Cathédrale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cathédrale (homonymie).

Une cathédrale est, à l'origine, une église où se trouve le siège de l'évêque (la cathèdre) ayant en charge un diocèse. Toutefois, il existe aujourd'hui des cathédrales sans évêque, le terme « cathédrale » étant alors conservé même si le siège épiscopal est transféré ailleurs ou supprimé.[réf. nécessaire]

Étymologie et termes associés[modifier | modifier le code]

Le terme cathédrale est d'abord un adjectif dans la locution église cathédrale (yglises cathedraux « églises épiscopales » dès 1180[1]) avant de devenir un substantif au XVIIe siècle.
En français, le verbe cathédrer et le participe cathédrant ont signifié « présider »[2] et « présidant »[3].

Le mot latin d'origine grecque cathedra « siège à dossier », par extension « charge épiscopale ou autre » a régulièrement abouti au français chaire « siège à dossier » « chaire de professeur », la forme chaise est issue de chaire par assibilation dialectale du r intervocalique.

En Italie et dans une partie de l'Allemagne, notamment dans la province ecclésiastique de Cologne, une cathédrale est souvent appelée dôme (en italien : duomo ; en allemand : Dom), du latin domus, abréviation de domus Dei, la maison de Dieu. Ainsi la cathédrale de Milan est-elle couramment appelée, en italien, le duomo di Milano.

Dans d'autres parties de l'Allemagne et en Alsace, une cathédrale est souvent appelée Münster, du latin monasterium.

Dans la péninsule ibérique, une cathédrale est souvent appelée siège (en espagnol : seo ; en aragonais : seo ; en catalan : seu ; en portugais :  ; en galicien : ), du latin sedes. Ainsi la cathédrale Saint-Sauveur de Saragosse est-elle couramment appelée, en aragonais, la seu d'o Salvador de Zaragoza. La cathédrale d'Urgell, couramment appelée, en catalan, seu d'Urgell, a donné son nom à la ville de La Seu d'Urgell, antérieurement appelée Urgell.

Une pro-cathédrale est une cathédrale provisoire : soit une église qui assume provisoirement la fonction de cathédrale sans en avoir le titre canonique, en raison de l'indisponibilité de la cathédrale « titulaire » (en travaux, en construction, démolie, etc.).

Une co-cathédrale est un édifice religieux élevé au rang de cathédrale alors qu'il en existe une autre dans le diocèse. La co-cathédrale latine de Jérusalem en est un exemple.

Le prêtre qui supervise les offices et la gestion d'une cathédrale est appelé archiprêtre (ou recteur-archiprêtre si celle-ci a le rang de basilique).

Rôle et origine des cathédrales[modifier | modifier le code]

Dans les églises primitives, le trône de l'évêque, la cathèdre (cathedra en latin) est placée au fond de l'abside, dans l'axe, comme le siège du juge de la basilique antique, tandis que l'autel s'élève en avant de la tribune, ordinairement sur le tombeau d'un martyr. L'évêque, entouré de son clergé, se trouve ainsi derrière l'autel, isolé et dépourvu de retable et voit donc l'officiant en face. Cette disposition primitive - puisqu'elle n'est plus usitée aujourd'hui, depuis qu'en vertu de la réforme liturgique, l'officiant fait face à l'Assemblée des fidèles- explique pourquoi, jusque vers le milieu du dernier siècle du Moyen Âge, dans certaines cathédrales, le maître-autel n'est qu'une simple table sans gradin, tabernacles ni retables.

Dans les églises cathédrales, les évêques procèdent aux ordinations. Lorsqu'un évêque est invité par l'abbé d'un monastère, une cathèdre est disposée au fond du sanctuaire : l'église abbatiale devenant temporairement une cathédrale.

Le siège épiscopal est considéré comme le signe et le symbole de la juridiction des évêques. La cathédrale n'est pas seulement une église dédiée au service du culte, elle conserve, surtout durant les premiers siècles du christianisme, le caractère d'un tribunal sacré, analogue à celui de la basilique antique. Ainsi les cathédrales demeurent jusqu'au XIVe siècle, des édifices à la fois religieux et civils. On ne s'y réunit pas seulement pour assister aux offices religieux, on y tient aussi des assemblées de nature politique ; les considérations religieuses n'étant cependant pas dépourvues d'influence sur ces réunions civiles ou militaires.

Contrairement aux idées reçues, la cathédrale de Rome n'est pas la basilique Saint-Pierre du Vatican mais l’archibasilique Saint-Jean du Latran, tête et mère des églises de la Ville et du monde.

Gestion des cathédrales en France[modifier | modifier le code]

Les cathédrales peuvent appartenir à l’État, au département, à la commune ou à une personne de droit privé. La loi du 17 avril 1906 et le décret du 4 juillet 1912 confient la charge des 87 cathédrales au secrétariat d'État aux Beaux-Arts, devenu ministère de la Culture et de la Communication. Cette propriété s'étend à l'ensemble des dépendances immobilières et à la totalité des immeubles par destination (orgues, cloches...) et des meubles les garnissant ». Le cadre juridique de l’aménagement intérieur des cathédrales a été analysé par Pierre-Laurent Frier, professeur à l’Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne), ancien directeur des études de l’École nationale du patrimoine[4] ; et la compétence du conseil municipal quant aux églises et aux biens qui y ont été installés a été traitée par Marie-Christine Rouault, doyen de la faculté des Sciences juridiques, politiques et sociales de Lille II[5] à partir de l’arrêt du 4 novembre 1994 du Conseil d’État.

