Beaumont-les-Nonains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaumont et Nonains.

Beaumont-les-Nonains
Beaumont-les-Nonains
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Canton de Chaumont-en-Vexin
Intercommunalité Communauté de communes des Sablons
Maire délégué François Masurier
2019-2020
Code postal 60390
Code commune 60054
Démographie
Population 344 hab. (2016 en diminution de 3,91 % par rapport à 2011)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 19′ 42″ nord, 2° 00′ 32″ est
Altitude Min. 145 m
Max. 231 m
Superficie 9,53 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Les Hauts Talican
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 15.svg
Beaumont-les-Nonains

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 15.svg
Beaumont-les-Nonains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Beaumont-les-Nonains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Beaumont-les-Nonains

Beaumont-les-Nonains est une ancienne commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Elle a fusionné le avec La Neuville-Garnier et Villotran pour former la commune nouvelle des Hauts Talican , dont elle devient une commune déléguée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Beaumont-les-Nonains est un village situé à 16 km au sud-ouest de Beauvais.

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Le village compte plusieurs hameaux : Chantoiseau, Jouy-la-Grange, La Longue-Rue.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Il existait en 1150 un monastère décruit en 1185[1].

Une abbaye existait à Jouy-la-Grange en 1122, déplacée en Marcheroux en 1185[1].

Beaumont-les-Nonains a décidé de fusionner avec ses voisine, La Neuville-Garnier et Villotran, afin de créer la commune nouvelle des Hauts Talican[2], ce qui est acté par un arrêté préfectoral du qui a pris effet le [3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Beaumont-les-Nonains se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la deuxième circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton d'Auneuil[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est rattachée à celui de Chaumont-en-Vexin, jusqu'à la fusion de 2019.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Beaumont-les-Nonains faisait partie de la communauté de communes des Sablons jusqu'à la fusion de 2019.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 décembre 2018 François Masurier DVD  
Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2019 En cours François Masurier    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2016, la commune comptait 344 habitants[Note 1], en diminution de 3,91 % par rapport à 2011 (Oise : +2,22 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
455454471514482478496472479
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
456465425429420408370337317
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
288273260220251201195174169
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
164178128200300322344347350
2013 2016 - - - - - - -
353344-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,3 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 52,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 18 %, 15 à 29 ans = 21,3 %, 30 à 44 ans = 23,5 %, 45 à 59 ans = 23,5 %, plus de 60 ans = 13,7 %) ;
  • 47,7 % de femmes (0 à 14 ans = 24 %, 15 à 29 ans = 12,6 %, 30 à 44 ans = 24 %, 45 à 59 ans = 24,6 %, plus de 60 ans = 15 %).
Pyramide des âges à Beaumont-les-Nonains en 2007 en pourcentage[8]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,6 
4,4 
75 à 89 ans
7,2 
9,3 
60 à 74 ans
7,2 
23,5 
45 à 59 ans
24,6 
23,5 
30 à 44 ans
24,0 
21,3 
15 à 29 ans
12,6 
18,0 
0 à 14 ans
24,0 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[9]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Abbaye de Marcheroux.
Église Notre-Dame.
L'église abbatiale subsiste et est actuellement en rénovation. Le chœur et l'abside sont datés de l'époque médiévale alors que le reste de l'église abbatiale porte les traces de plusieurs restaurations aux XVIIe et XVIIIe siècles, la façade occidentale est d'ailleurs marquée, en son sommet, de la date de 1713, fin de la dernière période de restauration avant les campagnes engagées depuis 1995 par l'actuel propriétaire.
Le monastère est vendu lors de la Révolution française comme bien national et revendu au XIXe siècle à la famille d'agriculteurs qui exploitait les terres depuis plusieurs générations, famille qui exploite toujours la ferme de nos jours. L'église a été convertie en bâtiment agricole à cette époque. Aujourd'hui[Quand ?], la restauration suit son cours après d'importants travaux sur la maçonnerie et la charpente, la façade a été rénovée pour recevoir en septembre 2006 une nouvelle porte. L'Association la Sauvegarde de l'abbaye de Marcheroux a été créée afin d'aider à la rénovation. L'abbaye se situe sur le hameau de La Longue Rue.
  • Église de l'Assomption de Notre-Dame de Beaumont-les-Nonains, qui contient une statuaire du XVe siècle[11],[12],[13].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Beaumont-les-Nonains

Les armes de Beaumont-les-Nonains se blasonnent ainsi :
Taillé : au premier d'azur aux trois bandes d'or, au second d'azur semé de fleurs de lys d'or ; à la barre d'argent brochant sur la partition.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Delattre (préf. Jean-François Mancel), L'Oise : Les 693 communes, Grandvilliers, Editions Delattre, , 316 p., p. 26.
  2. Melanie Carnot, « Quatre fusions de communes programmées avant le 1er janvier 2019 dans l’Oise : Alors que le préfet de l’Oise s’oppose définitivement à la fusion de Rochy-Condé et Warluis, deux villages du Beauvaisis, quatre autres seront validées avant la fin de cette année », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 1er janvier 2019).
  3. « Arrêté préfectoral portant création de la commune nouvelle de "Les Hauts Talican" », Recueil des actes administratifs de la préfecture de l'Oise,‎ , p. 20-21 (lire en ligne [PDF])
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Évolution et structure de la population à Beaumont-les-Nonains en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 novembre 2010)
  9. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 novembre 2010)
  10. « Ancienne abbaye de Marcheroux », notice no PA00135573, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Ensemble de 2 statuettes : Anges céroféraires », notice no PM60000084, base Palissy, ministère français de la Culture
  12. « Statue : Saint Fiacre », notice no PM60000083, base Palissy, ministère français de la Culture.
  13. « Statue : Vierge à l'Enfant dite Vierge au raisin », notice no PM60000082, base Palissy, ministère français de la Culture.