiques. La participation la plus importante à cet événement a été celle de Londres en 2012, lorsque l'équipe olympique colombien a remporté 8 médailles, dont la médaille d'or en BMX (bicycle motocross) de Mariana Pajón[158]. Avant cette participation, la meilleure olympiade avait été celle de Sydney en 2000 lorsque l'haltérophile afro-colombienne María Isabel Urrutia a remporté la première médaille d'or de l'histoire du pays[159]. Le premier médaillé olympique colombien a été Helmut Bellingrodt, médaille d'argent de tir sportif à Munich en 1972. Il obtient la même médaille aux jeux de Los Angeles en 1984[160]. Le palmarès olympique colombien comprend un total de 8 médailles dont 2 médailles d'or, 6 médailles d'argent et 11 médailles de bronze dans des sports comme l'haltérophilie, le cyclisme (sur route, sur piste et BMX), le tir sportif, le taekwondo, la boxe anglaise, la lutte, le judo et l'athlétisme. Aux Jeux paralympiques, la Colombie a seulement gagné une médaille de bronze avec le nageur Moisés Fuentes, et une médaille d'argent avec le marcheur Elkin Serna (es), tous deux en 2008.

Cérémonie d'ouverture des Jeux sud-américains de 2010 à Medellín.
Compétitions sportives durant les IXe Jeux sud-américains en 2010 à Medellín.

Dans le palmarès des Jeux bolivariens, la Colombie se classe deuxième derrière le Venezuela avec 1 015 médailles d'or, 1 042 médailles d'argent et 847 médailles de bronze, soit un total de 2 894 médailles. Dans celui des Jeux panaméricains, la Colombie occupe la huitième place avec 82 médailles d'or, 134 médailles d'argent et 195 médailles de bronze, soit un total de 411 médailles.

Outre les Jeux Olympiques, le pays a joué au niveau international dans les disciplines individuelles telles que le golf avec Camilo Villegas et le Roller de vitesse sur piste et sur route, dans lequel depuis les années 1990 la Colombie a été championne du monde dans diverses compétitions internationales avec des coureurs comme Cecilia Baena y Jorge Andrés Botero (es). Le pays a également excellé dans les compétitions par équipe du même sport. La Colombie a été championne du monde de roller de vitesse (es) 11 fois, détenant le maximum de victoires de cette compétition, tout en étant à la tête du palmarès historique de cette discipline, avec 214 médailles d'or, 138 médailles d'argent et 87 médailles de bronze, soit un total de 439 médailles.

Codes[modifier | modifier le code]

La Colombie a pour codes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Colombia » (voir la liste des auteurs)

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Colombia » (voir la liste des auteurs)

Ouvrages utilisés[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Bruce Michael Bagley, « The Society and Its Environment : Social Class », dans (lire en ligne)

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Contador de Poblacion, (Page consultée le 31 octobre 2014)
  2. (es) Gerhar Sandner, Beate Ratter, Wolf Dietrich Sahr and Karsten Horsx, « Conflictos Territoriales en el Mar Caribe: El conflicto fronterizo en el Golfo de Venezuela », Biblioteca Luis Angel Arango,‎ 1993 (consulté le 5 janvier 2008)
  3. (en) The Geographer Office of the Geographer Bureau of Intelligence and Research, « Brazil-Colombia boundary » [PDF], International Boundary Study,‎ 15 avril 1985 (consulté le 5 janvier 2008)
  4. (en) CIA, « Ecuador », World Fact Book,‎ 13 décembre 2007 (consulté le 5 janvier 2008)
  5. (en) « World Economic Outlook Database », International Monetary Fund,‎ avril 2012
  6. (es) Nicolás del Castillo Mathieu, « La primera vision de las costas Colombianas, Repaso de Historia », Revista Credencial,‎ mars 1992 (consulté le 29 février 2008)
  7. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) CIA world fact book, « Colombia », CIA,‎ 14 mai 2009 (consulté le 24 mai 2009)
  8. Familia y Comunidad – Ritmos de Colombia. Colombiaaprende.edu.co. Retrieved on 14 May 2012.
  9. (en) « Paisajes naturales de Colombia », Telepolis.com (consulté le 16 mai 2010)
  10. Luis Fernando Potes. Megadiversidad. prodiversitas.bioetica.org
  11. (en) « Q&A: Colombia's civil conflict », BBC News,‎ 23 décembre 2009 (lire en ligne)
  12. (en) « Violence, Crime, and Illegal Arms Trafficking in Colombia » [PDF], Office des Nations unies contre la drogue et le crime,‎ novembre 2006
  13. Erradicación de cultivos ilícitos es política de Estado. El Colombiano. Récupérée le 14 mai 2012
  14. Perú pasó a ser el primer productor de cocaína del mundo. Peru 21 (2012-07-26). Consulté le 27 octobre 2012
  15. Perú es primer productor de cocaína, superando a Bolivia y Colombia. La Republica (2012-07-31). Retrieved on 27 October 2012
  16. (es) « Historia política de Colombia », Presidencia de la República de Colombia (consulté le 17 octobre 2011)
  17. (es) « Etimología de Colombia », deChile (consulté le 17 octobre 2011)
  18. (es) Carlos Restrepo Piedrahíta, « El nombre "Colombia" », Revista Credential Historia, no 26,‎ février 1992 (lire en ligne)
  19. (es) Simón Bolívar, « Carta de Jamaica », sur http://www.biblioteca.org.ar/, Biblioteca Virtual Universal,‎ 6 septembre 1815 (consulté le 17 octobre 2011)
  20. (es) Rafael Núñez, « Himno nacional de Colombia », présidence de la République de Colombie (consulté le 17 octobre 2011)
  21. (es) « Constitución política de los Estados Unidos de Colombia de 1863 », Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes,‎ 8 mai 1863 (consulté le 17 octobre 2011)
  22. (es) « Antiguos problemas con Venezuela y Ecuador » (consulté le 17 octobre 2011)
  23. Grand Larousse universel, op. cit.
  24. Maurice Lemoine, Les 100 Portes de l’Amérique latine, L’Atelier, Paris, 1998, p. 109 à 120.
  25. « Poblamiento Colombia », Colombia Info (consulté le 11 mai 2008)
  26. Jon Landaburu, « Clasificación de las lenguas indígenas en Colombia », Centro colombiano de estudios de lenguas aborígenes (consulté le 21 mai 2008)
  27. Nicolás del Castillo Mathieu, « La Primera Visión de las Costas Colombianas », Revista Credencial (consulté le 16 mai 2008)
  28. « Esclavitud y evangelización en los indígenas » (consulté le 9 juillet 2009)
  29. « Influencia de la Ilustración para la independización de Colombia y América Latina en General » (consulté le 8 juillet 2009)
  30. (es) « España reconquista el virreinato » (consulté le 8 juillet 2009)
  31. (es) Biblioteca Pública Piloto, « 7 de agosto de 1819 Batalla de Boyacá » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 16 mai 2008
  32. « COngreso de Cúcuta » (consulté en 8 juillet)
  33. "Simón Bolívar: A Life", par John Lynch, page 206, 2007 [1]
  34. "Jean-Baptiste Boussingault, un grand géologue avorté du XIXe siècle", par Jean BOULAINE, devant le COMITÉ FRANÇAIS D'HISTOIRE DE LA GÉOLOGIE (Séance du 26 février 1986)
  35. (es) « Golpe de estado en 1854 » (consulté le 08 juillet 2009)
  36. « Cuarta guerra civil » (consulté le 08 de julio)
  37. « Guerras civiles de Colombia » (consulté le 08 de julio)
  38. (es) « El conflicto amazónico de 1932-1935, ejemplo de unidad y autoestima », Biblioteca Luis Ángel Arango,‎ 1999 (consulté le 15 décembre 2008)
  39. « El asesinato de Jorge Eliécer Gaitán » (consulté le 09 de julio)
  40. « Colombia en la Guerra de Corea » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 09 de julio
  41. « El Frente Nacional » (consulté le 09 de julio)
  42. « Fin del Frente Nacional » (consulté le 09 de julio)
  43. « El narcotráfico constituye uno de los problemas más grandes en Colombia » (consulté le 09 de julio)
  44. « Fracaso del Plan Colombia » (consulté le 09 de julio)
  45. (es) « Más muertes y abusos », Amnistía Internacional 28.10.2008,‎ 2008 (consulté le 2 décembre 2008)
  46. (es) « Acciones orientadas a proteger y asistir a las víctimas del conflicto armado », CICR 27.03.2008,‎ 2005 (consulté le 2 décembre 2008)
  47. (es) « En Colombia no tantos marcharon », BBC 30.11.2008,‎ 2008 (consulté le 2 décembre 2008)
  48. « Distribución territorial de Colombia »,‎ 2009 (consulté le 09 de julio)
  49. « Organización departamental »,‎ 2009 (consulté le 09 de julio)
  50. (es) « Artículos 299, 300, 301 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 10-05-2008
  51. Constitución Política de Colombia. Artículo 356. Adicionado por el artículo 2º del acto legislativo número 1 de agosto 18 de 1993.
  52. a et b (es) « Estado, Derecho y Territorio » (consulté le 22-07-2008)
  53. (es) « Territorios Indígenas, Normatividad Constitucional » (consulté le 22-07-2008)
  54. Human Development Report: Military Personnel, 2007/2008. Hdrstats.undp.org (2010-11-04). Retrieved on 8 October 2012.
  55. Human Development Report: Military Expenditure, 2007/2008. Hdrstats.undp.org (2010-11-04). Retrieved on 8 October 2012.
  56. a et b (es) « Misiones Diplomáticas » (consulté le 30-05-2008)
  57. (es) decreto 1967 de 1991, sur www.alcaldiabogota.gov.co
  58. Universidad Distrital Francisco José de Caldas, « Símbolos patrios : la bandera nacional » (consulté le 6 février 2013)
  59. (es) Eduardo Estrada Guzmán, La Bandera del Iris 1801 - 2007, La Bandera Tricolor y el Escudo de la República del Ecuador, 1830 - 2007,‎ 2007, 184 p. (ISBN 9789978459089, lire en ligne)
  60. (es) Presidencia de la República de Colombia, « La bandera colombiana »,‎ 14 mars 2007 (consulté le 6 février 2013)
  61. (es) Grupo Editorial Planeta, Colombia: Consultor temático, vol. 2,‎ 1992, p. 266
  62. a, b et c (es) « Poésie patriotique du XIXe », Revista Credencial Historia, édition 2510,‎ novembre 2010 (consulté le 6 février 2013)
  63. (es) « Hymne national de la République de Colombie », Paisajes colombianos y su folclor (consulté le 22 février 2011)
  64. (es) « Histoire de l'Hymne national de la Colombie », Toda Colombia (consulté le 6 février 2013)
  65. (es) « Loi 33 de 1920 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Congrès de Colombie. Consulté le 21 février 2011
  66. (es) Revista Credential Historia no 139, juillet 2001
  67. article «Bogotá» sur larousse.fr
  68. (es) climatologie de Barranquilla
  69. http://www.biodiversityhotspots.org/xp/hotspots/tumbes_choco/Pages/default.aspx
  70. http://www.biodiversityhotspots.org/xp/hotspots/andes/Pages/default.aspx
  71. http://www.actualites-news-environnement.com/19543-nouvelles-especes-amphibiens.html
  72. (es) « Geomorfología: Provincias hidrogeológicas de Colombia »,‎ 2008
  73. (es) « Principales ríos de Colombia »,‎ 2008
  74. (es) « Características de los espacios oceánicos y zonas costeras » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 18 de mayo
  75. (es) « El Gobierno invertirá en la construcción de más dobles calzadas », El Pais (consulté le 30 janvier 2013)
  76. En servicio el túnel de Occidente, el más largo del país
  77. a et b (en) Bibliothèque du Congrès, Federal Research Division (en), « Colombia country profile »,‎ février 2007 [PDF].
  78. (en) Caracol Radio, « En dos semanas comenzarán obras de la nueva torre de control del aeropuerto El Dorado », Caracol Radio,‎ 21 enero 2013
  79. Movimento Operacional Acumulado da REDE INFRAERO (Janeiro até Dezembro de 2008). Infraero.gov.br
  80. (en) Rathbone, Jhn Paul and Mapstone, Naomi, « China in talks over Panama Canal rival », Financial Times,‎ 13 février 2011
  81. (es) « POLITICA DEL GOBIERNO NACIONAL EN LOS SISTEMAS DE TRANSPORTE MASIVO », Viceministerio de Transporte
  82. a et b (en) « Banco de la República, Economic and Financial Data for Colombia », Banrep.gov.co
  83. (en) FMI, « World Economic Outlook Database, October 2012 »
  84. (en) « Income share held by highest 20% », World Bank (consulté le 12 mai 2012)
  85. (en) « Income share held by lowest 20% », World Bank (consulté le 12 mai 2012)
  86. (en) « Poverty headcount ratio at $2 a day (PPP) (% of population) », World Bank (consulté le 12 mai 2012)
  87. a, b, c, d et e (en) « Human Development Report for Colombia », Hdrstats.undp.org (consulté le 12 mai 2012)
  88. International Trade Centre: Colombia Exports. intracen.org
  89. (en) « International Colored Gemstone Association: Emerald », Gemstone.org,‎ 28 septembre 2001 (consulté le 16 mai 2010)
  90. America's Flower Basket: Colombian Flowers and the American Marketplace. florverde.org
  91. (en) « Zonas Francas »
  92. (en) « Heritage Foundation, Index of Economic Freedom », Heritage.org (consulté le 16 mai 2010)
  93. (en) « Rainforest Rescue Protest Action: Rainforest destruction imported duty-free » (consulté le 5 décembre 2012)
  94. (en) EU-Andean Trade Sustainability Impact Assessment. Final Report, October 2009,‎ 2009 (lire en ligne)
  95. BusinessWeek, Colombia, The Most Extreme Emerging Market on Earth 28 May 2007
  96. The Economist, Colombia's resilient economy, 17 October 2009
  97. (en) « BOST project », UNCO United Refineries (consulté le 8 juin 2008)
  98. (en) Marián Hens, « BBC News, A new hot-spot for the tourism industry », BBC News,‎ 7 décembre 2007
  99. (en) Christian Science Monitor, « Hot Destination: Colombia »,‎ 9 mai 2006
  100. (en) World Tourism Organization (UNWTO), « UNWTO Tourism Highlights 2010 Edition »
  101. (es) Elespectador.com, « Bogotá ocupa sexto puesto en América Latina en 'ranking' de turismo », Elespectador.Com,‎ 11 mai 2011
  102. a et b (en) CIA world fact book, « Colombia », CIA,‎ 9 janvier 2012 (consulté le 7 février 2013)
  103. (en) Colombia – Population. Library of Congress Country Studies
  104. (en) « Colombia: A Country Study », Countrystudies.us (consulté le 16 mai 2010)
  105. (en) « Colombia has most displaced in world: UN », Colombia Reports,‎ 9 novembre 2010
  106. (en) Number of internally displaced people remains stable at 26 million. Source: United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR). 4 May 2009.
