Lannemezan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lannemezan
Vues de Lannemezan : Hôtel de Ville, Eglise Saint Jean-Baptiste, Parc de loisirs de la Demi-Lune, Bois de la Plantade, Portail de l'eglise Saint Jean-Baptiste, Entrée de ville
Vues de Lannemezan : Hôtel de Ville, Eglise Saint Jean-Baptiste, Parc de loisirs de la Demi-Lune, Bois de la Plantade, Portail de l'eglise Saint Jean-Baptiste, Entrée de ville
Blason de Lannemezan
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement de Bagnères-de-Bigorre
Canton Canton de Lannemezan
Intercommunalité Communauté de communes du Plateau de Lannemezan et des Baïses
Maire
Mandat
Bernard Plano
2014-2020
Code postal 65300
Code commune 65258
Démographie
Gentilé Lannemezanais
Population
municipale
5 861 hab. (2011)
Densité 308 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 07′ 30″ N 0° 23′ 08″ E / 43.125, 0.385555555556 ()43° 07′ 30″ Nord 0° 23′ 08″ Est / 43.125, 0.385555555556 ()  
Altitude Min. 442 m – Max. 647 m
Superficie 19,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Lannemezan

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Lannemezan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lannemezan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lannemezan
Liens
Site web http://www.lannemezan.fr

Lannemezan (en occitan gascon Lanamesa, « Milieu de la lande ») est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées dans la région Midi-Pyrénées. Ses habitants sont appelés les Lannemezanais.

Depuis le 24 décembre 2003, Lannemezan appartenait à la Communauté de communes du Plateau de Lannemezan, dont elle était la principale commune. Depuis le 1er janvier 2014, elle appartient à la Communauté de communes du Plateau de Lannemezan et des Baïses, dont elle est toujours la ville la plus importante.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Il y a 50 millions d’années, poussé par des mouvements de compression, le faible relief qui constitue les pré-Pyrénées s’élève de nouveau. Les glaciers et les torrents qui dévalent ses pentes soumettent la montagne à une érosion qui se déverse aux pieds de celle-ci. Tout en continuant de s’élever, la montagne érige l’amas de ses dépôts et forme ainsi le plateau de Lannemezan, tête d'un gigantesque piémont qui imprime son empreinte dans une grande partie du Sud-Ouest, jusqu'à la Garonne à plus de 100 km au nord. Haut perché et soumis aux quatre vents, le site s’attribue déjà une identité propre qui allait aider à son histoire et à sa renommée.

Le sol est composé de terres incultes et stériles, parsemé de bois, de taillis, coupé de marécages et de landes. Le terrain est d'origine calcaire avec une couche de terre arable ne dépassant pas vingt centimètres. On exploite la tourbe dans la lande près de La Barthe-de-Neste[1]. L'analyse du sol sur la commune de Lannemezan montre les résultats présentés dans le tableau suivant.

Profondeur
(en cm)
 % Argiles  % Limons % Sables  % de matière
organique
dans la couche
Totales
(<2 µm)
Fins
(de 2 à 20 µm)
Grossiers
(de 20 à 50 µm)
Fins
(de 50 à 200 µm)
Grossiers
(de 200 à 2 000 µm)
0–20 cm
25 %
22 %
10 %
21 %
19 %
7,7 %
20–55 cm
26 %
20 %
11 %
22 %
20 %
3,7 %
55–100 cm
17 %
18 %
8 %
25 %
32 %
-
100–235 cm
26 %
17 %
8 %
21 %
30 %
-
Sous-sol caractéristique de Lannemezan et son plateau

Le plateau culmine à plus de 600 m d'altitude au voisinage de Lannemezan. Le sommet de ce piémont fait face à la partie pyrénéenne de vallée de la Neste, rivière qui oblique ensuite vers l'est au pied du plateau. Les autres rivières (Gers, Baïse…), s'écoulent radialement depuis ce point vers le nord-ouest, le nord et le nord-est, et l'altitude du plateau baisse progressivement. Côté sud, ce plateau est encore relié au massif pyrénéen par une étroite langue de terre, entre Izaux et Avezac. Sinon, il se termine au sud-ouest et au sud-est par un surplomb abrupt et des collines résiduelles (Capvern, Mauvezin…) faisant face à la chaîne pyrénéenne.

Végétation naturelle[modifier | modifier le code]

La végétation naturelle de Lannemezan et sa petite région est caractérisée par un paysage de lande, bien que l'humidité des sols soit très variable suivant leur localisation (en particulier par rapport à leur proximité avec les cours d'eau).

Ainsi, dans les zones humides proches des rivières s'étendent de nombreuses tourbières caractérisées par des ajoncs nains (Ulex minor), du millepertuis des marais (Hypericum elodes L.) ou des prairies humides sur lesquelles s'étendent des trompettes de méduse (Narcissus bulbocodium L.), de l'avoine de Thore (Pseudarrhenatherum longifolium) ou des aulnes (Alnus).

Dans les zones plus sèches se développent davantage d'espèces ligneuses telles que les chênes des Pyrénées, aussi connus sous le nom de chênes tauzins (Quercus pyrenaica), des chênes pédonculés (Quercus robur) ou des châtaigniers (Castanea sativa Mill).

Dans tous les cas, les sols sont plutôt de type acides à humidité variable, ce qui impose certaines contraintes pour le développement des espèces végétales. Ces contraintes de développement sont représentées sur le diagramme humidité / acidité ci-contre.

Diagramme humidité / acidité (pH) de la végétation présente sur le plateau de Lannemezan

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Dix-huit rivières prennent leur source sur le Plateau de Lannemezan ou passent sur le territoire de la commune. Les principales sont mentionnées dans le tableau suivant.

Rivière Longueur Lieu de la Source Confluent Lieu de confluence
La Baïse
188 km
Capvern-les-Bains (Hautes-Pyrénées)
Garonne (rive gauche)
Penne-d'Agenais (Lot-et-Garonne)
La Petite Baïse
(ou Baïse devant)
75 km
Lannemezan (Hautes-Pyrénées)
Baïse (rive droite)
L'Isle-de-Noé (Gers)
La Baïse Darré
11 km
Avezac-Prat-Lahitte (Hautes-Pyrénées)
Petite Baïse (rive gauche)
Clarens (Hautes-Pyrénées)
La Sole
20 km
Tajan (Hautes-Pyrénées)
Petite Baïse (rive droite)
Guizerix (Hautes-Pyrénées)
La Galavette
13 km
Lannemezan (Hautes-Pyrénées)
Petite Baïse (rive droite)
Galez (Hautes-Pyrénées)
La Baïsole
47 km
Lagrange (Hautes-Pyrénées)
Baïse (rive droite)
L'Isle-de-Noé (Gers)
Le Gers
175 km
Lannemezan (Hautes-Pyrénées)
Garonne (rive gauche)
Agen (Lot-et-Garonne)
La Neste
73 km
Arreau (Hautes-Pyrénées)
Réunion des Neste d'Aure et Neste du Louron
Garonne (rive gauche)
Montréjeau (Haute-Garonne)
La Save
148 km
La Barthe-de-Neste (Hautes-Pyrénées)
Garonne (rive gauche)
Grenade (Haute-Garonne)
L'Arrats
131 km
Plateau de Lannemezan (Hautes-Pyrénées)
Garonne (rive gauche)
Valence-d'Agen (Tarn-et-Garonne)
Le Bouès
63 km
Capvern (Hautes-Pyrénées)
Arros (rive droite)
Beaumarchés (Gers)
La Gimone
136 km
Plateau de Lannemezan (Hautes-Pyrénées)
Garonne (rive gauche)
Castelferrus (Tarn-et-Garonne)
La Gesse
53 km
Plateau de Lannemezan (Hautes-Pyrénées)
Save (rive gauche)
Espaon (Gers)
La Louge
100 km
Plateau de Lannemezan (Hautes-Pyrénées)
Garonne (rive gauche)
Muret (Haute-Garonne)
Rivières prenant naissance sur le Plateau de Lannemezan

Risques et catastrophes naturelles[modifier | modifier le code]

La commune est placée sous surveillance par rapport à certains risques naturels et technologiques possibles[2] :

  • Inondation
  • Risque industriel
  • Séisme : zone de sismicité 1B
  • Transport de marchandises dangereuses

Les dernières catastrophes naturelles passées sur la commune sont les suivantes, depuis 1980 (de la plus récente à la plus ancienne) :

Date Catastrophe naturelle observée à Lannemezan
24/05/2007
Inondations et coulées de boue
27/07/2006
Inondations et coulées de boue
du 01/07/2003 au 30/09/2003
Mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols
du 25/12/1999 au 29/12/1999
Inondations, coulées de boue et mouvements de terrain
du 06/11/1982 au 10/11/1982
Tempête

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée de Lannemezan, sur la D817, dans le sens Toulouse / Bayonne
  • Localisation générale :

Lannemezan est une bastide située au centre du plateau de Lannemezan entre Tarbes et Toulouse sur la Petite Baïse. Entre Atlantique et Méditerranée, au débouché des vallées pyrénéennes, Lannemezan s'impose comme une cité stratégique par sa position géographique privilégiée.

