Alain Lamassoure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alain Lamassoure
Alain Lamassoure en mai 2013.
Alain Lamassoure en mai 2013.
Fonctions
Président de la délégation française
du groupe PPE
En fonction depuis le
(2 ans et 21 jours)
Élection 25 mai 2014
Législature 8e
Prédécesseur Jean-Pierre Audy
Député européen
En fonction depuis le
(17 ans et 2 jours)
Élection 13 juin 1999
Législature 5e, 6e, 7e et 8e

(3 ans et 8 mois)
Élection 15 juin 1989
Législature 3e
Ministre délégué au Budget

(1 an 6 mois et 26 jours)
Président Jacques Chirac
Gouvernement Juppé II
Prédécesseur François d'Aubert
Successeur Christian Sautter
Ministre délégué aux Affaires européennes

(2 ans 1 mois et 11 jours)
Président François Mitterrand
Gouvernement Balladur
Prédécesseur Georges Kiejman
Successeur Michel Barnier
Député des Pyrénées-Atlantiques
Élu dans la 5e circonscription

(2 mois et 20 jours)
Prédécesseur Jean Grenet
Successeur Jean Grenet

(7 ans et 1 mois)
Prédécesseur Michèle Alliot-Marie
Successeur Jean Grenet
Biographie
Date de naissance (72 ans)
Lieu de naissance Pau (France)
Nationalité Française
Parti politique UMP
Diplômé de ÉNA

Alain Lamassoure, né le à Pau (Basses-Pyrénées), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'ENA, Alain Lamassoure commence sa carrière en 1968 à la Cour des comptes comme auditeur, puis comme Conseiller référendaire. À partir de 1973, il est chargé de mission auprès de Maurice Druon, ministre des Affaires culturelles (1973-1974), puis conseiller technique au cabinet du ministre des Finances (1974-1976) puis de l’Équipement (1977-1978). Ensuite il poursuit sa carrière de haut fonctionnaire en tant que conseiller technique à la présidence de la République sous le mandat de Valéry Giscard d'Estaing (1978-1981).

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Il a été député des Pyrénées-Atlantiques, ministre des Affaires européennes puis ministre du Budget entre 1993 et 1997. Fin janvier 2014, il est désigné tête de liste pour la circonscription Île-de-France pour les élections européennes de la même année[1]. Depuis mai 2014, il est député européen et siège comme membre de la commission des affaires économiques et monétaires et de la délégation pour les relations avec les pays de l'Asie du sud[2]. Il est aussi conseiller régional d'Aquitaine. Il fait partie des instances dirigeantes de la Convention démocrate en tant que secrétaire général.

Lors de l'élection du président de l'UMP en 2014, il accorde son soutien à son ami Hervé Mariton face à Nicolas Sarkozy et Bruno Le Maire. Il le justifie notamment par la ligne libérale de Mariton — « C'est un des rares authentiques libéraux qui existent en France » —, tout en précisant qu'il « ne partage pas son approche sur les problèmes de société »[3],[4].

Depuis 2014, il pilote le projet européen d'Alain Juppé dont il soutient la candidature à la primaire de la droite et du centre de 2016[5],[6].

Il est candidat déclaré à la succession de Martin Schulz à la présidence du Parlement européen[7].

Positions sur l'Europe[modifier | modifier le code]

Alain Lamassoure est un pro-européen notoire. Il est membre du mouvement européen France dont il a été le vice-président et il entretient des liens étroits avec les divers groupes fédéralistes européens[8].

Synthèse des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Mandats parlementaires[modifier | modifier le code]

À l'Assemblée nationale
  • 1986 : élu député des Pyrénées-Atlantiques (scrutin départemental)
  • 1988, 1993, 1995 : élu député de la 5e circonscription des Pyrénées-Atlantiques
Au Parlement européen
  • 1989, 1999, 2004, 2009, 2014 : élu député au Parlement européen
    • Membre du groupe Parti populaire européen, vice-président des députés élus en France du groupe PPE
    • Président de la commission des Budgets jusqu'en 2014
    • Membre suppléant de la commission des Affaires étrangères
    • Membre de la délégation pour les relations avec l'Inde
    • Président de la commission spéciale TAXE sur les rescrits fiscaux et autres mesures similaires par leur nature ou par leur effet[9]

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Au conseil municipal
  • 1995-1999 : premier adjoint au maire d'Anglet
  • 1999-2000 : maire d'Anglet
  • 2000-2008 : conseiller municipal d'Anglet
À l'agglomération Côte Basque-Adour (anciennement communauté d'agglomération de Bayonne-Anglet-Biarritz)
Au conseil régional
  • 2010-2014 : conseiller régional d'Aquitaine
Autres mandats
  • 2001, 2004 : élu puis réélu président du conseil des élus du Pays basque

Fonctions gouvernementales[modifier | modifier le code]

Fonctions politiques[modifier | modifier le code]

  • 1985-1989 : délégué général des clubs Perspectives et réalités
  • 1985-1986 : membre du conseil économique et social
  • 1988-porte-parole de l'UDF, puis vice-président (1999-2002)
  • 2002-2003 : membre de la Convention européenne
  • 2002-2005 : vice-président du Mouvement européen France
  • 2004-2009 : secrétaire national de l'UMP chargé des questions européennes
  • 2004 : membre du bureau politique du PPE
  • 2005 : vice-président du Cercle de l'industrie[10]

Décoration[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages
  • Histoire secrète de la Convention européenne, publié chez Albin Michel - collection Robert Schuman
  • Ce sera une autre Europe, livret d'Alain Lamassoure publié par la Fondation Robert Schuman (note no 14 - mars 2003)
Publications
  • L'Europe peut-elle fonctionner sans leader ?, contribution au livre Notre Europe, sous la direction de Michel Rocard et Nicole Gnesotto, publié aux Éditions Robert Laffont - septembre 2008
  • De la méthode Delors à la méthode Herzog, article paru dans la revue Confrontations Europe, no 82 - avril 2008
  • Europe 2008 : la présidence française et au-delà, article paru dans la revue France Forum no 29 - mars 2008
Divers
  • Préface des Mémoires d'Europe de Otto de Habsbourg, entretiens avec JP Picaper, Éditions Criterion, 1994

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Européennes : MAM, Morano... l'UMP a désigné ses têtes de listes », in leparisien.fr, 22 janvier 2014.
  2. . En février 2015, quelques mois après les révélations du Luxleaks, il est élu Président de la commission spéciale sur les rescrits fiscaux et autres mesures similaires par leur nature ou par effet. Voir la page officielle du parlement européen.
  3. Ludovic Vigogne, « Pour ses 13 parrainages, Hervé Mariton est très confiant », L'Opinion, 15 septembre 2014
  4. Thibaut Pézerat, « Hervé Mariton engrange ses premiers soutiens pour la présidence de l'UMP », Le Lab Europe 1, 29 juillet 2014
  5. « Juppé entend lui aussi incarner «la droite forte» », sur Le Figaro (consulté le 7 décembre 2015).
  6. Ludovic Vigogne, « Primaire à droite: la liste des premiers soutiens parlementaires », lopinion.fr, 20 avril 2016.
  7. (en) Ryan Heath, « The 40 MEPs who matter - Alain Lamassoure », sur Politico.eu (consulté le 19 mai 2016).
  8. (en) « Alain Lamassoure, a case for an optimistic federalism », sur Union of European Federalists (UEF),‎ (consulté le 7 décembre 2015).
  9. « Alain LAMASSOURE », sur www.europarl.europa.eu (consulté le 7 décembre 2015).
  10. Liste des membres du Cercle de l'Industrie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :