Institut national des jeunes aveugles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Institut national des jeunes aveugles
Image illustrative de l'article Institut national des jeunes aveugles
Façade vers le boulevard des Invalides
Généralités
Création 1785
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 50′ 50,5″ nord, 2° 18′ 55,6″ est
Adresse no 56 boulevard des Invalides
75007 7e arrondissement de Paris
Site internet http://www.inja.fr/
Cadre éducatif
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : 7e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 7e arrondissement de Paris)
Point carte.svg

L’Institut national des jeunes aveugles (INJA) est une école française située à Paris, destinée à accueillir et former les jeunes aveugles et à faciliter leur insertion dans la vie active.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1784, Valentin Haüy démontre l'efficacité de son approche, en apprenant à lire à François Lesueur, avec le soutien de la Société philantropique[1]. En 1785, il ouvre à ses frais une école située rue Coquillière à Paris[2]. C'est la date retenue par l'historienne de la cécité en France, Zina Weygand, comme date de fondation de l'INJA[3]. Face aux progrès réalisés par les élèves, la Société philanthropique décide de louer à son compte un bâtiment rue Notre-Dame-des-Victoires en 1786, et y établit l’Institution des Enfants Aveugles, qu'elle place sous la direction de Valentin Haüy. Elle est la première institution française à s'occuper de l'éducation des jeunes aveugles. Il s'agit à l'époque d'un réel progrès concernant les aveugles, l'hôpital des Quinze-Vingts se consacrant davantage à l'accueil qu'à la formation. Le 26 décembre 1786, c'est à Louis XVI qu'Haüy présente ses méthodes et résultats. Il obtient alors un financement royal pour l'accueil de 120 enfants, son école étant renommée Institution royale des jeunes aveugles[4].

En 1791, elle devient l’Institution nationale des jeunes aveugles par décret de l’Assemblée constituante et se déplace dans le couvent des Célestins, puis dans la maison des filles de Sainte Catherine.

De 1800 à 1815, elle est rattachée à l'hôpital des Quinze-Vingts et se nomme Institut national des aveugles travailleurs.

Sous la Restauration, elle reprend le nom d’Institution royale des jeunes aveugles, s'installe dans le séminaire Saint-Firmin. En 1844, elle s'installe définitivement au no 56 boulevard des Invalides. L'INJA offre aux jeunes un enseignement conforme au programme de l'Éducation nationale des classes primaires aux terminales L, ES, S et les forme au métier d'accordeur de piano.

Description[modifier | modifier le code]

Un architecte nommé Philippon conçut ce bâtment. Quant aux peintures de la chappelle, elle furent réalisées par Henri Lehman. En face de l'entrée se trouve une statue de Valentin Haüy, un enfant assis à ses pieds, ainsi qu'un buste de Louis Braille. Une de ses salles, la salle André Marchal, sert régulièrement comme décor de film[5].

Vue générale de l'institut en 2012

Les façades et les toitures, le décor intérieur de la chapelle font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [6].

Principaux directeurs et enseignants[modifier | modifier le code]

Élèves célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Site par défaut - Historique - Valentin Haüy », sur www.inja.fr (consulté le 18 octobre 2017)
  2. « Notre histoire », association Valentin Haüy,‎ (lire en ligne)
  3. Zina Weygand, « Les aveugles dans la société française, Abstract », Revue d'éthique et de théologie morale, no 256,‎ , p. 65–85 (ISSN 1266-0078, lire en ligne)
  4. « HAÜY, Valentin Essai sur l’éducation des aveugles, ... « The first printed book ... », sur Librairie Camille Sourget (consulté le 18 octobre 2017)
  5. « Paris : l’Institut national des jeunes aveugles ouvre ses portes », leparisien.fr,‎ 2017-03-08cet17:20:11+01:00 (lire en ligne)
  6. Notice no PA00088786, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Maurice de la Sizeranne J. Guadet, Paris, 1885.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :