Lachapelle-aux-Pots

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lachapelle-aux-Pots
Lachapelle-aux-Pots
La mairie.
Blason de Lachapelle-aux-Pots
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Intercommunalité CC du Pays de Bray
(siège)
Maire
Mandat
Alain Magnoux
2020-2026
Code postal 60650
Code commune 60333
Démographie
Gentilé Capellois
Population
municipale
1 668 hab. (2018 en augmentation de 5,77 % par rapport à 2013)
Densité 169 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 26′ 59″ nord, 1° 54′ 11″ est
Altitude Min. 77 m
Max. 176 m
Superficie 9,85 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Lachapelle-aux-Pots
(ville-centre)
Aire d'attraction Beauvais
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Beauvais-2
Législatives 2e circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Lachapelle-aux-Pots
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Lachapelle-aux-Pots
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lachapelle-aux-Pots
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lachapelle-aux-Pots
Liens
Site web http://www.mairie-lachapelleauxpots-oise.fr

Lachapelle-aux-Pots est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Capellois et les Capelloises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

La commune et un village rural qui s'étend sur 9,9 km² et à 110 mètres d'altitude, et est situé à 15 km de Beauvais, 100 km de Paris, 205 km de Lille, et à 9 km au nord-est de Saint-Germer-de-Fly le bourg le plus proche.

La commune est proche du parc naturel régional du Vexin français. Elle est traversée par l'avenue verte, itinéraire cyclable qui rejoint Paris à Londres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La rivière l'Avelon, le ruisseau des Galopins, le Ruisseau Morue sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune de Lachapelle-aux-Pots.

Risques naturels[modifier | modifier le code]

La commune a été concernée par les événements suivants, reconnus catastrophes naturelles :

  • Inondations et coulées de boue du au
  • Inondations, coulées de boue et mouvements de terrain du 25 au
  • Inondations et coulées de boue du 6 au

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lachapelle-aux-Pots est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lachapelle-aux-Pots, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[4] et 4 159 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Beauvais, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 162 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Trois changements de nom de la commune ont été référencés au cours de l'histoire de la commune :

  • 1793 : La Chapelle aux Pots
  • 1801 : La Chapelle-aux-Pots
  • et, plus récemment, son nom actuel de Lachapelle-aux-Pots[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne gare de Lachapelle-aux-Pots

La ligne de chemin de fer de Goincourt à Gournay - Ferrières desservait la commune à partir de 1870. La desserte voyageurs a été interrompue en 1939. La ligne a été totalement fermée à tout trafic en 2010[10] entre St-Paul et Ferrières. Elle a été reconvertie en avenue verte, qui relie Paris et Londres.

Une décharge installée sur le hameau de Lhuyère, capable de recevoir 100 000 tonnes de déchets par an pendant quinze ans, a été envisagée au début des années 2000 par l'entreprise Brézillon, et a fait l'objet de l'opposition d'une partie des habitants[11],[12], avant de faire l'objet d'une opposition de l’État en 2005[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la deuxième circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1802 du canton du Coudray-Saint-Germer[9]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle intègre le canton de Beauvais-2.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du pays de Bray, créée fin 1997.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1988 1989 Thierry Turcey DVG  
mars 1989 2008 Jean-Pierre Wambre    
mars 2008 janvier 2018 Nadège Lefebvre[14],[15] UMPLR Responsable de ressources humaines
Présidente de la CC du pays de Bray (2001 → 2017)
Conseillère départementale de Beauvais-2 (2015 → )
sénatrice de l'Oise (2017 → 2017)
Présidente du Conseil départemental de l'Oise (2017 → )
Démissionnaire à la suite de son élection comme sénatrice de l'Oise[16]
janvier 2018[17] En cours
(au 4 juin 2020)
Alain Magnoux SE Pompier professionnel retraité
Réélu pour le mandat 2020-2026[18]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[20].

En 2018, la commune comptait 1 668 habitants[Note 3], en augmentation de 5,77 % par rapport à 2013 (Oise : +1,44 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
531523644555638677695675683
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
664731748820853983956945956
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
918965901904958931799869840
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 0591 0611 1731 1901 4291 5401 6411 5951 619
2018 - - - - - - - -
1 668--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,3 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,7 %, 15 à 29 ans = 20,7 %, 30 à 44 ans = 21,7 %, 45 à 59 ans = 20 %, plus de 60 ans = 14,9 %) ;
  • 48,7 % de femmes (0 à 14 ans = 20,4 %, 15 à 29 ans = 19,1 %, 30 à 44 ans = 21,9 %, 45 à 59 ans = 22,3 %, plus de 60 ans = 16,3 %).
Pyramide des âges à Lachapelle-aux-Pots en 2007 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,6 
4,0 
75 à 89 ans
5,9 
10,7 
60 à 74 ans
9,8 
20,0 
45 à 59 ans
22,3 
21,7 
30 à 44 ans
21,9 
20,7 
15 à 29 ans
19,1 
22,7 
0 à 14 ans
20,4 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont scolarisés au sein d'un regroupement pédagogique intercommunal dont l'école située dans le village compte, à la rentrée 2017, huit classes[24].

