Le Chant des partisans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec le Chant des partisans de l'Amour, hymne bolchevique pendant la guerre civile russe, ni avec La Complainte du partisan, chanson de E. d'Astier de la Vigerie, dit Bernard, également interprétée par Anna Marly, puis reprise par Léonard Cohen, ni avec la chanson Zog Nit Keynmol ou également dénommée « Partizaner Lied » ou « Chant des partisans ».
Le Chant des partisans (fr)
« Emblème de la Résistance française »(croix de Lorraine et Jean Moulin).
« Emblème de la Résistance française »
(croix de Lorraine et Jean Moulin).

Hymne de la Résistance française
Autre(s) nom(s) Chant de la libération (fr)
surnommé « la Marseillaise de la Résistance »
Paroles Joseph Kessel
Maurice Druon
1943
Musique Anna Marly
1941

Le Chant des partisans ou Chant de la libération est l’hymne de la Résistance française durant l’occupation par l’Allemagne nazie, pendant la Seconde Guerre mondiale. La musique fut composée en 1941 par Anna Marly, d'origine russe réfugiée à Londres. Les paroles ont été écrites en 1943 par Joseph Kessel et son neveu Maurice Druon qui venaient tous deux de rejoindre les Forces françaises libres.

Histoire[modifier | modifier le code]

La mélodie du Chant des Partisans, inspirée d'un air populaire en Russie pendant la guerre civile[1], est due à la chanteuse et compositrice Anna Marly. Elle compose cette chanson en 1941 à Londres, les paroles originales étant en russe, sa langue maternelle[2]. Les paroles en français sont écrites par Joseph Kessel et son neveu Maurice Druon, tous deux expatriés en Angleterre et futurs académiciens[3], qui proposent la variante française de la chanson le 30 mai 1943[4].

Devenu l’indicatif de l’émission Honneur et Patrie de la radio britannique BBC (diffusé deux fois par jour, sans les paroles)[2], puis signe de reconnaissance dans les maquis, Le Chant des partisans devient un succès mondial. On choisit alors de siffler ce chant, d'abord pour ne pas être repéré en la chantant mais aussi car la mélodie sifflée[2] reste audible malgré le brouillage de la BBC effectué par les Allemands.

C'est la sœur de Jean Sablon, Germaine Sablon, qui l'amène à sa forme finale et en fait un succès.

Largué par la Royal Air Force sur la France occupée, et écouté clandestinement, ce succès dont les paroles furent publiées dans Les cahiers de la Libération du 24 septembre 1943, se répand immédiatement tant en France qu'ailleurs dans les milieux de la Résistance et des Forces françaises de l'intérieur. Il se prolonge dans de nombreuses interprétations postérieures à la guerre, dont celle d'Yves Montand est une des plus célèbres.

Créée par la même équipe, La Complainte du partisan connaît un succès populaire en France dans les années 1950 mais s’efface devant Le Chant des partisans, relancé par André Malraux lors de la cérémonie d’entrée des cendres de Jean Moulin au Panthéon de Paris le 19 décembre 1964.

Le manuscrit original du Chant des partisans, propriété de l'État, est conservé au musée de la Légion d'honneur. Il est classé monument historique au titre objets par un arrêté du ministère de la Culture du 8 décembre 2006[5],[4].

Paroles[modifier | modifier le code]

Les quatre premiers vers sont :

« Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne ?
Ohé ! partisans, ouvriers et paysans, c'est l'alarme !
Ce soir l'ennemi connaîtra le prix du sang et des larmes. »

Sens du texte original[modifier | modifier le code]

Le sens des paroles originelles, dues à Anna Marly[2],[6],[7] est à peu près le suivant :

« De forêt en forêt / La route longe / Le précipice
Et loin tout là-haut / Quelque part vogue la lune / Qui se hâte
Nous irons là-bas / Où ne pénètre ni le corbeau / Ni la bête sauvage
Personne, aucune force / Ne nous soumettra / Ne nous chassera
Vengeurs du peuple / Nous mettrons en pièces / La force mauvaise
Dût le vent de la liberté / Recouvrir / Aussi notre tombe...
Nous irons là-bas / Et nous détruirons / Les réseaux ennemis
Qu'ils le sachent, nos enfants / Combien d'entre nous sont tombés / Pour la liberté ! »

Interprètes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]