Commerce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne l'activité commerciale. Pour les autres significations, voir Commerce (homonymie).
Page d'aide sur les redirections « Commercial » redirige ici. Pour l'activité professionnelle lié à la vente, voir Commercial (métier).
Un commerce d'alimentation générale
Le commerce moderne, s'inspirant de méthodes industrielles, après avoir engendré les supermarchés et hypermarchés, et les centres commerciaux a produit un véritable "urbanisme commercial" dédié
Exemple d'urbanisme commercial et de « quartier commercial » : « Commercial District » de Liverpool

Le commerce désigne l'activité d'achat et de revente de biens et de services [1], en particulier l'achat dans le but de revendre avec un profit ou un bénéfice[2].

Le commerce a ses lois propres qui sont recueillies dans les Code de commerce et ses propres juridictions nationales ou internationales. Ayant d'autres finalités que de faire un profit, beaucoup d'activités économiques ou professionnelles comme l'éducation, la police, la culture, la médecine, la justice, l'architecture, la religion, etc. ne relèvent pas du domaine du commerce, mais des lois et des tribunaux civils ou administratif. Avec ses puissants relais d'opinion, l'Organisation mondiale du commerce s'efforce d'étendre sa compétence et ses principes de profitabilité sur toutes les activités non commerciales en leur contestant le droit d'avoir des législations et des valeurs désintéressées.

Il résulte du mouvement de spécialisation croissante qui affecte les sociétés humaines :

Le développement de ces spécialisations explique pourquoi — en retour — les échanges et transactions se sont accrus : entre individus, entre organisations, ou entre individus et organisations (associations ou entreprises) sur un même ou entre territoires/pays.

Le commerce est le prolongement naturel de l'activité de production de biens et services qui peuvent ainsi trouver un débouché dans la commercialisation en direction des marchés et clients potentiellement intéressés.

Par extension, le terme est utilisé en français pour désigner le lieu d'exercice ou l'organisation dans lesquels les professionnels de cette activité pratiquent leur métier.

Voir les termes connexes : commercialisation, vente, point de vente, distribution, logistique.

Histoire du commerce[modifier | modifier le code]

Drachme antique grecque ; L'invention des monnaies dans l'Antiquité a accompagné les achats de biens, de terre et d'esclaves, tout en favorisant la spéculation financière
Viande, poissons et crustacés, sur un même étal (ici vers 1700), vu par le peintre Felice Boselli
Article détaillé : Histoire du commerce.

Primitivement, le commerce renvoie à une réalité où les rapports humains et les échanges économiques se déroulent essentiellement dans un cadre de voisinage géographique. Ultérieurement, le commerce désigne l'activité qui fait circuler les marchandises, à plus ou moins longue distance ( voir le commerce au long cours) et les propose à la vente sur les marchés ou les foires. Il implique des transactions passées d'individu à individu, agissant pour compte propre ou représentant un tiers ou une entreprise, ainsi que toutes opérations utiles à la concrétisation de l'échange, comme l'appréciation de la valeur d'échange, ou le transfert matériel du bien ou service échangé.

Le commerce est l'une des anciennes et importantes inventions de l'humanité. Il a probablement accompagné l'apparition et les premiers développements de l'agriculture au Néolithique. Certains le considèrent comme l'origine des civilisations de l'écriture, qui aurait pu avoir été inventée (il y a 5500 ans environ) par les commerçants sumériens pour leur comptabilité. L'agriculture primitive aurait été une activité de subsistance, avec dans un premier temps des cultures d'auto-subsistances. Puis, sous la pression démographique, les agriculteurs et éleveurs remplacent les chasseurs-cueilleurs. L'utilisation accrue de semences et animaux reproducteurs sélectionnés pour des caractéristiques recherchées, l'usage de la force animale, de différents amendements et engrais autorisent des rendements meilleurs et une production accrue sur de mêmes sols.

Le corps des marchands réunis. Description avers : sept personnages portant à bout de bras le globe terrestre. Description revers : une ruche posée sur un trépied entourée d'essaim d'abeilles.

Le commerce est ainsi facilité (par le fait que les récoltes dépassent le seuil de subsistance). Le surplus produit et stocké va favoriser :

  • les échanges qui fournissent l'occasion de troquer avec d'autres le surplus de produit non nécessaire.
  • la spécialisation des tâches, dans la mesure où il n'est plus nécessaire que l'ensemble de la société se consacre à l'agriculture. Ainsi une partie de la population est en mesure de se spécialiser dans d'autres domaines, tels que la la poterie ou la métallurgie (du fer, du bronze, de l'argent, du plomb qui permettront aussi l'apparition de la monnaie-métal...).

La révolution industrielle, les progrès des transports et de la chaine du froid et des conserves ainsi que la mondialisation des échanges permettent un commerce international plus étendu et rapide.

