Hanvoile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hanvoile
Hanvoile
La mairie de Hanvoile
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Grandvilliers
Intercommunalité Communauté de communes de la Picardie Verte
Maire
Mandat
Laurent Daniel
2014-2020
Code postal 60650
Code commune 60298
Démographie
Gentilé
Hanvoiliens, Hanvoiliennes
Population
municipale
617 hab. (2017 en augmentation de 0,33 % par rapport à 2012)
Densité 105 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 30′ 45″ nord, 1° 52′ 50″ est
Altitude Min. 115 m
Max. 208 m
Superficie 5,88 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Hanvoile
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Hanvoile
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hanvoile
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hanvoile
Liens
Site web http://www.mairie-hanvoile.fr

Hanvoile est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village.

La commune est un village picard rural du Beauvaisis, situé à 18 km au nord-ouest de Beauvais, à 57 km à l'est de Rouen et 51 km au sud-ouest d'Amiens.

Elle est aisément accessible par l'ex-RN 30 (actuelle RD 930).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Hanvoile
Lachapelle-sous-Gerberoy Vrocourt Martincourt
Wambez Hanvoile Crillon
Senantes Villembray Glatigny

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Hanvoile ru 2.JPG

Le village est drainé par le ruisseau d'Hanvoile, affluent du Thérain, et donc sous-affluent de la Seine par l'Oise.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La localité a été désignée comme Hanvoiles, Hanvoille, Hanvoilles (Ilantuelœ, Hantvellæ, Hanvetiæ, Hanvetlæ)[1].

Les habitants du canton de Songeons, dont Hanvoile, ville de filature et de sergers fait partie, sont au début du XIXème siècle visités par un agent du gouvernement français Jacques Cambry qui remarque que hommes comme femmes sont vêtues d'une étoffe que l'on nomme "anvoile".

La commune (France), instaurée par la Révolution française, est désignée Hanvoillé en 1793, Hanvoille en 1801. Elle prend ultérieurement son orthographe actuelle de Hanvoile[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Il est fait état pour la première fois du château d'Hanvoile en 1180. Le dernier château, datant de l'époque de François Ier et qui se trouvait au sud du village, a été détruit en 1808[3],[4],[1].

Louis Graves indique : « L'église fut brûlée en 1472 par les Bourguignons après le siége de Beauvais; réédifiée dans le siècle suivant, elle fut consacrée le par Jean de Pleurs , évêque de Riom , en l'absence du diocésain.
Le chapitre Saint-Barthelemy [de Beauvaisx] fit rebâtir le chœur en entier ; les habitants reconstruisirent la nef et le porche[1] ».

La terre d'Hanvoile appartenait sous Louis XIV à la maison de Monceaux d'Auxi, originaire de Flandre, qui s'établit au XVe siècle dans le Beauvaisis. Une partie de la terre et du château relevait du comte de Clermont[1].

Hanvoile est connu dès l'époque de Louis XIV pour la filature des laines et la confection de grosses étoffes ou serges, qui occupent 90 personnes à certaines périodes de l'année. Des lettres-patentes du réglementènt les caractéristiques des étoffes, et notamment leur largeur. Ovide Mancel créé en 1786 le tissage d'un autre tissu, appelé molleton rayé avec une chaîne| de fil et une trame en bourre de laine. Cette activité est réalisée en 1830 par onze petites fabriques qui emploient environ soixante dix personnes[1].

M. Machue-Levasseur crée en 1830 une filature mécanique composée de deux mule-jennys et de deux paires de cardes, qui occupe une douzaine de personnes[1].

En 1836, on note au village un moulin à vent en pierre, neuf pressoirs à cidre une sablonnière, des carrières, une fabrique d'étofles de laine et de molletons. A cette épque, la commune dispose d'un presbytère et d'une école. La production agricole moyenne annuelle est alors de 768 hl de blé, 864hl de méteil, 288 de seigle, 551 hl d'orge et 2 990 hl d'avoine. Vingt chèvres et chevreaux sont alors recensés. [1].

Le village est relié au réseau téléphonique en 1913[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la deuxième circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1802 du canton de Songeons[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle intègre le canton de Grandvilliers.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes de la Picardie verte, créée en 1997 et qui succède à plusieurs SIVOM, dont celui de Songeons (28 communes, créé le ).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[6]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1793[6] François Philippe Machue   Serger
1793 1796[7] Agent Municipal Pillon    
1796 1797[6] François Philippe Machue   Serger
1797 1798[6] Jean Baptiste Pillon    
1798 mai 1824[6] François Roisse   Mort en fonction
juin 1824 1825[6] Étienne Leclerc[8]   Capinaine de cuirassiers en retraite
Officier de la Légion d'honneur
Fevrier 1825 avril 1831[6] François Caron    
Avril 1831 février 1832[6] Antoine Leblond   Officier
Fevrier 1832 1833[6] Étienne Leclerc    
1833 1843[6] Alexis Pillouard    
1843 Septembre 1848[6] François Denis Étienne Letellier   Rentier
septembre 1848 1856[6] Machue Levasseur   Sans doute François Machue
1856 octobre 1867[7] Louis Éléonore Prévost   Médecin vétérinaire.
Décédé en fonction
novembre 1867 mai 1871[6] Jean François Grégoire Leroux-Godo   Agriculteur
mai 1871 mars 1894[6] Justin Letellier   Cultivateur
Fils de François Denis Etienne Letellier
Conseiller d'arrondissement en 1910
mars 1894 1919[6] Donatien Bertrand    
1919 1922[6] Gabriel Auffret    
1922 1924[6] Alfred Fordinoi    
1924 1929[6] Désiré Roisse    
1929 1935[6] Léon Andrieux   >
1935 1945[6] Léon Gobert    
1945 1949[6] Eugène Roisse    
1949 1954[6] Léon Dutour    
1954 1971[6] Marcel Mesnard    
1971 1976[6] Jacques André Niel    
1976 1987[6] George Daret    
1987 1988[6] Jean Claude Loyer    
1988 juin 1995[6] Régine Bazard    
juin 1995 août 2011[7] Thierry Maugez PRG Cadre SNCF
conseiller général de Songeons
Décédé en fonction
octobre 2011[9],[10] 28 mars 2014 Marie-Christine Durot   Sans profession
mars 2014[11] En cours
(au 5 septembre 2014)
Laurent Daniel   Artisan

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13].

