Courcelles-Epayelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Courcelles-Epayelles
Courcelles-Epayelles
Église Saint-Lucien
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Clermont
Intercommunalité CC du Plateau Picard
Maire
Mandat
Jean-Louis Hennon
2020-2026
Code postal 60420
Code commune 60168
Démographie
Population
municipale
208 hab. (2018 en augmentation de 5,05 % par rapport à 2013)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 34′ 07″ nord, 2° 37′ 42″ est
Altitude Min. 84 m
Max. 109 m
Superficie 6,38 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Estrées-Saint-Denis
Législatives 1re circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Courcelles-Epayelles
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Courcelles-Epayelles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Courcelles-Epayelles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Courcelles-Epayelles
Liens
Site web http://www.courcellesepayelles.fr/

Courcelles-Epayelles est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Coucelles-Epayelles
Le Frestoy-Vaux Rollot
Somme
Tricot Coucelles-Epayelles Mortemer
Méry-la-Bataille

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Courcelles-Epayelles est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (100 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (100 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (94,8 %), zones agricoles hétérogènes (5,2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1935 1959 Estève Ricart DIV agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.
  1989 Pierre Bahu DVD agriculteur
1989 En cours
(au 12 juillet 2020)
Jean-Louis Hennon DVD[8] agriculteur retraité
Vice-président de la CC du Plateau Picard (2014 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[9],[10]

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

Le village a été labellisé « village mémoire », en reconnaissance des combats menés sur son sol, notamment de la bataille du Matz et de sa destruction lors de la Première Guerre mondiale[11]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13].

En 2018, la commune comptait 208 habitants[Note 2], en augmentation de 5,05 % par rapport à 2013 (Oise : +1,44 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
382392394356324328300309296
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
283293264243226208216210199
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
202215188138180171202199187
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
140153138130151141187193203
2018 - - - - - - - -
208--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 24,7 %, 15 à 29 ans = 15,1 %, 30 à 44 ans = 26,9 %, 45 à 59 ans = 17,2 %, plus de 60 ans = 16,1 %) ;
  • 50,3 % de femmes (0 à 14 ans = 24,5 %, 15 à 29 ans = 16 %, 30 à 44 ans = 25,5 %, 45 à 59 ans = 19,1 %, plus de 60 ans = 14,9 %).
Pyramide des âges à Courcelles-Epayelles en 2007 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90  ans ou +
2,1 
3,2 
75 à 89 ans
4,3 
11,8 
60 à 74 ans
8,5 
17,2 
45 à 59 ans
19,1 
26,9 
30 à 44 ans
25,5 
15,1 
15 à 29 ans
16,0 
24,7 
0 à 14 ans
24,5 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Lucien - Cloche de l'église sonnant 11h
  • Église Saint-Lucien (XVIe siècle) : l'intérieur possède des voûtes à nervures et des pendentifs Renaissance. L'une des chapelles est dédiée à saint Blaise, patron des drapiers.
  • Musée des Chars de la bataille du Matz[18] et son circuit des chars de 1918[19].
  • Le château d'eau, décoré en 2019 du portrait de cinq « poilus » de la Grande Guerre, le capitaine Rime-Bruneau, commandant l’unité de chars Saint-Chamond AS 38, le brigadier Durieux, de l’unité de chars Schneider AS 15, le sous-lieutenant Jacques de Soultrait, officier mitrailleur au 256eme R.I., le lieutenant Fievez, appartenant à l’unité de chars Saint-Chamond AS 37, le lieutenant Le Bailly de l'unité de chars Saint-Chamond AS 39[20],

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 2 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 2 avril 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 22 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 22 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Annuaire des Mairies de l'Oise (60), EIP (ISBN 978-2-35258-160-4, lire en ligne).
  9. « Plateau picard : voici le visage de vos nouveaux élus », Le Bonhomme picard, édition de Clermont, no 3283,‎ , p. 21.
  10. Alice Porcher, « Nouveau mandat, même équipe à la tête de la Communauté de communes du Plateau picard : Le conseil communautaire a eu lieu samedi 11 juillet dans la salle des fêtes de Lieuvillers. Les délégués ont réélu Frans Desmedt, maire de Saint-Just-en-Chaussée, président de l’intercommunalité », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juillet 2020).
  11. Lucien Djani, « Courcelles-Épayelles devient village mémoire : Courcelles obtiendra la reconnaissance des combats livrés sur ses terres ce samedi », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juillet 2020).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. « Évolution et structure de la population à Courcelles-Epayelles en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010).
  17. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010).
  18. Lucien Djani, « Vers une nouvelle façon de visiter la Maison des chars à Courcelles-Epayelles : Un audit mené dans l’établissement ouvre des pistes pour rendre les visites plus ludiques », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juillet 2020).
  19. « Courcelles-Epayelles : découvrez le circuit des chars de 1918 », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juillet 2020).
  20. Lucien Djani, « Hommage photographique à cinq Poilus sur le chateau d’eau de Courcelles-Epayelles », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juillet 2020).