Frontignan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frontignan (homonymie).
Frontignan
Vue depuis le clocher
Vue depuis le clocher
Blason de Frontignan
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Canton Frontignan
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bassin de Thau
Maire
Mandat
Pierre Bouldoire (PS)
2014-2020
Code postal 34110
Code commune 34108
Démographie
Gentilé Frontignanais
Population
municipale
22 719 hab. (2011)
Densité 716 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 26′ 54″ N 3° 45′ 22″ E / 43.4483333333, 3.75611111111 ()43° 26′ 54″ Nord 3° 45′ 22″ Est / 43.4483333333, 3.75611111111 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 223 m
Superficie 31,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative d'Hérault
City locator 14.svg
Frontignan

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique d'Hérault
City locator 14.svg
Frontignan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Frontignan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Frontignan

Frontignan (occitan : Frontinhan) est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon. Chef-lieu de canton, elle est la sixième ville du département en termes de population, après Montpellier, Béziers, Sète, Lunel et Agde. Depuis le 31 décembre 2002, elle fait partie de la Communauté d'agglomération du Bassin de Thau. La ville appartient à l'Unité urbaine de Sète.

Le quartier excentré de la Peyrade, revendique son indépendance de la ville de Frontignan, et les habitants de ce quartier, tiennent à s'appeler LAPEYRADOIS. Pour autant, La Peyrade n'a jamais été une commune autonome, même si elle posséda jusqu'en 1988 un collège électoral séparé de Frontignan. La Peyrade, tout en étant effectivement le quartier situé le plus près de Sète, est encore aujourd'hui considéré par certains de ses habitants comme une entité qui ne partage avec Frontignan que la structure communale.

Ses habitants sont appelés les Frontignanais. Ils renomment souvent, dans le folklore local, leur ville « Frontipèche », en hommage au passé de nombreux de ses habitants. Leur surnom est les « Ventres-Bleus ».

Frontignan tire son nom du consul romain Sextus Julius Frontinus, dit « Frontin », qui venait régulièrement y séjourner. La ville est célèbre pour son muscat. La légende raconte que, lors de son passage à Frontignan, Hercule torsada la bouteille afin de la finir jusqu'à sa dernière goutte, d'où sa forme si particulière.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte
Vue depuis la Montagne de la Gardiole

La ville se situe dans la plaine littorale du Languedoc-Roussillon à 7 km au nord-est de la ville de Sète, sur la route qui conduit à Montpellier21 km).

Le territoire communal est limitrophe de Gigean au nord, Vic-la-Gardiole au nord-est, Villeneuve-lès-Maguelone sur un morceau de plage à l'est, Sète au sud-ouest, Balaruc-les-Bains et Balaruc-le-Vieux à l'ouest. Au sud-est la commune est baignée par la mer Méditerranée et elle est bordée à l'ouest par l'étang de Thau.

Château de Six Terres (demeure viticole, 1880)

La ville originelle se trouve dans une plaine viticole, encadrée par :

Frontignan est une ville maritime :

  • Côté mer Méditerranée : 3 ports de mer : 1 port de plaisance, 1 port de pêche « petits métiers » et un port mytiliculture avec ses mas.
  • Côté étang d'Ingril : 3 ports lagunaires qui sont le Ponet pêcheurs sur l'étang « Caramus », halte Fluviale de plaisance sur le canal du Rhône à Sète et port populaire quartier de la Peyrade.
  • Côté étang de Thau : vestiges d'un ancien port de commerce « transport divers » (aujourd'hui cette zone industrielle a disparu).
Quartier Les Crozes depuis Les Salins.

Climat[modifier | modifier le code]

Températures et précipitations

La moyenne des températures les plus basses de l'ensemble de l'année 2007 est de 10,3 °C. La moyenne des températures les plus élevées de cette même année 2007 est de 19,7 °C. Les quatre mois de juin, juillet, août et septembre, toujours de l'année 2007 donnent une moyenne de 28,5 °C. En été des pics réguliers à plus de 30 °C ne sont pas exceptionnels.

Mois J F M A M J J A S O N D Année
Températures moyennes (année 2007) °C

Source : Météo msn

7 8,5 11 13 17 21 24 23,5 20 16 11 8 15
Précipitations (hauteur moyenne en mm, période 1971-2000) -
Source: Météo France
41,2 27,9 20 43,9 28,6 21,4 12 26,2 52,5 64,7 50,9 50,5 439,8

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Routes

La ville est desservie par la route D612 (ancienne route nationale 112), la route départementale D600 (ancienne route nationale 300) qui relie Sète, et donc la commune de Frontignan, à l'autoroute A9 ainsi que la route départementale D129 qui relie Frontignan à Balaruc-les-Bains.

Transport routier

La commune dispose de lignes régulières de bus.

Transport ferroviaire

La ligne de chemin de fer Tarascon-Sète traverse le territoire et possède une gare TER SNCF de Frontignan située dans le quartier du "cœur de ville" proche du canal du Rhône à Sète.

Voies navigables

La ville de Frontignan se trouve au croisement de deux canaux

Pistes cyclables
  • Une piste relie le centre ville aux plages.
  • Une autre piste relie le quartier de La Peyrade à Sète.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Frontignan

Les armes de Frontignan se blasonnent ainsi : de gueules à une tour d'argent, maçonnée de sable, donjonnée de trois tourelles aussi d'argent[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Église Saint-Paul
Mairie
  • XIe siècle : premiers édifices : l'église et sa tour de guet. Frontignan dépendait du diocèse de Maguelone.
  • 1204 : à la suite du mariage de Marie de Montpellier, Frontignan est rattachée à la maison de Barcelone.
  • 1349 : la ville revient à la couronne de France.
  • 1361 : Frontignan est prise par des routiers et partiellement détruite.
  • 1362 : la ville est fortifiée : construction des remparts.
  • 1560 : Frontignan est attaquée et pillée par les protestants
  • 1562 : L'artisan M. Chauvin a été récompensé pour sa bravoure.
  • 1567 : après l'assaut de la cathédrale de Montpellier par les protestants, les chanoines de la cathédrale se réfugient à Frontignan.
  • 1629 : le cardinal de Richelieu assiste au premier tournoi de joutes nautiques tenues à Frontignan.
  • 16 juin 1642 : le roi Louis XIII et Richelieu se retrouvent à Frontignan.
  • 1679 : le philosophe anglais John Locke séjourne à Frontignan et fait l'éloge du muscat blanc qu'il appelle « Frontiniac »[2].
  • 1787 : Thomas Jefferson, futur président des États-Unis, séjourne à Frontignan et commande 250 bouteilles de muscat[3].

Lors de la Révolution française, les citoyens de la commune se réunissent au sein de la société révolutionnaire, baptisée « société populaire des sans-culottes » en l’an II[4].

  • 1839 : ouverture de la ligne de chemin de fer de Montpellier à Cette, passant par Frontignan.  Les voies seront électrifiées en 1947.
  • 25 juin 1944 : bombardement de la raffinerie de pétrole, de la gare et d'une partie du centre-ville de Frontignan par la 15th USAAF, faisant 39 morts[5].
  • 28 février 1960 : Charles de Gaule fait une halte à Frontignan.
  • 25 juin 1985 : François Mitterrand inaugure la Z.I.Portuaire et lance le premier maillon "le tunnel de congélation.

SAINT PAUL saint patron de la ville de Frontignan, elle lui rend hommage chaque année pour la Fête de la Mer fin juillet.

La statue équestre de Louis XIV "dit le Roi Soleil".

Cette statue est l'oeuvre des sculpteurs parisiens Hurtelle et Mazeline elle est destinée à la ville de Montpellier.La statue est acheminée par les canaux après des péripéties à Frontignan" dans le canal des étangs" dû à la sécheresse, l'eau est basse, on doit creuser le canal pour rejoindre le Lez. L'inauguration de la statue sur la promenade Royale du Peyrou a eu lieu en 1718.(la statue actuelle du Pérou est une nouvelle statue)

Voir aussi :

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune de Frontignan a été récompensée par le label « Ville Internet @ »[6].

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
22 août 1944 19 mai 1945 Élysée Galabert SFIO  
20 mai 1945 9 mai 1953 Georges Aillaud PCF  
10 mai 1953 27 mars 1965 Philippe Chappotin Union de la gauche  
27 mars 1965 31 mars 1970 Hubert Brives    
27 avril 1970 18 mars 1971 Michel Roger    
19 mars 1971 19 mars 1989 Philippe Chappotin[7] Union de la gauche  
20 mars 1989 8 mai 1990 Christian Combettes[7]    
17 mai 1990 23 juin 1995 Dominique Ruggiero    
23 juin 1995 en cours Pierre Bouldoire PS  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 22 719 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 100 1 416 1 398 1 491 1 877 1 844 1 966 1 926 2 129
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 077 2 574 3 000 3 225 3 537 3 164 3 326 3 603 3 902
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 470 4 668 5 174 5 283 5 483 5 859 6 243 6 096 6 998
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
8 309 11 141 12 238 14 951 16 245 19 145 22 410 22 719 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges en 1999.
Hommes Classe d’âge Femmes
95 ou plus
53 
990 
75 à 94
1 575 
2 678 
60 à 74
2 839 
3 793 
45 à 59
3 905 
4 585 
30 à 44
4 575 
3 869 
15 à 29
3 490 
3 578 
0 à 14
3 527 

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité principale est le tourisme estival avec la station balnéaire de Frontignan-Plage, sur le golfe du Lion (mer Méditerranée).

Plusieurs zones aménagées accueillent des industries et des entreprises artisanales, dont une partie ont leur activité liées au port de Sète. La raffinerie de pétrole créée en 1900 par la Compagnie industrielle de pétrole (CIP) est devenu un simple dépôt de carburant en 1986[10].

Principales entreprises et leur chiffre d'affaires annuel :

  • Distrisud S.A. : 93 M€
  • Indubois S.A.S. : 36 M€
  • Hexis S.A. : 29 M€
  • Barba S.A.S. : 20 M€
  • Frontignan Coopérative S.C.A. : 11 M€
  • Mobil Concepts s.à.r.l. : 5 M€

Viticulture[modifier | modifier le code]

La viticulture a jusqu'en 2001 subi le mitage par les lotissements. La commune est le lieu de production du vin AOC Muscat de Frontignan. Trois autres vins IGP (anciennement "vin de pays") peuvent y être produits: Pays d'Hérault, Pays d'Oc et Sable-de-camargue[11]. En 1910 constitution de la cave coopérative de Muscat de Frontignan.

En 1925 création de la cave coopérative La Gardiole de production de vins rouges et blancs de Frontignan, l'activité vin rouge a arrêté.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Paul - portail et mur de l'église romane primitive
La plage à Frontignan-Plage.
Article détaillé : Église Saint-Paul de Frontignan.
  • Le monument aux Morts, sur la place Jean-Jaurès et celui de la mairie annexe quartier de la Peyrade, hommage aux victimes des Première et Seconde Guerres mondiales.
  • La stèle place du 25 juin 1944 aux victimes du bombardement de ville.
  • Cimetière: la ville dispose de 3 cimetières. Le cimetière Vieux en centre-ville avenue des Carrières, le cimetière des Terres Blanches route de Balaruc et celui du Félibre quartier de la Peyrade.
  • Le pont de la Peyrade (XVIIe siècle) dont il demeure des vestiges (une partie de l’édifice a malheureusement été détruit).
  • La Maison Poulalion
  • Port de plaisance
  • Plages. (Aresquiers, Tahiti, Grau, Port, Mouettes et l'Entrée)
  • Les Archives municipales
  • Capitelles (en occitan capitèla), cabane construite en pierre sèche dans la Gardiole frontignanaise. Zone de Concentration des capitelles, croix de Rabassou. Pour se rendre sur le site des capitelles prendre le chemin de la Carrièrasse.
  • Four à chaux (type gallo-romains). C'est un four de forme cylindrique en pierre calcaire destiné à transformer le calcaire en chaux. On peut en découvrir un seul dans la Gardiole sur la commune. Pour se rendre sur le site prendre la rue Maurice Clavel.
  • La Tour de la Glacière. Elle servait à stocker la nourriture des habitants et elle faisait partie des remparts qui ceinturaient Frontignan.
  • La Redoute des Aresquiers, tour signal de surveillance de la côte méditerranéenne. Les Anglais la feront sauter en 1812. Actuellement comme seul vestige, il reste un pan de mur et les fondations visibles (2012) sur site du quartier des pêcheurs.

