Arnaud Denjoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Arnaud Denjoy, né le 5 janvier 1884 à Auch et mort le 21 janvier 1974 à Paris, est un mathématicien français, auteur d'une théorie de l'intégration originale.

Arnaud Denjoy

Naissance 5 janvier 1884
Auch (France)
Décès 21 janvier 1974 à 90 ans
Paris (France)
Nationalité française
Champs mathématiques
Institutions Faculté des sciences de l'université de Montpellier (1909-1917),
Université d'Utrecht (1917-1922)
Faculté des sciences de l'université de Paris (1922-1955)
Diplôme Faculté des sciences de l'université de Paris (École normale supérieure)

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Arnaud Denjoy est le fils d'un marchand de vin de Perpignan, sa mère venait de Catalogne. Il fait ses études secondaires au lycée d'Auch, jusqu'en troisième, puis à Montpellier. Après l'obtention des baccalauréats ès lettres et ès sciences il suit la classe de mathématiques spéciales, puis part à Paris où il étudie de 1902 à 1905 à l'École normale supérieure, où il suit les conférences d'Émile Borel et de Paul Painlevé, et à la faculté des sciences de l'université de Paris, où il suit les cours de calcul différentiel et intégral d'Édouard Goursat et ceux de mécanique rationnelle de Paul Appell. Il obtient les licences ès sciences mathématiques et physiques en 1904.

Carrière académique[modifier | modifier le code]

Lauréat du concours d'agrégation de mathématiques l'année suivante, il n'enseignera cependant jamais en lycée. Il devient pensionnaire de la fondation Thiers pour préparer le doctorat ès sciences mathématiques. Il soutient ses thèses devant la faculté des sciences de l'université de Paris en 1909. Il est ensuite nommé maitre de conférences à l'université de Montpellier. Durant la Grande guerre il est mobilisé dans le service auxiliaire en raison de sa mauvaise vision et en 1917 est mis en sursis d'appel et envoyé en mission au Pays-Bas où la chaire de théorie des fonctions de l'université d'Utrecht lui a été proposée. En 1919 il est nommé professeur de mathématiques générales à la faculté des sciences de l'université de Strasbourg, mais est maintenu en mission à Utrecht. En février 1922 il est chargé à la faculté des sciences de l'université de Paris du cours de mathématiques générales (en remplacement de Paul Montel, suppléant Élie Cartan, lui même suppléant de Paul Painlevé), puis du cours de mécanique analytique et mécanique céleste (chaire de Paul Painlevé), puis nommé maitre de conférences de calcul différentiel et intégral en 1925 en remplacement de Gaston Julia. Il obtient le titre de professeur sans chaire puis succède en 1931 à Gaston Julia comme titulaire de la chaire de mathématiques générales (René Garnier lui succède comme maitre de conférences). Deux ans plus tard il est transféré dans la chaire de calcul différentiel et intégral, puis en 1933 dans la chaire d'application de l'analyse à la géométrie. Il occupe ensuite de 1940 à 1946 la chaire de géométrie supérieure, puis celle de théorie des fonctions et topologie jusqu'à sa retraite en 1955.

Influencé par son professeur, Émile Borel, il se consacre surtout à la théorie des fonctions de la variable réelle. En 1942, il est élu membre de l'Académie des sciences, dont il est président en 1962. Il obtient la médaille Lomonosov en 1970. Son épouse est décédée en 1991.

Articles connexes[modifier | modifier le code]