E.Leclerc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leclerc.

E.Leclerc

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de E.Leclerc

Création 1949 à Landerneau (Bretagne)
Dates clés 1949 : ouverture du premier magasin, à Landerneau

1956 : ouverture de l'enseigne Leclerc vêtements

1964 : le magasin de Landerneau devient le 1er hypermarché E.Leclerc

1970 : création du Groupement d'achats des centres E.Leclerc (GALEC)

1997 : lancement de Marque Repère
Fondateurs Édouard Leclerc
Forme juridique Société coopérative à capital variable
Slogan « Chez E.Leclerc, vous savez que vous achetez moins cher »
Siège social Drapeau de France Ivry-sur-Seine (Île-de-France(France)
Direction Michel-Édouard Leclerc
Activité Grande distribution
Effectif 94 000 (2010)[1]
Site web www.e-leclerc.com
Chiffre d’affaires 45,6 milliards d'euros (2013) avec le carburant[2]
en augmentation + 4,4 % par rapport à 2012

E.Leclerc est une coopérative de commerçants et une enseigne de grande distribution à prédominance alimentaire d'origine française. À partir du premier magasin ouvert par Édouard Leclerc en 1949, elle regroupe aujourd'hui des magasins indépendants de plusieurs pays européens respectant les exigences de l'organisation. L'organisation emploie un peu moins de 100 000 personnes[1].

En 2007, E.Leclerc se lance dans la téléphonie mobile avec E.Leclerc Mobile. En 2008, E.Leclerc est l'enseigne leader sur le territoire français grâce à 16,4 % de parts de marché et 34,7 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Son principal concurrent sur ce marché est Carrefour, celui-ci possédant 13,2 % de parts de marché[3]. Cependant, on peut noter que Carrefour reprend la première place si on additionne les parts de marché de ses différentes enseignes (Carrefour Market, Carrefour Contact, Carrefour City, Carrefour Express, Shopi, 8 à Huit...), avec un total supérieur à 20 %.

Histoire[modifier | modifier le code]

Siège de E.Leclerc, au 26 quai Marcel Boyer (Ivry-sur-Seine)

En 1949, Édouard Leclerc ouvre son premier magasin, à Landerneau, en Bretagne[4], sur le même modèle que l'épicerie en libre service inventée par Félix Potin en 1844[5]. Par la suite, dans les années 1950, une nouvelle enseigne nommée Leclerc vêtements ouvre ses portes et le soixantième centre E-Leclerc ouvre également ses portes à Issy-les-Moulineaux par Jean-Pierre Le Roch. En 1964, le magasin de Landerneau, s'agrandit, il devient le 1er hypermarché E.Leclerc. Dès 1969, 75 centres se retirent pour former les futurs Intermarché. En 1970, le Groupement d'achats des centres E.Leclerc (GALEC) est créé. Au fil des années, fonde plusieurs espaces comme Le Manège à Bijoux en 1986, E.Leclerc Voyages en 1987, et L'auto E.Leclerc en 1988.

En 1973 Edouard Leclerc invente le concept de foire aux vins, qu'il lance dans ses supermarchés[6].

En 1991, E.Leclerc lance une gamme premier prix et crée la marque Tissaïa, première marque de vêtements E.Leclerc. L'année suivante, en 1992, il ouvre un premier magasin à Pampelune en Espagne et commence à se développer en Europe. Le premier Espace Culturel E.Leclerc ouvre ses portes en 1994. Leclerc ouvre un premier magasin à Varsovie, en Pologne. Leclerc arrête de distribuer des sacs plastiques jetables en 1995. La Marque Repère est lancée pour la première fois en 1997 par l'enseigne. L'année suivante, ouverture de la 1re parfumerie E.Leclerc Une heure pour soi. Durant l'année 1998, Leclerc et le groupement Système U s'associent en fanfare et créent une centrale d'achat commune appelé « Lucie ». L'entente ne durera que trois ans. Seule l'activité d'achat de carburant a survécu et l'entité a été rebaptisée "Synergie" sans publicité[7].

