Villeneuve-lès-Maguelone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villeneuve et Maguelonne.
Villeneuve-lès-Maguelone
La mairie de Villeneuve-lès-Maguelone
La mairie de Villeneuve-lès-Maguelone
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Canton Frontignan
Intercommunalité Montpellier Agglomération
Maire
Mandat
Noël Ségura
2014-2020
Code postal 34750
Code commune 34337
Démographie
Gentilé Villeneuvois
Population
municipale
9 354 hab. (2011)
Densité 412 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 31′ 59″ N 3° 51′ 42″ E / 43.5330555556, 3.8616666666743° 31′ 59″ Nord 3° 51′ 42″ Est / 43.5330555556, 3.86166666667  
Altitude Min. 0[1] m – Max. 130[2] m
Superficie 22,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villeneuve-lès-Maguelone

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villeneuve-lès-Maguelone

Villeneuve-lès-Maguelone (en occitan : Vilanòva de Magalona) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Villeneuvois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Château d'Exindre
Carte

Le territoire de Villeneuve-lès-Maguelone est située dans la plaine de la Mosson, au bord des étangs et de la mer Méditerranée, et son territoire comprend une partie du massif de la Gardiole.

La ville, agglomération principale, se trouve à environ huit kilomètres au sud-sud-ouest du centre historique de Montpellier. Elle comprend le village médiéval entouré par des quartiers de villas. Entre la ville et le pont de Villeneuve (sur la route D612, l'ancienne route nationale 112), l'habitat est dispersé autour de l'arrêt SNCF, sauf au hameau le Pont de Villeneuve. Au niveau de l'échangeur entre la D612 et la D185 reliant Villeneuve à Fabrègues ont été construites une maison d'arrêt et une zone d'activité, dite du Larzat.

La plaine a permis la viticulture à partir du XIXe siècle, tandis que les premières collines et pentes du massif de la Gardiole sont utilisées comme champ de tir militaire et carrière.

Le "Mas des Quinze".

Le sud-est du territoire est constitué d'étangs dont la surface est partagée avec Palavas-les-Flots (étangs de l'Arnel et du Prévost) et Vic-la-Gardiole (étangs des Moures et de Pierre Blanche). Ces étangs sont coupés en deux par le canal du Rhône à Sète. Au sud de celui-ci, se trouve un cordon dunaire long d'environ neuf kilomètres et l'île de Maguelone où fut fondée le siège de l'évêché au Moyen Âge. Au sud-ouest de la ville, à proximité de l'étang de Vic, une zone humide a permis l'activité saline.

Les communes limitrophes sont Frontignan à l'extrémité sud-ouest du cordon dunaire, Vic-la-Gardiole et Mireval à l'ouest, Fabrègues au nord-ouest, Saint-Jean-de-Védas et Lattes au nord, Palavas-les-Flots à l'est. Elle est baignée le long d'un axe nord-est/sud-ouest par la mer Méditerranée.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Villeneuve-lès-Maguelone

Les armes de Villeneuve-lès-Maguelone se blasonnent ainsi : d'azur à deux palmiers d'or au tronc courbé se rapprochant par leurs palmes en formant un arc[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'île de Maguelone a été, en raison de sa position sur un cordon sableux facile à défendre, entre une lagune et la mer, le siège d'un évêché et d'une ville prospère au Moyen Âge. La ville actuelle a été construite à la même époque sur le continent.

En 1850, la commune perd une partie de son territoire oriental constitué d'étang et de plage pour permettre l'établissement de la commune de Palavas[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le 1er mars 1992, la commune de Villeneuve-lès-Maguelonne devient Villeneuve-lès-Maguelone[5].

Entre 1816 et 1831, pendant la Restauration, la commune s'est appelée Villeneuve-Angoulême[6].

Le nom occitan de cette commune est Vilanòva de Magalona[7],[8],[9]. En novembre 2010, les panneaux en occitan apposés par la municipalité ont suscité une plainte d'une association opposée aux langues régionales[10].
Le mercredi 16 février 2011 le Sénat adopte une proposition de loi autorisant l'installation de panneaux d'entrée et de sortie de ville en langue régionale. Sur proposition du sénateur de l'Aude Roland Courteau[11],[12]. Le 12 décembre 2010, le tribunal administratif annule la décision de la commune d'apposer les panneaux bilingues. Celle-ci porte l'affaire devant la cour d'appel administrative de Marseille qui, le 26 juin 2012, annule à son tour la décision précédente, ce qui a pour effet d'autoriser la commune à maintenir ses panneaux indiquant Vilanòva de Magalona[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1965 Pierre Verdier    
1965 1971 René Poitevin   Décédé pendant le second mandat le 31 janv. 1972
1971 1977 René Bert    
1977 1979 Émile Malafosse    
1979 mars 2008 Gérard Bouisson PCF Conseiller général du canton de Frontignan (1994-2008)
mars 2008 en cours Noël Segura[14] DVG Vice-président de la communauté d'agglomération de Montpellier

Démographie[modifier | modifier le code]

Au dernier recensement, la commune comptait 9354 habitants.

Article détaillé : Recensement en France.
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
720 783 948 1 081 1 211 1 158 1 286 1 316 1 269
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 296 1 435 1 590 1 595 1 476 1 210 1 316 1 467 1 515
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 633 1 577 1 562 1 568 1 571 1 628 1 555 1 402 1 503
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 616 1 797 2 279 3 003 5 081 7 351 8 161 8 541 8 900
2011 - - - - - - - -
9 354 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2004[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Le garhiofilatum est un vin médiéval élaboré avec des épices et plantes. Sa fabrication date du XIIe siècle et était faite dans la région de Montpellier dont le port de Lattes recevait les épices venues d'Orient. Son élaboration et sa commercialisation sont à nouveau réalisés par un domaine viticole à Villeneuve-lès-Maguelonne[17]

Article détaillé : Sable-de-camargue.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Dans la ville[modifier | modifier le code]

Église Saint-Étienne.

L'église Saint-Étienne de Villeneuve-lès-Maguelone datant du XIIe siècle qui fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840[18].

À l'ouest de la commune[modifier | modifier le code]

La maison d'arrêt.

Inaugurée le 6 mars 1990[19], la maison d'arrêt de Montpellier se situe à l'ouest de la commune, près de la route départementale 612. Elle est évoquée dans la presse lors de séjours de justiciables connus comme le syndicaliste paysan José Bové qui y passa quelques semaines de peine en 2002, suite au vandalisme du chantier d'un McDonald's à Millau en 1999.

Villeneuve-lès-Maguelone, Hérault 12.jpg

Dans la partie villeneuvoise de la montagne de La Madeleine, est visible une garrigue où se trouve l'accès principal du champ de tir militaire qui s'étendait vers les territoires de Fabrègues et Mireval. Son périmètre a été redessiné dans les années 2000[20]. À la fin des années 2000, l'armée conserve un terrain réduit situé aux confins du territoire de Villeneuve à la hauteur de la maison d'arrêt et doté d'un stand de tir.

Près de l'échangeur routier, une stèle commémore les résistants fusillés là pendant la Seconde Guerre mondiale.

Au sud de la route reliant Villeneuve à la maison d'arrêt, la réserve naturelle de l'Estagnol est un étang d'eau douce et marais enclavé entre la garrigue et la vigne.

Sur le littoral[modifier | modifier le code]

La cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Maguelone datant du XIIe et XIIIe siècles qui fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840[21]. La position insulaire au Moyen Âge assurait la sécurité de l'évêque.

Une route sur digue, une passerelle piétonne et un chemin goudronné contournant l'île par l'ouest permet de relier Villeneuve-lès-Maguelone à la plage publique qui s'étend, entre étangs et mer, sur environ neuf kilomètres de Palavas-les-Flots à l'est à Frontignan-Plage à l'ouest. Le cordon dunaire, dépourvu de construction et d'accès automobile permanent, est suffisamment isolé pour que le nudisme soit toléré sur une partie du littoral mais reste interdit par arrêté municipal.

