Fresnoy-en-Thelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fresnoy-en-Thelle
Vue sur le village.
Vue sur le village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Senlis
Canton Méru
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Thelle et Ruraloise
Maire
Mandat
Marc Lamoureux
2016-2020
Code postal 60530
Code commune 60259
Démographie
Population
municipale
952 hab. (2014)
Densité 152 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 12′ 05″ nord, 2° 16′ 14″ est
Altitude Min. 61 m – Max. 112 m
Superficie 6,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Fresnoy-en-Thelle

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Fresnoy-en-Thelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fresnoy-en-Thelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fresnoy-en-Thelle

Fresnoy-en-Thelle est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à une altitude variant entre 67 et 111 mètres, ce village picard compte un puits qui atteint la nappe phréatique à 45 m. Le territoire communal de 6,3 km2 compte environ 5 % de bois[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu était nommé Fraxinetum en 686 et Frenel au XVe siècle[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Mathieu III, comte de Beaumont, fonda vers 1185 le prieuré de Saint Léonor, et donna aux moines des terres à Fresnoy ainsi que des droits féodaux[1].

La seigneurie de Fresnoy était comprise dans le comté de Beaumont. Elle fut érigée en marquisat en 1652 en faveur d’Henri de Fresnoy[1].

Fresnoy appartint vers la fin du XVIIIe siècle à d’Avesne des Méloizes[1].

De 1879 à 1959, le village fut desservi par la gare de Fresnoy-Morangles sur le chemin de fer de Hermes à Beaumont , un chemin de fer secondaire à voie métrique.

Horaires du service d'hiver 1936. Il faut une heure environ pour parcourir les 32 ligne, avec la mise en place des autorails par la compagnie.

Au XIXe siècle et au début du XXe siècle, l'activité économique de la commune était notamment représentée par la fabrication de boutons en poils de chèvre et la passementerie[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'ancienne communauté de communes du pays de Thelle dans le département de l'Oise.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la troisième circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Neuilly-en-Thelle[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Méru.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la Communauté de communes du pays de Thelle, créée en 1996.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[3], le préfet de l'Oise a publié en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, qui prévoit la fusion de plusieurs intercommunalités, et en particulier de la communauté de communes du Pays de Thelle et de la communauté de communes la Ruraloise, formant ainsi une intercommunalité de 42 communes et de 59 626 habitants[4],[5].

La nouvelle intercommunalité, dont est membre la commune et dénommée provisoirement Communauté de communes du Pays de Thelle et Ruraloise, est créée par un arrêté préfectoral du qui a pris effet le [6].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie de Fresnoy-en-Thelle.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 juin 2016[7] Denis Courboin   Agriculteur retraité
Démissionnaire
juin 2016[8] en cours Marc Lamoureux   Agriculteur

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 952 habitants, en augmentation de 0,11 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
369 385 374 352 363 363 381 386 404
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
374 400 369 324 302 259 259 240 250
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
247 274 276 303 295 290 261 245 282
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
274 260 400 724 828 818 953 943 952
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 23 %, 15 à 29 ans = 17,1 %, 30 à 44 ans = 25,2 %, 45 à 59 ans = 20,9 %, plus de 60 ans = 13,7 %) ;
  • 50,4 % de femmes (0 à 14 ans = 22,9 %, 15 à 29 ans = 16 %, 30 à 44 ans = 25,8 %, 45 à 59 ans = 20,4 %, plus de 60 ans = 14,8 %).
Pyramide des âges à Fresnoy-en-Thelle en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,2 
2,7 
75 à 89 ans
4,6 
10,8 
60 à 74 ans
10,0 
20,9 
45 à 59 ans
20,4 
25,2 
30 à 44 ans
25,8 
17,1 
15 à 29 ans
16,0 
23,0 
0 à 14 ans
22,9 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le village compte une école municipale qui scolarise 103 élèves en 2016, ainsi qu'un centre périscolaire avec halte-garderieet cantine construit en 2013[1].

Économie[modifier | modifier le code]

L'entreprise Robert Juliat, qui produit des projecteurs de renommée internationale, est implantée dans la commune et y emploie environ 80 salariés.

Il n'y a plus, en 2016, de commerces de proximité au village et les autres activités sont constituées par quatre exploitations agricoles (cultivant essentiellement : blé, betteraves, pommes de terre, colza et maïs), deux maçons, deux électriciens, deux chauffagistes[1].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Nicolas.
Le château.

