Basse-Navarre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Navarre.
Carte de la Basse-Navarre.

La Basse-Navarre est une des sept provinces historiques du Pays basque. Partie la plus septentrionale de l'ancien royaume de Navarre jusqu'à la Renaissance, elle s'en sépare de fait au début du XVIe siècle après que l'Espagne a pris le contrôle de l'essentiel du Royaume. De 1620 à la Révolution française, elle est « unie » à la France mais conserve l'appellation flatteuse de « Royaume de Navarre ». Depuis 1790, elle constitue une petite partie du département qui s'appelle aujourd'hui les Pyrénées-Atlantiques.

Nom et gentilés[modifier | modifier le code]

Paysage de Basse-Navarre, environs de Saint-Étienne-de-Baïgorry

La Basse-Navarre n'est appelée ainsi que depuis le XVIe siècle, après sa séparation du reste de la Navarre[1].

Le territoire fut également appelé d' ultrapuertos (en espagnol, « d'outre-port » soit « par delà la montagne ») pour la distinguer des cinq autres districts (ou merindades) sud-navarrais. Un certain nombre de livres historiques postérieurs à 1620 font même mention de "merindad de Ultrapuertos" pour la Basse-Navarre même si, dans les faits, le territoire ne devait pas posséder ce titre de "merindad".

Noms[modifier | modifier le code]

L'Académie de la langue basque admet deux noms en basque : Nafarroa Beherea (-a) et Baxenabarre[2].

En langue espagnole, on dit généralement Baja Navarra. On trouve également dans des livres d'histoire la notion de Navarre la Baja.

Gentilés[modifier | modifier le code]

Le gentilé français est bas-navarrais.

En basque, l'Académie recommande les formes iparraldeko nafar, Nafarroa Lurraldea Behereko ainsi que baxenabartar. En Soule, tant en basque qu'en français, les Bas-Navarrais sont dénommés de manière familière manex (manex signifiant Jean en bas-navarrais).

Géographie[modifier | modifier le code]

La Basse-Navarre est limitée à l'est par la Soule, au sud et à l'ouest par l'Espagne (Communauté forale de Navarre : vallées d'Aezcoa, de Roncevaux et du Baztan) et au nord-ouest par la province du Labourd.

Le relief de la Basse-Navarre peut être divisée en deux secteurs : le secteur nord regroupant les pays de Mixe, d'Arberoue et le duché de Gramont est composé de coteaux et de collines semblables à celles du Labourd. Le pays d'Ostabarret assure la transition vers la zone sud composée des Pyrénées basques regroupant le pays de Cize et les vallées de Baïgorry et d'Ossès.

Les bourgades les plus peuplées sont aujourd'hui Saint-Palais (1 900 habitants), Saint-Étienne-de-Baïgorry (1 650 habitants), Saint-Jean-Pied-de-Port (1 500 habitants) et Bidache (1 200 habitants).

Division territoriale selon l'Académie de la langue basque[modifier | modifier le code]

Depuis 1999, l'Académie de la langue basque ou Euskalzaindia divise le territoire de la Basse-Navarre[3],[4] selon les recommandations du comité de sa commission d'onomastique[5].

Division territoriale selon Euskaltzaindia

La Basse-Navarre est divisée en six zones:

Histoire[modifier | modifier le code]

Drapeau Basse-Navarre

La Basse-Navarre était la partie la plus septentrionale du royaume de Navarre, dont les terres principales étaient au sud des Pyrénées et dont Pampelune était la ville principale. La châtellenie de Saint-Jean-Pied-de-Port en était le centre[6]. C'est la seule province du royaume de Navarre que l'Espagne de Ferdinand II d'Aragon n'annexa pas définitivement en 1515. Bien que les troupes de Charles Quint aient pris possession de l'ensemble des terres détenues par le roi de Navarre, un repli stratégique s'opéra pour ne pas trop s'exposer.

La Basse-Navarre resta un royaume indépendant sous la dynastie des Albret qui était également seigneur de Béarn. Quatre générations après l'invasion de la Haute Navarre par les Espagnols, Henri III de Navarre monta sur le trône, puis devint roi de France Henri IV. En octobre 1620, Louis XIII prononça l'union de la Basse-Navarre, du Béarn, du Donezan et de ses droits de co-prince d'Andorre au royaume de France.

Ceci explique qu'en 1789, la Basse-Navarre refusa de députer aux États Généraux du royaume de France, et se contenta d'envoyer des députés à Louis, roi de Navarre. D'ailleurs, la double couronne se conserva jusqu'en 1790, le roi étant désigné « roi de France et de Navarre ». Ce titre est à l'origine de l'expression « de France et de Navarre ».

Découpages historiques[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la refonte complète du système institutionnel intervenue à la Révolution française, la Basse-Navarre est une fédération de sept pays ou vallées, aussi appelées « Universités », disposant chacune d'une institution délibérative et judiciaire particulière dite Cour Générale[7].

Au centre de la province, les trois paroisses d'Iholdy, Irissarry et Armendarits sont dans une situation particulière : elles n'appartiennent à aucune des sept vallées et aucune Cour Générale n'y siège ; chacune dispose d'une assemblée paroissiale et les trois assemblées ne se réunissent conjointement que pour la gestion des terres indivises appartenant en commun aux trois villages[9].

Aux sept vallées s'ajoutent cinq « villes », sans lien avec les pays qui les entourent[10] et qui disposent chacune d'une cour de jurats :

Quelques paroisses, selon Eugène Goyneneche, restent « jusqu'à la fin de l'Ancien Régime en dehors de la vie politique et administrative du pays ». Ce sont des terres seigneuriales sur lesquelles un baron a haute, moyenne et basse justice[11], à savoir :

Enfin tout au nord les terres de Gramont, en basque Agramonde sont dans une situation spécifique ; on peut y distinguer :

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

L'usage du basque est toujours largement répandu. En 2001, la proportion de bilingues bascophones/francophones était de 61 %[réf. souhaitée] pour l'ensemble Basse-Navarre/Soule.

Historiquement, la forme dialectale est le bas-navarrais (occidental et oriental).

Une des écrivants basse-navarrais contemporain est Itxaro Borda.

Dans certains villages des terres de Gramont, l'occitan gascon était également utilisé, majoritairement dans certains[réf. souhaitée].

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason de la Navarre

De gueules aux chaines d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel.

Pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

La Basse-Navarre voit converger plusieurs itinéraires historiques et contemporains du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

En effet, la Via Turonensis venant de Tours et Paris, la Via Lemovicensis venant de Limoges et Vézelay, la Via Podiensis venant de Cahors et du Puy-en-Velay, ainsi qu'une branche de la via Tolosane venant de Toulouse et Arles, se rejoignent en amont d'Ostabat, au lieu-dit Gibraltar, après être entrés dans la province respectivement par Arancou, Sauveterre-de-Béarn, Saint-Palais ou anciennement par Garris et L'Hôpital-Saint-Blaise.

L'itinéraire continue ensuite par le Camino navarro jusqu'en Espagne où il devient ensuite le Camino francés

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Baptiste Orpustan, Nouvelle toponymie basque: Noms des pays, vallées, communes et hameaux historiques de Labourd, Basse-Navarre et Soule, Presses Univ de Bordeaux,‎ 2006 (ISBN 9782867813962), p. 58
  2. Euskaltzaindia - Académie de la langue basque
  3. Nafarroa Beherea: Toponymes (noms de lieux) sur le site de l'Académie de la langue basque.
  4. (eu) Euskal Herriko udalerrien zerrenda alfabetikoa (Liste alphabétique des communes du Pays basque)
  5. (eu) Onomastika batzordea. En 2012, des personnalités telles Txomin Peillen, Jean-Louis Davant, Jean-Baptiste Orpustan ou Bernadette Soulé y siègent
  6. Gérard Folio. La citadelle et la place de Saint-Jean-Pied-de-Port, de la Renaissance à l’Époque Contemporaine, in Cahier du Centre d’études d’histoire de la défense no 25 Histoire de la fortification, 2005 ISBN 2-11-094732-2, En ligne [1], consulté le 3 mars 2007
  7. Pour l'ensemble de la section et sauf notes plus spécifiques, voir Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque II : Évolution politique et institutionnelle du XVIe au XVIIIe siècle, t. 2, Donostia / Bayonne, Elkarlanean,‎ 1999, 357 p. (ISBN 848331505X et 9788483315057, OCLC 313744223), p. 164 à 166. Anne Zink, dans Pays ou circonscriptions. Les collectivités territoriales de la France du Sud-Ouest sous l'Ancien Régime, Publications de la Sorbonne,‎ 2000 (ISBN 2859443894), p. 64 utilise l'expression « forme fédérative » pour décrire cette structuration du territoire.
  8. Une autre énumération des sept vallées de Basse-Navarre, figurant dans Eugène Goyheneche, Le Pays basque, Société nouvelle d'éditions régionales et de diffusion, Pau, 1979, p. 141-145, n'inclut pas Lantabat dans leur liste ni ne mentionne de Cour Générale pour ce pays ; pour cet auteur, c'est le secteur d'Iholdy, Irissarry et Armendarits qui constitue la septième vallée.
  9. Eugène Goyheneche, op. cit., p. 141-145
  10. Eugène Goyheneche, op. cit., p. 139
  11. Eugène Goyheneche, op. cit., p. 139 et 143

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]