  107. (en) Francisco Moreno Fernandez et Jaime Otero Roth Instituto Complutense de Estudios Internacionales-Fundacion Telefonica, « Demografia de la lengua española » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), "Francisco Moreno Fernandez y Jaime Otero Roth" ICEI-Fundacion Telefonica, mars 2006. Consulté le 7 février 2013
  108. (en) El Espectador, « Colombia: 1.672.000 analfabetas », El Espectador,‎ 9 septembre 2011 (consulté le 5 février 2013)
  109. (en) Unidad de Estadísticas de la UNESCO, « Gasto en educación como porcentaje del PIB »,‎ 2007 (consulté le 5 février 2013)
  110. (es) « 2011 Departamento Administrativo Nacional de Estadística — Proyecciones de población », Departamento Administrativo Nacional de Estadística,‎ 31 décembre 2011
  111. Bushnell & Hudson, p. 86–87.
  112. (en) « The Languages of Colombia », Ethnologue.com (consulté le 16 mai 2010)
  113. Bushnell & Hudson, p. 87-88.
  114. (es) EPM, « La etnia Wayuu » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Empresas Publicas de Medellín, 2005. Consulté le 29 février 2008
  115. (en) « Los Resguardos Indígenas », Etniasdecolombia.org (consulté le 14 mai 2011)
  116. (es) EPM, « La etnia Wayuu » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Empresas Publicas de Medellín, 2005. Consulté le 29 février 2008
  117. (es) « Los Pueblos Indigena de Colombia en el Umbral del Nuevo Milenio: La Vida y Organizacion Social Indigena » (consulté le 03-07-2008)
  118. (es) « Turismo de salud en Colombia: Preparándose para ser de clase mundial », Colombia Tavel (consulté le 31 janvier 2013)
  119. (es) « Cali, destino mundial para turismo de salud y cirugías estéticas », El Tiempo (consulté le 31 janvier 2013)
  120. Artículo 67, Constitución Política de Colombia
  121. Organización de Estados Iberoamericanos: Sistemas Educativos Nacionales, Colombia, OEI.es
  122. (en) « Ministerio de Educación de Colombia, Estructura del sistema educativo » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 16 mai 2010
  123. a, b et c (en) « UNESCO Institute for Statistics Colombia Profile » (consulté le 16 mai 2010)
  124. (en) « US Department of State Background Note: Colombia », State.gov,‎ 24 février 2010 (consulté le 16 mai 2010)
  125. « Idiomas en Colombia » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  126. (es) « Constitución de 1886 » (consulté le 25-05-2008)
  127. Primer Congreso Mundial de Ateos
  128. « De qué se compone la cultura colombiana »,‎ 2009 (consulté le 10 de julio)
  129. « Cultura de Colombia »,‎ 2009 (consulté le 10 de julio)
  130. Fohr, D. Mythes et réalités de l'Amérique Latine a travers le dépliant publicitaire touristique. Thèse de 3e cycle, Université de Paris III, 1981.
  131. Bouroon, J. "Les étrangers au primetime ou, la télévision est-elle xénophobe? Télévision d'Europe et Immigration. INA et Association Dialogue entre cultures, 1993
  132. (es) Philip Kotler et Matthew G. Whitehouse, Marketing internacional de lugares y destinos: Estrategias para la atracción de clientes y negocios en Latinoamérica, Pearson Educación,‎ 2007 (ISBN 978-970-26-0852-3, présentation en ligne, lire en ligne)
  133. AC Zentella. "'José, can you see?': Latino Responses to Racist Discourse.". Retrieved 4 July 2007.
  134. (es) Rodriguez, P. Estereotipos denacionalidad en estudiantes colombianos y venezolanos. Boletín de la VEPSO, XV(1–3): 65–74,1992
  135. (en) Henri Tajfel, Social Identity and Intergroup Relations, Cambridge University Press,‎ 24 juin 2010, 546 p. (ISBN 978-0-521-15365-2, lire en ligne), p. 207–
  136. Tiempoviajes.com « http://www.tiempoviajes.com/noticias/val/354/con-el-corazon-colombia-cambia-su-imagen.html Tiempoviajes.com » (Tiempoviajes.com ArchiveTiempoviajes.com WikiwixTiempoviajes.com Archive.isTiempoviajes.com GoogleQue faire ?)
