Suffrage universel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Suffrage universel direct)
Aller à : navigation, rechercher

Le suffrage universel est le vote de l'ensemble des citoyens, par opposition au suffrage censitaire ou au suffrage capacitaire. Il est l'expression de la souveraineté populaire et de la volonté générale dans un régime démocratique. Dans sa version moderne, il est individualisé, c'est-à-dire qu'il s'effectue selon le principe un homme=une voix, contrairement au vote plural ou au vote familial. La formule « suffrage universel » a été utilisée, par Diderot dès 1765, dans le sens de « vote à l'unanimité »[1] puis par Guizot en 1828, dans le sens de « droit de vote attribué à tous les électeurs »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Droit de vote.

Le droit de vote permet aux citoyens d'un État d'exprimer leur volonté, à l'occasion d'un scrutin, afin d'élire leurs représentants et leurs gouvernants, de répondre à la question posée par un plébiscite ou un référendum, ou encore de voter directement leurs lois. Pour les démocraties modernes il s'agit du principal droit civique, considéré comme fondamental.

Illustration de 1902
« SUFFRAGE UNIVERSEL (Justin-Sincère), un des droits les plus sacrés de l'homme, né en France le 24 février 1848. Il est le fils du DROIT et de la LIBERTÉ ; et [...] il eut un frère bâtard nommé Jean-Jean-Panurge PLÉBISCITE, une sorte de propre à rien interlope et louche, né d'un viol de la LIBERTÉ à la suite d'une odieuse brutalité du CÉSARISME pris d'eau-de-vie [...] »[2]
Le suffrage universel représenté par une urne gardée par un lion dans le Monument à la République inauguré à Paris en 1883. Bronze de Léopold Morice.

Le suffrage universel est le mode de scrutin adopté par les démocraties modernes, d'abord en tant que suffrage universel masculin puis en tant que véritable suffrage universel, étendu au droit de vote des femmes. Institué en France pendant la Révolution française de 1789, avec le décret du 11 août 1792, il fut supprimé lors de la Restauration avant d'être rétabli, presque par surprise, lors de la Révolution de 1848 [3]. En vigueur lors du Second Empire, bien que fortement limité en raison des conditions pesant sur la procédure, avec notamment la nomination des candidats par l'Etat - ce qui l'apparentait à ce qui se passe dans les régimes du XXe siècle à parti unique mais instituant le suffrage universel -, il fut ré-institué lors de la Troisième République et depuis accepté en tant que fondement de la démocratie. Bien qu'admis dès 1848, le principe du vote secret n'est réellement mis en place qu'avec l'institution de l'isoloir en 1913, tandis qu'il faut attendre 1944 pour que les femmes obtiennent le droit de vote (première application en 1945). Dans de nombreux autres pays, à l'exception de la Suisse, l'écart entre le suffrage universel masculin, souvent adopté plus tardivement qu'en France (1870 pour l'Allemagne) et le suffrage universel proprement dit (incluant donc, les femmes), est bien moindre.

Au Royaume-Uni, John Cartwright (en) fut le premier à en réclamer l'adoption, dans son pamphlet Take your Choice (1776). Il faut attendre néanmoins le Reform Act de 1867 pour qu'il soit effectivement mis en œuvre, cette loi étant suivie du Ballot Act de 1872 (en) qui institue l'isoloir.

L'histoire du suffrage universel ne concerne pas uniquement l'élection des représentants politiques, puisqu'elle croise aussi celle de l'institution des jurys populaires, ou l'élection des magistrats et autres responsables politiques (c'était le cas dans la France révolutionnaire, et ça l'est toujours aux États-Unis).

Par ailleurs, outre la proclamation du principe lui-même du suffrage universel, les conditions de son application concrète et l'extension du droit de vote à certaines catégories de la population qui pouvaient en être exclues (les femmes, mais aussi les personnes condamnées pour certaines peines, les « malades mentaux » ou encore les enfants, mais aussi les domestiques ou les vagabonds) font partie de son histoire. On pouvait en effet affirmer le principe du suffrage universel, tout en restreignant par certaines lois électorales sa portée. Des conditions de domicile ou d'alphabétisation (notamment lorsqu'il fallait soi-même écrire le nom des candidats sur les bulletins) ont ainsi été imposés. En France, il faut attendre par exemple la Loi handicap du 11 février 2005 pour que des personnes mises sous tutelle puissent voter, après autorisation d'un juge, la loi du 5 mars 2007 sur la réforme de la protection des majeurs faisant du droit de vote des majeurs sous tutelle la norme.

Extensions du droit de vote vers le suffrage universel[modifier | modifier le code]

Article détaillé : droit de vote.

Le suffrage universel se définit par opposition à d'autres types de suffrages restreints qui limitent le droit de vote à une partie de la population en raison de la fortune, de l'éducation, du sexe, de l'âge, de la religion, de l'origine, de l'ethnicité (y compris la « race »), de l'orientation sexuelle, de l'identité sexuelle, de la nationalité, des condamnations pénales, basé sur l'égalité devant la loi.

Suffrage universel direct et indirect[modifier | modifier le code]

Le suffrage universel peut s'exprimer de deux manières :

Les premières assemblées modernes élues au suffrage universel[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Droit de vote aux États-Unis.

Chaque État des États-Unis dispose de sa propre constitution et de sa propre législation en matière de droit de vote. Toutefois, un certain nombre de règles ont été imposées aux États par le Congrès fédéral. À l'indépendance, le suffrage était limité aux hommes blancs propriétaires, et souvent aux protestants. Le premier État à abolir la condition de propriété fut le New Hampshire en 1792, le dernier fut la Caroline du Nord en 1856. Les dernières restrictions discriminant l'accès au droit de vote des Afro-Américains et des autres minorités n'ont été abolies que par le Voting Rights Act en 1965. La première entité à accorder le droit de vote aux femmes aux États-Unis fut le Territoire du Wyoming en 1869, ce droit fut étendu en 1920 à toutes les élections par le XIXe amendement. Le droit de vote fut abaissé à 18 ans en 1971 par le XXVIe amendement.