Culture[modifier | modifier le code]

  • Musée municipal (installé dans la chapelle des Pénitents).
  • Le Festival international du roman noir, manifestation culturelle annuelle fondée en 1998.
  • Théâtre Municipal construit par l'architecte Louis Carlier en 1930, démolition en 1964 pour être remplacé par une Maison des Jeunes et de la Culture (M.J.C.) structure associative.Une nouvelle municipalité décide de remplacer la MJC par la création du Centre Culturel François Villon avec extension des bâtiments.
  • Le Festival du muscat (en juillet)
  • Fête de la mer au mois de juillet (défilé traditionnel de la statue de saint Paul sur une barque de l'église Saint Paul au plan du Bassin. Puis la statue de Saint Paul traverse l'étang d'Ingril jusqu'au port de Frontignan-Plage puis a lieu une célébration en mer en hommage aux marins disparus).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune inclut dix ZNIEFF :

  • La ZNIEFF du complexe paludo-laguno-dunaire de Bagnas et de Thau, 9 072 ha de prairies humides méditerranéennes à grandes herbes (habitat déterminant) répartis entre 10 communes[14],[15].
  • La ZNIEFF du complexe paludo-laguno-dunaire des étangs montpelliérains, 14 344 ha de cladiaies riveraines (habitat déterminant) répartis entre 10 communes[16],[17].
  • La ZNIEFF de l'étang de Thau, 6 790 ha de terrains en friche et terrains vagues (habitat déterminant) répartis entre 8 communes[18],[19].
  • La ZNIEFF de l'étang d'Ingril-sud, 259 ha de terrains en friche et terrains vagues (habitat déterminant) sur la commune[20].
  • La ZNIEFF des garrigues de la Gardiole , 450 ha de terrains en friche et terrains vagues (habitat déterminant) partagés entre les communes de Fabrègues, Frontignan, Gigean et Vic-la-Gardiole[21].
  • La ZNIEFF des îlots de l'étang d'Ingril, 192 ha de terrains en friche et terrains vagues (habitat déterminant) partagés entre Frontignan et Vic-la-Gardiole[22].
  • La ZNIEFF du lido et étang de Pierre-Blanche, 578 ha de dunes grises (habitat déterminant) partagés entre Frontignan, Vic-la-Gardiole et Villeneuve-lès-Maguelone[23].
  • La ZNIEFF du marais de la Grande Maïre et prés des Aresquiés, 142 ha de steppes à Lavande de mer catalano-provençales (habitat déterminant) partagés entre Frontignan et Vic-la-Gardiole[24].
  • La ZNIEFF de la montagne de la Gardiole, 5 289 ha de prairies humides méditerranéennes à grandes herbes (habitat déterminant) réparties sur 10 communes[25],[26].
  • La ZNIEFF des salins de Frontignan, 223 ha de cladiaies riveraines (habitat déterminant) sur la commune[27].

La commune inclut aussi deux zones de protection spéciale (ZPS) Natura 2000 dans le cadre de la directive Oiseaux :