Les étangs de l'Arnel et des Mourres connaissent une pêche et permettent l'observation des oiseaux. Ils se situent au nord du canal du Rhône à Sète qui permet tourisme fluvial et transport de marchandises entre le Rhône, l'étang de Thau et le Canal du Midi.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Denis Boubals (1926-2007), œnologue fondateur du Domaine expérimental du Chapitre.
  • Pierre Maguelon (1933-2010), acteur français, y a vécu et y est inhumé.
  • René Poitevin (1911-1972), Compagnon de la Libération, maire de Villeneuve-lès-Maguelone.
  • L’un de ses fils Henri Louis Sylvain Poitevin fut décoré de la Croix de guerre 1939-1945 à l’âge de 14 ans pour fait de guerre effectué à l’âge de 11 ans ce qui en fait un des plus jeunes résistants Français de la Seconde Guerre mondiale.
  • Sous les ordres de René Poitevin, Pierre Bouissinet, (né en 1925) était agent de liaison dans la Résistance. Il a participé à de nombreux sabotages, avec l’équipe Bouries, Brosse et Pierrot. Arrêté à la gare de Villeneuve-lès-Maguelone au retour d’une mission de sabotage le 17 août 1944, il est fusillé par les Allemands le même jour. Depuis, une école porte son nom, tous les ans, à la même date, une gerbe de fleur est posée devant cette dernière. Il obtint la médaille militaire et la Croix de guerre 1939-1945 avec palme à titre posthume.
  • Le groupe Les Anderlys, formé par deux Villeneuvois : André Fernandez et Jean-Louis Perez, serait le premier groupe de Rock 'n' roll de la région à partir de 1959[22].

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune inclut dix ZNIEFF :

  • La ZNIEFF du complexe paludo-laguno-dunaire des étangs montpelliérains, 14 344 ha de cladiaies riveraines (habitat déterminant) répartis entre 14 communes[23],[24].
  • La ZNIEFF de l'étang de l'Arnel, 461 ha de terrains en friche et terrains vagues (habitat déterminant) répartis entre Palavas-les-Flots et Villeneuve-lès-Maguelone[25].
  • La ZNIEFF de l'étang de l'Estagnol, 73 ha de gazons méditerranéens amphibies halo-nitrophiles (habitat déterminant) sur la commune[26].
  • La ZNIEFF de l'étang de Vic, 1 339 ha de terrains en friche et terrains vagues (habitat déterminant) partagés entre Vic-la-Gardiole et Villeneuve-lès-Maguelone[27].
  • La ZNIEFF de l'étang du Prévost, 249 ha de terrains en friche et terrains vagues (habitat déterminant) répartis entre Palavas-les-Flots et Villeneuve-lès-Maguelone[28].
  • La ZNIEFF de la garrigue de la Madeleine , 127 ha de prairies humides méditerranéennes à grandes herbes (habitat déterminant) partagés entre les communes de Mireval et Villeneuve-lès-Maguelone[29].
  • La ZNIEFF des garrigues de la Lauze , 581 ha de terrains en friche et terrains vagues (habitat déterminant) partagés entre les communes de Fabrègues, Saint-Jean-de-Védas et Villeneuve-lès-Maguelone[30].
  • La ZNIEFF du lido et étang de Pierre-Blanche, 578 ha de dunes grises (habitat déterminant) partagés entre Frontignan, Vic-la-Gardiole et Villeneuve-lès-Maguelone[31].
  • La ZNIEFF du marais du Boulas et salins de Villeneuve, 302 ha de cladiaies riveraines (habitat déterminant) partagés entre Mireval, Vic-la-Gardiole et Villeneuve-lès-Maguelone[32].
  • La ZNIEFF de la montagne de la Gardiole, 5 289 ha de prairies humides méditerranéennes à grandes herbes (habitat déterminant) réparties sur 10 communes[33],[34].

La commune inclut aussi une zone de protection spéciale (ZPS) Natura 2000 dans le cadre de la directive Oiseaux :

  • la ZPS des étangs palavasiens et étang de l'Estagnol, 6 600 ha répartis sur 8 communes[35]. Sur cette surface, 50 % sont classés selon la loi de 1930 et 1 % inscrit de même, 35 % ont été acquis par le Conservatoire du Littoral, 14 % sont une réserve de chasse et de faune sauvage d'ACCA (association communale de chasse agréée), 2 % sont protégés par un arrêté de protection de biotope, d’habitat naturel ou de site d’intérêt géologique, 1 % est une réserve naturelle nationale (l'étang de l'Estagnol), et 1 % est la propriété du département.
Cette ZPS comprend une série importante de grandes lagunes communiquant encore entre elles (étang de l'Ingril, étang de Vic, étang de Pierre-Blanche, étang de l'Arnel, étang du Prevost, étang du Grec, étang du Méjean, étang de Pérols), imbriquées entre terre et mer. On y trouve des anciens marais salants non exploités, générateurs d'une grande diversité d'habitats à forte valeur patrimoniale.
L'étang de l'Estagnol est situé dans une ancienne doline d'alluvions récentes dans les calcaires de la Gardiole, au sud-ouest de Montpellier. L'alimentation en eau se fait par la nappe phréatique d'eau douce de la plaine de Mireval, par les alimentations karstiques des reliefs avoisinants, et par la résurgence d'une perte de la Mosson. En conséquence, son eau est moins saumâtre que celle des autres étangs palavasiens.
Les lagunes attirent une avifaune à la fois abondante et variée qu'elle soit nicheuse, hivernante ou migratrice. Des espèces rares viennent s'y reposer, comme la sterne naine, le gravelot à collier interrompu et la talève sultane. Les flamants roses y sont nombreux. Une dizaine d'espèces de l'annexe I se reproduisent à l'étang de l'Estagnol : busard des roseaux, blongios nain, héron pourpré, sterne pierregarin, parfois le butor étoilé... Il est une zone d'hivernage ou d'étape pour de nombreux migrateurs : anatidés, foulques, guifettes, sterne pierregarin[36].

La commune comprend aussi un site d'intérêt communautaire (SIC) Natura 2000 dans le cadre de la directive Habitat :

  • le SIC des étangs palavasiens, 6 600 ha d'étangs répartis sur plusieurs communes et séparés de la mer par un lido encore vierge d'urbanisation sur un grand linéaire côtier, ce qui permet la coexistence de différents habitats naturels littoraux : systèmes dunaires, laisses de mer et sansouires. Ils sont composés à 60 % de lagunes côtières (habitat prioritaire), 7,1 % de fourrés halophiles méditerranéens et thermo-atlantiques (Sarcocornia fruticosi ou « corail de mer »), 4,9 % de prés-salés méditerranéens (communauté de plantes appelée Juncetalia maritimi), et 16 autres types d'habitat pour le reste.
Leur ouverture sur la mer grâce à des graus permet la migration des poissons. En 2012, seul l'étang du Grec est protégé par un arrêté préfectoral de protection du biotope comprenant les zones humides situées entre la route départementale Carnon-Palavas et les zones urbanisées du littoral. Le périmètre du site intègre ces zones humides en suivant précisément la limite de la zone couverte par l'arrêté de biotope. L'étang de l'Estagnol, classé en réserve naturelle nationale, est protégé des atteintes directes mais son approvisionnement en eau est d'origine incertaine et rend les interventions difficiles[37].

Enfin, plusieurs terrains sont sujets à des protections particulières :

Le Conservatoire du Littoral a acquis 1 561 ha en 1979 à l'étang de Vic, sur quatre communes : Frontignan, Mireval, Vic-la-Gardiole et Villeneuve-lès-Maguelone[38] ; et 209 ha en 1992 aux salines de Villeneuve, sur les communes de Mireval et Villeneuve-lès-Maguelone[39].
La réserve naturelle nationale de l'Estagnol a été créée en 1975 sur 78 ha[40].
7583 ha des étangs palavasiens sont classés comme « zone humide protégée par la convention de Ramsar » et concernent 8 communes : Frontignan, Lattes, Mireval, Palavas-les-Flots, Pérols, Vic-la-Gardiole et Villeneuve-lès-Maguelone[41].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Au niveau de la mer et des étangs.
  2. Sur la carte topographique n°2743ET au 1/25 000 de l'Institut géographique national (4e édition, 2010), la courbe de niveau 130 mètres est visible à la limite occidentale de la commune entre la carrière de la Madeleine et la partie du mont Saint-Bauzille du territoire de Fabrègues (culminant à 185 mètres à 300 mètres de la limite communale).
  3. Didier Catarina et Jean-Paul Fernon, Armorial des communes de l'Hérault, Artistes en Languedoc, (ISSN 1264-5354), p. 74
  4. Cartographie établie par un généalogiste amateur ; page consultée le 9 janvier 2011.
  5. D'après une recherche sur le nom de la commune sur le site FranceGenWeb ; page consultée le 9 janvier 2011.
  6. Quand "Villeneuve lès Maguelone" s'appelait… "Villeneuve-Angoulême"
  7. graphie classique, prononciation bilanoba dé magalouna, cf. Bénédicte Boyrie-Fénié, Jean-Jacques Fénié, Toponymie occitane, Sud-Ouest, 1997
  8. Ernest NÈGRE, Toponymie générale de la France, Droz, 1990
  9. Eugène THOMAS, Dictionnaire topographique du département de l'Hérault : comprenant les noms de lieu anciens et modernes (…), Paris : Impr. Impériale, 1865
  10. « Pas de trêve dans la guerre des panneaux », Midi libre, 12 novembre 2010.
  11. « Panneaux bilingues : Courteau fait bouger la loi » L'indépendant
  12. « Panneaux en langue régionale : le Sénat adopte une proposition de loi » Ouest-France
  13. Cour Administrative d'Appel de Marseille.
  14. http://www.lepost.fr/article/2008/03/17/1163309_villeneuve-les-maguelone-resultats-municipales-2nd-tour.html
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  17. Wine-presse Info
  18. « Notice no PA00103758 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Villeneuve-lès-Maguelonne. Établissement pénitentiaire - maison d'arrêt », annuaire du ministère français de la Justice, 18 décembre 2006 ; page consultée le 9 janvier 2011.
  20. Différence du tracé des limites du champ de tir entre les 3e et 4e éditions de la carte topographique n°2743ET au 1/25 000 de l'Institut géographique national, 2004 et 2010.
  21. « Notice no PA00103757 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. Nombreux articles Midi libre entre 1959 et 1963.
  23. Les 14 communes de la ZNIEFF du complexe paludo-laguno-dunaire des étangs montpelliérains sont : Aigues-Mortes, Candillargues, Frontignan, Lansargues, Lattes, Marsillargues, Mauguio, Mireval, Palavas-les-Flots, Pérols, Saint-Nazaire-de-Pézan, Vic-la-Gardiole, Villeneuve-lès-Maguelone, et La Grande-Motte.
  24. ZNIEFF 910010743 - Complexe paludo-laguno-dunaire des étangs montpelliérains sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  25. ZNIEFF 910030163 - Étang de l'Arnel sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  26. ZNIEFF 910001016 - Étang de l'Estagnol sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  27. ZNIEFF 910030165 - Étang de Vic sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  28. ZNIEFF 910014600 - Étang du Prévost sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  29. ZNIEFF 910014053 - Garrigue de la Madeleine sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  30. ZNIEFF 910030060 - Garrigues de la Lauze sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  31. ZNIEFF 910006423 - Lido et étang de Pierre-Blanche sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  32. ZNIEFF 910006420 - Marais du Boulas et salins de Villeneuve sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  33. Les 10 communes de la ZNIEFF de la montagne de la Gardiole sont : Balaruc-les-Bains, Balaruc-le-Vieux, Fabrègues, Frontignan, Gigean, Lattes, Mireval, Saint-Jean-de-Védas, Vic-la-Gardiole et Villeneuve-lès-Maguelone.
  34. ZNIEFF 910010764 - Montagne de la Gardiole sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  35. Les 8 communes de la la ZPS des étangs palavasiens et étang de l'Estagnol sont : Frontignan, Lattes, Mauguio, Mireval, Palavas-les-Flots, Pérols, Vic-la-Gardiole, et Villeneuve-lès-Maguelone.
  36. NATURA 2000 - FR9110042 – ZPS des étangs palavasiens et étang de l'Estagnol.
  37. NATURA 2000 - FR9101410 - Étangs palavasiens.
  38. FR1100274 - « Étang de Vic » - Terrain acquis par le Conservatoire du Littoral, fiche INPN.
  39. - « Salines de Villeneuve » - Terrain acquis par le Conservatoire du Littoral, fiche INPN.
  40. - « Réserve naturelle nationale de l'Estagnol », fiche INPN.
  41. FR7200028 - « Étangs palavasiens », fiche INPN.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]