Pavie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pavie (homonymie), Pavia (homonymie) et Bataille de Pavie.
Pavie
Blason de Pavie
Héraldique
Image illustrative de l'article Pavie
Noms
Nom italien Pavia
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Lombardy.svg Lombardie 
Province Pavie 
Code postal 27100
Code ISTAT 018110
Code cadastral G388
Préfixe tel. 0382
Démographie
Gentilé pavesi (en français pavesans)
Population 71 142 hab. (31-12-2010[1])
Densité 1 147 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 11′ 00″ N 9° 09′ 00″ E / 45.18333, 9.15 ()45° 11′ 00″ Nord 9° 09′ 00″ Est / 45.18333, 9.15 ()  
Altitude Min. 77 m – Max. 77 m
Superficie 6 200 ha = 62 km2
Divers
Saint patron San Siro
Fête patronale 9 décembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lombardie

Voir sur la carte administrative de Lombardie
City locator 14.svg
Pavie

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Pavie

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Pavie
Liens
Site web http://www.comune.pv.it

Pavie est une ville de la province de même nom en Lombardie (Italie).

Nom[modifier | modifier le code]

Pavie est nommée Pavia en italien et en lombard. À partir du VIe siècle, la ville est nommée Papia, un dérivé probable du nom d'une gens romaine.

À l'époque romaine, Pavie porte le nom de Ticinum, dérivant du nom de la rivière Tessin (Ticino en italien) ; l'étymologie de ce dernier nom est incertaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Pavie est située sur les rives du Tessin, à une dizaine de kilomètres en amont de son confluent avec le . Milan, au nord, est distante de 35 km ; Gênes, au sud, de 90 km ; Turin, à l'ouest, de 110 km.

La ville est située dans la plaine du Pô, au nord-ouest de la péninsule italienne, dans le nord de la province de Pavie, elle-même dans le sud-ouest de la Lombardie.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Pavie est typique de la moyenne plaine du Pô. Les hivers sont froids et humides, les étés sont chauds et parfois entrecoupés d'orages qui rafraichissent temporairement l'atmosphère. Le printemps et l'automne sont les périodes les plus pluvieuses.

Relevé météorologique de Pavie
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) -2 -0,4 3,4 7,1 11,4 15 17,1 16,5 13,5 8,7 3,6 -0,3 7,8
Température maximale moyenne (°C) 3,9 7,7 13,4 18,4 23,3 27,2 29,8 28,6 24,6 17,6 10 4,9 17,5
Précipitations (mm) 57 56 69 74 74 60 48 52 59 88 81 64 782
Nombre de jours avec précipitations 7 7 8 8 8 6 5 5 5 7 8 7 81
Source : Station météorologique de Pavie C. Pelizza


Hameaux[modifier | modifier le code]

L'actuelle commune de Pavie s'est formée au cours des siècles grâce à la combinaison de plusieurs communes. En 1883, la commune de Corpi Santi di Pavie, qui regroupait les fermes et les faubourgs de la ville juste à l'extérieur des murs d'enceinte, est intégrée à Pavie. Les domaines qui ne sont pas à proximité du centre appartenaient à trois entités administratives : le Parco Visconteo, la Campagna Sottana et la Campagna Soprana. Pavie comprend les hameaux suivants : Albertario, Ca' della Terra, Cantone Tre Miglia, Cassinino, Cittadella, Fossarmato, Mirabello, Montebellino, Pantaleona, Prado et Villalunga.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Pavie est limitrophe des communes de Borgarello, Carbonara al Ticino, Certosa di Pavia, Cura Carpignano, Marcignago, San Genesio ed Uniti, San Martino Siccomario, Sant'Alessio con Vialone, Torre d'Isola, Travacò Siccomario et Valle Salimbene.

