17e arrondissement de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
17e arrondissement de Paris
« arrondissement des Batignolles-Monceaux »
Administration
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Quartiers
administratifs
Ternes (65)
Plaine-de-Monceaux (66)
Batignolles (67)
Épinettes (68)
Maire
Mandat
Brigitte Kuster
2014 - 2020
Code postal 75017
Code Insee 75117
Démographie
Population 170 174 hab. (2011[1])
Densité 30 013 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 04″ N 2° 19′ 19″ E / 48.884353, 2.322069 ()48° 53′ 04″ Nord 2° 19′ 19″ Est / 48.884353, 2.322069 ()  
Altitude Min. 29 m – Max. 63 m
Superficie 5,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Paris

Voir sur la carte Paris administrative
City locator 14.svg
17e arrondissement de Paris

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte France administrative
City locator 14.svg
17e arrondissement de Paris

Le 17e arrondissement de Paris est l'un des vingt arrondissements de Paris. Il est situé sur la rive droite de la Seine au nord-ouest de la ville. Il est délimité à l'ouest par Neuilly-sur-Seine et Levallois-Perret, au sud par les 16e et 8e arrondissements, à l'est par le 18e arrondissement et au nord par Clichy-la-Garenne et Saint-Ouen.

Très étendu d'ouest en est, le 17e arrondissement comprend plusieurs quartiers : Ternes, Plaine-de-Monceaux, Batignolles et Épinettes.

Aux termes de l'article R2512-1 du Code général des collectivités territoriales (partie réglementaire), il porte également le nom d'« arrondissement des Batignolles-Monceaux »[2], mais cette appellation est rarement employée dans la vie courante.

Sommaire

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire des quartiers et villages[modifier | modifier le code]

Quartiers administratifs du 17e arrondissement

Épinettes[modifier | modifier le code]

Le quartier des Épinettes était situé à l'emplacement actuel du secteur de la Fourche. Ce quartier devait son nom à un lieu-dit créé en 1693 dont l'origine devait être un terme de viticulture car l'épinette blanche est un cépage aujourd'hui appelé pineau blanc qui, comme à Montmartre, y était peut-être cultivé. Après le lotissement de ce quartier en 1860, il fut le plus dense de tout l'arrondissement.

Batignolles[modifier | modifier le code]

Le quartier des Batignolles, au nord de Monceau, était le quartier le moins peuplé et appartenait à la commune de Clichy. L'origine de son nom n'est pas connue avec certitude, mais il pourrait dériver de bastillole ou de bastidiole, petite bastide ou petite maison de campagne. Ce lieu-dit commença à se développer au Premier Empire avec la construction par la « Société des entrepreneurs Navarre et Rivoire » de petites maisons de campagne avec jardinet, puis de grands immeubles destinés à des personnes encore plus modestes. En 1827, le quartier qui faisait alors partie de la commune de Clichy était surpeuplé. Ses habitants demandèrent alors de faire sécession afin de se constituer en commune. Cela leur sera accordé en 1830 par un édit de Charles X qui crée une nouvelle commune baptisée « Batignolles-Monceau ». Celle-ci sera finalement annexée en grande partie à la ville de Paris et intégrée à l'arrondissement, tandis qu'une autre portion de son territoire réintègrera la commune de Clichy.

Plaine Monceau[modifier | modifier le code]

La Plaine Monceau provient du nom d'un petit village qui, au IXe siècle était un lieu-dit très répandu tirant son nom soit de « Mons Calvus » (Mont chauve, désert), soit de « Monticellum » (petit mont), soit de « Muscelli » (terrain couvert de mousse), noms qui formèrent Mousseaux, Monceaux puis Monceau. Sous l'Ancien Régime, l'actuelle Plaine de Monceau était un important lieu de chasse. En 1791, les habitants excédés par les ravages de leur cultures que faisaient les animaux échappés des remises de gibiers, détruisirent ces remises, symboles de l'Ancien Régime. L'agglomération resta peu peuplée avec 450 habitants à la Révolution. L'actuel quartier s'est construit pendant le XIXe et le début du XXe siècle, est caractérisé par de grandes artères aérés et des rues très larges (souvent boisées); c'est l'un des quartiers de Paris où la concentration d'immeubles Haussmannien est la plus importante. C'est aujourd'hui l'un des quartiers les plus chers et les plus côtés de Paris.