Centre commercial à Roques.
Centre commercial Le Méridien à Tarbes, berceau des espaces culturels E. Leclerc
Entrée d'un E.Leclerc dans le Var.

En 2001, Leclerc s'allie en Italie avec CONAD, mais seulement dans les hypermarchés. Ceux déjà installés passent de leur vieux nom, « Pianeta », à l'actuel en 4 ans. Fin 2004, le nom de cette enseigne a été vendu par la famille Leclerc aux adhérents du groupement[8]. En 2006, E.Leclerc met en place un comparateur de prix, condamné[9] et fermé suite à plainte déposée par son concurrent Carrefour. En réaction aux mouvements de concentration dans l'industrie des biens de grande consommation, et à l'initiative de E.Leclerc, les grandes enseignes du commerce indépendant de 5 pays européens se regroupent en créant Coopernic. Après modification, le site internet du comparateur de prix est rouvert en 2007 et déclaré licite après un jugement[10] suite à une nouvelle plainte déposée par le même concurrent[11]. Le concept drive sous l'enseigne Express Drive est initialement lancé par l'enseigne à Roques sur Garonne. En 2008, débuts du système de self-scanning permettant aux clients d'utiliser une douchette Wi-Fi sur quelques magasins, sans nombre limité de produits en 2009. Ce service permet un passage beaucoup plus rapide en caisse. Le groupe français de grande distribution E.Leclerc rachète au géant allemand de la distribution alimentaire Rewe une chaîne de 25 magasins "Billa" en Pologne, devenant ainsi la 4e enseigne d'hypermarchés et supermarchés dans ce pays en août 2009.

Le groupe Lancry rejoint le mouvement E.Leclerc en octobre 2010 et ouvre deux E.Leclerc à Lamentin en Martinique, remplaçant ainsi ses deux magasins sous enseigne Carrefour situés Place d'Armes et le magasin Landy de Long-Pré[12]. En 2012, le groupe Leclerc est condamné par la chambre commerciale du tribunal de grande instance de Colmar à verser 260 000 euros de dommages et intérêts pour publicité comparative illicite sur des produits de parapharmacie[13]. Le groupe Lancry ayant fait faillite, un affilié Système U rachète les deux magasins E. Leclerc de Martinique. L'acquéreur est Robert Parfait, qui exploite deux autres Hyper U en Martinique[14],[15]. Le 17 septembre 2012, Édouard Leclerc, fondateur du Groupe, décède à l'âge de 85 ans[16].

Le 20 novembre 2013, Pierre Moscovici, Ministre de l'Économie et des Finances, et Benoît Hamon, Ministre délégué chargé de l'Économie sociale et solidaire et de la Consommation, ont annoncé leur décision d'assigner le groupe de distribution E. Leclerc devant le Tribunal de commerce de Paris pour "déséquilibre" dans ses relations avec ses fournisseurs[17].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Entités du Groupement[modifier | modifier le code]

Approvisionnement[modifier | modifier le code]

Leclerc détrône Carrefour en 2013

Les E.Leclerc sont approvisionnés de façon obligatoire, par des centrales d'achats réparties par zones géographiques, il en existe 16 dont (le découpage géographique n'est pas strict, ainsi deux magasins d'un même département peuvent dépendre de deux centrales d'achats différentes), :

