Novempopulanie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Novempopulanie
ou
Aquitania novempopulana

IIIe siècle – 626

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de la Novempopulanie et ses peuples

Informations générales
Statut Empire romain d'Occident
Royaume wisigoth
Capitale Eauze
Langue Aquitain principalement, Latin vulgaire par les gallo-romains dans des bourgades.

La Novempopulanie ou Aquitania novempopulana ou encore « Pays des Neuf Peuples » est le nom donné au IIIe siècle par l'administration impériale à la partie sud de l'Aquitaine antique[1], c'est-à-dire l'Aquitaine ethnique de César.

Elle est une province romaine du diocèse de Vienne de la préfecture des Gaules.

Dite Aquitaine IIIe, elle provient de la division administrative de la grande Gaule aquitaine en trois parties, avec Eauze pour capitale.

Tribus de langue proto-basque.
Basque médiéval en Novempopulanie.

Constituée de neuf peuples, essentiellement de langue proto-basque puis de douze, ce fait est attesté par « la liste de Vérone » ou Laterculus Veronensis[2] au IIIe siècle et par la « Notice des provinces et cités des Gaules » au Ve siècle[3]. L'hypothèse avancée pour expliquer les douze cités de la Novempopulanie mentionnés par la « Notice des Gaules » est que trois cités de création récente sont venues s'ajouter à la liste[4].

Création[modifier | modifier le code]

La Novempopulanie résulte de la partition de la province impériale et prétorienne d'Aquitaine en trois provinces dites présidiales :

  • L'Aquitaine première (Aquitanica prima ou Aquitania prima) dont la métropole était Bourges (Avaricum), capitale de la cité des Bituriges Cubes (Bituriges cubii) ;
  • L'Aquitaine seconde (Aquitanica secunda ou Aquitania secunda) dont la métropole était Bordeaux (Burdigala), capitale de la cité des Bituriges Vivisques ;
  • La Novempopulanie ou Aquitaine troisième (Aquitanica tertia ou Aquitania tertia) dont la métropole était Eauze, capitale de la cité des Elusates.

Territoire[modifier | modifier le code]

La Novempopulanie était délimitée, au sud, par les Pyrénées, qui la séparaient de la Tarraconaise, province qui relevait du diocèse d'Hispanie. Le Val d'Aran en relevait. Au nord, la frontière suivait très approximativement la rive gauche de la Garonne, avec des exceptions importantes : Bordeaux, capitale du territoire des Bituriges Vivisques, était rattachée à l'Aquitaine seconde ; Aginnum (rive droite), capitale des Celtes Nitiobroges, de même ; Toulouse capitale des Volques Tectosages (essentiellement rive droite) était rattachée à la Narbonnaise ; tandis que le territoire des Vasates atteignait la Dordogne, celui des Convènes s'étendait sur les deux rives du Val d'Aran ; un partie du territoire des Consorani, le Couserans (rive droite de la Garonne), lui était rattaché. Cette délimitation correspond sensiblement à celle du dialecte gascon moderne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ces trois parties sont toutes rattachées à la préfecture du prétoire des Gaules :

La Novempopulanie était bornée par des populations celtes au nord par l'Aquitaine seconde, à l'est par la Gaule narbonnaise, au sud par la Tarraconaise et à l'ouest par l'océan Atlantique. Au sud des Pyrénées, se trouvent des peuples de même culture comme les Vascons, les Vardules, les Ilergetes en autres.

Une stèle consacrée à la divinité du lieu constitue l'un des témoignages de la réorganisation de la Novempopulanie. Cette réorganisation voulue par Rome est plus conforme aux traits linguistiques, culturels et ethniques des neuf peuples de l'Aquitaine[4].
Cette stèle est exposée en l'église d'Hasparren au Pays basque et voici ce qui est écrit:

Flamen item
dumvir, quaestor
pagi(que) magister,
Verus, ad august
tum legato, Mu
nere functus
pro Novem opti-
nuit populis se
jungere Gallos. Urbe redux ge-
nio pagi hanc dedicat aram.[3]

Traduction: « Flamine ainsi que duumvir, questeur et maître (juge) du pays, Verus, ayant rempli auprès d'Auguste (empereur) la charge pour laquelle il avait été délégué, a obtenu pour les neuf peuples d'être séparés des Gaulois. De retour de Rome, il dédie cet autel au génie du pays. »[4]

Peuples[modifier | modifier le code]

Continuatrice de l'Aquitaine historique, son nom fait référence aux neuf peuples qui la composaient. Ces peuples, proto-basques pour la plupart, parfois d'origine germaine (Boïates), ou celtibères (Convènes) se différenciaient nettement des Celtes des régions Aquitaine seconde situé au nord et Narbonaise, située à l'est.