Lannemezan se situe à l'est du département des Hautes-Pyrénées, à 12 km de la frontière avec la Haute-Garonne (31) à l'est, 40 km de la frontière avec le Gers (32) au nord et 75 km de la frontière avec l'Espagne au sud (Tunnel Aragnouet-Bielsa).

  • Communes limitrophes de Lannemezan :
Communes limitrophes de Lannemezan
Communes limitrophes de Lannemezan
Campistrous
(vers Mont-de-Marsan, Bordeaux)
Galez
(vers Auch, Agen)
Clarens
(vers Toulouse)
Campistrous
Capvern
(vers Tarbes, Pau, Bayonne)
Lannemezan Clarens
Uglas
Pinas
(vers Saint-Gaudens, Foix)
Capvern
Avezac-Prat-Lahitte
La Barthe-de-Neste
(vers Les Baronnies)
La Barthe-de-Neste
Escala
(vers Arreau, Saint-Lary, Espagne)
Cantaous
(vers Saint-Laurent-de-Neste)

Spatialement, Lannemezan est enclavée entre les neuf communes suivantes : Campistrous au nord-ouest, Clarens au nord-est, Capvern à l'ouest, Uglas et Pinas à l'est, Avezac-Prat-Lahitte au sud-ouest, La Barthe-de-Neste et Escala au sud, et Cantaous au sud-est[3].

Distance à quelques grandes villes françaises[modifier | modifier le code]

L'orientation et la localisation de Lannemezan par rapport à quelques grandes villes françaises sont données dans le tableau suivant [4] (les distances sont données par l'itinéraire le plus rapide, par la route) :

Ville Tarbes Blason ville Tarbes.svg Toulouse Blason ville fr Toulouse (Haute-Garonne).svg Bayonne Blason Bayonne.svg Bordeaux Blason ville fr Bordeaux (Gironde).svg Montpellier Blason ville fr Montpellier.svg Marseille Blason Marseille.svg Nantes Blason Nantes.svg Lyon Blason Ville fr Lyon.svg Nice Nice Arms.svg Paris Blason paris 75.svg Brest Blason ville fr Brest (Finistere).svg Lille Blason ville fr Lille (Nord).svg Strasbourg Blason Strasbourg.svg
Distance 37 km 126 km 190 km 268 km 359 km 524 km 609 km 656 km 688 km 801 km 907 km 1 017 km 1 147 km
Orientation (W) (NE) (W) (NW) (E-NE) (E-NE) (N-NW) (NE) (E) (N-NE) (N-NW) (N) (NE)

Superficie[modifier | modifier le code]

La ville de Lannemezan a une superficie 1903 hectares, ce qui la classe :

Territoire Classement Lannemezan
Critère de Superficie
France
8 732e / 36 683
Midi-Pyrénées
687e / 3 021
Hautes-Pyrénées
41e / 474
Arrondissement de Bagnères-de-Bigorre
20e / 160
Canton de Lannemezan
2e / 26

Altitudes[modifier | modifier le code]

Altitudes observées sur la commune de Lannemezan (minimale : 442 mètres - maximale : 647 mètres - moyenne : 545 mètres)

Les variations d'altitude sont importantes sur le territoire de la commune. L'altitude minimale est de 442 mètres, l'altitude maximale est de 647 mètres. L'altitude moyenne est de 545 mètres, et l'hôtel de ville se situe quant à lui à 580 mètres[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Diagramme ombro-thermique de Lannemezan. En utilisant une échelle double pour la hauteur de précipitation, on note une absence de dépassement de la courbe des températures (verte) par rapport à celle des précipitations (bleue) montre l'absence de période de sécheresse dans la commune

Les « normales » de la station de Tarbes-Ossun révèlent un climat plutôt frais et pluvieux l'hiver et chaud et orageux l'été. La température moyenne annuelle (12 °) est relativement basse pour une telle latitude, avec une amplitude saisonnière assez faible, 6 ° en moyenne l'hiver et 19 ° l'été. Mais n'oublions pas que l'hiver la température a déjà atteint -21 °C en janvier 1985 et qu'elle peut aussi dépasser 39 °C en plein été. Ces coups de fortes chaleurs sont typiques de l'effet de foehn, dû au relief des Pyrénées.

À Tarbes les brouillards sont rares, les vents forts aussi. Ces caractéristiques tarbaises du climat se retrouvent sur le nord du département, mais avec des brouillards plus nombreux en hiver, et des températures diurnes plus élevées et des précipitations moindres en été. À l'inverse en se rapprochant du relief les quantités moyennes de précipitations augmentent. Elles varient fortement en fonction de l'exposition et des versants mais deviennent abondantes à proximité des crêtes frontières. La zone entre plaine et montagne possède un climat plus humide et moins ensoleillé que le reste du département. En montagne le soleil brille fréquemment au-dessus d'une mer de nuages et le vent souffle plus fort et plus souvent qu'en plaine (brises, vents de sud parfois très forts).

Le climat des Hautes-Pyrénées se caractérise par un printemps pluvieux et frais et particulièrement neigeux en altitude;les flux de nord-ouest se bloquent contre le relief et un phénomène de précipitations orographiques s'organise avec pour conséquence de forts cumuls de neige jusqu'à la mi-mai en altitude. L’été est tempéré mais orageux, un automne généralement bien ensoleillé et agréable, et un hiver relativement doux dans les plaines et froid dès que l'on s’élève au-dessus de 300-400 mètres[5].

Les relevés de températures et de précipitations sont recueillis dans le tableau suivant :

Relevé observé de 2000 à 2010, à la station météorologique de Lannemezan / Campistrous (65)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1 2 4 6 9 13 15 15 12 9 4 2 7,7
Température moyenne (°C) 5,2 5,6 8,4 10,1 13,8 17,8 18,6 18,8 16,4 13,5 7,5 5,5 11,8
Température maximale moyenne (°C) 10 11 14 15 19 22 25 25 23 19 14 11 17,3
Précipitations (mm) 98,6 63,3 99 108,2 137 87,1 72,6 70,5 69,5 81,9 101,4 97,4 1 086
Source : Météo France, relevés observés entre 2000 et 2010
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
10
1
98,6
 
 
 
11
2
63,3
 
 
 
14
4
99
 
 
 
15
6
108,2
 
 
 
19
9
137
 
 
 
22
13
87,1
 
 
 
25
15
72,6
 
 
 
25
15
70,5
 
 
 
23
12
69,5
 
 
 
19
9
81,9
 
 
 
14
4
101,4
 
 
 
11
2
97,4
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Ensoleillement et précipitations (depuis 1999)[modifier | modifier le code]

Contributions selon les saisons sur : la durée annuelle d'ensoleillement (en haut) et la hauteur annuelle des précipitations (en bas)

Les valeurs d'ensoleillement et de précipitations moyennes sont visibles dans le tableau suivant.

Critère 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Moyenne
(1999-2011)
Minimum
(année)
Maximum
(année)
Ensoleillement
(heures)
Total
1 795
2 018
1 977
1 768
2 006
1 876
2 221
2 119
1 959
1 835
2 013
1 945
2 087
1 969
1 768
(2002)
2 221
(2005)
Hiver
349
471
350
449
413
369
465
375
346
412
467
326
409
395
326
(2010)
471
(2000)
Printemps
509
563
582
495
588
579
698
616
524
500
560
605
630
575
495
(2002)
698
(2005)
Eté
555
658
607
495
681
558
653
665
614
601
608
626
596
610
495
(2002)
681
(2003)
Automne
382
326
438
329
324
370
405
463
475
322
378
388
452
389
322
(2008)
475
(2007)
Hauteur des
précipitations
(mm)
Total
1 172
1 129
874
1 198
885
992
891
826
1 029
1 192
1 125
944
979
1 013
826
(2006)
1 198
(2002)
Hiver
283
189
324
221
229
288
132
261
266
342
281
214
205
246
132
(2005)
342
(2008)
Printemps
331
412
281
349
207
204
258
199
390
383
308
260
234
291
199
(2006)
412
(2000)
Eté
283
205
150
231
178
238
246
189
162
146
139
157
292
198
139
(2009)
292
(2011)
Automne
275
324
119
398
270
263
255
176
211
322
397
312
248
277
119
(2001)
398
(2002)

Températures extrêmes et précipitations records (depuis 1999)[modifier | modifier le code]

(1.) Températures extrêmes observées entre 1999 et 2011 - (2.) Amplitudes des températures observées entre 1999 et 2011

Les records de températures et de hauteurs de précipitations entre 1999 et 2011 sont mentionnés dans le tableau suivant.