Enfin, plus récemment, une tendance (qui fait l'objet de vives polémiques notamment de la part des ONG et des pays pauvres[3],[4]) apparait aux États-Unis à la fin du XXe siècle visant à intégrer les services publics, voire les services écosystémiques dans une approche commerciale, encouragée par un « Accord général sur le commerce des services ». Avec le brevetage d'espèces vivantes (variétés agricoles et d'élevage) et la spéculation sur les propriétés pharmaceutiques (ou pour la chimie verte de plantes et d'autres espèces, éventuellement transgéniques, certains parlent de marchandisation du vivant, y compris du génome humain[5]

Commerce et droit[modifier | modifier le code]

Du point de vue juridique, le commerce est tout acte qualifié de commercial par la loi. Ainsi, est commerçant en droit commercial (code commercial) toute personne qui fait profession des actes qualifiés de commerciaux par la loi ; ces actes dépendent de chaque nation.

En France, pour qu'il y ait acte de commerce au sens juridique, il faut qu'au moins l'une des parties, appelé « commerçant » exerce habituellement l'activité d'achat et de revente. En conséquence, quand un particulier vend d'occasion sa voiture à un autre, cela est du ressort du droit civil et non du droit commercial.

Commerce et économie[modifier | modifier le code]

Le commerce a pour moteur la satisfaction des multiples besoins de l'homme. Les connaissances, la force physique et le temps dont dispose celui-ci ne lui permettent pas de produire seul tout ce dont il a besoin pour vivre. La solution consiste pour lui à organiser et diviser le travail : soit d'une part de produire ce qu'il peut et d'autre part d'échanger ce qu'il produit contre ce dont il a besoin et qu'il ne produit pas lui-même.

L'échange de marchandises implique naturellement leur transport : voie maritime, voie terrestre, voie aérienne. Chacun de ces modes présente des avantages et des limites en termes de délai, de coût et de risque.

Stockage en amont de l'expédition et distribution en aval complètent les opérations de transport dans le cadre de l'ensemble des opérations de logistique.

L'assurance, quant à elle, offre des solutions financières de protection de la marchandise pendant ces opérations d'acheminement où les risques de détérioration accidentelle, de perte ou de vol existent.

Commerce, vente et management[modifier | modifier le code]

Les méthodes, organisations et performances commerciales sont améliorables:
le marketing apporte ses méthodes pour l'analyse de la cible et les orientations générales situant et cadrant l'effort de commercialisation (marketing-mix, Diffusion numérique, Diffusion valeur...)
la réflexion sur la politique de distribution s'attache aux décisions prises en matière de canaux de distribution et de relation avec les intermédiaires professionnels intervenant dans la distribution du produit
le merchandising fournit les orientations pour optimiser le rendement des points de vente (depuis l'implantation générale du magasin jusqu'à la mise en scène de chaque linéaire)
Enfin la qualité du commerce ne peut faire l'impasse sur les compétences à la vente ou au négoce des commerciaux.

Commerce international et commerce national[modifier | modifier le code]

À l'échelle de la nation :
Le solde commercial est la représentation du commerce au niveau national. Ce commerce est négocié entre nations par l'organisation mondiale du commerce. Un Commerce équitable peut être envisagé.

À l'échelle de l'organisation :
Le commerce international est spécifique en termes de droit (propriété intellectuelle...) et management. En France, Les chambres de commerce peuvent fournir de nombreuses informations à ce sujet.

Le commerce comme lieu de distribution[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Commerce de détail.

Le commerce équitable[modifier | modifier le code]

Logo (ici suédois) du commerce équitable (Fair-trade)

Le commerce équitable (Fair-trade) qui se développe depuis la fin du XXe siècle, introduit une dimension éthique, solidaire et responsable au commerce, et un lien nouveau entre l'acheteur et le producteur, qui dans cette approche doit être correctement payé pour son travai

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cahier de l'OCDE sur le commerce des marchandises et des services
  2. Code de commerce (France) Art. L. 110-1. Définition
  3. Les droits de propriété intellectuelle au service de la biodiversité: une mise en œuvre bien conflictuelle  ; Journal Natures Sciences Sociétés; n° Avr-Jun 1998, v. 6(2) p. 7-16, ISSN:1240-1307 (résumé)
  4. Freidberg, C. (Museum National d'Histoire Naturelle, Paris (France)), Intellectual copyrights of living beings and biodiversity: the anthropological viewpoint ; journal Natures Sciences Sociétés (Jul-Sep 1999, v. 7(3) p. 45-52) ; ISSn:1240-1307, résumé, en français
  5. Orsi Fabienne & Moatti Jean-Paul (2001), D'un droit de propriété intellectuelle sur le vivant aux firmes de génomique: vers une marchandisation de la connaissance scientifique sur le génome humain ; Économie & prévision, 2001, pp.123-138 cairn.info (résumé)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]