  137. (en) Simon Jenkins, « Passion alone won't rescue Colombia from its narco-economy stigma », The Guardian, London,‎ 2 février 2007 (lire en ligne)
  138. (es) Arturo Agüero Chaves, « CRONOLOGÍA DE LA ACADEMIA COSTARRICENSE DE LA LENGUA » (consulté le 29-06-2008)
  139. (es) « Piedra y Cielo a contraluz », Biblioteca Luis Ángel Arango,‎ 2005 (consulté le 9 décembre 2008)
  140. (es) « Boletín Cultural y Bibliográfico, Número 33 », Biblioteca Luis Ángel Arango,‎ 1993 (consulté le 9 décembre 2008)
  141. (es) « Castro Caycedo dio cátedra de periodismo », Universia Colombia,‎ 2006 (consulté le 9 décembre 2008)
  142. (es) « Permanentes » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Musée d'Antioquia. Consulté le 29 juin 2008
  143. (es) « PRIMER SALÓN NACIONAL DE ARTISTAS », ColombiaLink.com (consulté le 29 juin 2008)
  144. (en) « Leo Matiz biography » (consulté le 29 juin 2008)
  145. (es) « Política de Artes », Ministerio de Cultura
  146. (es) « Quiénes Somos », Sociedad de Autores y Compositores de Colombia (consulté le 16 juin 2008)
  147. (es) « Himno nacional de Colombia », Presidencia de la República (consulté le 18 janvier 2011)
  148. (es) « Historia del Festival » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), FESTIVAL IBEROAMERICANO DE TEATRO DE BOGOTÁ. Consulté le 29 juin 2008
  149. (es) « Historia reciente del teatro »
  150. (es) « Planeta compra El Tiempo de Colombia; Prisa, Radio Chile », La Jornada 02.08.2007,‎ 2007
  151. (es) Portafolio.co, « Colombia, el país con más usuarios de televisión pagada »
  152. (es) Vicente Stamato, « Dias de Radio », Revista Credencial Historia, Bibliothèque Luis Angel Arango, no 186,‎ juin 2005 (lire en ligne)
  153. (es) « Información Institucional » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Coldeportes
  154. (es) « Centro de Enseñanza » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Coldeportes
  155. (es) « LEY 613 DE 2000 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Congreso de Colombia
  156. (es) « Historia », Federación Colombiana de Fútbol
  157. (en) « The Pugil List - Top Ten Colombian Fighters of All-Time » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Maxboxing 26.06.2006, 2006
  158. (es) « El 42% de las medallas olímpicas de Colombia son de Londres-2012 », El Tiempo
  159. (es) « María Isabel Urrutia Ocoró », Comité olympique colombien
  160. (es) « Helmut Bellingrodt Wolf », Comité olympique colombien

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Denis Rolland et Enrique Uribe Carreño (dir.), La Colombie aujourd'hui, coll. Horizons Amériques latines, L'Harmattan (ISBN 978-2-296-03085-5)
  • 1999 : Gustavo A. Mellander et Nelly Maldonado Mellander, Charles Edward Magoon: The Panama Years. Río Piedras, Puerto Rico, Editorial Plaza Mayor (ISBN 1-56328-155-4), OCLC 42970390
  • 1993 : (en) David Bushnell, The Making of Modern Colombia: A Nation in Spite of Itself, University of California Press (ISBN 9780520082892)
  • 1971 : Gustavo A. Mellander, The United States in Panamanian Politics: The Intriguing Formative Years, Daville (Illinois), Interstate Publishers, OCLC 138568

Liens externes[modifier | modifier le code]