Records 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Valeur record
(Année record)
Température
(°C)
Record de chaleur (°C)
35
34
35
35
39
37
34
35
37
34
36
39
37
39
(2003 & 2010)
Record de froid (°C)
-7
-8
-11
-5
-8
-5
-11
-7
-10
-6
-7
-10
-6
-11
(2005)
Hauteurs mensuelles
des précipitations

(mm / mois)
Hauteur maximale
155
165
176
181
136
176
139
151
171
218
233
184
127
233
(2009)
Hauteur minimale
27
5
18
21
12
6
0
18
28
13
29
28
26
0
(2005)

Climat de Lannemezan selon la classification de Köppen[modifier | modifier le code]

Selon la classification de Köppen, la ville de Lannemezan se situe dans la catégorie "Cfb" :

Le C (1re lettre) exprime le climat : climat tempéré :

  • Températures moyennes des 3 mois les plus froids comprises entre -3 °C et 18 °C (5,43°C à Lannemezan)
  • Température moyenne du mois le plus chaud > 10 °C (18,8°C à Lannemezan)
  • Les saisons été et hiver sont bien définies

Le f (2e lettre) exprime le régime pluviométrique :

  • Climat humide
  • Précipitations tous les mois de l'année
  • Pas de saison sèche

Le b (3e lettre) exprime les variations de températures : été tempéré :

  • Température moyenne du mois le plus chaud ≤ 22 °C (18,8°C à Lannemezan)
  • Températures moyennes des 4 mois les plus chauds > 10 °C (17,90°C à Lannemezan)

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Accès routiers à Lannemezan

Lannemezan est une ville de passage, desservie par de nombreux axes routiers. Ceux-ci sont en majorité d'orientation Nord / Sud et Est / Ouest. Voici le détail[6] :

Orientation de l'axe Route Axe Commune précédente
traversée
Commune suivante
traversée
Est/Ouest
(de Toulouse à Bayonne)
A64E80 : Autoroute La Pyrénéenne
sortie 15 Capvern à l'ouest
sortie 16 Lannemezan au sud
Toulouse / Bayonne
sortie 17 Montréjeau
sortie 14 Tournay
D817 (ex N117)
Toulouse / Bayonne
Pinas
Capvern
Nord/Sud
(du Gers à l'Espagne)
D929
Auch / Arreau
Uglas
La Barthe-de-Neste
D939
Galan / Lannemezan
Galez
-
D24
Boulogne-sur-Gesse / Lannemezan
Villeneuve-Lécussan
-
D17
Trie-sur-Baïse / Lannemezan
Campistrous
-

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

Gare SNCF de Lannemezan, sur la ligne Bayonne-Toulouse
Localisation de Lannemezan sur la ligne Toulouse / Bayonne

Lannemezan se situe sur la ligne Toulouse-Bayonne. La gare de Lannemezan SNCF est située Avenue de la Gare, sur la ligne de Toulouse à Bayonne, à 1,7 km du centre-ville. La gare précédente est celle de Montréjeau Gourdan-Polignan en venant de Toulouse, la gare suivante est celle de Capvern. Une autre ligne partait de Lannemezan jusqu'à la gare d'Arreau-Cadéac, mais celle-ci n'est plus en service. Les différents types de train desservant actuellement la gare de Lannemezan sont :

Type de train Ligne Gare précédente Gare suivante
Intercités Arc Atlantique ligne Toulouse-Matabiau / Hendaye-Irun Montréjeau - Gourdan-Polignan Capvern ou Tournay
ter Midi-Pyrénées ligne Toulouse-Matabiau / Tarbes
ter Midi-Pyrénées ligne Toulouse-Matabiau / Lourdes
Intercités de nuit ligne Genève-Cornavin / Hendaye-Irun

Un projet de traversée centrale des Pyrénées, permettant de relier Toulouse à Saragosse, est actuellement en cours de développement. Cette ligne emprunterait la ligne actuelle Toulouse/Bayonne, jusqu'à Lannemezan. La gare de Lannemezan serait un nœud ferroviaire, à partir duquel une nouvelle ligne permettrait de rejoindre l'Espagne, grâce à un tunnel creusé dans la vallée d'Aure (à Hèches). Cette nouvelle ligne désengorgerait les deux autres voies traditionnelles (par Hendaye au Pays basque et Cerbère en Catalogne), tout en désenclavant les Pyrénées Centrales et la vallée d'Aran es Espagne.

Aéroports[modifier | modifier le code]

3 aéroports internationaux sont situés à moins de 150 km de Lannemezan :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine : localisation des quartiers de Lannemezan

La ville de Lannemezan a plutôt une orientation sud / nord, et se constitue des quartiers principaux suivants :

  • Le centre-ville : bâti autour de l'hôtel de ville et de l'église Saint Jean Baptiste, le centre-ville est le cœur historique de la ville et fut rénové depuis une dizaine d'années. Ainsi, la nouvelle Place des Droits de l'Homme et du Citoyen où siège l'Office du Tourisme et qui fait face au récent kiosque est le lieu des animations et des manifestations de la ville. La rue Thiers, rue centrale, est la plus commerçante de la commune et présente l'entrée de la galerie commerciale Paul Bert, où se situe la salle du Renouveau du Plateau.De même la place de la Poste, récemment rénovée, permet un agréable repos grâce à ses deux fontaines et ses massifs floraux.
  • Las Moulias, les Bans et Piquegrue : au nord, le quartier des moulins (ou de las moulias) autour de la cité des bans, du collège, est en pleine mutation grâce à la construction de nouveaux lotissements et d'un centre médico-social.
  • Les Bourtoulets, la Galavette et l'Hippodrome : autour du boulevard des Tilleuls et près de la gare SNCF, le quartier se situe en hauteur par rapport au centre-ville et se déploie autour d'un large boulevard agréable pour les promenades.
  • Le Guérissa, la Lande et les Saligues : quartier le plus récent, se situe en bordure du bois de la Plantade et du canal de la Neste. Il est grandement constitué de pavillons bordant de nombreux espaces verts assurant calme à leurs habitants.
  • La Demi-Lune : à l'écart de la ville, ce quartier est bâti autour du grand Parc de Loisirs de la Demi-Lune, bordant le canal de la Neste, le Golf et le complexe hospitalier de Lannemezan.

Logement[modifier | modifier le code]

Une des nouvelles résidences construites à Lannemezan, près de la gare

Les statistiques concernant le logement dans la ville sont regroupées dans le tableau suivant[7] :

Critère Lannemezan Moyenne nationale
Résidences principales
85,5 %
83 %
Résidences secondaires
3,5 %
10,1 %
Logements vacants
11 %
8 %
Maisons individuelles
57,4 %
56,8 %
Appartements
38,4 %
40,4 %
Autres types de logements
4,2 %
2,8 %
Propriétaires
50,9 %
55,3 %
Locataires
42,8 %
39,8 %
Personnes logées gratuitement
6,3 %
4,9 %

Transport en commun[modifier | modifier le code]

Lignes de bus de Lannemezan

Une navette a été mise en place deux jours par semaine (mercredi et vendredi), avec accès favorisé pour les personnes âgées. Trois circuits sont disponibles :

Ligne 1
Ligne Sud (14 arrêts)
Ligne 2
Ligne Est (9 arrêts)
Ligne 3
Ligne Nord (10 arrêts)
Place des droits de l'homme
Rue Saint Jean Rue du Hourquet Rue de la Baïse
Rue du tir (3 arrêts) Route de Toulouse Rue Voltaire
Rue de la lande de boc Rue du Hourc Rue des moulins
Rue du Guérissa Rue de l'hippodrome (2 arrêts) Route de Galan
Rue de la lande Boulevard des tilleuls Chemin du Bédat
Rue des usines Rue des petits champs Rue des barraquès
Route de la Barthe de Neste Boulevard des tilleuls Place du Château
Allée du bocage Rue Georges Clemenceau
Rue des résistants (2 arrêts) Rue des Écoles
Rue du 8 mai 1945
Rue du 8 mai 1945 - Place de l'Ormeau

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Nouveaux lotissements[modifier | modifier le code]

De très nombreux projets immobiliers ont été lancés dans la ville, afin d'améliorer l'habitat à Lannemezan, ainsi que d'augmenter la capacité de logement, permettant de limiter l'effet de diminution de la population lannemezanaise.

