Gare de Toulouse-Matabiau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Toulouse-Matabiau
Image illustrative de l'article Gare de Toulouse-Matabiau
Le bâtiment voyageurs et l'entrée de la gare.
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Ville Toulouse
Quartier Matabiau
Adresse Boulevard Pierre-Sémard
31000 Toulouse
Coordonnées géographiques 43° 36′ 41″ N 1° 27′ 15″ E / 43.611322, 1.454112 ()43° 36′ 41″ Nord 1° 27′ 15″ Est / 43.611322, 1.454112 ()  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Services TGV
Intercités
TER Midi-Pyrénées
Train urbain (TER cadencé) de l'agglomération toulousaine Ligne D du réseau de transports en commun de Toulouse.
Caractéristiques
Ligne(s) Bordeaux-Saint-Jean à Sète
Toulouse à Bayonne
Brive-la-Gaillarde à Toulouse
Voies 13 dont 3 en terminus
Quais 7 (dont 6 centraux)
Transit annuel 9 millions[1] (2009)
Altitude 146 m
Historique
Mise en service 30 août 1856
Ouverture 1905 (bv)
Architecte Marius Toudoire
Classement  Inscrit MH (1984)
Correspondances
Métro, bus et cars voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Toulouse-Matabiau

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

(Voir situation sur carte : Haute-Garonne)
Toulouse-Matabiau

Géolocalisation sur la carte : Toulouse

(Voir situation sur carte : Toulouse)
Toulouse-Matabiau

La gare de Toulouse-Matabiau est une gare ferroviaire française des lignes : de Bordeaux-Saint-Jean à Sète, de Toulouse à Bayonne et de Brive-la-Gaillarde à Toulouse-Matabiau via Capdenac. Elle est située à proximité du centre de la ville de Toulouse, dans le département de la Haute-Garonne, en région Midi-Pyrénées.

Elle est l'élément central du réseau ferroviaire de Toulouse. Elle fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 28 décembre 1984[2].

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 146 mètres d'altitude, la gare de bifurcation de Toulouse-Matabiau est située au point kilométrique (PK) 256,412 de la ligne de Bordeaux-Saint-Jean à Sète-Ville, entre les gares de Route-de-Launaguet et de Toulouse-Montaudran ; elle est l'origine de la ligne de Toulouse à Bayonne, avant la gare de Toulouse-Saint-Agne ; et elle est l'aboutissement de la ligne de Brive-la-Gaillarde à Toulouse-Matabiau via Capdenac, après la gare de Montrabé.

La gare s'inscrit également dans un complexe ferroviaire comportant : immédiatement au nord, le chantier de Toulouse-Raynal, ancien triage reconverti en remisage de voitures et atelier de maintenance et jouxtant la gare du côté est, le dépôt de Toulouse-Périole.

vu d'ensemble de la gare
Intérieur de la gare.

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant la première moitié du XIXe siècle, le moyen le plus rapide de relier Bordeaux à Sète était de prendre la diligence de Bordeaux à Toulouse, en 18 heures, puis d'emprunter le canal du Midi pour rejoindre Sète en 28 heures. À cette époque, Toulouse était en retard sur la révolution industrielle, et beaucoup[Qui ?] blâment le maire Joseph de Villèle d'avoir refusé le chemin de fer au début du siècle.[réf. nécessaire]

Inauguration de la ligne de Toulouse à Sète en 1857.

En 1853, Émile et Isaac Pereire fondent la Compagnie des Chemins de fer du Midi. Ils ouvrent trois ans plus tard la ligne ferroviaire d'Agen à Toulouse, qui fut bientôt complétée par une ligne de Bordeaux à Sète, en 1857. Pour éviter toute concurrence, la compagnie rachète même les droits d'exploitation du canal du Midi.

La gare primitive est inaugurée le 16 octobre 1856[3]. Le bâtiment voyageurs actuel est construit entre 1903 et 1905. Le nom du quartier Matabiau vient de l'ancien marché au bœuf (Matabiau = tuer le bœuf).

Le bâtiment voyageurs que nous connaissons aujourd'hui a été dessiné par l'architecte Toulonnais Marius Toudoire, et a été réalisé en pierre de Saintonge. Les 26 principales villes desservies de Bordeaux à Sète ont chacune leur blason sur la façade.

En 1938, la Compagnie du Midi est fusionnée et nationalisée avec les quatre autres grandes compagnies de chemin de fer nationales (Nord, Est, Paris-Orléans, Paris-Lyon-Méditerranée) pour former la SNCF.

Le bâtiment a fait l'objet d'un remaniement en 1983, juste avant d'être inscrit au titre des monuments historiques en 1984[2].

Depuis 1990, elle reçoit les TGV en provenance de la LGV Atlantique (la LGV en elle-même ne s'arrête qu'à St Pierre des Corps), ramenant Toulouse à 5h30 de Paris, au lieu de 6h par la ligne historique passant par Orléans et Limoges.

En 2004, la gare est devenue le terminus nord de la ligne D, une ligne TER Midi-Pyrénées cadencée vers Muret mise en place en collaboration avec Tisséo, la régie des transports en commun toulousains.

Le 7 décembre 2009, un sixième quai a été inauguré, accueillant deux nouvelles voies : les voies 10 et 11. Cette réalisation entend répondre à la saturation de la gare en permettant d'améliorer le service et d'augmenter le nombre de trains (jusqu'à cinquante de plus par jour)[4],[5].

En 2009, elle a été fréquentée par 9 millions de voyageurs annuels[1].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Le hall des arrivées de la gare

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare SNCF, elle dispose notamment : d'un bâtiment voyageurs, avec guichets, ouvert tous les jours ; d'automates pour l'achat de titres de transport ; d'une salle d'attente ; d'un service jeune voyageurs. C'est une gare « Accès plus » avec des aménagements, des équipements et des services pour les personnes à la mobilité réduite. Un restaurant, buffet, bar est d'autres commerces sont installés en gare[6].

La gare est notamment reliée à la station Marengo-SNCF

Dessertes nationales[modifier | modifier le code]

voies et quais sous les marquises
voies et quais sous les marquises.

Toulouse-Matabiau est desservie par le TGV, des trains grandes lignes Intercités, une desserte régionale TER Midi-Pyrénées et une desserte ferroviaire urbaine avec la ligne D du réseau de transports en commun de Toulouse[6].

La desserte TGV comporte : une relation entre les gares de Dijon-Ville, ou de Lyon-Part-Dieu, et de Bordeaux-Saint-Jean, via Toulouse-Matabiau ; des relations entre Toulouse-Matabiau et Paris-Montparnasse, ou Marseille-Saint-Charles, ou Lille-Europe.

La desserte Intercités est composée de trains circulants sur les relations entre les gares : de Paris-Austerlitz et de Cerbère / Port-Bou ; de Bordeaux-Saint-Jean et de Nice-Ville ; de Bordeaux-Saint-Jean et de Marseille-Saint-Charles ; de Rennes ou de Nantes et de Toulouse-Matabiau ; d'Hendaye ou de Bayonne et de Toulouse-Matabiau ; de Genève-Cornavin et d'Hendaye / Irun ; de Nice-Ville et d'Hendaye / Irun.

La desserte régionale des TER Midi-Pyrénées est réalisé par des trains qui effectuent des missions entre les gares : de Toulouse-Matabiau et de Rodez, ou Cerbère, ou Pau, ou Tarbes, ou Montréjeau - Gourdan-Polignan, ou Muret, ou Luchon, ou Foix, ou Ax-les-Thermes, ou Latour-de-Carol, ou L'Isle-Jourdain, ou Auch, ou Montauban-Ville-Bourbon, ou Cahors, ou Brive-la-Gaillarde, ou Limoges-Bénédictins, ou Saint-Sulpice-sur-Tarn, ou Castres, ou Mazamet[6].

La desserte urbaine de la ligne D du réseau de transports en commun toulousain est une relation cadencée de TER entre Matabiau – Gare-SNCF et Muret.

Dessertes internationales[modifier | modifier le code]

Depuis le 15 décembre 2013, Toulouse-Matabiau est reliée directement (c'est-à-dire sans changement de train) à la Gare de Barcelone Sants en quasiment trois heures via une desserte en AVE-S-100F. La liaison avec Barcelone a été inaugurée le 15 décembre 2013, pour être exploitée à la fois par la SNCF et la Renfe. Le voyage dure trois heures [7].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc pour les vélos et des parkings pour les véhicules y sont aménagés[6]. La gare de Toulouse-Matabiau, située au cœur de la ville en bordure nord-est du centre historique et du canal du Midi et le long du boulevard Pierre-Sémard, est un important pôle d'échange multimodal de l'agglomération toulousaine.

Elle est connectée par un réseau de passages souterrains à la station Marengo – SNCF du Métro de Toulouse et par des bus du réseau urbain de Toulouse Tisséo (lignes : 14, 22, 22S et 27).

La gare routière de Toulouse, située à proximité, est desservie par des cars : du réseau interurbain départemental Arc-en-Ciel ; du réseau régional TER Midi-Pyrénées (lignes 915, 920, 924, 925, 940, 941, 942, 945, 946, 947 et 948) ; et de la navette de l'Aéroport Toulouse-Blagnac.

Projets[modifier | modifier le code]

2016 ou 2017[8], la construction des lignes à grande vitesse Sud Europe Atlantique et Bordeaux-Toulouse amèneront la durée de ce trajet à 1 h, de Toulouse-Paris à 3 h et de Toulouse-Lille à 5 h approximativement. Cette ligne aboutirait a priori à Toulouse-Matabiau.

D'ici 2017, le nombre de passagers de Toulouse-Matabiau doublera, atteignant les 16 millions de voyageurs. Un vaste plan d'aménagement urbain de la gare elle-même et un projet d'envergure métropolitaine sont en cours de finalisation. Il concerne un centre d'affaires d'environ 400 000 à 500 000 m2 sur le site Raynal-Périole-Matabiau. Ce projet qui se nomme Toulouse Euro-Sud-Ouest comprendra au total environ 1 million de m² (logements, bureaux, commerces, centre commercial, loisirs) entourant un pôle multimodal autour de la gare Matabiau et de la future gare Marengo (TGV, TER, métro, Tram, Bus, parkings).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Les grands départs à la gare Matabiau La dépêche 3 juillet 2010
  2. a et b « Gare de Toulouse-Matabiau », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Jean Coppolani, Toulouse: étude de géographie urbaine, Privat-Didier, 1954, p. 145 extrait en ligne (consulté le 15 octobre 2010).
  4. Anne-Marie Chouchan, « La gare Matabiau s'agrandit », sur La Dépêche,‎ 2009 (consulté le 11 décembre 2009)
  5. Philippe Emery, « Gare Matabiau. Nouveau quai : 50 trains de plus par jour », sur La Dépêche,‎ 2009 (consulté le 11 décembre 2009)
  6. a, b, c et d Site SNCF TER Midi-Pyrénées, information pratiques sur les gares et arrêts : Gare de Toulouse-Matabiau lire (consulté le 19 septembre 2012).
  7. http://www.expansion.com/agencia/efe/2013/11/20/18963370.html
  8. Source : le site de la mairie de Toulouse, note datant de 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Terminus Terminus TGV Montauban-Ville-Bourbon Paris-Montparnasse
Dijon-Ville
ou Lyon-Part-Dieu
Carcassonne TGV Terminus Terminus
Lyon-Part-Dieu Carcassonne TGV Montauban-Ville-Bourbon Bordeaux-Saint-Jean
Marseille-Saint-Charles Narbonne TGV Bordeaux-Saint-Jean Bordeaux-Saint-Jean
Lille-Flandres / Lille-Europe Narbonne TGV Terminus Terminus
Barcelonne Narbonne TGV Terminus Terminus
Cerbère / Port-Bou
ou Terminus
Castelnaudary
ou Terminus
Intercités Montauban-Ville-Bourbon Paris-Austerlitz
Nice-Ville Montpellier-Saint-Roch Intercités Bordeaux-Saint-Jean Bordeaux-Saint-Jean
Marseille-Saint-Charles Montpellier-Saint-Roch
ou Carcassonne
Intercités Bordeaux-Saint-Jean
ou Agen
ou Montauban-Ville-Bourbon
ou Terminus
Bordeaux-Saint-Jean
ou Terminus
Terminus Terminus Intercités Montauban-Ville-Bourbon Nantes
ou Rennes
Terminus Terminus Intercités Lannemezan
ou Montréjeau - Gourdan-Polignan
ou Saint-Gaudens
Hendaye
ou Bayonne
Nice-Ville Marseille-Saint-Charles Intercités Montauban-Ville-Bourbon Hendaye / Irun
ou Bordeaux-Saint-Jean
Cerbère / Port-Bou Castelnaudary Intercités Montauban-Ville-Bourbon Paris-Austerlitz
Terminus Terminus Intercités Montauban-Ville-Bourbon Paris-Austerlitz
Rodez Albi-Ville TER Midi-Pyrénées Terminus Terminus
Cerbère Labège-Innopole TER Midi-Pyrénées /
Languedoc-Roussillon
Terminus Terminus
Terminus Terminus TER Midi-Pyrénées Toulouse-Saint-Agne Pau
ou Tarbes
Terminus Terminus TER Midi-Pyrénées Toulouse-Saint-Agne Montréjeau - Gourdan-Polignan
Terminus Terminus TER Midi-Pyrénées Toulouse-Saint-Agne Muret
Terminus Terminus TER Midi-Pyrénées Toulouse-Saint-Agne Luchon
Terminus Terminus TER Midi-Pyrénées Toulouse-Saint-Agne Foix
ou Ax-les-Thermes
ou Latour-de-Carol
Terminus Terminus TER Midi-Pyrénées Toulouse-Saint-Agne L'Isle-Jourdain
ou Auch
Terminus Terminus TER Midi-Pyrénées Montrabé Saint-Sulpice-sur-Tarn
Terminus Terminus TER Midi-Pyrénées Montrabé Castres
ou Mazamet
Montauban-Ville-Bourbon
ou Cahors
ou Brive-la-Gaillarde
Limoges-Bénédictins
Saint-Jory
ou Montauban-Ville-Bourbon
TER Midi-Pyrénées Terminus Terminus