Pavie (Gers)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pavie (homonymie).
Pavie
Vieux pont de Pavie.
Vieux pont de Pavie.
Blason de Pavie
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Gers
Arrondissement Auch
Canton Auch-Sud-Ouest
Intercommunalité Grand Auch Agglomération
Maire
Mandat
Jean Gaillard
2014-2020
Code postal 32550
Code commune 32307
Démographie
Population
municipale
2 402 hab. (2011)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 36′ 39″ N 0° 35′ 34″ E / 43.6108333333, 0.59277777777843° 36′ 39″ Nord 0° 35′ 34″ Est / 43.6108333333, 0.592777777778  
Altitude Min. 132 m – Max. 260 m
Superficie 24,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative de Gers
City locator 14.svg
Pavie

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique de Gers
City locator 14.svg
Pavie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pavie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pavie

Pavie (Pavia en gascon) est une commune française située dans le département du Gers en région Midi-Pyrénées.

Ses habitants s'appellent les Paviens, Paviennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de Gascogne située en Astarac dans l'aire urbaine d'Auch en pays d’Auch à 4,5 km d'Auch et 81 km de Toulouse.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Pavie est à la confluence du Gers, du Sousson et du Cédon.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La nouvelle bastide prend le nom officiel de la ville de Pavie en Italie, célèbre à cette époque et que l'on retrouve dans les manuels scolaires d'histoire à cause de la célèbre bataille de 1525 entre les armées de Charles Quint et François Ier.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'occupation du site de Pavie remonte à la préhistoire, comme le prouvent ces matériels qu'on retrouve régulièrement aux alentours du village.

Pavie fut fondée le 5 mai 1281, à une époque où la construction des bastides était très fréquente dans le Sud-Ouest de la France. Elle est la sœur jumelle de Mirande qui naquit le même jour par la volonté des mêmes paréagers : le Sénéchal de Beaumarchais, comte d'Astarac et l'abbé cistercien de Berdoues sur les terres duquel elle fut érigée.

Pavie présente le plan caractéristique des fondations du sénéchal : elle fut organisée selon deux axes perpendiculaires dont les rues principales et secondaires déterminent des îlots carrés réguliers. Si Mirande prospéra rapidement, l'urbanisation de Pavie souffrit de la proximité de Auch. Son expansion est très récente et date des années 1960-1970. Si Auch,la grande rivale, lui porta longtemps ombrage, dorénavant,elle favorise plutôt son développement.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 Avril 2006 Jean-François Gabriel    
Juin 2006   Jean Gaillard[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 402 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
815 823 814 943 1 079 971 969 1 010 1 008
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
975 938 907 842 865 880 833 787 781
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
780 745 709 728 661 701 660 701 771
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
1 005 1 539 1 699 2 196 2 222 2 332 2 350 2 402 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Pavie.
  • Un des monuments les plus remarquables de Pavie est le petit pont de style gothique qui enjambe le Gers. Construit au XIIIe siècle, il fut détruit et restauré plusieurs fois. La dernière restauration date d'il y a quelques années lorsqu'un camion a abîmé la moitié de la partie supérieure du parapet. Depuis, des mesures ont été prises empêchant les véhicules lourds de traverser le Gers par Pavie. Le pont est trop étroit pour que deux véhicules puissent s'y croiser. L'entrée ou la sortie de la commune par ce pont nécessitait un laborieux accord entre automobilistes, jusqu'à l'installation de panneaux indiquant la priorité à adopter, en 2005.
  • Tout aussi remarquable, la Chapelle Notre Dame du Cédon reconstruite au XIXe siècle, était un centre de pèlerinage jadis fréquenté. Elle abrite une très ancienne statue de la Vierge.
  • L'église d'origine gothique au clocher carré.
  • Château de Besmaux.
  • Château de Pavie du XVIIe siècle, qui abrite aujourd'hui le Lycée d'enseignement général et technologique agricole (LEGTA) d'Auch (antenne de Pavie).
  • La Tour du Guet, vestige des anciens remparts, date du XIVe siècle.
  • Maisons anciennes rues d'Etigny et de la Guérite.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à trois pêches d'or, tigées et feuillées du même.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]