Parmi ceux-ci, le Clos des Moulins, livré en 2007, présente 44 logements répartis sur 4 bâtiments d'un étage[8], à proximité du collège et du stade. Toujours à proximité du collège, la cité des familles est constituée de 16 logements à loyer modéré[9]. En 2008, deux autres résidences ont ouvert leurs portes à proximité du quartier des Bourtoulets, du boulevard des tilleuls et de la gare : la Villalodge du Parc, constituée de 16 villas et 54 appartements[10], et la résidence de la Chêneraie, constituée de 62 appartements répartis sur 4 bâtiments d'un étage[11]. Enfin, au nord de la commune, sur la route de Galan, la Bastide de Piquegrue a été créée en 2009. Elle comporte 34 villas jumelées[12].

Centre-ville et place du château[modifier | modifier le code]

Au niveau de la réhabilitation du centre-ville, la majorité des rues et des places ont été refaites à neuf depuis 15 ans. Un projet de ravalement de façades, en association avec la mairie, est organisé. Enfin, la construction d'immeubles à la place du château, prévue pour 2010, servira à fermer complètement la place pour lui donner un caractère plus urbain.

Reconversion du CM10 [13][modifier | modifier le code]

La ville de Lannemezan a racheté les 110 ha de terrains militaires du Centre Mobilisateur no 10 à l'État en 2009, pour la somme de 930 000 €. Sur ces terrains, trois zones vont être délimitées : la première zone de commerce et d'artisanat, la seconde servira à la construction d'une résidence tertiaire et enfin la dernière zone sera un espace de développement intercommunal.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Situé à mi-chemin entre l'Atlantique et la Méditerranée, le Plateau de Lannemezan a pour origine le terme occitan gascon Lanamesa  : la lande du milieu. Lannemezan est aussi constitué de la lande de Boc (lande du bouc), ancien repaire de sorcières et de bandouliers (bandits de grand chemin) qui a peu à peu reculé sous l'effet du travail acharné des hommes, tant sur le plan agricole qu'industriel.

Histoire[14][modifier | modifier le code]

Le Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Géraud d'Aure-Larboust, seigneur qui règne sur le plateau de Lannemezan, fonde en 1274 le village fortifé de Lennemezan dans la lande de Boc, probablement sur l'emplacement d'une tour de guet antérieure. Pour peupler le lieu, il lui accorde une charte de franchise.

En 1345, Gaston III de Foix-Béarn achète Lannemezan à Géraud II d'Aure-Larboust pour la somme de 1700 livres tournois et attache le village à sa vicomté de Nébouzan. En 1388, le chroniqueur Jean Froissart passe par "le châtel de Lamesen".

L'époque moderne[modifier | modifier le code]

Catherine de Navarre, héritier des biens des Foix-Béarn, accorde en 1500 à Lannemezan le droit de tenir un marché chaque mercredi, ainsi qu'une foire quatre fois dans l'année. En 1569, sa petite-fille Jeanne d'Albret charge Gabriel Ier de Montgomery de reconquérir ses terres confisquées par le roi de France. À la tête d'une armée protestante de 3000 hommes, Montgomery met en coupe réglée les pays pyrénéens. À Lannemezan, l'église Saint-Jean Baptiste et les maisons des prêtres sont brûlées.

En 1607, Henri IV rattache la vicomté de Nébouzan au royaume de France et en 1630, la ville compte 130 feux.

À la Révolution, Lannemezan est rattachée au département des Hautes-Pyrénées. Son premier maire, Dominique Lagleize, est nommé en 1790 et son dernier seigneur, Marc II Bertand François de Lassus, condamné à mort par le tribunal révolutionnaire de Paris, est guillontiné en 1794.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Ancienne fontaine de la place de la République
Gare au début du XXe siècle

Tout au long du XIXe siècle, Lannemezan se dote de diverses infrastructures.

Une fontaine, depuis déplacée, est installée face à la mairie en 1848.

La gare est mise en service en 1867 par la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne.

La halle au grain, œuvre disparue de l'architecte Isidore Bonnemaison, est édifiée à l'occasion du centenaire de la Révolution en 1889.

Le XXe siècle et le début du XXIe siècle[modifier | modifier le code]

La halle aux grains (1889-1967) et la Druidesse (1911-1943)
Hôtel de ville (inauguré en 1911)
Le centre de Lannemezan dans les années 1950

Le développement de Lannemezan s'accentue au XXe siècle. C'est une véritable ville avec des commerces et des industries. Pour autant, l'activité agricole y reste vivace.

Un essor impressionnant (1900-1970)[modifier | modifier le code]

Émergence du quartier Peyrehitte[modifier | modifier le code]

Lors de la Première Guerre mondiale, une usine hydroélectrochimique construite par la Poudrerie nationale de Toulouse s'installe dans le quartier Peyrehitte. Elle devient, en 1921, la Société des Produits Azotés (SPA). Forte à son développement, la construction d'une autre usine, productrice d'aluminium (l'Electro-chimie), commence en 1939. Ces deux usines, pourtant créatrices d'emplois, ne provoque pas une augmentation flagrante de population (500 habitants en plus entre 1906 et 1936). Leur main d'œuvre est, en fait, principalement constituée de locaux (qui gardent souvent leur double activité agricole) et d'étrangers. Elle nécessite, tout de même, la construction d'une cité ouvrière que l'on dote d'une chapelle, d'un réfectoire, d'une école et d'une piscine… Le quartier atteint une population de presque 600 habitants en 1943.

Régime de Vichy et camp d'internement[modifier | modifier le code]

Un décret-loi du 6 avril 1940, avant même l'invasion allemande, prohibe la circulation des nomades (Tziganes, forains...) sur l'ensemble du territoire métropolitain pour la durée de la guerre et impose l'assignation à résidence. Dès 1940, à la suite de l'invasion allemande, le racisme anti-nomades s'accentuant sous le régime de Vichy les premiers « tsiganes » sont internés dans des camps à la fois en zone occupée et en zone libre : deux camps seront créés en "zone libre" afin d'interner les nomades: le camp de Saliers et le camp de Lannemezan.

à Lannemezan: en avril 1941, le préfet des hautes-Pyrénées rassemble tous les « nomades » du département sur le plateau de lannemezan, puis les enferme dans un hôpital en ruine gardé par la gendarmerie. Le camp était situé à flanc de coteau et à la merci des éléments, comme les autres il était mal équipé et insalubres. Environ 700 personnes, que la définition du régime de vichy qualifie de "Bohémiens" (nomades, forains) seront internés dans ce camps, ils y resteront jusqu'en 1946.

Métamorphose du quartier de la Demi-Lune[modifier | modifier le code]

L'hôpital psychiatrique est construit juste avant la Seconde Guerre mondiale (en 1938), une caserne, ainsi qu'un arsenal (en 1939) à la place de l'ancien hippodrome de la ville. En 1945, il est confié au docteur Henri Ueberschlag. La psychiatrie moderne, notamment par l'usage d'une réinsertion par le travail, font de l'hôpital de Lannemezan un lieu réputé dans tout le pays.

Autour de lui, le quartier de la Demi-Lune s'organise et est agrémenté d'un parc de loisirs qui accueille plus de 100 000 visiteurs par an et d'un golf 18 trous.

L'arsenal, après avoir été un certain temps à l'abandon, sert de dépôt et lieu de stockage à partir de 1948. Il se développe grandement durant les années 1950-1960, en particulier avec l'ouverture en 1951 d'un Centre Mobilisateur (CM 10)

La caserne des gardes mobiles devient quant à elle celle d’une compagnie républicaine de sécurité (CRS 29) avec une cité des familles attenante. La population lannemezanaise monte alors à presque 9 000 habitants à la fin des années 1960.

Évolution des espaces publics centraux[modifier | modifier le code]

Le début du siècle est marqué par l'incendie de l'hôtel de ville. L'ancien bâtiment de type mairie-halle est reconstruit en 1911 dans un style néorenaissant. La fontaine qui faisait face à l'ancienne mairie, place de la République, est démontée. Elle est finalement réutilisée pour agrémenter les abords de l'hôpital.

La statue de la Druidesse, installée devant la halle aux grains en 1911, est déplacée sur la place du Foirail en 1926. On la remplace par le monument aux morts de Paul Ducuing qui trône aujourd'hui sur l'esplanade de la Poste. En 1943, elle est fondue par les autorités allemandes d'occupation afin d'en récupérer les métaux.

Durant la guerre, de nombreuses familles venant du nord et de l'est de la France se réfugient à Lannemezan, permettant un doublement de la population. Les usines comptent jusqu'à 1 200 employés. De nombreux marchés et foires et une trentaine de cafés font l'animation du centre-ville.

En 1967, la halle aux grains est rasée pour y construire le bureau de poste fonctionnaliste et son esplanade arborée.

Le déclin (1970-2007)[modifier | modifier le code]

À partir des années 1970, la crise pétrolière et les mesures d'austérité contraignent une baisse de l'activité des industries et la régression du nombre de leurs employés. De plus, la réforme des armées a impliqué la fermeture de l'arsenal. Seul l'hôpital psychiatrique arrive à se maintenir, et se double d'un hôpital général, d'un service des urgences et d'une maternité (fermée en 2009 lors de la réforme des hôpitaux).