Histoire[modifier | modifier le code]

La date de fondation de Pavie n'est pas connue mais date probablement de l'époque romaine ; elle porte d'abord de nom de son fleuve, Ticinum. Camp militaire, la ville prend de l'importance en 187 av. J.-C. lorsqu'elle est atteinte par une prolongation de la Via Emilia. Peu de choses sont connues sur Ticinum : il s'agit d'un municipium, un arc de triomphe y est érigé en l'honneur d'Auguste et devient un atelier monétaire aux IIIe et IVe siècles. Cornélius Népos y naît probablement. Le centre historique de Pavie, un quadrilatère d'un km², possède la structure typique dérivée d'un camp romain avec ses deux axes perpendiculaire, le cardo et le decumanus.

Pavie est pillée par Attila en 452. En 476, Odoacre vainc Flavius Oreste à Pavie après un long siège. En représailles, Odoacre détruit complètement la ville. Après les conquêtes lombardes, Pavie devient la capitale du nouveau royaume lombard en 568, sous le nom de Papia. Théodoric y construit un palais, des bains, un amphithéâtre et une nouvelle enceinte.

En 774, après un siège, Charlemagne conquiert Pavie et capture Didier de Lombardie, assumant la couronne du royaume lombard. Pavie reste cependant la capitale du royaume d'Italie ; les couronnements royaux ont lieu dans la basilique San Michele Maggiore.

En 924, Pavie est prise pour la deuxième fois par les Magyars qui lançaient régulièrement des raids dans le nord de l'Italie depuis vingt-cinq ans ; pillée, la ville est incendiée et seuls deux cents habitants échappèrent au massacre[2].

Au XIIe siècle, Pavie acquiert le statut de commune autonome. Dans la lutte entre guelfes et gibelins, Pavie est traditionnellement gibeline, une position causée à la fois par sa rivalité avec Milan que comme attitude de défi envers l'Empereur[Contradiction]. Lors du traité de Pavie en 1329, l'Empereur Louis IV accorde le Palatinat aux descendants de son frère, le duc Rodolphe Ier. Pavie lutte contre la domination de Milan mais est finalement annexée par la famille Visconti, ducs de Milan, en 1359. Sous les Visconti, Pavie devient un centre intellectuel et artistique. L'université de Pavie est fondée en 1361 à partir d'une ancienne école de droit pré-existante et attire des étudiants de nombreux pays.

En 24 février 1525, la bataille de Pavie voit la victoire de Charles Quint sur François Ier. Elle débouche sur une période d'occupation espagnole qui dure jusqu'en 1713. Pavie est alors gouvernée par l'Autriche jusqu'en 1796, puis conquise et mise à sac par les Français de l'armée d'Italie. En 1815, elle repasse sous contrôle autrichien.

Après la campagne d'Italie, Pavie est réunie, comme le reste de la Lombardie, au royaume de Sardaigne. L'unification italienne conduit à la proclamation du royaume d'Italie un an plus tard.

En 1894, au numéro 11 de la via Ugo Foscolo (maison Cornazzani), a vécu pendant environ un an Albert Einstein, alors âgé de quinze ans, avec sa famille.

Monuments et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Pavie est l’une des étapes importantes de la via Francigena, voie de pèlerinage qui mène jusqu’à Rome. Elle possède de nombreux édifices religieux.