Ces douze peuples notés dans la « Notice des provinces et cités des Gaules » sont[3] :

  1. Auscii (les Ausques) du Gers (département) (Eliumberrum mod. Auch, 32), à rapprocher de la racine basque "eusk".
  2. Bigerri ou Bigerriones (les Biguerres) de Bigorre (Bigorra > Saint-Lézer, 65).
  3. Boiates ou Boii du Pays de Buch (Lamothe près du Teich, 33).
  4. Consoranni (les Consorans) du Couserans (Saint-Lizier, 09).
  5. Convenae (les Convènes) du Comminges (Lugdunum mod. Saint-Bertrand-de-Comminges, 31).
  6. Elusates du bas Armagnac (Elusa > Eauze, 32).
  7. Lectorates (les Lactorates) de Lomagne (Lactora > Lectoure, 32).
  8. Tarbelli (les Tarbelles) de la côte basque à la Chalosse (Aquae Tarbellicae > Dax, 40).
  9. Tarusates du pays de Marsan et de la Chalosse (Tartas, 40) devenus les Aturenses au IVe siècle.

Les trois peuples qui se sont ajoutés à la liste sont les Vasates, sans doute détachés des Boiates, les Benearnenses et les Iluronenses peut-être détachés des Aquenses ou des Tarusates ou des Aturenses[4].

10 Vasates ou Vassei = Vocates? du sud-est girondin ou Bazadais (Cossium mod. Bazas, 33).
11 Benearnenses, Benearni ou Ptiani, Pathiciani (les Bénéharnais) (Beneharnum, médiéval Lascurris, mod. Lescar, 64).
12 Iluronenses = Bercorates (les Ilourais) de l'Ilouron (Iluro > Oloron, 64).

L'est de la Lomagne était à l'époque romaine contrôlé par les Volques Tectosages de la Narbonnaise.

Mais d'autres peuples encore auraient pu être individualisés, comme :

Ces peuples étaient majoritairement de culture aquitanique proto-basque. Les Boïens seraient peut-être venus de Bohême au VIe siècle av. J.-C. (premier âge du fer) ou plus probablement lors des invasions Cimbres et Teutonnes entre -110 et -106 .
On rappelle que les Bituriges Vivisques, du Bordelais appartenaient à l'Aquitaine seconde (cf. Peuples gaulois) et étaient issus des Bituriges Cubes (capitale Bourges).

Fin[modifier | modifier le code]

À l'effondrement de l'Empire romain d'Occident, la Novempopulanie fut conquise par les Wisigoths, avec le statut de peuple fédéré à partir de 418. Au début du VIe siècle, en 507, les Francs qui poussent de plus en plus les Wisigoths vers le sud, dominent provisoirement l'Aquitaine, la corniche cantabrique de l'Hispanie et le nord de la vallée de l'Èbre.

À partir de 561, une alliance entre les Vascons et les Aquitains empêche la complète domination franque sur ces territoires et permet de vaincre les Francs. Pour les vascons, le nom de Novempopulanie change pour « Principat de Wasconia »[8] et semble marquer la souveraineté militaire et politique d'un État « basque ».

Au décès de leur frère Caribert Ier (Charibert), la Novempopulanie figure dans le partage de la monarchie franque de 567.

Après les campagnes franques contre les Vascons, les Francs en 602 réussissent à imposer Genial comme vassal et duc puis Aighinane en 626. Le nom de Novempopulanie changea officiellement en 626 pour prendre celui de duché de Vasconie[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Jacques et Bénédicte Fénié, Dictionnaire des Landes, Éditions Sud Ouest,‎ 2009, 349 p. (ISBN 978-2-87901-958-1)
  2. Si la liste des diocèses est complète, celle des provinces ne l'est pas.
    Christian Bonnet et Bertrand Lançon, L'Empire romain de 192 à 325 Par Christian : du Haut-Empire à l'Antiquité tardive, Éditions Ophrys,‎ 1997, 251 p. (ISBN 270800851X et 9782708008519, présentation en ligne)
  3. a, b et c Jean-Louis Davant (préf. Lorea Uribe Etxebarria), Histoire du peuple basque, Bayonne; Donostia, Elkar argitaletxea, coll. « Collection Histoire »,‎ octobre 2009, 11e éd. (1re éd. 1970), 352 p. (ISBN 9788497835480 et 8497835484, OCLC 49422842)
  4. a, b, c, d et e Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque : Préhistoire-Époque Romaine-Moyen-Âge, t. 1, Donostia / Bayonne, Elkarlanean,‎ 1998, 492 p. (ISBN 2913156207 et 8483314010, OCLC 41254536), p. 53-59
  5. Pline l'Ancien, L'Histoire naturelle, lib. IV
  6. Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, 1863.
  7. Sontiates chez Jules César et Sottiates chez Pline l'Ancien.
  8. René Flurin, Histoire de Cauterets : des origines à nos jours, éditions Créer,‎ 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]