  • La cathédrale Saint-Étienne de Toul est à la charge de la commune, le diocèse ayant été transféré à Nancy et à sa cathédrale avant la loi de 1906.
  • La cathédrale Notre-Dame du Havre a été promue en 1974 (date de création du diocèse du Havre), donc la cathédrale est gérée par la municipalité du Havre[6].
  • La cathédrale d'Évry, édifiée postérieurement à la loi de séparation des Églises et de l'État, est la propriété du diocèse qui a donc en charge son entretien et son fonctionnement[6].
  • La cathédrale Saint-Charles de Saint-Étienne, dont la construction s'est terminée en 1923, devenu cathédrale en 1970 est la propriété du diocèse qui a donc en charge son entretien et son fonctionnement

Depuis 2011, le «Réseau des villes cathédrales», rassemble des maires et des présidents d'intercommunalités  : Porté actuellement par la Fédération des Villes de France, il rassemble en 2014 les 188 villes françaises dotées d'une cathédrale et de leur offrir un cadre de réflexion et de travail (Entretien, restauration, recherche de financements, tourisme, patrimoine mobilier, relations entre le maire et l'affectataire...) [7]

Architecture[modifier | modifier le code]

Styles d’Europe[modifier | modifier le code]

Voir Architecture occidentale du Moyen Âge au XIXe siècle. De nombreuses cathédrales ont plusieurs styles (roman et gothique, gothique et classicisme, classicisme et baroque...). Les architectes ont de nombreuses fois eu recours aux anciens styles (réparation d'anciennes cathédrales, fin de chantiers). Ces styles ne se résument évidemment pas seulement aux cathédrales et aux autres édifices religieux[8].

Cathédrales gothiques[modifier | modifier le code]

Bien que différentes, les cathédrales gothiques, construites en Europe aux XIIe et XIIIe siècles, ont un plan similaire en forme de croix latine, composé d'une nef, d'un transept d'un chœur et d'espaces collatéraux ( bas-côtés, tribunes et déambulatoire... ).

Hors d'Europe[modifier | modifier le code]

Vue sur la cathédrale andohalo de Madagascar.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site du CNRTL : étymologie de cathédrale [1]
  2. On peut lire dans le Recueil des édits, déclarations... du Parlement de Normandie (1646-1771) : « ... a ordonné que lesdits substituts ausdits siéges, sont maintenus & gardez dans le droit & possession de cathédrer & présider en l'absence des juges en chef & de leurs Lieutenans, par préférence ausdits Assesseurs etc. »
  3. On peut lire dans Montaigne, Essais, Tome II, chapitre III, « Coutume de l'île de Céa » : « … car c'est aux apprentifs à enquerir et à debatre, et au cathedrant de resoudre. Mon cathedrant, c'est l'authorité de la volonté divine qui nous reigle sans contredit, et qui a son rang au-dessus de ces humaines et vaines contestations. »
  4. Les Petites Affiches no 111, 16 septembre 1994.
  5. Les Petites Affiches no 11 du 25 janvier 1995.
  6. a et b Anne Perrin, L'Église catholique et les églises dans le régime français de laïcité,‎ 2005 (lire en ligne), p. 60-61
  7. [2]
  8. châteaux d'aisance, palais, bâtiments politiques et universitaires, théâtres, opéras, bibliothèques, musées, monuments... et même un gratte-ciel : la Tribune Tower.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Duby, Le Temps des cathédrales,‎ 1975
  • Pascal Tonazzi, Florilège de Notre-Dame de Paris, Paris, Éditions Arléa,‎ 2007 (ISBN 2-86959-795-9)
    Roman historique montrant la construction des cathédrales et comment le mouvement des constructeurs d'un chantier à un autre a diffusé en Europe le style d'architecture gothique initié par l'abbé Suger avec la Cathédrale Saint-Denis de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)
  • Ken Follett, Les Piliers de la terre (sur Google Books lire en ligne)
  • Alain Erlande-Brandenburg, Quand les cathédrales étaient peintes, Découvertes Gallimard,‎ 1993, 176 p. (ISBN 2-07-053234-8)
  • Gérard Denizeau, Larousse des cathédrales, Paris, Larousse,‎ 2009, 314 p. (ISBN 978-2-03-583961-9)
  • Jean-Michel Leniaud, Jean-Baptiste Lassus ou le temps retrouvé des cathédrales, 1980
  • Jean-Michel Leniaud, Les Cathédrales du XIXe siècle, 1993
    Prix Chaix d'Est-Ange de l'Académie des sciences morales et politiques et de l'Académie d'architecture.
  • Mathieu Lours, Dictionnaire des cathédrales, Éditions Gisserot, 2008.
  • Patrick Demouy, Les Cathédrales, PUF, Que sais-je ?, 2007.
  • Collectif, sous la direction du ministère de la culture et du Centre National de pastorale liturgique, La cathédrale aujourd’hui, Paris / Bruges (Belgique), Desclée liturgie,‎ octobre 1992, 137 p. (ISBN 2-7189-0511-5)
    Collection Culte et Culture : I-La cathédrale dans l’histoire ; II-La signification ; III-La création artistique dans la cathédrale ; IV-Textes de référence et aspects juridiques ; V Les diverses responsabilités ; VI-Échos du colloque « La cathédrale, demeure de Dieu, demeure des hommes »

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autres types d'édifices catholiques

Lien externe[modifier | modifier le code]