Économie[modifier | modifier le code]

En 2017, la commune compte plusieurs commerces alimentaires et non-alimentaires, un bureau de poste et une banque, ainsi que des artisans, des médecins et professionnels de santé[25],[26].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le musée de la Poterie de La Chapelle-aux-Pots[27].
  • L'église de la Trinité de Lachapelle-aux-Pots[28].
  • Les Fours de la Crapaudière, construits en 1872 et 1881 par le potier Magloire Vie. Ils sont représentatifs de fours édifiés dans la région pendant la seconde moitié du XIXe siècle et sont conçus sur le modèle des fours médiévaux, dont ils ne diffèrent que par leur taille plus importante (17 mètres), et par la présence de petits orifices dans la voûte du foyer, permettant de saler les grès en fin de cuisson. Ils sont les derniers témoins en Beauvaisis de ce type d'installation[29].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lachapelle-aux-Pots Blason
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Lachapelle-aux-Pots », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 2 avril 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Beauvais », sur insee.fr (consulté le 2 avril 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  9. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. « Décision du conseil d’administration de Réseau ferré de France en date du 15 avril 2010 portant fermeture de la section comprise entre Rainvillers et Auneuil de la ligne Beauvais à Gisors-embranchement et de la section comprise entre Saint-Paul et Ferrières | SNCF Réseau », sur www.sncf-reseau.fr (consulté le 24 novembre 2019).
  11. Olivier Beaumont, « Conseil à haut risque pour le maire », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 2 décembre 2017).
  12. Philippe Créhange, « Un maire mystérieux pour des vœux bâclés », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 2 décembre 2017).
  13. Olivier Beaumont, « Le préfet dit « non » au projet de décharge », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 2 décembre 2017).
  14. Adeline Daboval, « Nadège Lefebvre vise deux fauteuils », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 2 décembre 2017) « En 1983, tout juste âgée de 22 ans, cette jolie blonde fait son entrée au conseil municipal de La Chapelle-aux-Pots, « (son) village ». De 1992 à 1995, elle passe troisième adjointe, puis première adjointe depuis 1995. Nommée vice-présidente du Pays de Bray dès la création de la communauté de communes en 1998, elle devient présidente en 2001 (...) Quoi qu'il arrive, Nadège Lefebvre convoite un deuxième fauteuil : celui de maire de La Chapelle-aux-Pots. Le maire sortant, Jean-Pierre Wambre, ne se représente pas ».
  15. Réélue pour le mandat 2014-2020 : « Sérifontaine, Cuigy, Puiseux, Saint Pierre, ça bouge ! : Du mouvement dans le canton à Sérifontaine René Grousset perd la mairie, à Puiseux aucuns candidats élus, et à Cuigy Bernard Gosteaux réclame l'invalidation ! », L'Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le 2 décembre 2017) « Nadège Lefêbvre conserve la mairie de Lachapelle-aux-Pots, la liste d’opposition menée par Jean-Pierre Wambre n’obtient que trois sièges ».
  16. Élie Julien, « Lachapelle-aux-Pots : 1 107 électeurs appelés aux urnes pour élire leur maire », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 27 janvier 2018) « Les Capellois savaient certes qu’ils avaient de fortes chances de perdre leur maire depuis 2008, Nadège Lefebvre, membre du conseil municipal depuis 34 ans, élue sénatrice (LR) en septembre dernier. Sauf que sa démission, forcée par la loi sur le non-cumul des mandats, en a entraîné deux autres au sein de sa majorité. A celles-ci s’ajoute un départ pour déménagement en 2015. Et voilà que le conseil municipal ne se retrouve plus qu’avec 15 membres, au lieu de 19. De quoi forcer de nouvelles élections ».
  17. « Lachapelle-aux-Pots : élu maire, Alain Magnoux succède à Nadège Lefebvre », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 30 janvier 2018).
  18. « Autour du Coudray-Saint-Germer, tour d’horizon des installations de maires : Plusieurs maires ont officiellement été élus ces derniers jours par les nouveaux conseils municipaux. On fait un point dans différentes communes autour du Coudray-Saint-Germer », L'Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le 7 juin 2020) « Après avoir pris la succession de Nadège Lefebvre lorsque cette dernière a été élue présidente du conseil départemental en 2017, Alain Magnoux a été réélu maire de Lachapelle-aux-Pots par le conseil municipal le mardi 26 mai ».
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. « Évolution et structure de la population à Lachapelle-aux-Pots en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 novembre 2010).
  23. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 novembre 2010).
  24. Mélanie Carnot, « Le village veut sa classe : La classe d’Hodenc-en-Bray, dont la fermeture a été actée en avril dernier, peut-elle rouvrir en cours d’année ? », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 2 décembre 2017).
  25. « Une supérette, un nouveau docteur et un coup de gueule : Au-delà de quelques « coups de gueule », la maire Nadège Lefebvre a aussi annoncé de bonnes nouvelles, symboles d'un village attractif et dynamique », L'Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le 2 décembre 2017).
  26. « Économie locale », sur mairie-lachapelleauxpots-oise.fr (consulté le 2 décembre 2017).
  27. Site du musée de la Poterie.
  28. Voir sur eglisesdeloise.com.
  29. « Fours de la Crapaudière », notice no PA60000032, base Mérimée, ministère français de la Culture.