Militaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Soldat » redirige ici. Pour les autres significations, voir Soldat (homonymie).
De gauche à droite : un soldat indochinois, français, sénégalais, anglais, russe, italien, serbe, grec et indien durant la Première Guerre mondiale.
Soldats de l'ex-Nationale Volksarmee en RDA.

Un militaire est un membre des forces armées « régulières », c'est-à-dire d'une institution de défense d'un État. On emploie également le terme soldat lorsqu'il s'agit d'un combattant, le terme mercenaires étant réservé aux combattants recrutés sans statut particulier le temps d'un conflit ou même d'une opération.

Les forces militaires sont constituées :

  • de personnels sous contrat, volontaires qui ont choisi de s'enrôler pour une durée déterminée ;
  • de personnels de carrière (il s'agit en général des cadres, sous-officiers et officiers) ;
  • de personnels enrôlés par l'État par devoir civique, dans le cadre de la conscription ;
  • éventuellement, en cas de troubles et de conflit, de personnels enrôlés sous la contrainte de la mobilisation, sélective ou générale.

Pour acquérir une spécialité ou pour un entraînement général préalable, les militaires suivent des stages de préparation militaire.

L'une des caractéristiques du militaire est son obéissance à la discipline militaire et aux ordres reçus, tout particulièrement en temps de guerre, circonstances dans lesquelles, d'une façon générale, ses droits personnels sont très limités. Le refus d'obéir ou la désertion sont rigoureusement punis, que ce soit dans une armée de métier ou de conscrits. Il est généralement proscrit, pour un militaire, d'être syndiqué, membre d'une association ni d'un parti politique.

De nombreux groupes armés en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud intègrent des enfants (dits enfants soldats) à partir de l'âge de six ans. On estime le nombre de ceux-ci à 250 000 au cours de l'année 2010[1].

Fonctions dans l'armée[modifier | modifier le code]

Un militaire peut avoir une activité de terrain, de commandement. En effet, la mise en œuvre d'une armée nécessite une composante logistique et commandement militaire importante. On parle souvent d'échelons : échelon de commandement, échelon logistique, échelon opérationnel.

Parmi les emplois opérationnels, on distingue :

Budget du personnel militaire[modifier | modifier le code]

Le coût global d'un militaire pour l'État qui l'emploie (solde, formation, nourriture, logement, assurance, matériels, retraite, pensions d'invalidité, etc.) est extrêmement divers selon les situations. Alors que la grande majorité des soldats de l'Antiquité devaient se payer leur équipement, situation qui prévalut jusqu'au Moyen Âge avec les chevaliers ayant leur propre harnachement, celui-ci est désormais fourni dans l'immense majorité par les armées régulières.

Un simple conscrit employé comme fantassin durant les guerres industrielles du début du XXe siècle et dans des États du Tiers-Monde coûte évidemment beaucoup moins cher qu'un pilote de combat professionnel des années 2000 dont la formation s'étire sur des années.

Cas extrême, un militaire professionnel dans les forces armées des États-Unis, de la signature du contrat d'engagement à la mise en terre, coûte en moyenne cinq millions de dollars américains au département de la Défense en 2005 et ces frais ne cessent d'augmenter[2].

Le déploiement de troupes bien équipées sur les théâtres d'opérations lointains est également onéreux.

En 2010, un soldat des Forces canadiennes de la Force internationale d'assistance et de sécurité en Afghanistan, pays enclavé et ne disposant pas d'importantes infrastructures, revient, hors solde, hors acheminement initial, à environ 525 000 dollars canadien (350 000 euros)[3]; la dépense par soldat engagé outre-mer se situant en moyenne annuelle 5,16 millions d’euros dans l’Union européenne en 2011. Pour le soutien et le fonctionnement de base d'un militaire engagés en opérations extérieures, il faut en moyenne, toujours dans l'Union européenne, 16 militaires et 15 civils à domicile (35 militaires et 15 civils en Allemagne, 8 militaires et 2 civils en France, 9 militaires et 4 civils au Royaume-Uni)[4].

Les missions d’un militaire (doctrine d’emploi des forces)[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de son engagement dans les forces armées de son pays, le militaire s’astreint volontairement à servir la défense des intérêts vitaux du pays, tels qu’ils sont définis par son gouvernement, et sous les ordres de ses supérieurs hiérarchiques (officiers généraux). Les missions que le militaire effectue dans l’armée correspondent à 3 grands axes[5] :

  1. La défense du territoire national et de ses ressortissants ;
  2. Participation aux systèmes d’alerte de sécurité et d’information ;
  3. Maintien de la paix à l’étranger et sous mandat international.

Ces 3 grands axes, qui déterminent l’action des forces armées d’un pays, se manifestent par une gamme étendue et variée de missions où le risque suprême de trouver la mort en exerçant son métier, qui est le propre de la profession de militaire, n’est pas conditionné par le caractère vital pour le pays des missions qui lui sont confiées. La défense de l’intégrité du sol et du territoire [6] nationaux figure au premier plan de l’engagement particulier des membres des forces armées, qu’ils soient militaires du rang, officiers, volontaires recrutés dans la population civile ou conscrits. C’est dans une telle éventualité que les militaires s’entraînent à combattre ou bien encore à soutenir les troupes engagées à l’avant du front. Une capacité de riposte permanente qui met aussi le professionnel de la guerre en mesure d’être engagé dans des opérations de moins haute intensité, sur le territoire ou à l’extérieur des frontières. On citera pêle-mêle la lutte contre le terrorisme[7], les menaces chimiques et bactériologiques[8], la surveillance du ciel[9], etc.

Cette préparation à l’aptitude au combat offre également l’opportunité au gouvernement d’envoyer les militaires exercer leurs talents en dehors des frontières naturelles de leur pays, en les engageant dans des opérations de pacification sous mandat international[10], et/ou dans l’action civilo-militaire qui se situe souvent en corollaire de la première option.


Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Journée internationale des enfants soldats (12 février 2010)
  2. (en) New Model Army Soldier Rolls Closer to Battle, Tim Weiner, New York Times, 16 février 2005
  3. (en) Afghanistan mission price tag passes 525,000 Dollar per soldier, Matthew Fisher, Canwest News Service, 9 janvier 2010
  4. (de) « Bundeswehr ist rekordverdächtig ineffizient », Wirtschaftswoche,‎ 3 juillet 2011 (consulté le 5 juillet 2011)
  5. Les missions confiées aux forces armées, sur le site du ministère de la Défense
  6. La doctrine militaire française de 1871 à 1914, sur le blogue de Carl Pépin, 12 janvier 2011
  7. Avec Vigipirate, les militaires ont la patate, sur le site d’un soldat de métier, 17 février 2014
  8. L’analyse des petits chimistes de la Marine, sur le site d’un soldat de métier, 11 juillet 2014
  9. Comment l’armée de l’Air surveille l’espace, sur le site d’un soldat de métier, 3 février 2014
  10. Principes de base des opérations extérieures, sur le site de l’ONU

Articles connexes[modifier | modifier le code]