L'instauration du nouveau centre pénitentiaire en 1987 et la rénovation d'une très grande partie du centre-ville n'empêchent pas le déclin de la population, qui est passée sous la barre des 6 000 habitants au début du XXIe siècle.

Cependant, la reconversion du site de l'usine Alcan, fermée en 2007-2008, avec l'ouverture des usines Carbone Savoie et Knauf Insulation, associée à de nombreux projets immobiliers (reconstruction de la cité des familles, nouveaux lotissements…) pourraient signifier la fin de l'hémorragie.

Décorations, distinctions et titres[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les résultats aux dernières élections, depuis 2001, sont regroupés dans le tableau ci-dessous :

Elections présidentielles[modifier | modifier le code]

Résultats des premiers tours des élections présidentielles à Lannemezan, depuis 2002
Résultats des seconds tours des élections présidentielles à Lannemezan, depuis 2002
Election Tour Arrivé en tête Suite des résultats Participation
Élection présidentielle de 2002 [15]
1er
23,09 % : Lionel Jospin (PS) 19,66 % : Jacques Chirac (RPR)
13,56 % : Jean-Marie Le Pen (FN)
06,68 % : François Bayrou (UDF)
06,10 % : Jean Saint-Josse (CPNT)
05,82 % : Arlette Laguiller (LO)
05,00 % : Noël Mamère (Les Verts)
04,65 % : Jean-Pierre Chevènement (MDP)
04,03 % : Olivier Besancenot (LCR)
03,44 % : Robert Hue (PCF)
01,95 % : Christiane Taubira (PRG)
01,88 % : Alain Madelin (DL)
01,72 % : Corinne Lepage (Cap21)
01,45 % : Bruno Mégret (MNR)
00,55 % : Christine Boutin (FRS)
00,43 % : Daniel Gluckstein (PT)
68,61 %
2e
87,47 % : Jacques Chirac (RPR) 12,53 % : Jean-Marie Le Pen (FN)
78,22 %
Élection présidentielle de 2007[16]
1er
33,03 % : Ségolène Royal (PS) 25,63 % : Nicolas Sarkozy (UMP)
20,21 % : François Bayrou (UDF)
07,80 % : Jean-Marie Le Pen (FN)
03,92 % : Olivier Besancenot (LCR)
02,54 % : Marie-George Buffet (PCF)
01,47 % : Frédéric Nihous (CPNT)
01,28 % : Dominique Voynet (Les Verts)
01,28 % : Philippe de Villiers (MPF)
01,10 % : Arlette Laguiller (LO)
01,07 % : José Bové (CP)
00,66 % : Gérard Schivardi (PT)
85,40 %
2e
55,05 % : Ségolène Royal (PS) 44,95 % : Nicolas Sarkozy (UMP)
85,82 %
Élection présidentielle de 2012
1er
36,13 % : François Hollande (PS) 20,17 % : Nicolas Sarkozy (UMP)
16,09 % : Marine Le Pen (FN)
13,55 % : Jean-Luc Mélenchon (FDG)
08,80 % : François Bayrou (MoDem)
01,57 % : Nicolas Dupont-Aignan (DLR)
01,44 % : Eva Joly (EELV)
01,34 % : Philippe Poutou (NPA)
00,47 % : Nathalie Arthaud (LO)
00,40 % : Jacques Cheminade (SP)
80,10 %
2e
61,71 % : François Hollande (PS) 38,29 % : Nicolas Sarkozy (UMP)
80,79 %

Autres élections[modifier | modifier le code]

Election Tour Arrivé en tête Suite des résultats Participation
Élections législatives de 2002 [17]
2e
50,07 % : Pierre Forgues (PS) 49,93 % : Patrick Butor (UMP)
59,98 %
Élections législatives de 2007 [18]
2e
51,00 % : Pierre Forgues (PS) 49,00 % : Monique Lamon (UMP)
62,69 %
Élections européennes de 2004 [19]
2e
37,18 % : Kader Arif (PS) 17,00 % : Jean-Marie Cavada (UDF)
41,42 %
Élections européennes de 2009 [20]
2e
27,75 % : Kader Arif (PS) 24,86 % : Dominique Baudis (UMP)
40,97 %
Élections régionales de 2004 [21]
2e
56,59 % : Martin Malvy (PS) 32,83 % : Jacques Godfrain (UDF)
64,38 %
Élections régionales de 2010
2e
76,53 % : Martin Malvy (PS) 23,47 % : Brigitte Barèges (UDF)
53,76 %
Élections cantonales de 2008 [22]
2e
49,58 % : Henri Forges (PS) 36,29 % : Marie-Françoise Couput (DVD)
65,12 %
Élections municipales de 2001 [23]
1er
34,76 % : Pierre Bleuler (UDF) (non élu) 32,84 % : Bernard Plano (DVG)
Élections municipales de 2001 [23]
2e
56,43 % : Bernard Plano (DVG) 43,57 % : Pierre Bleuler (UDF).
Élections municipales de 2008 [24]
1er
58,95 % : Bernard Plano (UG) 21,17 % : Marie-Françoise Couput (DVD)
14,82 % : Laurent Lages (DVG)
21,17 % : Michel Duprat (DVD)
79,60 %
Référendum de 2005 [25]:
-
53,82 % : Non 46,18 % : Oui
71,19 %
Primaires socialistes de 2011
1er
48,78 % pour François Hollande 22,86 % : Martine Aubry
14,94 % : Arnaud Montebourg
06,10 % : Ségolène Royal
04,88 % : Manuel Valls
02,44 % : Jean-Michel Baylet
Primaires socialistes de 2011
2e
64,26 % pour François Hollande 35,74 % pour Martine Aubry
Élections municipales de 2014 [26]
1er
65,32 % : Bernard Plano (PS) 34,67 % : Laurent Lages (DVG)
70,14 %

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville
Article détaillé : Liste des maires de Lannemezan.

Depuis 1939, quatre maires seulement se sont succédé à Lannemezan :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1939 1966 Paul Baratgin Radical Socialiste RGR Sénateur
1966 1977 François Sarrat Radical Socialiste Chef d'entreprise, sénateur
1977 2001 Pierre Bleuler UDF Médecin, député
2001 en cours Bernard Plano PS Ingénieur

Constitution du conseil municipal actuel[modifier | modifier le code]

Constitution du Conseil Municipal de Lannemezan de 2008 à 2014

L'élection municipale de 2008 ne s'est déroulée qu'en un seul tour. 4 listes étaient présentes :

  • celle du maire sortant Bernard Plano (PS-UG) qui a obtenu 58,95 % des voix (soit 1710 sur 2901)
  • celle de Marie-Françoise Couput (DVD) qui a obtenu 21,17 % des voix (soit 614)
  • celle de Laurent Lages (DVG) qui a obtenu 14,82 % des voix (soit 430)
  • celle de Michel Duprat qui a obtenu 5,07 % des voix (soit 147)

Voici ci-dessous le partage des sièges au sein du Conseil municipal de Lannemezan depuis les dernières élections municipales de 2008 [27]:.

Groupe Président Effectif Statut
UG Bernard Plano 24 Majorité
DVD Marie-Françoise Couput 3 Opposition
DVG Laurent Lages 2 Opposition


Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'un service de police municipale, d'une gendarmerie et d'un palais de justice (fermé dans le cadre de la réforme Dati- la date serait la bienvenue). La ville dépend de la Cour d'appel et du tribunal administratif de Pau.

Le centre pénitentiaire de Lannemezan, construit en 1987.

Communauté d'agglomération[modifier | modifier le code]

Logo communauté de communes Lannemezan.jpg

La ville de Lannemezan fait partie de la communauté de communes du plateau de Lannemezan et des Baïses. Elle est issue de la fusion, le 1er janvier 2014 de la communauté de communes du Plateau de Lannemezan et de la communauté de communes des Baïses et réunit les communes suivantes : Arné, Bonrepos, Campistrous, Castelbajac, Clarens, Galan, Galez, Houeydets, Lagrange, Lannemezan, Libaros, Montastruc, Pinas, Recurt, Réjaumont, Sabarros, Sentous, Tajan, Tournous-Devant et Uglas[28].

blason

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 17 juillet 2010, Lannemezan est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique depuis 1793[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 861 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
779 841 882 1 411 1 243 1 302 1 408 1 563 1 604
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 570 1 607 1 602 1 772 1 839 1 859 2 379 1 872 1 794
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 023 2 069 1 913 2 035 2 305 2 569 2 529 5 095 5 308
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
7 378 8 680 8 385 7 362 6 704 6 137 5 824 5 762 5 861
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2004[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Répartition hommes/femmes et pyramide des âges[modifier | modifier le code]

On note les proportions suivantes entre hommes et femmes : on constate une équité presque parfaite entre ces proportions. Malgré tout, on note une inversion du sexe majoritaire entre 1990 et 1999.