En 2017, la commune comptait 617 habitants[Note 1], en augmentation de 0,33 % par rapport à 2012 (Oise : +1,75 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1341 1531 2741 1201 1641 1491 084959862
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
796774712684667639624601550
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
524541484421429400358351385
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
363392384407432502574622621
2017 - - - - - - - -
617--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (12,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 24,6 %, 15 à 29 ans = 16,2 %, 30 à 44 ans = 29,9 %, 45 à 59 ans = 17,6 %, plus de 60 ans = 11,6 %) ;
  • 50,5 % de femmes (0 à 14 ans = 23,4 %, 15 à 29 ans = 16,9 %, 30 à 44 ans = 26,9 %, 45 à 59 ans = 19,3 %, plus de 60 ans = 13,4 %).
Pyramide des âges à Hanvoile en 2007 en pourcentage[15]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,3 
2,8 
75 à 89 ans
5,2 
8,8 
60 à 74 ans
7,9 
17,6 
45 à 59 ans
19,3 
29,9 
30 à 44 ans
26,9 
16,2 
15 à 29 ans
16,9 
24,6 
0 à 14 ans
23,4 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont scolarisés au sein d'un regroupement pédagogique intercommunal qui regroupe Glatigny, Hanvoile, Lhéraule et Wambez.

L'école du village comprend deux classes maternelles et deux classes primaires[17] et les enfants bénéficient d'une cantine et d'une garderie.

Culture[modifier | modifier le code]

Le foyer communal.

La commune s'est dotée en 2019 d'une bibliothèque implantée dans l'ancien bureau de poste, place Saint-Georges, et qui fonctionne avec l'aude de bénévoles. Dotée d'un fonds propre de 800 ouvrages, elle a accès à celui de la Médiathèque de l'Oise[18].

Autres équipements et services[modifier | modifier le code]

La commune s'est dotée d'une agence postale[19].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Georges.
  • L'église Saint-Georges, « bâtie sur un site dominant en limite du village, Saint-Georges présente une silhouette tourmentée, reflet d’une histoire qui est celle de bien des villages du Beauvaisis, cruellement éprouvés par la Guerre de Cent Ans et, à la fin du XVe siècle, par le conflit entre Louis XI et Charles le Téméraire[20] », a été consacrée le [4].
  • Monument aux morts, inauguré le [21].


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Songeons, arrondissement de Beauvais (Oise) : Extrait de l'Annuaire de 1836, 148 p. (lire en ligne), p. 74-76, 102, 119, 133, 140-143, consulté sur Google Books.
  2. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. M. Vuilhorgne, « Ancien inventaire du château d'Hanvoile », Société académie d'archéologie, sciences et arts du département de l'Oise : compte-rendu des séances,‎ , p. 49-51 (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2019), disponible sur Gallica.
  4. a et b Emmanuel Woillez, Répertoire archéologique du département de l'Oise : rédigé sous les auspices de la Société académique d'archéologie, sciences et arts de ce département, Paris, Imprimerie impériale, coll. « Répertoire archéologique de la France », , 213 p. (lire en ligne), p. 71, disponible sur Gallica.
  5. « Création et ouverture de bureaux téléphoniques », Bulletin mensuel des postes et télégraphes,‎ , p. 326 (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2019), disponible sur Gallica.
  6. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z et aa « Les maires de Hanvoile », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 12 octobre 2019).
  7. a b et c Laurent Villette, « Thierry Maugez est décédé samedi, à l'âge de 48 ans », Le Réveil, no 3201,‎ , p. 4 (ISSN 0182-7219)
  8. « Leclerc, Étienne », base Léonore, ministère français de la Culture
  9. Degrieck, « Hanvoile : trois listes pour les élections partielles », Le Bonhomme picard,‎ (lire en ligne, consulté le 11 octobre 2019).
  10. « Marie-Christine Durot élue maire d'Hanvoile », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3155,‎ , p. 12 (ISSN 1144-5092)
  11. « Les maires déjà en place », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3284,‎ , p. 10 (ISSN 1144-5092)
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  15. « Évolution et structure de la population à Hanvoile en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 novembre 2010)
  16. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 novembre 2010)
  17. « Ecoles du regroupement scolaire », sur http://www.mairie-hanvoile.fr (consulté le 11 octobre 2019).
  18. « Jolie reconversion : 800 livres dans l'ancienne poste : 800 libres sont en rayon dans la toute nouvelle bibliothèque municipale aménagée dans l'ancien bureau de poste », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3571,‎ , p. 14.
  19. « Agence Postale », Vivre à Hanvoile, sur http://www.mairie-hanvoile.fr (consulté le 13 octobre 2019).
  20. Dominique Vermand, « Hanvoile, église Saint-Georges », Diocèse de Beauvais, Églises de l'Oise - Art roman et gothique, (consulté le 11 octobre 2019).
  21. Paul Cajolle, « Section de Songeons », Bulletin de l'Union des mutilés, réformés et anciens combattants du département de l'Oise, no 18,‎ , p. 3 (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2019), disponible sur Gallica.