Neuilly-en-Thelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Neuilly-en-Thelle
Neuilly-en-Thelle
Mairie de Neuilly-en-Thelle.
Blason de Neuilly-en-Thelle
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Senlis
Intercommunalité Communauté de communes Thelloise
(siège)
Maire
Mandat
Bernard Onclercq
2020-2026
Code postal 60530
Code commune 60450
Démographie
Gentilé Novilaciens, Novilaciennes
Population
municipale
3 818 hab. (2018 en augmentation de 17,91 % par rapport à 2013)
Densité 243 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 13′ 28″ nord, 2° 17′ 10″ est
Altitude Min. 89 m
Max. 170 m
Superficie 15,73 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Neuilly-en-Thelle
(ville isolée)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Méru
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Neuilly-en-Thelle
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Neuilly-en-Thelle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuilly-en-Thelle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuilly-en-Thelle
Liens
Site web http://www.neuillyenthelle.fr

Neuilly-en-Thelle est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue aérienne d'Ercuis et Neuilly-en-Thelle.
Vue aérienne d'Ercuis et Neuilly-en-Thelle en 2014.

La commune a une superficie de 15,73 km²., une altitude minimale de 89 m. et une altitude maximale de 170 m.[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 10,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14,4 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 712 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Senlis », sur la commune de Senlis, mise en service en 1959[8] et qui se trouve à 22 km à vol d'oiseau[9],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 10,7 °C et la hauteur de précipitations de 724,6 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 4], « Beauvais-Tillé », sur la commune de Tillé, mise en service en 1944 et à 29 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[12] à 10,6 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Neuilly-en-Thelle est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[15],[16],[17]. Elle appartient à l'unité urbaine de Neuilly-en-Thelle, une unité urbaine monocommunale[18] de 3 655 habitants en 2017, constituant une ville isolée[19],[20].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire regroupe 1 929 communes[21],[22].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (83,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (81,9 %), zones urbanisées (8,2 %), forêts (7,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,7 %)[23].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[24].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La localité était désignée Noviliaco en 690, Nuellium en 1152 et Nully-en-Thelle en 1617[1]. Lors de la création de la commune pendant la Révolution française, elle a été dénommée Neuilly Entelle en 1793 et Neuilly-en-Thel en 1801, avant de prendre sa dénomination actuelle[25].

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare de Neuilly-en-Thelle, au début du XXe siècle.

Les traces d'une voie romaine ont été retrouvées à Neuilly-en-Thelle, ainsi que des vestiges gallo-romains et des monnaies d'époque carolingienne, attestant de l'occupation ancienne du site[1].

Le village eut à subir trois terribles incendies, en 1711, 1755 et 1804, amenant de nombreuses reconstructions. Au XVIIe siècle, le village fut abandonné à la suite d'une épidémie[1].

Plus récemment, la localité était renommée pour ses carrières de pierre, ainsi que pour l’apprêtage de laines et poils de chèvres, utilisés pour la confection de boutons. Douze cafés existaient à Neuilly en 1900[1].

Le bourg fut desservi de 1879 à 1959 par un chemin de fer secondaire à voie métrique, le chemin de fer de Hermes à Beaumont.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'ancienne communauté de communes du pays de Thelle dans le département de l'Oise.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Senlis du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de l'Oise.

Elle était depuis 1801 le chef-lieu du canton de Neuilly-en-Thelle[25]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Méru.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était le siège de la Communauté de communes du pays de Thelle, créée en 1996.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du , qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[26], le préfet de l'Oise a publié en un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, qui prévoit la fusion de plusieurs intercommunalités, et en particulier de la communauté de communes du Pays de Thelle et de la communauté de communes la Ruraloise, formant ainsi une intercommunalité de 42 communes et de 59 626 habitants[27],[28].

La nouvelle intercommunalité, dont est membre la commune et dénommée provisoirement Communauté de communes du Pays de Thelle et Ruraloise, est créée par un arrêté préfectoral du qui a pris effet le [29].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[30]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Henri-Ferdinand Serrin   Propriétaire
Conseiller général de Neuilly-en-Thelle (1873 → 1910)
avant 1945   Charles Andrieu    
avant 1962   R. d'Halleine    
Les données manquantes sont à compléter.
1974[31] 1995 Raymond Roy CNIP Géomètre expert
Conseiller général de Neuilly-en-Thelle (1982 → 1988)
Conseiller régional (1985 → ?)
1995 2001 Michel Buyssens    
mars 2001[32] En cours
(au [33])
Gérard Auger PS Médecin généraliste
Conseiller général de Neuilly-en-Thelle (2008 → 2015)
Réélu pour le mandat 2014-2020[34]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[35]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[36].

