Ancien Régime

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Expansion territoriale française sous l'Ancien Régime, de Henri II à la Révolution.

L'Ancien Régime est le nom donné à la période de l'histoire de France désignant les deux siècles antérieurs à la Révolution française (1789 ou 1792 si on considère la proclamation de la Première République), puisqu'Alexis de Tocqueville dans son ouvrage L'Ancien Régime et la Révolution (1856) et la plupart des historiens du XIXe siècle font débuter cette période aux règnes de la Maison de Bourbon avec l'accession au trône de France d'Henri IV en 1589[1]. La notion d'ancien fait opposition au nouveau régime mis en place à la Révolution, et fait donc référence au régime politique de la monarchie absolue précédant celle-ci, régime qui atteindra son apogée lors du règne de Louis XIV entre 1661 et 1715. Cependant, le terme de « monarchie absolue » n'englobe pas la totalité de l'histoire de la monarchie française.

Cette période couvre aussi en grande partie celle dite « époque moderne » (ou « temps modernes ») que les historiens français font débuter à la fin du Moyen Âge dont la date est généralement placée en 1453 (chute de Constantinople) ou en 1492 (découverte des Amériques par Christophe Colomb).

En Suisse, l'Ancien Régime désigne la période entre la conquête du Pays de Vaud par Berne en 1536 et l'invasion française de 1798 et l'avènement de la République helvétique.

Significations usuelles[modifier | modifier le code]

Le terme « régime » fait ici allusion au régime politique, c'est-à-dire aux institutions de l'État, au type de gouvernement (dans ce cas, à la monarchie). D'une certaine manière, c'est également de monarchie qu'il s'agira quand, après la Révolution et l'Empire, interviendra la Restauration.

Même si l'expression était en usage bien avant la parution de son ouvrage, c'est Alexis de Tocqueville qui contribue à fixer le contenu du terme « ancien régime » dans un essai intitulé précisément L'Ancien Régime et la Révolution (1856).

Il y tente une description de la monarchie absolue, qu'il oppose notamment à la société médiévale. La formule « La Révolution française a baptisé ce qu'elle a aboli » est attribuée à Tocqueville[réf. nécessaire]. Elle souligne le fait que l'expression porte en elle une vision rétrospective de la période qu'elle nomme. Cette vision structurera durablement la manière d'envisager l'absolutisme français au XIXe et au XXe siècle. Elle sera discutée notamment par l'historien François Furet.

L'historien américain Arno Mayer, pour sa part, insistera sur la « persistance de l'Ancien Régime » dans un essai éponyme. Il estime en effet que, pour l'Europe entière, le XIXe siècle et les premières années du XXe siècle s'inscrivent dans la continuité de l'Ancien Régime. Il relève les indices de cette continuité à la fois dans les domaines politiques et dans les domaines économiques.

L'historien économiste Ernest Labrousse pourra parler d'« ancien régime économique » pour désigner les structures économiques qui prévalaient en France sous la monarchie absolue.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Définition de l'Ancien Régime sur "Toupictionnaire"

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arno Mayer, La persistance de l'ancien régime - L'Europe de 1848 à la Grande Guerre, éd. Aubier, 350p., 2010.
  • Jean Bouvier, Finance et financiers de l'ancien régime (avec Henry Germain-Martin), PUF, 1964

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]