Année Sexe Population Pourcentage
1990
Hommes
3 360
50,13 %
Femmes
3 343
49,87 %
1999
Hommes
3 035
49,45 %
Femmes
3 103
50,55 %

Voici ci-dessous, l'évolution de la pyramide des âges de la commune de Lannemezan, entre 1990 et 1999 [32]. Cette population apparaît globalement vieillissante.

Pyramide des âges en 1990 (valeurs en %).
Hommes Classe d’âge Femmes
Plus de 95
0,2 
6,1 
75 à 95
11 
14,5 
60 à 74
16,3 
18,1 
45 à 59
19,1 
27,1 
30 à 44
21,4 
20,9 
15 à 29
18,7 
13,4 
0 à 14
13,3 
Pyramide des âges en 1999 (valeurs en %).
Hommes Classe d’âge Femmes
Plus de 95
0,4 
8,7 
75 à 95
13,7 
16,7 
60 à 74
19,9 
19,9 
45 à 59
18,8 
24,3 
30 à 44
21 
16,4 
15 à 29
13,8 
13,9 
0 à 14
12,2 

Comparaisons démographiques[modifier | modifier le code]

Rang Population totale Densité de population
France
1 748e
2 731e
Midi-Pyrénées
65e
97e
Hautes-Pyrénées
5e
14e
Arrondissement de Bagnères-de-Bigorre
2de
2de
Canton de Lannemezan
1er
1er

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lannemezan est située dans l'académie de Toulouse. L'ensemble des établissements de la ville est résumé dans le tableau ci-dessous.


Écoles maternelles et primaires[modifier | modifier le code]

Depuis la fermeture du Groupe Scolaire de la Demi-Lune au début du XXIe siècle pour cause de manque d'effectifs, quatre groupes scolaires sont présents dans la ville :

  • Groupe Scolaire Paul-Baratgin, rue des Écoles.
  • Groupe Scolaire Las Moulias, cité des Bans.
  • Groupe Scolaire des Bourtoulets, boulevard des Tilleuls.
  • Groupe Scolaire du Guérissa, rue de la Lande de Boc.

Enseignement secondaire[modifier | modifier le code]

Lycée Michelet
  • Collège Gaston-Fébus, rue de la cité scolaire. Il bénéficie d'un internat et propose un enseignement général et Segpa.
  • Lycée d’enseignement général Michelet, rue du Stade. Sections S, ES et L, le lycée dispose d'un internat et de sections sports spécialisées : Snowboard et Ski. Il offre d'autres options comme les langues anciennes (latin) et les langues régionales (occitan) et la section européenne espagnol.

Enseignement spécialisé[modifier | modifier le code]

  • Centre de formation professionnelle et de promotion agricole (CFPPA), chemin du Bidalet, Enseignement agricole.

Vie universitaire[modifier | modifier le code]

La ville de Lannemezan ne dispose pas d'établissements destinés aux études supérieures. Cependant, des pôles universitaires sont présents à proximité de la ville : Tarbes, Auch, Pau et Toulouse.

Le pôle le plus proche, à savoir celui de Tarbes, possède des formations spécialisées importantes, telles qu'une école d'infirmière, de nombreux IUT et BTS, un IUFM, une faculté de physique-chimie appartenant à l'Université Paul Sabatier de Toulouse, une école supérieure de céramique, un STAPS ainsi que des CPGE (Classes Préparatoires aux Grandes Écoles), sections PC, PT et Commerce option économie et social. Il y a également une importante école d'ingénieurs, l'ENIT (École nationale d'ingénieurs de Tarbes qui appartient à l'INP de Toulouse : Institut National Polytechnique). Ce pôle concentre environ 5 000 étudiants[33].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Lannemezan est le siège de nombreuses manifestations et événements tout au long de l'année [34] :

Les fêtes de la Saint Jean[modifier | modifier le code]

Les fêtes de la Saint Jean, se déroulant fin juin durant cinq jours (du vendredi au mardi) attirent chaque année beaucoup de monde, et permettent l'animation de la ville entière, grâce aux nombreuses manifestations proposées. Feu d'artifice, nombreux concerts dans tous les coins de la ville, animations disco ou musette suivant le soir, nombreux manèges pour les enfants ou à sensations fortes pour les plus grands, animations proposées par les différentes associations, telles que les courses hippiques ou la démonstration des pompiers du plateau. Cette fête annuelle est lancée grâce au célèbre feu de la Saint Jean, qui se déroule dans un quartier différent chaque année.

Les marchés[modifier | modifier le code]

Halle aux légumes

Le marché hebdomadaire se déroule tous les mercredis matin jusqu'en début d'après-midi et attirent de nombreux marchands venant parfois de très loin pour venir à Lannemezan. Ce marché se situe dans les rues du centre ville, autour de l'église et de la place du château, ainsi que dans les halles aux légumes et du Nébouzan.

Durant l'été, des marchés de nuit sont organisés par la ville. Ceux-ci permettent aux touristes et habitants de découvrir l'artisanat local et les nombreuses spécialités gastronomiques typiques de la région.

Le festival annuel de théâtre[modifier | modifier le code]

Créées en 2003 par la Mairie, les Rencontres inter-pyrénéennes de théâtre constituent le temps fort de l'année culturelle Lannemezanaise. Bénéficiant du prestigieux parrainage de Marcel Maréchal, le Fondateur des Tréteaux de France, elles ont pour but tout à la fois d'enrichir l'offre de théâtre proposée toute l'année aux Lannemezanais, d'encourager la création locale et régionale et de participer à l'animation estivale de la Commune. Initialement programmées en juillet, ces rencontres sont, depuis 2006, organisées en septembre de façon à mieux associer les scolaires et les lannemezanais de retour de vacances.

Autres manifestations[modifier | modifier le code]

  • Le festival de l'humour.
  • De nombreuses foires et brocantes sont organisées tout au long de l'année, des pièces de théâtre ainsi que des concerts de plein air ou en salle, en particulier de l'Harmonie municipale de Lannemezan, reconnue nationalement.

Santé[modifier | modifier le code]

  • Centre Hospitalier : c'est l'un des plus gros employeurs du département, qui dispose les services suivants :
    • Médecine, chirurgie et urgences ;
    • Santé mentale (adulte et pédopsychiatrie) ;
    • Service gériatrie et personnes âgées ;
    • Médico-social, réhabilitation handicap ;
    • Plateau médico-technique.

L’Établissement dénommé alors « Hôpital Psychiatrique de Lannemezan » (H.P.L.) a été construit en 1937 sur le site de Lannemezan. Parallèlement, en 1975, une Clinique locale du Plateau, située à Lannemezan, a été intégrée à l’Hôpital. Puis les services médecine - chirurgie et urgences ont été installés sur le site hospitalier de Lannemezan dans des locaux très modernes construits en 1991, dénommés « Centre Médico-Chirurgical »

  • Centre d'alcoologie : Les chemins de la lande, ouvert en 1999.
  • Centre de radiologie : zone Peyrehitte.
  • Maison de retraite : Les fougères, ouverte à la fin des années 1990.

Sports[modifier | modifier le code]

Equipements sportifs[modifier | modifier le code]

Stade
  • Stade François-Sarrat (Rugby à XV, Tennis, Pelote basque, Athlétisme), rue du stade. Il est constitué de 2 terrains, un possédant une grande tribune (lieu de réception du CAL) et entouré d'une piste d'athlétisme, et un autre permettant l'entraînement des équipes ; 4 courts de tennis ; 1 fronton permettant la pratique de la palaa et de la pelote basque.
  • Stade des Bourtoulets (Football), boulevard des Tilleuls, avec grande tribune et 2 stades d'entraînement.
  • Complexe sportif du Nébouzan (Judo, Aikido, Basket-ball, Gymnastique, Pétanque, Skate-board), espace du Nébouzan, rue Montaigne. Constitué d'un boulodrome, d'une salle d'art martial avec tatamis, d'une salle pour la gymnastique, d'une salle avec marquage au sol pour le basket-ball et d'un street park.
  • Gymnase municipal (Handball), rue du 4 septembre
  • Piscine municipale (Natation, Aquadanse), rue des moulins. Bassin de 25 mètres, d'une profondeur progressive de 80 cm à 2 m, quatre couloirs.
  • Centre équestre et Hippodrome (Equitation), route d'Auch.
  • Golf de Lannemezan (Golf), rue du Dr H. Ueberschalag. Parcours de 18 trous au cœur de la forêt de Pinas Lannemezan, en bordure du canal de la Neste, du Gers et de la Save.

Le sport dans la ville[modifier | modifier le code]

Les différents sports présents dans la ville[modifier | modifier le code]

Presque tous les sports peuvent être pratiqués en club à Lannemezan.

  • Rugby union pictogram.svg Rugby à XV : Cercle Amical Lannemezanais, (Fédérale 1, 3e division), plusieurs fois champions de France : Fédérale 1 (2009), Fédérale 3 (2004), Nationale B (1997), Cadets (1975). Plusieurs joueurs formés au club ont eu une carrière nationale ou internationale en tant que joueurs ou entraîneurs. Parmi eux, Pierre Berbizier, champion de France avec l'équipe Cadet en 1975, 56 sélections en équipe nationale, puis entraîneur successif de l'équipe d'Italie et du Racing-Métro ; Philippe Berbizier, entraîneur de Tarbes et Mont-de-Marsan ; Philippe Bérot, formé à Lannemezan, entraineur à Tarbes puis coentraîneur de l'équipe d'Italie.
  • Football pictogram.svg Football : Football-Club du Plateau (District)
  • Handball pictogram.svg Handball : Pays des Nestes Handball (Prénational)
  • Volleyball (indoor) pictogram.svg : Volley-ball : Volley-ball Lannemezanais
  • Basketball pictogram.svg Basket-ball : Lannemezan BasketèClub
  • Olympic pictogram Judo.png Judo : Judojo Lannemezan
  • Taekwondo pictogram.svg Karaté : Lannemezan Karaté-Club
  • Taekwondo pictogram.svg Aïkido : Dojo du Plateau
  • Olympic pictogram Cycling (road).png Cyclisme : Vélo-Club Lannemezan, Union Cyclotouriste du Plateau
  • Tennis pictogram.svg Tennis : Tennis-Club de Lannemezan
  • Badminton pictogram.svg Badminton : Club de badminton de Lannemezan
  • Table tennis pictogram.svg Tennis de table : Lannemezan Tennis de Table
  • Archery pictogram.svg Tir à l'arc : Les Archers Bandouliers
  • Basque pelota pictogram.svg Pelote basque : Eskualduna
Organisation d'événements sportifs[modifier | modifier le code]
Etapes du tour de France ayant Lannemezan pour ville de départ

Lannemezan a jusqu'à maintenant été à 4 reprises ville d'étape du Tour de France :

Année Qualité Etape Vainqueur
1 Tour de France 1999 Ville départ 16e étape : Lannemezan - Pau (192 km) Drapeau : Espagne David Etxebarria
2 Tour de France 2002 Ville départ 12e étape : Lannemezan - Plateau de Beille (198 km) Drapeau : États-Unis Lance Armstrong
3 Tour de France 2004 Ville départ 13e étape : Lannemezan - Plateau de Beille (205 km) Drapeau : États-Unis Lance Armstrong
4 Tour de France 2008 Ville départ 11e étape : Lannemezan - Foix (167,5 km) Drapeau : Norvège Kurt Asle Arvesen

Lannemezan a aussi été plusieurs fois ville étape du Tour des Pyrénées cycliste.

Médias[modifier | modifier le code]

Des bulletins d'information, édités par la commune, ont été créés et envoyés aux habitants lors de la première mandature de l'actuel maire PS de la ville, Bernard Plano. Ces bulletins sont aussi associés depuis peu à des bulletins d'information publiés par la Communauté de communes du Plateau de Lannemezan.

'radio festival Lannemezan Une radio lannemezanaise a aussi fait son apparition, Radio Festival sur 95FM. Radio Festival Lannemezan est sous la tutelle d'une association « Festival D'Énergie du Plateau ». L'association qui avait pour but la création d'une radio locale, a été constituée en 2002. Radio Festival a été dans un premier temps une radio temporaire. Depuis août 2006, elle a reçu l'autorisation d'exploiter une radio permanente. D'abord installée dans les locaux d'une autre radio (RDC) dans le Comminges, après quelques déboires, elle a réintégré Lannemezan et a commencé à émettre le 16 novembre 2007 avec une toute nouvelle équipe de bénévoles. Le siège est toujours à la mairie de Lannemezan, le studio rue Alphonse Couget et l'antenne sur le château d'eau du CM 10. Ce qui permet une couverture sur l'ensemble du Plateau de Lannemezan et une trentaine de km à la ronde. Depuis fin 2007, Radio Festival ne fonctionne qu'avec des bénévoles (une douzaine) et est financée par la publicité, quelques subventions de collectivités, les bénéfices des soirées et animations, les cotisations des adhérents et les dons. L'objectif est la promotion du territoire et des personnes qui y vivent (entreprises, commerçants, élus, associations, population). Elle a une obligation d'émettre chaque jour au moins 4 heures d'émissions concernant Lannemezan et le Plateau, au travers de flashs d'informations, de rencontres, de directs Elle fonctionne 24 heures sur 24. On peut l'écouter à l'autre bout du monde grâce au site internet : radiofestival-lannemezan.fr [35].

Un espace public informatique a été créé à Lannemezan, d'abord situé rue Alsace-Lorraine, il a été transféré à l'espace Paul Bert pour offrir davantage d'ordinateurs disponibles, le tout gratuitement.

La TNT est disponible à Lannemezan depuis sa création, grâce à l'emetteur du Pic du Midi de Bigorre. L'internet haut débit ADSL est disponible sur la commune, et un projet de fibre optique détournée depuis l'autoroute est en cours.

Cultes[modifier | modifier le code]

Le culte catholique peut être pratiqué sur la commune, deux lieux de cultes sont présents : la chapelle des Bourtoulets et l'église Saint Jean-Baptiste.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Statistiques comparatives de l'emploi à Lannemezan

Les statistiques concernant l'emploi et l'économie de la ville sont regroupées dans le tableau suivant[7] :

Critère Lannemezan
__________________
Moyenne nationale
__________________
Taux de chômage (1999)
12,8 %
12,9 %
Taux de chômage (2005)
6,5 %
9,6 %
Taux d'activité entre 20 et 59 ans
76 %
82,2 %


Secteur d'activité[36] Agriculture
_____________
Industrie
_____________
Tertiaire
_____________
Construction
_____________
Lannemezan 1,7 % 14,6 % 79,9 % 3,7 %
Moyenne nationale 4,1 % 18,3 % 71,5 % 6,1 %

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le revenu fiscal médian par ménage était en 2006 de 16 226 €, ce qui place Lannemezan au 14 352e rang parmi les 30 687 communes de plus de 50 ménages en métropole[37].

Le revenu moyen par ménage à Lannemezan s'élève à 17 312 € par an (statistiques basées sur les revenus 2007). Moyenne départementale : 18 506 € - Moyenne nationale : 21 930 €. Lannemezan se classe 237e commune sur les 465 communes classées dans le département. Par comparaison, on obtient les statistiques départementales suivantes[38] :

Industrie[modifier | modifier le code]

La Zone industrielle de Peyrehitte et la Zone industrielle Sud sont constituées d'industries variées :

  • Knauf Insulation : isolation thermique et acoustique (reconversion de l'ancien site d'Alcan, ouverture en 2009-2010).
  • Arkéma (groupe Total) : chimie fine, fabrication d'hydrate d'hydrazine (le seul en France) et dérivés.
  • PSI : environnement, gestion des déchets, transport et location.
  • Carbone Savoie : fabrication des cathodes en carbone et en graphite.
  • Neltec : fabrication de pré-imprégnés et stratifiés pour la réalisation de circuits imprimés hyperfréquences.
  • Frans Bonhomme : canalisation, assainissement, travaux publics.
  • F-Tech : aérostructures, en collaboration avec Daher-Socata (Tarbes).
  • Socorem : électricité, automatismes et climatisation.
  • FlexiLoc : matériel de chantier, location outillage et vente.
  • ESL (énergies services Lannemezan) : distributeur public local d'électricité, de gaz et d'eau et entretien éclairage public.
  • Prugent SAS : agencement de boutiques haut de gamme.
  • Taboada (hors de la ZI Peyrehitte) : travaux publics.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Lannemezan présente un important espace rural, sur lequel est exercé des activités agricoles mixtes :

De nombreuses manifestations en rapport avec ces activités agricoles ont lieu tout au long de l'année dans la ville :

Commerce[modifier | modifier le code]

  • La Zone Commerciale Peyrehitte est développée depuis 2006 au sud de la ville.
  • La Zone Commerciale Peyrehicade à l'entrée ouest de la ville, sur les communes de Capvern et de Campistrous.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Lannemezan se situe à un carrefour entre mer et montagne, et représente ainsi un lieu de passage incontournable. La ville dispose de 4 hôtels, qui présentent une capacité d'accueil de 104 chambres (67 classées 2 étoiles, 37 classées 1 étoile)[39].

Un projet de construction dans la Zone Industrielle Peyrehitte devait déboucher sur l'ouverture d'un hôtel en 2009. Ce projet, lancé par Brit Hotel et qui devait déboucher sur la construction d'un hôtel 3 étoiles de 69 chambres, semble avoir été abandonné à la suite de la crise économique[40].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Vue générale de l'église Saint-Jean Baptiste

L’église Saint-Jean-Baptiste est une église gothique avec nef romane élargie (XIXe s.), abside (XVe s.), portail (XIIIe s.), chapiteaux historiés, clocher (XIXe s.) inachevé. Ce bâtiment a été inscrit à l'inventaire des monuments historiques le 24 octobre 1945[41], les deux chandeliers de Pâques ont été classés à l'inventaire des monuments historiques le 26 avril 1976[42] et le retable ainsi que le tabernacle du maître-autel ont été classés le 7 juillet 1995[43].

La chapelle des Bourtoulets.

Le bois du Culassou abrite une statue de la Vierge Marie.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Espaces publics[modifier | modifier le code]

Place de la République
Place des Droits de l'Homme et du Citoyen

Lannemezan compte de nombreuses places arborées. La place de l'hotel de ville est, avec sa fontaine, des plus modestes. Un bureau de poste monumental surplombe la place de la République et son monument aux morts. L'office de Tourisme longe une voie menant à un vaste kiosque sur la place des Droits de l'Homme et du Citoyen. La place du château est un vaste parking à proximité des halles encore en activité. La halle de la place de la Volaille a elle été transformée en salon de thé.

La ville a pour particularité de compter plusieurs monuments aux Morts dont l'un, œuvre du russe Bernarovitch Feinberg, fut le malheureux cadeau des époux Rothschild en 1921. Il heurta les fiertés locales et un nouveau monument le reléguant fut érigé, en 1925, peu après la défaite politique du baron. Il est l'œuvre du sculpteur de la Druidesse, Paul Ducuing.

Demeures remarquables[modifier | modifier le code]

  • Le château Barbé, près du lieu-dit Peyrehicade et du canal de la Neste, fut construit par Benjamin Barbé (1818-1893)conseiller général des Hautes Pyrénées (1875) professeur écrivain et journaliste. Fondateur en 1873 du journal "l'Abeille" paraissant a Tarbes tous les Dimanches.Il décède au château Barbé en 1893.

Vestiges archéologiques[modifier | modifier le code]


Patrimoine environnemental et fleurissement[modifier | modifier le code]

  • Ville la plus fleurie du département, six années consécutives (classement du Conseil Général pour les villes de plaine de plus de 5 000 habitants), lannemezan compte de nombreux espaces verts sont présents dans la ville : en particulier le square de l'école Paul Baratgin et le bois des Résistants (ou bois de la Plantade).
  • Le Bois de la Plantade situé au lieu-dit Le Guérissa, sur une superficie de huit hectares, longtemps laissé à l'abandon revit aujourd'hui grâce à un important programme de réhabilitation mené entre 2004 et 2006 par la ville avec le concours de l'ONF et des Pêcheurs du Plateau de Lannemezan.
  • Le Parc de loisirs de la Demi-Lune est constitué de dix-huit hectares bordés de forêts où coulent des canaux dérivés du Gers avec le pic du Midi de Bigorre à portée de regards. Le parc est constitué d'un grand lac central, de nombreux jeux (mini-golf, pédalos…), de vastes espaces verts où vivent plusieurs espèces d'animaux exotiques, ainsi que de nombreuses statues et figurines qui relate les contes de Perrault. Ce parc attire chaque année plus de 150 000 visiteurs[45].
  • Des jardins familiaux ont été inaugurés en 2010, près de la Prison rue des Saligues.

Aux alentours[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Félix Lacrampe (° 1924) - Joueur de rugby à XV, né à Lannemezan.
  • Philippe Rougé-Thomas (° 1961) - Joueur de rugby à XV, né à Lannemezan.
  • Pierre Berbizier (° 1958) - Joueur de rugby à XV formé à Lannemezan, ancien entraîneur de l'Équipe de France, d'Italie, du RC Narbonne et actuel entraîneur du Racing Métro.
  • René Hourquet (° 1941) - Arbitre international rugby à XV.
  • Paul-Henri de Le Rue (° 1984) - Snowboarder, médaillé de bronze aux JO de Turin de 2006, né à Lannemezan.
  • Marie-Laure Brunet (° 1988) - Biathlète, médaillée de bronze aux JO de Vancouver en 2010, née à Lannemezan.
  • Solène Jambaqué (° 1988) - Skieuse, quadruple médaillée (2 médailles d'or, 1 d'argent et 1 de bronze) aux Jeux Paralympiques de Turin en 2006 et double médaillée d'argent aux Jeux Paralympiques de Vancouver en 2010, a fréquenté le lycée Michelet de Lannemezan en section ski.
  • Edmond Lay (° 1930) - Architecte, Grand Prix d'Architecture né à Lannemezan
  • Jean-Paul Abadie (° 1958) - grand chef cuisinier français et désigné Cuisinier de l’année en 2004 par le Gault et Millau, il dirige le restaurant l'Amphitryon à Lorient pour lequel il a obtenu deux étoiles au Guide Michelin en 2002.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Lannemezan

« Écartelé :
au premier et au quatrième d’or aux trois pals alésés de gueules,
au deuxième d’azur à la vache passante
accolée et clarinée d’argent,
au troisième d’argent au lévrier
rampant et contourné de sable » [46]

blason

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Informations extraites de l'article Plateau de Lannemezan
  2. a et b Informations extraites de l'annuaire des mairies
  3. Carte géographique des alentours de Lannemezan, sur le site de ViaMichelin
  4. Site de Viamichelin [www.viamichelin.fr/viamichelin/fra/tpl/hme/MaHomePage.htm]
  5. Source : http://www.lourde.com/climat.html
  6. Carte observée sur Viamichelin
  7. a et b (fr) linternaute.com
  8. Informations extraites du Groupe Loft
  9. Informations extraites de Klekoon
  10. Informations extraites du Groupe Cailleau
  11. Informations extraites du Groupe Loft
  12. Informations extraites du Groupe Loft
  13. Article extrait de la Semaine des Hautes-Pyrénées, du 22 octobre 2009
  14. Pierre de Macedo, Le corps franc de libération lannemezanais, éditions Marrimpouey, 2005.
  15. (fr) Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/08/2009.
  16. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/08/2009.
  17. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/08/2009.
  18. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/08/2009.
  19. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/08/2009.
  20. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/08/2009.
  21. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/08/2009.
  22. Résultats de l'élection cantonale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 26/08/2009.
  23. a et b Résultats de l'élection municipale 2001. Consulté le 20/07/2009.
  24. Résultats de l'élection municipale 2008. Consulté le 26/08/2009.
  25. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 20/07/2009.
  26. [1]
  27. Ministère de l'Intérieur Résultats des élections municipales 2008 à Lannemezan
  28. Site de la communauté de communes du plateau de Lannemezan http://www.plateau-lannemezan.fr
  29. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur Ministère des affaires étrangères (consulté le 17 juillet 2010)
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  32. INSEE - pyramide des âges en 1999
  33. « ATLAS REGIONAL - Effectifs d’étudiants en 2001-2002 », sur media.education.gouv.fr, p.87,‎ 2002 (consulté le 6 septembre 2009)
  34. Site de Lannemezan : http://www.lannemezan.com
  35. « Qui est Radio Festival Lannemezan ? », sur Radio Festival Lannemezan (consulté le 5 septembre 2009)
  36. Répartition des actifs par secteur d'activité selon une étude de l’Insee en 2006
  37. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur site de l'INSEE (consulté le 9 septembre 2009)
  38. La Semaine des Pyrénées, 27 août 2009
  39. Statistiques consultées sur linternaute.com.
  40. Information vue sur le site de Brit Hôtel.
  41. « Notice no PA00095387 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  42. « Notice no PM65000298 », base Palissy, ministère français de la Culture
  43. « Notice no PM65000583 », base Palissy, ministère français de la Culture
  44. « Notice no PA00095388 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  45. Descriptif du Parc de loisirs
  46. La banque du blason.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Hubert, Les types de stations forestières du Lannemezan, Ger et moyen Adour, éditions Cemagref, 1992.
  • Francis Péré, L'église Saint-Jean-Baptiste de Lannemezan, éditions Maradi, 1993.
  • Marie-Claire Thuron, Lannemezan 1930-1990 ville d'accueil, éditions Lacour-Ollé, 1999.
  • Pierre de Macedo, Le corps franc de libération lannemezanais, éditions Marrimpouey, 2005.
  • Collectif, De l'asile de la Demi-Lune aux Hôpitaux de Lannemezan (1938-2008), éditions Un Deux Quatre, 2008.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]