  • Scacentre : Société Centrale d'Approvisionnement du Centre est basée à Yzeure (03, à côté de Moulins), elle approvisionne les magasins d'Auvergne, du Cher et de Saône-et-Loire soit 20 magasins.
  • Scanormande : Société Centrale d'Approvisionnement Normande, basée à Lisieux (14), elle approvisionne les magasins de Normandie (35 hypers et 20 Drives) ainsi que ceux de l'ïle de la Réunion (14 magasins).
  • Scachap : Société Centrale d'Approvisionnement Charentes-Poitou, basée à Ruffec (16). Elle approvisionne les magasins de la Région Poitou-Charentes et du Limousin.
  • Scarmor : Société Centrale d'Approvisionnement de l'Armorique basée à Landerneau (29, ville de naissance du groupe), elle est actuellement dirigée par Philippe Cousyn. Elle possède 34 000 m2 d'entrepôts à Landerneau et au Relecq-Kerhuon (près de Brest, surnommé ScaKer) et approvisionne 38 adhérent des départements du Finistère, du Morbihan et des Côtes-d'Armor, principalement les magasins à l'Ouest d'une ligne St-Brieuc/Lorient.
  • Socamil : SOciété Coopérative d'Approvisionnement Midi et Languedoc basée à Tournefeuille (31, près de Toulouse) approvisionne les 26 adhérents des région Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon soit 32 magasins.
  • Scaso : Société Centrale d'Approvisionnement du Sud-Ouest basée à Cestas (33), elle approvisionne les magasins de la Gironde, de Lot-et-Garonne, de la Dordogne et de la Correze soit une quarantaine.
  • Socara : SOciété Coopérative d'Approvisionnement de Rhône-Alpes est basée à St-Quentin-Fallavier (38) approvisionne plus de 45 magasins et drives en région Rhône-Alpes, ainsi qu'un magasin en Italie et deux en Slovénie.
  • Scalandes : Société Centrale d'Approvisionnement des Landes basée à Mont-de-Marsan (40), elle approvisionne les adhérents des Landes, des Pyrénées-Atlantiques, des Hautes-Pyrénées, du Gers et du Lot-et-Garonne, ainsi que les magasins espagnols et portugais en produits frais[18].
  • Scaouest : Société Coopérative d'Approvisionnement de l'Ouest, basée à Saint-Etienne-de-Montluc (44), approvisionne les magasins d'une partie des Pays de la Loire (Loire-Atlantique, Vendée et Maine-et-Loire principalement) et quelques magasins bretons.
  • Scapest : Société Coopérative d'Approvisionnement Paris-Est, basée à Saint-Martin-sur-le-Pré (51), elle approvisionne des magasins de Champagne-Ardenne, de Lorraine, de Picardie, de Seine-et-Marne et de l'Yonne. Son président est Jean-Paul Pageau (fortune en 2010 estimée à 80 M€)[19], qui dirige également les hypermarchés de Saint-Brice-Courcelles et Champfleury et possède de plus des participations dans ceux de Vertus et de Romilly-sur-Seine[20].
  • Scapartois : Société Centrale d'Approvisionnement d'Artois, basée à Tilloy-lès-Mofflaines (près d'Arras) (62), elle approvisionne les magasins de la Région Nord-Pas-de-Calais, de la Somme et de la Seine -Maritime.
  • Scapalsace : Société Centrale d'Approvisionnement d'Alsace, basée à Colmar (68), elle approvisionne les magasins d'Alsace, de Franche-Comté, de Côte d'Or, et une partie de la Lorraine.
  • Socamaine : Société Coopérative d'Approvisionnement du Maine basée à Champagné (72, près du Mans), elle approvisionne 27 adhérents des départements de l'Ille-et-Vilaine à l'Indre-et-Loire, au Loiret et de l'Orne (soit 35 magasins). Les entrepôts de Champagne occupent 90 000 m2.
  • Scadif : Société coopérative Alimentaire d’Île-de-France basée à Savigny-le-Temple (77), elle approvisionne 22 hypermarchés du sud de l'Île-de-France.
  • Lecasud : Leclerc Approvisionnement SUD est basée à Le Luc (83) et approvisionne les magasins du sud de la France, principalement en Provence-Côte d'Azur. Elle dessert 44 magasins à partir des 100 000 m2 d'entrepôts du Luc. Présidé par Anny Courtade qui exploite aussi les magasins de Saint-Raphaël et du Cannet[20]. Le directeur est Thierry Quaranta[21].
  • Scapnor : Société Centrale d'Approvisionnement, basé à Bruyères-sur-Oise (95), approvisionne les magasins du nord de l'Île-de-France.
  • Trois autres sont à l'étranger : Scaber pour l'Espagne, Cooplecnorte pour le Portugal et Scawar pour la Pologne.