  • la ZPS de l'étang de Thau et lido de Sète à Agde, 7 770 ha répartis sur les mêmes 8 communes de la ZNIEFF de l'étang de Thau[28]. Ce site comprend l'étang de Thau (le plus grand des étangs languedociens avec 19,5 km en plus grande longueur) et une partie du cordon dunaire qui le sépare de la mer Méditerranée, le tout présentant une très grande diversité d'habitats (sansouire, prés humides, marais salants, boisements, étendue d'eau saumâtre, vasière, roselière, herbiers, et anciens salins).
Les salins et les zones humides au nord de l'étang accueillent une riche variété d'oiseaux migrateurs et nicheurs. L'étang est un site classé d'importance internationale pour le flamant rose ; c'est également une zone d'hivernage pour le grèbe à cou noir, il abrite une colonie de sternes naines, et les lagunes et salins attirent la mouette mélanocéphale. Les steppes à salicornes y sont fréquentées par le pipit rousseline. Les buttes des tables salantes sont des lieux privilégiés pour la nidification des laro-limicoles (voir Charadriiformes)[29].
  • la ZPS des étangs palavasiens et étang de l'Estagnol, 6 600 ha répartis sur 8 communes[30]. Sur cette surface, 50 % sont classés selon la loi de 1930 et 1 % inscrit de même, 35 % ont été acquis par le Conservatoire du Littoral, 14 % sont une réserve de chasse et de faune sauvage d'ACCA (association communale de chasse agréée), 2 % sont protégés par un arrêté de protection de biotope, d’habitat naturel ou de site d’intérêt géologique, 1 % est une réserve naturelle nationale (l'étang de l'Estagnol), et 1 % est la propriété du département.
Cette ZPS comprend une série importante de grandes lagunes communiquant encore entre elles (étang de l'Ingril, étang de Vic, étang de Pierre-Blanche, étang de l'Arnel, étang du Prevost, étang du Grec, étang du Méjean, étang de Pérols), imbriquées entre terre et mer. On y trouve des anciens marais salants non exploités, générateurs d'une grande diversité d'habitats à forte valeur patrimoniale.
L'étang de l'Estagnol est situé dans une ancienne doline d'alluvions récentes dans les calcaires de la Gardiole, au sud-ouest de Montpellier. L'alimentation en eau se fait par la nappe phréatique d'eau douce de la plaine de Mireval, par les alimentations karstiques des reliefs avoisinants, et par la résurgence d'une perte de la Mosson. En conséquence, son eau est moins saumâtre que celle des autres étangs palavasiens.
Les lagunes attirent une avifaune à la fois abondante et variée qu'elle soit nicheuse, hivernante ou migratrice. Des espèces rares viennent s'y reposer, comme la sterne naine, le gravelot à collier interrompu et la talève sultane. Les flamants roses y sont nombreux. Une dizaine d'espèces de l'annexe I se reproduisent à l'étang de l'Estagnol : busard des roseaux, blongios nain, héron pourpré, sterne pierregarin, parfois le butor étoilé... Il est une zone d'hivernage ou d'étape pour de nombreux migrateurs : anatidés, foulques, guifettes, sterne pierregarin[31].

La commune comprend aussi un site d'intérêt communautaire (SIC) Natura 2000 dans le cadre de la directive Habitat :

  • le SIC des étangs palavasiens, 6 600 ha d'étangs répartis sur plusieurs communes et séparés de la mer par un lido encore vierge d'urbanisation sur un grand linéaire côtier, ce qui permet la coexistence de différents habitats naturels littoraux : systèmes dunaires, laisses de mer et sansouires. Ils sont composés à 60 % de lagunes côtières (habitat prioritaire), 7,1 % de fourrés halophiles méditerranéens et thermo-atlantiques (Sarcocornia fruticosi), 4,9 % de prés-salés méditerranéens (communauté de plantes appelée Juncetalia maritimi), et 16 autres types d'habitat pour le reste.
Leur ouverture sur la mer grâce à des graus permet la migration des poissons. En 2012, seul l'étang du Grec est protégé par un arrêté préfectoral de protection du biotope comprenant les zones humides situées entre la route départementale Carnon-Palavas et les zones urbanisées du littoral. Le périmètre du site intègre ces zones humides en suivant précisément la limite de la zone couverte par l'arrêté de biotope. L'étang de l'Estagnol, classé en réserve naturelle nationale, est protégé des atteintes directes mais son approvisionnement en eau est d'origine incertaine et rend les interventions difficiles[32]

Enfin, plusieurs terrains sont sujets à des protections particulières :

Le Conservatoire du littoral a acquis 1 561 ha en 1979 à l'étang de Vic, sur quatre communes : Frontignan, Mireval, Vic-la-Gardiole et Villeneuve-lès-Maguelone[33] ; en 1980, 279 ha aux salins de Frontignan, sur Frontignan et Vic-la-Gardiole[34] ; et 85 ha toujours en 1980 au bois des Aresquiers, sur Frontignan et Vic-la-Gardiole[35].
7 583 ha des étangs palavasiens sont classés comme « zone humide protégée par la convention de Ramsar » et concernent 8 communes : Frontignan, Lattes, Mireval, Palavas-les-Flots, Pérols, Vic-la-Gardiole et Villeneuve-lès-Maguelone[36].

Sports[modifier | modifier le code]

  • La joute nautique est pratiquée à Frontignan.
  • Piscine.(Le NOF)
  • Frontignan possède des arènes.
  • Dans la station balnéaire de Frontignan-Plage, tous les sports nautiques sont pratiqués.
  • Équipe de handball : 'Thau Handball (THB)
  • Équipe de rugby à XV : Thau Rugby
  • Équipe de vétérans du rugby; Les Os de Vie
  • La ville possède un club de Basketball : le FPB (Frontignan La Peyrade Basket)
  • La ville de Frontignan, possède 2 clubs de football : l'ASFAC (Association Sportive Frontignan Athlétic Club, créée en 1954) et OLP (Olympique de la Peyrade).
Port de plaisance

Spécialités[modifier | modifier le code]

Miquettes
  • Miquettes : d'après une tradition, en 1692, la confrérie des Pénitents Blancs célèbre Pâques en distribuant gratuitement du pain aux indigents de Frontignan. Un siècle plus tard, les moines Capucins, en charge de l'hôpital Saint-Jacques, demandent au boulanger Pascal de confectionner une petite brioche à l'anis, connue pour ses vertus thérapeutiques. La petite brioche se popularise puis tombe dans l'oubli. Depuis quelques années, le Club taurin frontignanais fait revivre la tradition qui donne lieu à la fête de la miquette.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Frontignan est jumelée avec

