Saint-Jean (Haute-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Jean.
Saint-Jean
L'église et le monument aux morts.
L'église et le monument aux morts.
Blason de Saint-Jean
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Haute-Garonne
Arrondissement de Toulouse
Canton de Toulouse-15
Intercommunalité Communauté urbaine de Toulouse Métropole
Maire
Mandat
Marie-Dominique Vézian
2014-2020
Code postal 31240
Code commune 31488
Démographie
Gentilé Saint-Jeannais
Population
municipale
10 281 hab. (2011)
Densité 1 731 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 39′ 59″ N 1° 30′ 21″ E / 43.6663888889, 1.5058333333343° 39′ 59″ Nord 1° 30′ 21″ Est / 43.6663888889, 1.50583333333  
Altitude Min. 145 m – Max. 211 m
Superficie 5,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

Voir sur la carte administrative du Midi-Pyrénées
City locator 14.svg
Saint-Jean

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Jean

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean
Liens
Site web www.mairie-saintjean.fr

Saint-Jean est une commune française, située dans le département de la Haute-Garonne, en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située dans son pôle urbain en banlieue nord-est de Toulouse sur la route départementale 888, ancienne route nationale 88 dite route d'Albi (sortie no 14 sur le périphérique de Toulouse).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Jean
Saint-Geniès-Bellevue Castelmaurou
Saint-Jean Rouffiac-Tolosan
L’Union

Montrabé                                             

Communications et transports[modifier | modifier le code]

Accès par la route : l'autoroute A68 sortie no 1, ou le périphérique de Toulouse Est, sortie no 14 et par la route nationale 88.

Saint-Jean est desservi par six lignes de bus de Toulouse exploitées par Tisseo :

  • Liste des lignes de bus de Toulouse 42​​​​​​​​​​​​​​​ depuis la gare de bus de Jeanne d'Arc jusqu'à la clinique de L'Union à Saint-Jean.
  • Liste des lignes de bus de Toulouse 43​​​​​​​​​​​​​​​ du métro des Argoules jusqu'à la clinique de L'Union à Saint-Jean ou au collège de Saint-Jean ou jusqu'à la place François-Mitterrand.
  • Liste des lignes de bus de Toulouse 73​​​​​​​​​​​​​​​ du métro Borderouge jusqu'au quartier Lestang à Saint-Jean.
  • Liste des lignes de bus de Toulouse 74​​​​​​​​​​​​​​​ du métro Balma-Gramont jusqu'à Rouffiac-Tolosan.
  • Liste des lignes de bus de Toulouse 75​​​​​​​​​​​​​​​ du métro Argoulets jusqu'à Castelmaurou.
  • Liste des lignes de bus de Toulouse 76​​​​​​​​​​​​​​​ du métro Argoulets jusqu'à Lapeyrouse-Fossat.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de Saint-Jean remonte, semble-t-il, au XIIe siècle. Il est attaché au lieu de prière fondé par les Chevaliers de l'Ordre de Malte sur des terres qu'ils exploitaient au lieu-dit « Estaquebiau », hameau actuel de la commune.

Sous l'Ancien Régime, deux paroisses, Belbèze-les-Toulouse (appelée aussi Belbèze) et Lacournandrie (appelée aussi La Cornaudric[Note 1]), installées de part et d'autre du « grand chemin » d'Albi, se partageaient l'actuelle étendue des communes de Saint-Jean et de l'Union.
En 1790, ces deux paroisses donnent naissance à deux communes que le directoire du département de Haute-Garonne décide de fusionner par un arrêté en date du 16 frimaire an II (6 décembre 1793). Les conseils municipaux devant se tenir dans l'église Saint-Jean-de Kyrié-Éleyson[Note 2], la commune reçoit ce nom[1].
Le 20 nivôse an II (9 janvier 1794), le conseil se réunit pour adopter le nouveau nom de la commune : L'Union[2].
En 1868, le hameau de Saint-Jean acquiert son autonomie et le statut de commune[3].

Ses habitants sont appelés les Saint-Jeannais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Depuis 1999, un conseil municipal des jeunes a été mis en place.

Commune faisant partie de la deuxième circonscription de la Haute-Garonne.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 1989 Adonis Satge    
mars 1989 novembre 2012 Gérard Bapt PS Député
novembre 2012 en cours Marie-Dominique Vézian[4] PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Service public[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 10 281 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1866. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 3],[Note 4].
           Évolution de la population  [modifier]
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
358 351 344 317 337 333 320 314 327
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
313 288 305 320 369 413 467 650 1 887
1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011 -
4 787 6 512 7 168 8 362 9 001 9 339 10 269 10 281 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Jean Baptiste

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Saint-Jean

Son blasonnement est : De gueules au comble abaissé à dextre d'argent, au soleil non figuré de sinople avec sa couronne rayonnante d'argent brochant sur le tout et à la croix pattée de huit pointes pommetées du champ, déportée à dextre et brochant sur l'ensemble.(Source: Mairie)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette graphie est sujette à caution dans la mesure où elle est dépendante de l'écriture et de la lecture qu'on peut en faire.
  2. Au sujet de la tenue de conseils municipaux dans ladite église, l'arrêté précise : « Le directoire considérant que depuis le règne de l'égalité et de la raison toute présence dans les églises est d'une ridiculité  [sic] affreuse et l'apanage des malveillances… » S'ensuit l'article premier dudit arrêté « invitant le conseil général à changer le nom de Saint-Jean-de Kyrié-Éleyson en un nom plus analogue aux vrais amis de la République. »
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Commune de L'Union. 1 D 5 : registre des délibérations du conseil municipal, an II, 24 frimaire-1821, 30 juin sur le site des Archives départementales de Haute-Garonne, voir p. 12/192, délibéré du 24 frimaire an II pour la réunion de Belbèze avec La Cornandrie.
  2. Commune de L'Union. 1 D 5 : registre des délibérations du conseil municipal, an II, 24 frimaire-1821, 30 juin sur le site des Archives départementales de Haute-Garonne, voir p. 14/192, réunion du 20 nivôse an II pour changer le nom de la municipalité ou paroisse.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. http://www.ladepeche.fr/article/2012/11/14/1488173-dominique-vezian-elue-maire-de-saint-jean.html
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011