Fresnoy-en-Thelle ne compte aucun monument historique inscrit ou classé sur son territoire. On peut néanmoins noter :

  • Église Saint-Nicolas, rue de Lamberval / rue de Morangles : Ses abords austères et sans grand caractère cachent un édifice de qualité du second quart du XIIe siècle et de la première moitié du XVIe siècle, qui est resté en partie inachevé, et a été malmené par le remaniement néo-classique de la façade, en 1758, et la démolition des parties hautes du clocher, après 1842. Elles ont été reconstruites sans style réel.
Cependant, le transept, dont le croisillon sud n'a apparemment jamais été construit, et le chœur rectangulaire forment un ensemble homogène de la dernière période romane. Voûtées d'ogives dès l'origine, ces trois travées constituent un intéressant témoignage de la transition successive vers le style gothique. Ainsi, les arc-doubleaux sont déjà en arc brisé, et les piliers fasciculés, bien hiérarchisés, présentent des colonnettes à chapiteaux très fines.
La nef romane n'existe plus : elle fut remplacée par la construction actuelle à la période gothique flamboyante. En cohérence avec le transept incomplet, elle n'est accompagnée que d'un unique bas-côté, au nord. Les cinq grandes arcades qui font communiquer les deux vaisseaux sont particulièrement représentatives de la création flamboyante de la région. Le voûtement d'ogives, initialement prévu comme l'indiquent les contreforts à l'extérieur, n'a finalement jamais été exécuté[14],[15].
  • Le château de Lamberval a été construit sur des bases du XIIe siècle. Détruit en 1818, il a été reconstruit depuis et se situe rue de Lamberval, à la sortie nord-est du village vers la RD 929[1].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Fresnoy- en- Thelle, un si joli village », L'Observateur de Beauvais, no 954,‎ , p. 22.
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  4. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale de l'Oise » [PDF], Préfecture de l'Oise, (consulté le 23 octobre 2016), p. 13-25.
  5. D. L., « Oise : six collectivités fusionnent », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  6. « CC du Pays de Thelle et Ruraloise (N° SIREN : 200067973) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, .
  7. Philippe Delattre, « Denis Courboin cède le fauteuil de maire à Marc Lamoureux : Le plus ancien maire du Pays de Thelle, Denis Courboin, en place depuis 1977, a, comme il l’avait annoncé lors de sa dernière réélection en 2014, passé le flambeau à son gendre jeudi dernier », L’Écho du Thelle, no 638,‎ , p. 17 « Originaire de Villers-SaintChristophe (Aisne), où il avait été conseiller municipal pendant un mois avant de déménager à la ferme Lamberval de Fresnoy-en-Thelle, Denis Courboin a été élu conseiller municipal à Fresnoy en 1971, puis maire en 1977. Un poste de maire qu’il n’a jamais quitté depuis, effectuant son sixième mandat depuis 2014. Lors de sa dernière réélection, il avait déjà annoncé qu’il n’irait pas jusqu’au bout de son mandat et qu’il passerait le flambeau au mari de sa fille Elise, Marc Lamoureux, qui a été élu conseiller municipal en 1997 puis réélu depuis au sein de l’équipe municipal où il occupait le poste de 3e adjoint depuis 2014 ».
  8. « Marc Lamoureux succède à Denis Courboin à Fresnoy-en-Thelle », Le Parisien, édition de l'oise,‎ (lire en ligne) « Une longue page s’est tournée au Fresnoy-en-Thelle, où Denis Courboin, maire de la commune depuis 1977, a cédé son fauteuil et son écharpe de maire à l’un de ses adjoints, Marc Lamoureux ».
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. « Évolution et structure de la population à Fresnoy-en-Thelle en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  13. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  14. Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Neuilly-en-Thelle, arrondissement de Senlis (Oise), Beauvais, Achille Desjardins, , 144 p. (lire en ligne), p. 36-37 et 78-79.
  15. Eugène Müller, « Quelques notes encore sur les cantons de Creil et Chambly », Comité Archéologique de Senlis, Comptes-rendus et Mémoires, années 1897-98, Senlis, Imprimerie Eugène Dufresne, 4e série, vol. II,‎ , p. 218-219 (lire en ligne) sur Gallica.