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Didier Catarina et Jean-Paul Fernon, Armorial des communes de l'Hérault, Artistes en Languedoc, (ISSN 1264-5354), p 43.
  2. John Locke: "Observations Upon the Growth and Culture of Vines and Olives", dans : The Works of John Locke in Nine Volumes, Rivington, Londes, 1824, 12e édition, Vol. 9
  3. James M. Gabler, Passions: The Wines and Travels of Thomas Jefferson, Bacchus Press Ltd., 1995, ISBN 0961352531
  4. Jean-François Dubost, « Le réseau des Sociétés Politiques dans le département de l'Hérault pendant la Révolution Française (1789-1795) », Annales historiques de la Révolution française, no 278, 1989. p. 412.
  5. « Frontignan : bombardement du 25 juin 44, Jacques Alquier se souvient », sur www.midilibre.fr
  6. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 19/12/2009.
  7. a et b Histoire politique et économique de Frontignan la Peyrade par Frountil Claude sur le portail des citoyens de Frontignan
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  10. Soludis Lubrifiants : Tout sur notre société
  11. Placido Llorca, « Frontignan, commune viticole », sur Vin Vigne,‎ 2012 (consulté le 06 juillet 2012)
  12. « Notice no PA00103455 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Notice no PA00103454 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Les 10 communes de la ZNIEFF du complexe paludo-laguno-dunaire de Bagnas et de Thau sont : Adge, Balaruc-les-Bains, Balaruc-le-Vieux, Bouzigues, Frontignan, Loupian, Marseillan, Mèze, Poussan, et Sète.
  15. ZNIEFF 910006980 - Complexe paludo-laguno-dunaire de Bagnas et de Thau sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  16. Les 10 communes de la ZNIEFF du complexe paludo-laguno-dunaire des étangs montpelliérains sont : Aigues-Mortes, Candillargues, Frontignan, Lansargues, Lattes, Marsillargues, Mauguio, Mireval, Palavas-les-Flots, Pérols, Saint-Nazaire-de-Pézan, Vic-la-Gardiole, Villeneuve-lès-Maguelone, et La Grande-Motte.
  17. ZNIEFF 910010743 - Complexe paludo-laguno-dunaire des étangs montpelliérains sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  18. Les 8 communes de la ZNIEFF de l'étang de Thau sont : Balaruc-les-Bains, Balaruc-le-Vieux, Bouzigues, Frontignan, Loupian, Marseillan, Mèze, et Sète.
  19. ZNIEFF 910014602 - Étang de Thau sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  20. ZNIEFF 910030164 - Étang d'Ingril-sud sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  21. ZNIEFF 910014049 - Garrigues de la Gardiole sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  22. ZNIEFF 910006423 - Îlots de l'étang d'Ingril sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  23. ZNIEFF 910006423 - Lido et étang de Pierre-Blanche sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  24. ZNIEFF 910006987 - Marais de la Grande Maïre et Prés des Aresquiés sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  25. Les 10 communes de la ZNIEFF de la montagne de la Gardiole sont : Balaruc-les-Bains, Balaruc-le-Vieux, Fabrègues, Frontignan, Gigean, Lattes, Mireval, Saint-Jean-de-Védas, Vic-la-Gardiole et Villeneuve-lès-Maguelone.
  26. ZNIEFF 910010764 - Montagne de la Gardiole sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  27. ZNIEFF 910030013 - Salins de Frontignan sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  28. Les 10 communes de la la ZPS de l'étang de Thau et lido de Sète à Agde sont : Balaruc-les-Bains, Balaruc-le-Vieux, Bouzigues, Frontignan, Loupian, Marseillan, Mèze, et Sète.
  29. NATURA 2000 - FR9112018 - Étang de Thau et lido de Sète à Agde.
  30. Les 8 communes de la la ZPS des étangs palavasiens et étang de l'Estagnol sont : Frontignan, Lattes, Mauguio, Mireval, Palavas-les-Flots, Pérols, Vic-la-Gardiole, et Villeneuve-lès-Maguelone.
  31. NATURA 2000 - FR9110042 – ZPS des étangs palavasiens et étang de l'Estagnol.
  32. NATURA 2000 - FR9101410 - Étangs palavasiens.
  33. FR1100274 - « Étang de Vic » - Terrain acquis par le Conservatoire du Littoral, fiche INPN.
  34. FR1100278 - « Salins de Frontignan » - Terrain acquis par le Conservatoire du Littoral, fiche INPN.
  35. FR1100277 - « Bois des Aresquiers » - Terrain acquis par le Conservatoire du Littoral, fiche INPN.
  36. FR7200028 - « Étangs palavasiens », fiche INPN.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Valette, Frontignan : Un siècle d'histoire par la photographie - Éditions Aldacom, Béziers, 2007, (ISBN 2917197013).
  • Jean Valette. Frontignan en Languedoc au seuil de son histoire - Éditions Lacour-Ollé, Nîmes, 2005. (ISBN 2750408660).
  • Jean Valette. Frontignan - A. Sutton, Joué-lès-Tours, 2000. (ISBN 2842534689).
  • Lucien Albagnac. Contribution à l'histoire de Frontignan - Frontignan, 1973.
  • Achille Munier. Notes sur Frontignan pour servir à son histoire - C. Coulet, Montpellier, 1874.
  • Louis Chappotin. Le Muscat de Frontignan à travers l'histoire - 1928.
  • Jacques Marty. Frontignan, étude économique et urbaine - 1960.
  • Lucien Albagnac. Contribution à l'histoire de Frontignan - 1973.
  • Jean Valette. Frontignan au début du siècle par les cartes postales - 1979.
  • Henri Dubois. Histoire de Frontignan. Chroniques. 1re et 2e parties - édité par les Amis du Musée et du Vieux Frontignan.
  • André Cablat. Histoire de La Peyrade.
  • Maurice Nougaret. Chronique frontignanaise d'un début de siècle - 1900-1919.
  • Maurice Nougaret. Chronique frontignanaise au temps du Consulat et de l'Empire.
  • Maurice Nougaret. Chronique frontignanaise au temps de la Révolution.
  • Maurice Nougaret. Chronique frontignanaise au temps des oirs et des sulfatés (1880-1899).
  • Maurice Nougaret et Edmond Peyronnet. Chronique frontignanaise de l'entre-deux-guerres.
  • André Cablat, René Michel et Jean Valette. Noms de lieux de la ville de Frontignan et terroir de l'appellation d'origine contrôlée « muscat de Frontignan » - 2004.
  • Alain Degage. Histoire de Frontignan-La Peyrade - 1989.
  • Céline Laurens. Contribution à l'histoire du muscat de Frontignan - 1995.
  • André Cablat, René Michel, Maurcie Nougaret et Jean Valette. La Petite Encyclopédie de Frontignan-La Peyrade - publié avec la participation de la Ville de Frontignan.
  • Curé Étienne Broca. Jalon pour l'histoire religieuse de Frontignan - 1982.
  • Francis Campestre Hercule chez Frontinius
  • Francis Campestre Harmonies et Paraboles