Les produits d'électroménager, audiovisuel et informatique sont approvisionnés par trois plateformes nommées B.T. LEC (Bazar Technique LEClerc), situées à Reims (approvisionnant 255 magasins dont le Portugal, l'Andorre et la Slovénie), Nantes et Bordeaux[22].

Magasins spécialisés[modifier | modifier le code]

Les E.Leclerc ont développé des concepts comme l'agence de voyage, les centres-auto, la parapharmacie, l'espace culturel et le manège à bijoux.

Leclerc Pro est un service grossiste, semi-gros basé de 250m² à Capbreton (Landes) en concurrence avec Métro.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Scamark[modifier | modifier le code]

La Scamark est un organisme s'occupant de la création et de la mise en vente des produits des MDD E.Leclerc que sont Marque Repère, ECO+ et Nos régions ont du talent. Cette structure a été créée par Jean-Pierre Gonthier, adhérent E.Leclerc à Orléans et propriétaire des hypermarchés de Fleury-les-Aubrais et d'Olivet, dont la fortune est estimée en 2010 à 67 M€[20],[23],[24].

Lucie[modifier | modifier le code]

E.Leclerc disposait d'une centrale d'achat partenaire de celle de Système U nommée « Lucie » fondée en 1998. ils ont finalement décidé d'abandonner leur coopération au bout de trois ans seulement[7].

Unités industrielles du groupe[modifier | modifier le code]

Pour assurer son indépendance face aux grands industriels, le groupe a décidé d'investir dans ses propres unités de fabrication de produit. L'investissement est nettement inférieur à son concurrent Intermarché en se limitant à deux produits: la viande et l'eau.

  • Kermené: une société de transformation de la viande et de salaison racheté en 1978 (les abattoirs Gilles) qui approvisionne en viande les centres E. Leclerc.
  • Aquamark : est une filiale de la scamark, elle possède une usine d'embouteillage d'eau de source à Laqueuille (Puy-de-Dôme), qu'elle distribue en tant que Marque Repère ou Éco+ dans les centre E.Leclerc[25] depuis 2005[26].

Leclerc Drive[modifier | modifier le code]

Après la première ouverture sur le site de Roques sur Garonne en 2007, ces points de service au volant se sont multipliés progressivement. L'enseigne propose à tous ses adhérents de promouvoir ce nouveau type de distribution. Les franchisés ouvrent de nombreux points de retrait ; des drives et d'autres proposent un service d'enlèvement au sein d'un magasin existant.

Début 2012, l'enseigne revendique 192 points de retrait. En décembre 2012, ce chiffre s'établit à 264, et en février 2013 à 284. Au 1er janvier 2014, on compte en France 445 Leclerc Drive (source Nielsen TradeDimensions)

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Implantations[modifier | modifier le code]

Emplacement des magasins E. Leclerc en Europe, au 17 octobre 2012.

En avril 2013, E.Leclerc possédait 126 magasins hors de France : 41 en Italie, 43 en Pologne, 20 au Portugal, 18 en Espagne, 2 en Andorre et 2 en Slovénie[27]. Au 27 février 2014, on recense 585 magasins Leclerc en France[28] et (au moins) 116 autres dans le reste de l'Europe (43 en Pologne[29], 33 en Italie[réf. souhaitée], 21 au Portugal[30], 18 en Espagne[31], 2 en Slovénie[32] et 2 en Andorre[réf. souhaitée]).