En 2018, la commune comptait 3 818 habitants[Note 7], en augmentation de 17,91 % par rapport à 2013 (Oise : +1,44 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0019469961 0191 1971 2251 3091 4631 703
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8391 9061 8211 8121 8691 7321 6891 6401 607
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6841 5921 6891 7461 6791 7201 6101 6001 711
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 8821 9421 8982 3972 6833 0643 0973 0823 448
2018 - - - - - - - -
3 818--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[37].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,2 %, 15 à 29 ans = 20,2 %, 30 à 44 ans = 23,9 %, 45 à 59 ans = 20,5 %, plus de 60 ans = 13,3 %) ;
  • 50,3 % de femmes (0 à 14 ans = 20,2 %, 15 à 29 ans = 18,4 %, 30 à 44 ans = 24,4 %, 45 à 59 ans = 21,1 %, plus de 60 ans = 15,9 %).
Pyramide des âges à Neuilly-en-Thelle en 2007 en pourcentage[38]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90  ans ou +
0,5 
3,2 
75 à 89 ans
5,2 
10,0 
60 à 74 ans
10,2 
20,5 
45 à 59 ans
21,1 
23,9 
30 à 44 ans
24,4 
20,2 
15 à 29 ans
18,4 
22,2 
0 à 14 ans
20,2 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[39]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Principaux équipements[modifier | modifier le code]

La commune dispose notamment, en 2016, d'une école maternelle et de deux écoles primaires, un collège, une cantine scolaire, un accueil de loisirs, un complexe sportif et d'une médiathèque[1].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Denis.
L'église Saint-Denis.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

Neuilly-en-Thelle ne compte qu’un seul monument historique sur son territoire.

  • Église Saint-Denis, rue du Mouthier (RD 609) / place du Maréchal-Leclerc (classée monument historique par arrêté du [40]): Sa construction a commencé après la donation de la collation de la cure à l'abbaye Saint-Vincent de Senlis en 1187. Mais les seuls éléments significatifs qui subsistent de la première campagne de construction sont la façade et une partie de la base du clocher, avec sa voûte d'ogives. Des réparations ont été nécessaires après la Grande Jacquerie en 1358, et ont laissé les chapiteaux au sud de la base du clocher et deux baies à remplage. La modeste nef a si souvent été retouchée qu'elle a perdu tout caractère, et son unique bas-côté a été rebâti en 1842. Le clocher a quant à lui été reconstruit après un incendie en 1711. L'église Saint-Denis vaut donc surtout pour son vaste chœur Renaissance de trois travées, terminé par une abside à trois pans, et accompagné d'un collatéral au nord. Ce chœur est de dimensions généreuses, et s'il ne constitue pas un chef-d'œuvre, offre néanmoins une modénature atypique, et des supports des voûtes d'une conception originale. Au nord, les deux arcs-doubleaux retombent sur des cariatides, et dans le collatéral, les consoles qui reçoivent les voûtes prennent la forme de têtes humaines se dégageant devant des draperies. Le mobilier de l'église a presque entièrement été remplacé au XIXe siècle[41].

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Les vestiges du corps de garde d'un château[1]. La partie la plus ancienne date des XIIIe siècle et XIVe siècle et ses souterrains.
  • La mairie, construite sur pilotis au XIXe siècle[1].
  • Poste électrique haute-tension de Terrier (400 kV).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Denise Scharley, cantatrice de l'Opéra de Paris.
  • Victor Serrin, inventeur du premier régulateur de lampe à arc pour l'éclairage des phares.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h Philippe Delattre, « Réputée pour ses poils de chèvres : tout savoir sur la commune de Neuilly-en-Thelle : Vingt-sixième opus de notre série d'articles consacrés aux villages de la communauté de communes du Pays de Thelle et de la Ruraloise qui vont fusionner », Le Bonhomme picard, édition de Clermont, no 3425,‎ , p. 23.
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  8. « Station Météo-France Senlis - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Neuilly-en-Thelle et Senlis », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Senlis - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Neuilly-en-Thelle et Tillé », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Unité urbaine 2020 de Neuilly-en-Thelle », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  19. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  20. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  24. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  25. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  27. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale de l'Oise » [PDF], Préfecture de l'Oise, (consulté le ), p. 13-25.
  28. D. L., « Oise : six collectivités fusionnent », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  29. « CC du Pays de Thelle et Ruraloise (N° SIREN : 200067973) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, .
  30. « Les maires de Neuilly-en-Thelle », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  31. « Hommage à Raymond Roy : Une cinquantaine de personnes, dont sa veuve Monique Roy, ont rendu hommage dimanche à l'ancien maire, décédé il y a tout juste 20 ans », L’Écho du Thelle,‎ (lire en ligne).
  32. D.V., « Gérard Auger à Neuilly- en-Thelle », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne) « Gérard Auger, 49 ans, conseiller municipal sortant d'opposition, est le nouveau maire de Neuilly-en-Thelle. Devant une salle du conseil comble, ce médecin généraliste a été élu dès le 1er tour. Il succède à Michel Buyssens, qui a connu un mandat de 1er magistrat après que Neuilly-en-Thelle ait été dirigé par Raymond Roy durant une vingtaine d'années ».
  33. Édith Lasry-Segura, « Neuilly-en-Thelle : 60 logements qui mettent fin à une interminable attente », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  34. « Les maires installés dans le canton », L’Écho du Thelle, no 523,‎ , p. 17.
  35. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  36. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  38. « Évolution et structure de la population à Neuilly-en-Thelle en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  39. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  40. « Église Saint-Denis », notice no PA00114773, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. Dominique Vermand, Églises de l'Oise. Canton de Neuilly-en-Thelle. Pays de Thelle et Clermontois, Comité départemental du tourisme de l'Oise et Office de tourisme de pôle Vexin-Sablons-Thelle, , 28 p. (lire en ligne), p. 24.