  • Le monument religieux le plus remarquable de Pavie est sa chartreuse, située à 8 km au nord de la ville. Fondée en 1396, elle comprend un monastère de l'ordre des chartreux ; sa construction s'est achevée au XVIIIe siècle après ajout constant de nouvelles décorations. Le monastère est toujours utilisé par des moines, mais est ouvert aux visiteurs.
  • La construction du Duomo (cathédrale) débute en 1488 mais n'est achevée qu'en 1898 avec la construction de la façade et le dôme suivant les plan initial. Le bâtiment possède un plan octogonal. Le dôme central s'élève à 97 m de haut et pèse 20 000 tonnes ; il s'agit du troisième plus grand dôme d'Italie, après ceux de la basilique Saint-Pierre de Rome et de la cathédrale Santa Maria del Fiore de Florence. La cathédrale abrite la dépouille de saint Siro, premier évêque de Pavie (IIe siècle). En 1989, la tour de la Mairie, située sur la flanc gauche de l'église, s'est écroulée
  • La basilique San Michele Maggiore (Saint-Michel-Majeur) est un exemple d'architecture religieuse romane de Lombardie. Elle est située sur le site d'une église lombarde pré-existante, dont la partie inférieure du campanile fait partie. Détruite en 1004, l’église est rebâtie à la fin du XIe siècle et achevée en 1155. Elle est caractérisée par l'usage de grès et par un très long transept, possédant une façade et une abside propres. Frédéric Barberousse y est couronné en 1155.
  • La basilique San Pietro in Ciel d'Oro (Saint-Pierre-au-Ciel-d'or), fondée au début du VIe siècle, est reconstruite en 1132. Elle abrite le tombeau de saint Augustin, ainsi que les restes du roi lombard Liutprand (mort en 744), qui y avait rapporté de Sardaigne les reliques de saint Augustin, et la tombe de Boèce. Similaire à San Michele Maggiore, elle en diffère par sa façade asymétrique à un seul portail, l'utilisation de brique plutôt que de grès et, pour l'intérieur, l'absence de matronei (galeries réservées aux femmes) et un transept plus court. L'arche accueillant les reliques de saint Augustin est construite en 1362 par des artistes de Campione et est décorée de 150 statues et bas-reliefs. L'église est mentionnée par Dante Alighieri dans sa Divine Comédie (Paradis, X, 128).
  • La basilique San Teodoro, dédiée à l'évêque médiéval Théodore, est la troisième basilique romane de la ville, ainsi que la plus petite. Elle est située sur les pentes conduisant au Tessin et étaient utilisée par les pécheurs. À l'intérieur, deux fresques représentant des vues d'ensemble de Pavie datent de 1525 et sont attribuées au peintre Bernardino Lanzani. Elles sont extrêmement détaillées et révèlent que le plan d'urbanisme de Pavie a très peu changé au cours des 500 dernières années.
  • L’église Santa Maria del Carmine est un exemple d’architecture gothique en brique du Nord de l’Italie. Il s’agit de la deuxième plus grande église de Pavie après la cathédrale et son plan a la forme d’une croix latine. Sa façade caractéristique possède une grande rosace.
  • L’église Santi Gervasio e Protasio est consacrée aux martyrs du IIIe siècle Gervasio et Protasio et abriterait leurs reliques.

Galerie[modifier | modifier le code]

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Le château Visconti (Castello Visconteo), construit entre 1360 et 1365 par Galéas II Visconti, est une large construction fortifiée qui servait de résidence privée plutôt que de forteresse. Le poète Pétrarque y a vécu après avoir accepté l'invitation de Jean Galéas Visconti à s'occuper de la bibliothèque, riche d'un millier de livres et de manuscrits, perdue depuis. Le château abrite les musées de la ville.

L'université de Pavie, fondée en 1361, est l'une des plus anciennes d'Europe ; une école de rhétorique est mentionnée dès 825, dans une capitulaire du roi Lothaire, faisant éventuellement de ce centre la proto-université la plus ancienne d'Europe. Le bâtiment central est un bloc de douze cours datant du XVe au XIXe siècle. La façade va du style baroque au néoclassicisme.

Pavie conserve des tours médiévales, principalement dans le coin de la piazza Leonardo da Vinci, la via Luigi Porta et la piazza Collegio Borromeo.

Le Ponte Coperto est un pont couvert qui franchit le Tessin et relie la vieille ville à la rive droite. Le pont est la reconstruction d'un pont plus ancien datant du XIVe siècle et sérieusement endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale.

Culture[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
18 avril 2005 9 juin 2009 Piera Capitelli Parti démocrate  
9 juin 2009 en cours Alessandro Cattaneo Le Peuple de la liberté  
Les données manquantes sont à compléter.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Essai historique sur les invasions des Hongrois en Europe et spécialement en France, p. 35, par L. Dussieux. Consultable sur Archive.org.

Liens externes[modifier | modifier le code]