Nombres de magasins E.Leclerc par pays au 27 février 2014
Pays 1er magasin Nombre de magasins
Drapeau de la France France (incl. outre-mer) 1949 585
Drapeau de la Pologne Pologne 1994 43
Drapeau de l'Italie Italie 2001 33
Drapeau du Portugal Portugal 1992 21
Drapeau de l'Espagne Espagne 1992 18
Drapeau d'Andorre Andorre [Quand ?] 2
Drapeau de la Slovénie Slovénie 2000 2

Principaux magasins[modifier | modifier le code]

Selon leur chiffre d'affaires de 2010, carburant inclus, voici les centres E.Leclerc qui se retrouvent dans le top 100 du magazine Linéaires[33],[34] :

  1. Arcydis (Bois-d'Arcy) 189,3 M€ (38e), propriétaire Thierry Da Costa [20]
  2. Brest-Gouesnou 184,2 M€ (41e), propriétaire Edouard Leclerc[35]
  3. Blagnac 178,4 M€ (47e), propriétaire Thierry Cornac[36]
  4. Échirolles 162,2 M€ (70e)
  5. Troyes 160 M€ (74e)
  6. Poitiers 158,6 M€ (77e)
  7. Hypercosmos (Saint-Médard-en-Jalles) 152,8 M€ (80e), propriétaire François Levieux
  8. Saint-Herblain 149,4 M€ (91e)

Clauses abusives[modifier | modifier le code]

Suite à l'arrêt de la cour d'appel de Paris du 18 février 2013, faisant suite à une décision du tribunal de commerce de Créteil en 2011, le géant de la distribution E. Leclerc a été condamné à une amende de 500.000 euros pour des "clauses déséquilibrées" insérées dans des contrats avec des fournisseurs, a annoncé le 27 janvier 2014 la DGCCRF [37],[38].

Historique des chiffres d'affaires[modifier | modifier le code]

