1953

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1953 (MCMLIII en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour l'année -1953, voir -1953. Pour les autres significations, voir 1953 (Chronologie de Dada et du surréalisme).

Années :
1950 1951 1952  1953  1954 1955 1956

Décennies :
1920 1930 1940  1950  1960 1970 1980
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Alberta, Colombie-Britannique, Île-du-Prince-Édouard, Manitoba, Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Nunavut, Ontario, Québec, Saskatchewan, Terre-Neuve-et-Labrador, Territoires du Nord-Ouest, Yukon), États-Unis) • Asie • Europe (Belgique, France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Économie Fantasy Football Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

  • Famine au Tanganyika (fin en 1954).
  • Sècheresse et famine en Éthiopie.
  • Plans de développements dans les colonies portugaises (1953-1958 et 1959-1964).
  • Oran compte 119 000 musulmans et 173 000 Européens. 282 musulmans sont scolarisés dans l’enseignement secondaire, pour 5 836 Européens.
  • Fondation du comité France-Maghreb par Louis Massignon, qui cherche à rapprocher christianisme et islam.

Amérique[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

  • 7 janvier : le président Harry Truman révèle que les États-Unis possèdent la bombe H quelques jours avant de terminer son mandat à la présidence. Il prévient qu’une guerre entraînerait la destruction de l’URSS (Stratégie des représailles massives, 1953-1954). L’explosion moins d’un an après d’une bombe thermonucléaire soviétique inaugure l’ère de l’ « équilibre de la terreur ».
  • 20 janvier : début de la présidence républicaine de Dwight D. Eisenhower aux États-Unis (fin en 1961). John Foster Dulles est nommé secrétaire d’État.
  • L’Administration Eisenhower choisit la « voie moyenne » du « conservatisme progressiste ». Son premier cabinet, composé d'hommes d'affaires (huit millionnaires et un plombier), souhaite renouer avec le libéralisme économique quasi total, le gouvernement n’assurant que la stabilité monétaire. Il réussit à supprimer sans effets désastreux le contrôle des prix et des salaires dès les premiers mois, mais la récession qu’entraîne la fin de la guerre de Corée le contraint, devant l’ampleur du chômage (3,8 millions, 6 % de la population active), à des réductions fiscales peu compatibles avec son objectif d’équilibre budgétaire (3,1 milliards de déficit en 1953/1954, 4,2 milliards en 1954/1955).
  • 19 juin : exécution des époux Rosenberg, malgré une protestation internationale.
  • 2,8 % de chômeurs
  • 1,0 % d'inflation
  • Les dépense militaires sont ramenées à 45 milliards de dollars.
  • Bilan de la guerre de Corée
    • Les États-Unis ont consacré 10 % de leur PIB (50 milliards $) au conflit
    • 2 millions d'hommes ont participé au conflit
    • Après la forte démobilisation de la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les forces armées américaines sont remontées à 3,5 millions d'hommes au plus fort de la guerre
    • 36 000 tués
    • 95 000 blessés
    • 450 000 tonnes de bombes larguées par l'US Air Force
  • Budget fédéral :
    • recettes fédérales de 69,6 milliards de dollars
    • dépenses fédérales de 76,1 milliards de dollars
    • déficit de 6,5 milliards de dollars
  • Démobilisation partielle des forces américaines, dont les effectifs diminuent à 2,5 millions d'hommes.
  • Le MAAG prend en charge 41 % du coût du conflit indochinois, qui oppose la France au Vietminh. Le montant de l'aide militaire atteint 785 millions de dollars.

Océanie et Pacifique[modifier | modifier le code]

  • 3 décembre : découverte d’un important gisement pétrolifère dans l’ouest de l’Australie.

Asie[modifier | modifier le code]

Décembre : utilisation du napalm par la France pendant la Guerre d'Indochine
  • L’Inde se tourne vers l’Union soviétique pour contrebalancer l’alliance américano-pakistanaise. Entre 1953 et 1959, le volume des échanges entre les deux pays est multiplié par quinze.
  • La mission militaire hollandaise en Indonésie, accusée de soutenir certains mouvements hostiles au gouvernement républicain est dissoute. Toutes les conférences qui doivent décider du sort de la Nouvelle-Guinée occidentale échouent.
  • Accroissement de l’aide sino-soviétique au Việt Minh à la fin de la guerre de Corée.

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

19 août : coup d'État à Téhéran. Couverture du Tehran Mosavar
  • Janvier (Syrie) : les opposants Hourani, Bitar et Aflaq s’enfuient au Liban. Le Parti socialiste arabe de Hourani et le Ba’th décident de fusionner.
  • 2 mai :
  • Mai : voyage au Moyen-Orient du secrétaire d’État américain John Foster Dulles, qui prône la conclusion d’alliance avec les pays arabes se démarquant nettement des traditionnelles relations entre l’Orient arabe et les puissances coloniales.
  • 18 juin : le général Mohammed Naguib proclame la République en Égypte. La Grande-Bretagne accepte de retirer ses troupes de la zone du canal de Suez et de hâter l’émancipation du Soudan.
  • 11 juillet : Adib Chichakli est élu président de la république de Syrie avec 99,6 % des voix.
    • Chichakli propose l’ouverture de négociations secrètes avec Israël. Il accepte la réinstallation de 80 000 réfugiés palestiniens en Syrie et suggère un partage de la zone démilitarisée du lac de Tibériade. Israël refuse ce compromis qui permettrait un retour de la Syrie dans la zone du Jourdain.
  • 19 août : violentes émeutes à Téhéran. Les partisans du chah Mohammad Reza Pahlavi, soutenus par la CIA (Opération Ajax), renversent le dirigeant nationaliste iranien Mohammad Mossadegh qui est arrêté. Le chah, qui s’était réfugié à Rome, rentre à Téhéran.
  • 28 août : les infiltrations de réfugiés palestiniens sur le territoire hébreu à partir de la Cisjordanie se transforment en véritables opérations de commando. L’armée israélienne constitue une unité militaire irrégulière, l’unité 101, commandée par Ariel Sharon, et destinée à opérer des coups de forces sur le territoire jordanien. En octobre, un raid de l’unité 101 cause la mort de 63 Arabes. À partir de l’été 1954, la légion arabe parvient à contrôler les infiltrations palestiniennes et les raids israéliens cessent.
  • Août : plan Johnston, présenté par l’ambassadeur américain pour parvenir à une entente israélo-arabe par le biais de la gestion des eaux. Tous les cours d’eaux du nord seraient regroupés vers le lac de Tibériade d’où partiraient les réseaux d’irrigation vers le sud. Le stock d’eau constitué serait réparti entre Israël, la Syrie et la Jordanie. Israël réclame une part plus importante, incluant les eaux du Litani au Liban. Les États arabes refusent dans la mesure où tous les cours d’eau sont sur leurs territoires.
  • Septembre : Israël installe un kibboutz dans la bande démilitarisée d’el-Auja et revendique la souveraineté du territoire[5].
14-15 octobre : massacre de Qibya. Retour des habitants dans les ruines de leur village
  • 4 octobre : démission du Premier ministre israélien, David Ben Gourion.
  • 9 octobre : première base de l'OTAN en Turquie.
  • 14 - 15 octobre : massacre de Qibya. Opération de représailles israélienne contre un village de Cisjordanie à la suite d'un attentat.
  • 16 octobre : élection législatives en Syrie : le Mouvement de libération nationale remporte 60 sièges parlementaires sur 82. Les partis traditionnels s’affrontent pour le pouvoir, laissant se développer des forces radicales nouvelles.
  • 9 novembre : mort d’Abdel Aziz Ibn Saoud. Son fils Saoud lui succède sur le trône d'Arabie saoudite tandis que son second fils Fayçal prend le titre de prince héritier.
    • Saoud se montrera moins conciliant que son père envers les Américains, leur reprochant leur politique d'ouverture envers l'Égypte et le Yémen, républicains. Saoud est dépensier, proche de la vie bédouine et peu fait pour diriger le pays. Son frère Fayçal est un musulman austère, monogame, doté des qualités d’un homme d’État, ancien ministre des Affaires étrangères de son père et grand connaisseur des pays occidentaux.
    • Saoud revendique l’oasis de Buraymi contre le sultanat d’Oman et Abou Dabi.
  • À l’automne, le régime égyptien prend une voie nettement populiste et autoritaire. Un tribunal révolutionnaire, présidé par Sadate, est constitué pour juger et condamner les personnalités principales de l’ancien régime. Les rapports du pouvoir avec les Frères musulmans se détériorent.
  • En Iran, le pétrole demeure nationalisé mais sa commercialisation retourne entre les mains d’un consortium de sociétés internationales. Les Américains entrent dans le consortium qui succède à l’Anglo-Iranian Oil à hauteur de 40 %.

Europe[modifier | modifier le code]

Europe de l'Est[modifier | modifier le code]

Chars soviétiques à Leipzig pour réprimer les émeutes de 1953 en Allemagne de l'Est
  • 16 - 17 juin : émeutes de 1953 en Allemagne de l'Est. Les manifestants réclament l'abaissement des cadences de production et des élections libres. L’état de siège est proclamé. La répression soviétique et est-allemande fait une cinquantaine de morts et plusieurs milliers d'arrestations[7].
  • 23 juin : pour apaiser la situation, le gouvernement est-allemand procède à la révision des normes de productivité qui avaient été le principal facteur de l’insurrection de Berlin-Est.
  • 26 juin, URSS : Lavrenti Beria est éliminé pour « activités criminelles et contraires au parti ». Il est jugé, condamné à mort et exécuté le 23 décembre.
  • 2 juillet : démission forcée de Mátyás Rákosi, premier ministre de la République populaire de Hongrie. Il conserve son poste de secrétaire général du Parti des travailleurs hongrois.
  • 4 juillet : le nouveau Premier ministre hongrois, Imre Nagy, annonce un « nouveau cours politique pour son pays ». Le nouveau gouvernement hongrois libéralise certains aspects de sa politique. Imre Nagy lance un nouveau programme économique moins strict (développement de l’agriculture et des industries de biens de consommation, arrêt de la collectivation forcée) et le gouvernement accorde l’amnistie à certains prisonniers et supprime les camps d’internement. Les réformistes se heurtent aux staliniens au sein du parti que Rákosi continue de diriger.
  • 12 août : l'URSS fait exploser sa première bombe H.
  • 7 septembre : Nikita Khrouchtchev est nommé premier secrétaire du PCUS. Il succède à Malenkov. L’adoption par le Comité central de son rapport sur la réorganisation de l’agriculture et de l’élevage marque la fin de l’ère stalinienne sur le plan économique.
  • En Yougoslavie, la taille maximale des parcelles privées est limitée à 10 ha.
  • Les artistes, les intellectuels, les étudiants et les ouvriers polonais exigent des réformes gouvernementales et une plus grande liberté vis-à-vis de l’URSS.

Europe de l'Ouest[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1953 en France, 1953 en Italie et 1953 en Suisse.
  • 4 - 6 novembre : Trieste est le théâtre de sanglantes manifestations, violemment réprimées par la police anglo-américaine.

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Arts et culture[modifier | modifier le code]

Naissances en 1953[modifier | modifier le code]

Décès en 1953[modifier | modifier le code]

Évocation dans la littérature[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]