Charles Antoine Morand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morand (homonymie).

Charles Antoine Louis Alexis Morand
Charles Antoine Morand

Naissance
Pontarlier, Doubs
Décès (à 64 ans)
Paris
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de division
Années de service 1791-1832
Conflits Guerres de la Révolution française
Guerres napoléoniennes
Distinctions Comte de l'Empire
Grand-croix de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis
Hommages Nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile, 15e colonne
Autres fonctions Pair de France

Charles Antoine Louis Alexis Morand, né le à Pontarlier[1] dans le Doubs et mort le à Paris, est un général français de la Révolution et de l'Empire. Lieutenant-général, comte et pair de France, également aide de camp de Napoléon Ier et colonel général des chasseurs à pied de la Garde impériale.

Ce général a été de toutes les campagnes de l'Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guerres de la Révolution[modifier | modifier le code]

Il entre tout jeune dans la carrière du barreau. En 1791 juste après avoir décroché son diplôme en droit, il s'enrôle dans le 2e bataillon du district de Pontarlier. Capitaine en août 1792 puis lieutenant-colonel de son bataillon en septembre, il se distingue à l’armée du Rhin et à l’armée du Nord. Il est nommé commandant du 7e bataillon de volontaires du Doubs et prend une part importante au siège du Quesnoy (en), au blocus de Maubeuge, à la bataille de Wattignies et à celle de Hondschoote. Incorporé avec son bataillon dans la 88e demi-brigade, Morand fait les campagnes de l'an III et de l'an IV aux armées du Rhin et de Sambre-et-Meuse, et ensuite en Italie et en Orient.

Blessé en 1794, il retourne un temps à la vie civile. Il est envoyé ensuite en Italie de 1797 à 1798, puis participe à la campagne d'Égypte avec la division Desaix. Il est présent aux Pyramides le 21 juillet 1798 et est nommé chef de brigade provisoire sur le champ de bataille par Napoléon Bonaparte.

Général du Consulat et de l'Empire[modifier | modifier le code]

Le 21 fructidor an VII, Morand est nommé adjudant-général et investi par Kléber du commandement de la province de Djerjeh. Le 6 septembre 1800, il est promu au grade de général de brigade et à son retour en France, commande le département du Morbihan. Il reçoit par ailleurs en l'an XI le commandement d'une brigade d'infanterie à l'armée des côtes de l'Océan dans le corps du maréchal Soult. Lors de la campagne de 1805, au cours de la bataille d'Austerlitz, la brigade Morand participe à l'assaut du plateau de Pratzen. Il est promu général de division le 24 décembre 1805.

Lors de la campagne de 1806, le général Morand commande la 1re division du 3e corps d'armée du maréchal Davout. Il participe aux batailles d'Auerstaedt le 14 octobre 1806, de Golymin le 26 décembre 1806 et d'Eylau le 8 février 1807. Il reste sous le commandement de Davout pour la campagne de 1809 et participe aux batailles d'Abensberg, d'Eckmühl, de Ratisbonne et de Wagram les 5 et 6 juillet 1809.

Rue du Général Morand à Besançon.

Il est nommé gouverneur de Hambourg le 13 juillet 1810 et le demeure jusqu'au 3 mars 1812, date à laquelle il participe à la campagne de Russie et se bat à Smolensk et à la Moskova. Il y est blessé à la mâchoire. Morand est le premier homme à passer la Bérézina. Lors du passage de cette rivière, il fait traverser les débris de sa division, musique en tête. Adjoint du général Bertrand à la 1re division du IVe corps pour la campagne d'Allemagne de 1813, il participe aux batailles de Lützen et de Bautzen. Sa conduite à Dennewitz permet d'éviter l'écrasement du corps de Ney.

Morand se signale de nouveau à Wartenburg, à Lindenau et à Leipzig. Son rôle est important lors de la bataille de Hanau les 30 et 31 octobre 1813. Nommé gouverneur de Mayence, il défend la place avec vigueur et ne la remet que le 4 mai 1814. Rallié à Napoléon durant les Cent-Jours, il est fait pair de France et commande une partie de la Vieille Garde au cours de la bataille de Waterloo le 18 juin 1815, pendant laquelle il reprend aux Prussiens le village de Plancenoit.

Après Waterloo (1815)[modifier | modifier le code]

Condamné à mort par contumace, Morand s'exile en Pologne, patrie de sa femme où toute sa famille le suit. Le 20 août 1816 il arrive à l'improviste à Strasbourg, se constitue prisonnier, paraît devant le conseil de guerre et est acquitté avant d'être réintégré dans l'armée avec son grade. Il reste alors dans la retraite jusqu'au mois d'août 1830, année où il reçoit le grand cordon de la Légion d'honneur qui lui a déjà été accordé en 1815 par l'Empereur et le commandement de la division militaire de Besançon. Nommé pair de France une deuxième fois le 11 octobre 1832, il meurt à Paris le 2 septembre 1835 et est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (39e division)[2].

Hommages[modifier | modifier le code]

Son patronyme figure sur le pilier est de l'Arc de Triomphe, 15e colonne.

Le fort Bregille appartenant à la place fortifiée de Besançon porte son nom.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Charles Antoine Morand, Lettres sur l’Expédition d’Égypte : de l’Italie à la prise du Caire, Paris, Éd. La Vouivre, coll. « Du Directoire à l’Empire », , VI-128 p., in-8° (ISBN 2-912431-03-4). — Éd. par Jean-Louis Morand. Contient aussi, du même aut. : Carnet de route de chef de brigade : de Rome à Assouan, 1798-1799.
  • Charles Antoine Morand, Un gouverneur militaire en Haute-Égypte : Morand à Girgeh en 1799, Paris, Éd. La Vouivre, coll. « Du Directoire à l’Empire », , XII-200 p., in-8° (ISBN 2-912431-23-9). — Éd. par Jean-Louis Morand d’après les archives personnelles de l’aut.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le hameau de Largillat sur la commune de Montbenoît, est mentionné quelquefois. C'est là que se situe l'emplacement de la maison familiale où il a été baptisé.
  2. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents, (ISBN 978-2914611480), p. 569

Liens externes[modifier | modifier le code]