Comté de Champagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Champagne.
image illustrant l’histoire de France
Cet article est une ébauche concernant l’histoire de France.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Armes du comté de Champagne

Le comté de Champagne et de Brie est issu de la réunion des terres de la dynastie des Thibaldiens, c'est-à-dire la branche issue de Thibaut « le Tricheur » (Thibaud Ier de Blois) : comté de Meaux, comté de Troyes.

Historique[modifier | modifier le code]

Les ducs austrasiens[modifier | modifier le code]

Fonctionnaires de la cour d'Austrasie et comprenait les villes de Reims et Châlons.

  • entre 565 et 575-581 : Lupus, conseiller du roi, juge et guerrier.
  • vers 581 à 595 : WIntrion.
  • 674 : Waimère qui fut évêque de Troyes.
  • vers 695 : Dreux fils de pépin d'Héristal et Plectrude.

Comtes de Troyes[modifier | modifier le code]

Le titre le plus souvent utilisé est comte palatin, comte de Troyes.

  • 837 : Aleran, comte bénéficiare,
  • 854 : Eude, frère de Robert le Fort, destitué en 859.
  • 863 : Raoul, oncle maternel de Charles le Chauve.
  • 866 : Eude, mort en 871.
  • 877 : Eude II fils du précédant.
  • 879 : RObert, frère d'Eude II.
  • 886 : Aleaume, fils d'Eude II.
  • jusque 925 : Garnier, vicomte de Sens, comte de Troiesin, mort à la bataille de Chalaux.
  • 926-931 : Richard, fils de Garnier.

En 1152, à la suite de la mort du comte Thibaut IV de Blois dit Thibaut le Grand, le comté de Blois-Champagne est divisé en trois comtés autonomes : Henri Ier le Libéral, fils aîné de Thibaut IV, reçoit la Champagne et la Brie ; les fils cadets, Thibaut V de Blois et Étienne de Sancerre, reçoivent respectivement les terres de Blois et les terres de Sancerre de leur père Thibaud le Grand (Thibaud IV de Blois ou II de Champagne).

Le comte de Champagne était l'un des six pairs laïcs primitifs. Les différentes circonscriptions du comté de Champagne relèvent du roi de France, du duc de Bourgogne, de l'archevêque de Reims, de l'archevêque de Sens, de l'évêque de Langres, de l'évêché de Châlons-en-Champagne, de l'abbaye de Saint-Denis, etc.

Composantes du comté de Champagne[modifier | modifier le code]

Carte de France en 1180 avec le comté de Champagne.

Une partie du village de Domrémy - village natal de Jeanne d'Arc - dépendait de la châtellenie de Gondrecourt en Barrois mouvant, tandis que l'autre partie relevait du comté de Champagne.

Les foires de Champagne[modifier | modifier le code]

La richesse du comté fut développée par les foires de Champagne dont la sécurité était garantie par ses comtes. Le conduit royal de 1209, accordé par Philippe Auguste, élargit encore le rayonnement de ces foires. Celles-ci forment désormais un ensemble cohérent, qui attire les Italiens aussi bien que les Flamands. Le conduit royal les assure que tout tort qui leur serait causé serait tenu pour lèse-majesté et pris en compte par la justice royale[1].

Article détaillé : Foires de Champagne.

Les officiers de la Champagne[modifier | modifier le code]

Le pouvoir s'organisait autour d'un certain nombre de charges comme :

  • un gouverneur du comté,
  • des grands officiers : sénéchal, connétalbe, bouteillier, chambrier, chambellan, maréchal, chancelier.
  • des officiers secondaires : baillis, chapelin, échanson, panetier, le queux, écuyer et des délégués pour les diffèrentes institutions comme grenier à sel...

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Recueils de la Société Jean Bodin pour l'histoire comparative des institutions, Éditions de la Librairie encyclopédique, 1953 volume 5, p. 117

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Auguste Longnon, Documents relatifs au comté de Champagne et de Brie, 1172-1361, Imprimerie Nationale, Paris 1901 : Présentation, Volume Premier, Volume 2 et Volume 3.
  • Michel Bur, La formation du comté de Champagne (v.950-v.1150), Nancy, 1977.
  • Arnaud Baudin, Emblématique et pouvoir en Champagne. Les sceaux des comtes de Champagne et de leur entourage (fin XIe-début XIVe siècle), Ed. Dominique Guéniot, Langres, 2012.
  • Alphonse Roserot, Dictionnaire historique de la Champagne méridionale (Aube) des origines à 1790, Langres, 1943.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]