Ternes[modifier | modifier le code]

Ce quartier comprend la célèbre avenue des Ternes, avenue très commerçante où est installé le magasin de la Fnac des Ternes.

Le quartier des Ternes est aussi parsemé de nombreux appartements de type haussmannien ; il se situe à une dizaine de minutes environ (à pied) de l'arc de triomphe de l'Étoile et de l'avenue des Champs-Élysées.

Intégration des villages dans Paris[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1860, le 17e arrondissement d'aujourd'hui était complètement en dehors des limites de Paris. En effet, l'enceinte de Thiers, construite dans les années 1840, s'étendait le long de l'actuel boulevard de Courcelles. Par la loi du , certains faubourgs de Paris sont annexés à la ville. Batignolles-Monceau est partagé entre le nouveau 17e arrondissement et Clichy et le quartier des Ternes appartenant à Neuilly depuis la Révolution est entièrement rattaché à Paris.

Administration[modifier | modifier le code]

Maires de l'arrondissement[modifier | modifier le code]

La mairie d'arrondissement
Liste des maires successifs depuis 1983
Élection Identité Parti Notes
1860 Balagny
1874 Blanché de Pauniat
1880 Léon Cosnard
1892 Émile Level
1901 Jules Cosnard
1976 Pierre Rémond RPR Élu en 1983, 1989 et 1995.
2001 Françoise de Panafieu UMP Élue en 2001.
2008 Brigitte Kuster UMP Élue en 2008 et 2014.

Conseillers de Paris au titre du 17e arrondissement[modifier | modifier le code]

Depuis les élections municipales des 9 et , les conseillers de Paris élus dans le 17e arrondissement sont :

Conseillers d'arrondissement[modifier | modifier le code]

  • 20 conseillers au titre de la liste UMP/Nouveau Centre : Valérie Nahmias, Jeannine d'Orlando, Francis Courcelle, Hélène Jacquemont, Jean-François Remond, Murielle Schor, Geoffroy Boulard, Anne Peyricot, Christophe Ledran, Agnès Toury, Atanase Périfan, Valérie Paparemborde, Aline Bessis, Bertrand Lavaud, Khédidja Bencherif, Benoît Robi, Patrick Metzen, Laure Candlot, Jean-Louis Vincent.
  • 6 conseillers au titre de la liste PS/PC/MRC/Les Verts : Julien Boucher, Lamine Ndaw, Rémy Cadoret, Muriel Guenoux, Sabri Labiodh, Nadia Salem.

Députés[modifier | modifier le code]

Depuis le rétablissement du scrutin majoritaire à deux tours en 1986, l'arrondissement est divisé en deux circonscriptions législatives, la seizième et la dix-septième circonscription de Paris. La 17e circonscription empiète un peu sur le 18e arrondissement de Paris.

Seizième circonscription de Paris[modifier | modifier le code]

La seizième circonscription de Paris recouvre la majeure partie du 17e arrondissement soit le quartier des Ternes et le quartier de la Plaine-de-Monceaux. Elle est délimitée à l'est par l'axe des voies rue de Saussure, boulevard Pereire et rue de Rome. Elle recouvre globalement les anciennes 22e et 23e circonscriptions de Paris (1958-1986) qui furent les circonscriptions législatives notamment de Bernard Lafay, Maurice Druon ou encore de Bernard Pons (jusqu'en 2002).

Liste des députés successifs de la 16e circonscription de Paris (17e Sud)
Période Identité Étiquette Qualité
2002 2007 Françoise de Panafieu UMP  
2007 2012 Françoise de Panafieu UMP  

Dix-septième circonscription de Paris[modifier | modifier le code]

La dix-septième circonscription de Paris recouvre la partie du quartier des Batignolles située à l'est de la rue de Rome, du boulevard Pereire, de la rue de Saussure et de l’avenue de la Porte-d'Asnières et le quartier des Épinettes ainsi qu'une partie du quartier des Grandes-Carrières situé dans le 18e arrondissement de Paris (nord de la rue Championnet et de la rue Ordener). Elle correspond en partie à l'ancienne 24e circonscription de Paris (Batignolles et Épinettes) et à l'ancienne 26e circonscription de Paris (Grandes-Carrières). L'ancienne 24e circonscription fut la circonscription législative de François Missoffe et Hélène Missoffe avant 1986.

La dix-septième circonscription de Paris fut également la circonscription législative de Françoise de Panafieu, née Missoffe, de 1988 à 2002.

Liste des députés successifs de la 17e circonscription de Paris (17e Nord)
Période Identité Étiquette Qualité
juin 2002 novembre 2002 Annick Lepetit PS  
février 2003 2007 Annick Lepetit PS  
2007 2012 Annick Lepetit PS  

Politique nationale[modifier | modifier le code]

Au niveau national, lors des élections présidentielles, le 17e arrondissement a constamment voté depuis le début de la Cinquième République pour des candidats issus de la droite libérale ou du mouvement gaulliste.

Démographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

En 2006, l'arrondissement était peuplé de 161 327 habitants sur 566,95 hectares, soit 28 453 hab/km2.

Année
(recensement national)
Population Densité
(hab. par km2)
1861 75 228
1866 93 193
1872 98 003
1954 (pic de population) 231 987 40 922
1962 227 687 40 164
1968 210 299 37 096
1975 186 293 32 862
1982 169 513 29 902
1990 161 935 28 565
1999 161 138 28 375
2006 161 327 28 453

En 1999, le 17e arrondissement compte 45 297 ménages de 1 personne, 22 112 de 2 personnes, 8 683 de 3 personnes, 6 195 de 4 personnes, 2 510 de 5 personnes et 997 de 6 personnes et plus.

Il y a également 114 personnes âgées de 100 ans et plus dont 90 femmes et 24 hommes.

Le 17e arrondissement, à la jonction des quartiers bourgeois de l'ouest parisien et des quartiers populaires du nord-est, présente une sociologie hétérogène et peut être divisé schématiquement en trois zones :

  • une zone relativement populaire, au nord de l'avenue de Clichy : quartier des Épinettes ;
  • une zone mixte entre l'avenue de Clichy au nord et la rue de Tocqueville au sud, attirant notamment des jeunes couples urbains : quartier des Batignolles ;
  • une zone de grands immeubles haussmanniens à l'ouest de la rue de Tocqueville, avec une sociologie proche de celle du 16e arrondissement voisin : quartiers de la Plaine Monceau et des Ternes.

Population par quartier[modifier | modifier le code]

Année
Population Densité
(hab. par km²)
Croissance
annuelle depuis
le dernier
recensement
1861 12 093 création
1999 39 137
Année
Population Densité
(hab. par km²)
Croissance
annuelle depuis
le dernier
recensement
1861 5 222 création
1999 38 958
Année
Population Densité
(hab. par km²)
Croissance
annuelle depuis
le dernier
recensement
1861 26 220 création
1999 38 691
Année
Population Densité
(hab. par km²)
Croissance
annuelle depuis
le dernier
recensement
1861 8 875 création
1999 44 352

Géographie[modifier | modifier le code]

Quartiers administratifs[modifier | modifier le code]

Comme chaque arrondissement parisien, le 17e est divisé en 4 quartiers administratifs :

  1. Quartier des Ternes (65e quartier de Paris)
  2. Quartier de la Plaine-de-Monceaux (66e quartier de Paris)
  3. Quartier des Batignolles (67e quartier de Paris)
  4. Quartier des Épinettes (68e quartier de Paris)

Quartiers au sens commun[modifier | modifier le code]

Le 17e arrondissement possède 8 conseils de quartier.

Voies du 17e arrondissement[modifier | modifier le code]

Principales rues et voies[modifier | modifier le code]

.

Projets et développements[modifier | modifier le code]

Vue du Parc Martin Luther King, au centre de Clichy-Batignolles

Le principal aménagement en cours est Clichy-Batignolles sur les anciens terrains SNCF situés au nord du quartier des Batignolles et à l'ouest du quartier des Épinettes. Il couvre 54 hectares au nord-est du 17e arrondissement de Paris, délimités par le boulevard périphérique, l’avenue de Clichy, la rue Cardinet et le faisceau des voies ferrées de la gare Saint-Lazare. Il inclut en particulier le déménagement du palais de justice de Paris, la construction de plus de 3 400 logements, de plus de 140 000 m2 de locaux d'entreprises, l'implantation de 30 000 m2 de commerces et de services[3] ainsi que l'aménagement du Parc Clichy-Batignolles - Martin Luther King.

Il s'agit du plus important projet d'aménagement en cours (en 2012) dans Paris.

Bâtiments et installations[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux remarquables[modifier | modifier le code]

Bâtiments officiels[modifier | modifier le code]

Ambassades et consulats[modifier | modifier le code]

Un grand nombre d'ambassades et de consulats sont implantés dans l'arrondissement dont :

Hôpitaux[modifier | modifier le code]

Établissements scolaires et universitaires[modifier | modifier le code]

Lieux de cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique[modifier | modifier le code]

Chapelles et paroisses[modifier | modifier le code]
Doyenné des Ternes[modifier | modifier le code]
Doyenné de la Plaine Monceau[modifier | modifier le code]
Doyenné des Batignolles-Épinettes[modifier | modifier le code]
Missions[modifier | modifier le code]
Aumôneries scolaires[modifier | modifier le code]
Communautés religieuses[modifier | modifier le code]
Catéchuménat[modifier | modifier le code]
Archevêché[modifier | modifier le code]

Culte protestant[modifier | modifier le code]

Culte orthodoxe[modifier | modifier le code]

Culte israélite[modifier | modifier le code]

  • Centre culturel du judaïsme marocain Rambam (19-21, rue Galvani)
  • Foyer culturel Myriam Zana (10, rue Barye)
  • Communauté juive libérale franco-anglophone Kehilat Gesher (7, rue Léon-Cogniet)

Culte musulman[modifier | modifier le code]

  • Pas de présence de lieu de culte officiellement référencé dans l’arrondissement.

Installations sportives[modifier | modifier le code]

  • 4 stades et plaines de jeux
  • 2 piscines
  • 2 bassins écoles
  • 7 gymnases
  • 8 salles de sport
  • 4 centres municipaux de tennis représentant 18 courts
  • 2 terrains d'éducation physique
  • 2 centres d'animation
  • 7 terrains de jeux de boules
  • 1 boulodrome
  • 7 aires de jeux à ballons
  • 5 pistes de rollers

Espaces verts[modifier | modifier le code]

  • 16,9 hectares de jardins et promenades, dont 4,5 hectares d'espaces verts non accessibles au public.
  • 4,9 hectares de pelouses dont 51 % ouverts au public.
  • 0,8 hectare de massifs floraux.
  • 4,2 hectares de massifs arbustifs.
  • 7 hectares de surfaces diverses (minérales, aires de jeux, pièces d'eaux et locaux).
  • 8 455 arbres (6 078 sur la voirie, 2 377 dans les jardins dont 29,45 % de platanes, 13,4 % de marronniers, 8,47 % de tilleuls, 7,15 % de sophoras, 6,46 % d'érables, 21,37 % d'essences diverses.)
  • 473 arbres plantés dans les cours des écoles de l'arrondissement.
  • 627 arbres sur le périphérique.

Parcs et bois[modifier | modifier le code]

Jardins[modifier | modifier le code]

Squares[modifier | modifier le code]

Promenades[modifier | modifier le code]

Aire de jeux[modifier | modifier le code]

Marchés[modifier | modifier le code]

Économie et tourisme[modifier | modifier le code]

Le 17e arrondissement compte 26 049 entreprises dont 13 480 établissements ressortissants de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris.

Parmi ces 13 480 commerces on compte :

  • 1 910 commerces alimentaires et non-alimentaires ;
  • 1 216 commerces de gros ;
  • 8 730 commerces liés aux services ;
  • 1 615 commerces liés à l'industrie et à la construction.

Culture[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Cinémas[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Théâtre des Arts Hébertot au 78 bis boulevard des Batignolles
  • L’Européen au 5 rue Biot
  • L’Odéon (Ateliers Berthier) au 8 boulevard Berthier (situé dans les anciens Ateliers des décors de l'Opéra de Paris)
  • Le Méry Théâtre au 7 place de Clichy
  • Centre national du théâtre au 134 rue Legendre
  • Théâtre de La Jonquière au 88 rue de la Jonquière

Arts[modifier | modifier le code]

Vie associative[modifier | modifier le code]

Plus de 7 000 associations ont leur siège social dans le 17e dont au moins 350 sont membres du Comité d'initiative et de consultation d'arrondissement (CICA)[5].

Transports[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Réseau ferré[modifier | modifier le code]

L'arrondissement est traversé ou bordé par les lignes indiquées ci-dessous, qui le desservent aux stations et gares figurant à la suite.

Métro[modifier | modifier le code]
Réseau Express Régional[modifier | modifier le code]
Transilien[modifier | modifier le code]

Bus[modifier | modifier le code]

Tout comme les lignes de métro et la ligne A du RER, les lignes de bus gérés par la RATP traversent le 17e arrondissement. Ils desservent pour la plupart, les pôles de correspondance dans le 17e comme Charles de Gaulle - Étoile, Porte Maillot et Place de Clichy, ce sont les lignes :

D'autre part, certaines lignes de bus relient le 17e et la banlieue, il s'agit des lignes :

Projets[modifier | modifier le code]

Desserte éventuelle par le RER E[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de son prolongement à l'Ouest, de Haussmann - Saint-Lazare à Mantes-la-Jolie, via La Défense, il est envisagé que le (RER)(E) (Éole) desserve la gare de Neuilly - Porte Maillot en correspondance avec le (RER)(C) et la ligne (M)(1).[réf. nécessaire]

Amélioration de la desserte de Pont-Cardinet[modifier | modifier le code]

Dans le cadre du développement du nouveau quartier de Clichy-Batignolles, il est prévu d'améliorer la desserte de la gare de Pont-Cardinet par un arrêt de la ligne 14 du métro, prolongée à Pont-Cardinet et à Porte de Clichy. Le renforcement de la fréquence des trains de la ligne L du Transilien est discuté ainsi que le renforcement du réseau de bus, comme la ligne 173.

Vélib'[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Population légale Insee au 1er janvier 2014 (population au 1er janvier 2011).
  2. Source : article R. 2512-1 du Code général des collectivités territoriales (partie réglementaire), sur Légifrance.
  3. Le projet de la ZAC en chiffres
  4. a, b, c, d, e et f http://marches.equipements.paris.fr/
  5. Le CICA est une instance prévue par l'article L2511-24 du Code général des collectivités territoriales
  6. Rang-Ri Park-Barjot, La Société de construction des Batignolles: Des origines à la Première Guerre mondiale (1846-1914), Presses Paris Sorbonne, 2005, (ISBN 978-2-84050-389-7), (Google Livres)
  7. Note parvenue aux archives centrales de la préfecture de police de Paris, le 16 octobre 1940, publiée par Patrick Thiébaut dans Guy Môquet, un symbole, Centre national de la documentation pédagogique, octobre 2007.
  8. Pascale Nivelle et Élise Karlin, Les Sarkozy, une famille française, Calmann-Lévy 2006, extraits parus sous le titre Secrets de jeunesse, L'Express, 5 octobre 2006.
  9. L'Abécédaire de Gilles Deleuze, de Pierre-André Boutang, entretiens avec Claire Parnet, Éditions Montparnasse, 2004.
  10. Un balcon à Bastia, par Marie-Françoise Poizat Costa, éditions L'Harmattan, 2010, (ISBN 978-2-296-11849-2), p. 81.
  11. a, b et c Le Point, Dossier sur le 17e, numéro 1991, 11 novembre 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]