France[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Droit de vote en France.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Le suffrage universel a été prévu, en France dans les constitutions suivantes :

  • Constitution de la Convention (1793-1795) : Cette constitution n'a jamais été appliquée mais prévoyait l'application du suffrage universel masculin aux élections législatives et mettait en place l'usage du référendum.
  • Constitution du Consulat et du Premier Empire (1799-1815) : La constitution consulaire du 22 frimaire an VIII permettait le recours au plébiscite (référendum), dont Napoléon Bonaparte usa à plusieurs reprises, pour modifier la constitution et établir le régime impérial.
  • Constitution de la Deuxième République (1848-1852) : Élection du Président de la République au suffrage universel masculin. Le suffrage « universel » est établi par la Deuxième République en 1848, mais il exclut quand même les femmes, les militaires, le clergé et les Algériens. Le corps électoral, jusque-là restreint par le suffrage censitaire, passe de néanmoins de 246 000 à plus de 9 millions[4].
  • Constitution du Second Empire (1852-1870) : Permettait le recours au référendum, grâce à Napoléon III, dans la tradition du Premier Empire (Napoléon I) ; en outre, s'agissant du Corps législatif, l'article 36 de la Constitution de 1852 disposait que « les députés sont élus par le suffrage universel ».
  • Constitution de la Troisième République (1875-1940) : Élections de l'Assemblée nationale, et, pour l'essentiel, du Sénat, au suffrage universel masculin.
  • Constitution de la Quatrième République (1946-1958) : Élection du Parlement au suffrage universel masculin et féminin.
  • Constitution de la Cinquième République (depuis 1958) : Élection du Président de la République (à partir de 1962) et du Parlement au suffrage universel et possibilité d'avoir recours au référendum.

Un suffrage qui exclut une partie de la population en raison de son sexe (les femmes) peut être interprété comme non universel, puisque réservé aux hommes, ce qui est une discrimination sexiste.

Lors du suffrage universel direct, on vote directement pour choisir son représentant.

Les limitations à l'exercice du suffrage universel en France[modifier | modifier le code]

Article principal : droit de vote en France.

Expression de la volonté populaire d'une nation, le suffrage universel est réputé n'avoir de sens que s'il est réservé aux citoyens de cette nation. La loi fixe les conditions censées garantir la représentativité du suffrage :

l'inscription sur les listes électorales 
toute personne présente le jour du vote ne peut voter, l'inscription aux listes électorales rendue obligatoire par la loi du 10 novembre 1997 (inscription d'office des personnes de nationalité française lorsqu'elles atteignent l'âge de 18 ans) est la condition de l'exercice de ce droit. La souveraineté populaire est la possibilité de décision du peuple en dernier ressort. Il est universel car il se déroule sans avoir recours à ses représentants élus (souveraineté nationale) ni aux partis politiques. Le citoyen vote individuellement et à bulletin secret. Un électeur ne peut être inscrit que sur une seule liste électorale, dans la commune où se trouve son domicile réel.
la nationalité 
expression fondatrice de la citoyenneté et de la souveraineté populaire, le suffrage est réservé aux citoyens. Chaque citoyen est réputé posséder une fraction de la souveraineté nationale :les étrangers ne peuvent pas voter (bien que ce point soit sujet à débat actuellement pour certains groupes politiques, concernant les étrangers résidant en France depuis longtemps et concernant les élections dites "locales"). Il existe également certains cas particuliers; en pratique, un Français déchu de sa nationalité entre le jour d'émission de la carte électorale, et le jour du vote peut voter, alors qu'il n'est plus français.
l'âge 
il faut avoir atteint la majorité électorale (civile et politique). L'âge requis a été abaissé à 18 ans depuis 1974 (21 auparavant).
l'aptitude morale 
certains condamnés n'ont pas le droit de vote, ne pas jouir de ses droits civiques, civils et de famille signifie être « indigne de la qualité d'électeur » ; jugés « moralement indignes ».
majeurs en tutelle 
du fait qu'ils ne jouissent pas de toutes de leurs facultés mentales, ces citoyens sont « incapables de discernement politique » (excepté s'il y a l'autorisation du chef de tutelle).
le secret du vote 
jusqu'à la loi du 22 juillet 1913, le secret du vote n'était pas protégé. À partir de cette loi, des enveloppes ont été rendues obligatoires dans la totalité des bureaux de vote, afin de protéger "l'indépendance du vote"[5].

En Belgique[modifier | modifier le code]

C'est immédiatement après la première guerre que le suffrage universel (masculin) fut introduit par la volonté manifeste du roi Albert 1er et la pression sociale. Cette démarche soudaine est appelée par les conservateurs le coup de Loppem. En effet les élections législatives pour mettre en place l'assemblée constituante auraient dû être menées selon le principe du vote plural alors en vigueur, mais il n'en fût rien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Définition de suffrage - Nouvelle Langue Française, 22 septembre 2009
  2. Article satirique paru dans Le Trombinoscope de Touchatout en 1876.
  3. Alain Guarrigou, « Le brouillon du suffrage universel. Archéologie du décret du 5 mars 1848 .» In: Genèses, 6, 1991. Femmes, genre, histoire. pp. 161-178
  4. Le droit de vote, histoire mouvementée d'un geste simple - Pascale Diard, Le Monde, 6 mai 2007 [doc]
  5. "Le jour où le vote est devenu secret"Le Figaro du 22 juillet 1913

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]