Chiffres d'affaires annuels en milliards d'euros
2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Chiffre d'affaires 26[39] 27.2[40] ND 28.5[41] ND 32.6[42] 34.7[43] 29.4[44] [45] 37.5[46] 37.8[47] 43.7[48] 45.6[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pourquoi rejoindre le mouvement E.Leclerc ?, mouvement-leclerc.com
  2. a et b Leclerc : ventes en hausse de 4.4 %, prudence pour 2014. Sur le site la-croix.com, consulté le 27 septembre 2014.
  3. « Les parts de marché des différentes enseignes d’hypermarché » (consulté le 22 février 2009)
  4. vidéo: L'Ouest en mémoire (Ina) - L'aventure d'Edouard Leclerc 1959, reportage réalisé à Landerneau en 1959
  5. Gérard Cliquet, Recherches sur la distribution moderne, L'univers du livre,‎ 2007 (lire en ligne), p. 6
  6. "Les foires aux vins ont anobli notre profession", Challenges, 16 septembre 2014
  7. a et b Frédéric Carluer-Lossouarn, Lucie aurait 10 ans : retour sur un fiasco, Linéaires, n°239, septembre 2008, p.33
  8. A. BO., La famille Leclerc cède son nom aux adhérents du groupe, Les Échos, 17/12/2004
  9. La décision du tribunal de commerce de paris du 7 juin 2006
  10. La décision du tribunal de commerce du 29 mars 2007
  11. M.V., Comparer les prix est devenu l'enjeu d'une formidable bataille, www.lefigaro.fr, 05/04/2007 [lire en ligne]
  12. Magasin Rayon Boisson n°189 d'octobre 2010: page 24
  13. Parapharmacie: Leclerc condamné à Colmar pour une publicité comparative "illicite" sur Le Parisien
  14. Rayon Boissons n°204 février 2012
  15. Martinique : les Leclerc rachetés par U sur Linéaires
  16. « Mort d'Edouard Leclerc, fondateur des supermarchés du même nom », sur Le monde,‎ 17 septembre 2012 (consulté le 17 septembre 2012)
  17. « Le gouvernement assigne le groupe Leclerc en justice », sur Le Monde,‎ 20 novembre 2013 (consulté le 21 novembre 2013)
  18. « les 3èmes MDP6 visitent l’entreprise « Scalandes » à Mont de Marsan »
  19. http://www.challenges.fr/classements/fortune.php?cible=1478
  20. a, b, c et d « Les Barons de chez Leclerc...(GALEC): Défendre le pouvoir d'achat des Français, ça rapporte (très!) gros! »,‎ 2 juillet 2011 (consulté le 2 juillet 2011)
  21. « Le Luc: les salariés de Lecasud délogent les manifestants », sur Varmatin,‎ 22 octobre 2010 (consulté le 22 octobre 2010)
  22. [PDF] « Un grand bazar TRÈS BIEN RANGÉ »,‎ 2009
  23. « Les 500 plus grandes fortunes françaises », sur Challenges.fr (consulté le 13 décembre 2012)
  24. « Société.com » (consulté le 13 décembre 2012)
  25. « Communiqué de presse de Leclerc pour l'ouverture de l'usine Acquamarq » (consulté le 11 novembre 2009)
  26. [Lien introuvable] http://www.lsa-conso.fr/l-usine-de-production-d-eau-de-leclerc-en-construction,5589
  27. E. Leclers, « Les implantations», 16 avril 2013, dernière consultation le 27 février 2014.
  28. Liste des magasins E. Leclerc en France, dernière consultation le 27 février 2014.
  29. Site des magasins E. Leclerc en Pologne (en polonais), dernière consultation le 27 février 2014.
  30. Site des magasins E. Leclerc au Portugal (en portugais), dernière consultation le 27 février 2014.
  31. Site des magasins E. Leclerc en Espagne (en espagnol), dernière consultation le 27 février 2014.
  32. Site des magasins E. Leclerc en Slovénie (en slovène), dernière consultation le 27 février 2014.
  33. « lineaires.com » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  34. JDN, « François Levieux : un puissant patron beau-frère de Michel-Edouard »,‎ 17 septembre 2009 (consulté le 17 septembre 2008)
  35. http://www.lsa-conso.fr/des-successions-en-douceur-chez-leclerc,83519
  36. http://www.journaldunet.com/economie/distribution/enquete/ils-regnent-sur-les-hypermarches-leclerc/remy-nauleau-proprietaire-des-deux-plus-gros-leclerc-de-france.shtml
  37. Leclerc condamné pour ses relations avec les fournisseurs, Challenges, 27 janvier 2014
  38. Leclerc condamné à 500 000 euros d'amende pour "clauses déséquilibrées", Le Point, 27 janvier 2014
  39. Forte progression des centres E.Leclerc en 2002 (5 %). Sur le site web.archive.org, consulté le 27 septembre 2014.
  40. Avec une part de marché à 17.2 % en 2003, les centres E.Leclerc confirment leur position d'enseigne numéro un de la distribution en France. Sur le site web.archive.org, consulté le 27 septembre 2014.
  41. Avec 17.1 % de part de marché en 2005, E.Leclerc, 1re enseigne d'hypermarchés en France, creuse l'écart avec ses concurrents. Sur le site web.archive.org, consulté le 27 septembre 2014.
  42. Le réseau Leclerc en chiffres. Sur le site lejournaldesentreprises.com, consulté le 27 septembre 2014.
  43. Les Centres E.Leclerc enregistrent une hausse de 6.7 % du chiffre d'affaires. Sur le site 20minutes.fr, consulté le 27 septembre 2014.
  44. Leclerc en croissance de 5.6 % en 2009. Sur le site lsa-conso.fr, consulté le 27 septembre 2014.
  45. Hors carburants
  46. Belle performance de Leclerc en 2010. Sur le site lineaires.com, consulté le 27 septembre 2014.
  47. E.Leclerc. Sur le site lsa-conso.fr, consulté le 27 septembre 2014.
  48. +7,5 % pour E.Leclerc en 2012. Sur le site lineaires.com, consulté le 27 septembre 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]