Abbecourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Abbécourt.
image illustrant une commune de l’Oise
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Oise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Abbecourt
Mairie d'Abbecourt.
Mairie d'Abbecourt.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Chaumont-en-Vexin
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Thelle et Ruraloise
Maire
Mandat
Jean-Jacques Antheaume
2014-2020
Code postal 60430
Code commune 60002
Démographie
Gentilé Abbecourtois
Population
municipale
756 hab. (2014)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 21′ 23″ nord, 2° 09′ 34″ est
Altitude Min. 77 m – Max. 150 m
Superficie 7,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Abbecourt

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Abbecourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Abbecourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Abbecourt

Abbecourt est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont les Abbecourtois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Abbecourt[1]
Warluis
Saint-Sulpice (Oise) Abbecourt[1]
Hodenc-l'Évêque Ponchon

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le le ruisseau de Ponchon[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu était dénommé Ambrico-Curtis en 775, puis Abbecort en 1239[2].

Il s'agit d'une formation en -court, caractéristique du haut Moyen Âge et du nord de la France. Le mot court (curt, cort en ancien français) avait autrefois le sens de « cour de ferme, ferme, domaine rural » (parallèle au mot germanique hof cf. allemand Hof « cour, ferme »). Il est issu du bas latin cōrtem[3], ou gallo-roman CŌRTE, issus du latin classique cohors, cohortis. Le mot « cour » qui en procède, a une orthographe différente par analogie avec le latin curia.

Il est généralement précédé d'un nom de personne germanique au cas régime, mais ici ce n'est pas le cas comme le montrent les formes anciennes : il s'agit du bas latin abbas « abbé »[4], d'où le sens global de « domaine rural de l'abbé ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Abbecourt se situe sur l’ancienne voie romaine ralliant Paris à Beauvais[2].

La commune dépendait encore au XVIIIe siècle de l'Abbaye de Saint-Denis, aux termes d'un acte confirmatif de Charlemagne daté du 26 juin 775 et rédigé à Quierzy-sur-Oise. Une partie du territoire dépendait alors du comté de Beauvais, et une autre du comté de Clermont-en-Beauvaisis[2].

L'activité économique du village était autrefois constituée par deux moulins à vent, une tabletterie, une usine de brosses-à-dents et un fabricant des carreaux de faïences[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'ancienne communauté de communes du pays de Thelle dans le département de l'Oise.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Noailles[5]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Chaumont-en-Vexin.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la Communauté de communes du pays de Thelle, créée en 1996.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[6], le préfet de l'Oise a publié en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, qui prévoit la fusion de plusieurs intercommunalités, et en particulier de la communauté de communes du Pays de Thelle et de la communauté de communes la Ruraloise, formant ainsi une intercommunalité de 42 communes et de 59 626 habitants[7],[8].

La nouvelle intercommunalité, dont est membre la commune et dénommée provisoirement Communauté de communes du Pays de Thelle et Ruraloise, est créée par un arrêté préfectoral du qui a pris effet le [9].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Le résultat de l'élection présidentielle de 2012 dans cette commune est le suivant[10]

Candidat Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Eva Joly (EÉLV) 11 2,33
Marine Le Pen (FN) 132 27,97
Nicolas Sarkozy (UMP) 153 32,42 245 55,18
Jean-Luc Mélenchon (FG) 29 6,14
Philippe Poutou (NPA) 4 0,85
Nathalie Arthaud (LO) 2 0,42
Jacques Cheminade (SP) 0 0,00
François Bayrou (MoDem) 44 9,32
Nicolas Dupont-Aignan (DLR) 6 1,27
François Hollande (PS) 91 19,28 199 44,82
Inscrits 579 100,00 579 100,00
Abstentions 100 17,27 98 16,93
Votants 479 82,73 481 83,07
Blancs et nuls 7 1,46 37 7,69
Exprimés 472 98,54 444 92,31

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
 ? 1941 M. Crapet   Révoqué par le Gouvernement de Vichy[11]
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2014 Pierre Desliens DVG Retraité
2014[12] en cours
(au 22 juillet 2016)
Jean-Jacques Antheaume   Chef d'entreprise

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 756 habitants, en diminution de -1,43 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
350 324 347 388 416 406 408 453 452
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
475 450 494 482 462 485 456 448 454
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
438 423 404 369 364 361 352 407 389
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
380 409 441 522 678 670 721 767 756
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [15].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007
Pyramide des âges à Abbecourt en 2007 en pourcentage[16].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
3,8 
75 à 89 ans
4,0 
12,7 
60 à 74 ans
12,6 
23,2 
45 à 59 ans
23,4 
23,2 
30 à 44 ans
22,4 
15,4 
15 à 29 ans
12,8 
21,6 
0 à 14 ans
24,7 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[17].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont scolarisés dans le cadre d'un regroupement pédagogique intercommunal qui rassemble Abbecourt et Saint-Sulpice (Oise), avec 3 classes en 2016 dans la commune, soit 72 élèves, et 119 élèves dans les classes de Saint-Sulpice[18].

Économie[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune n'a plus de commerces de proximité, mais accueille plusieurs artisans[2].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin.

Abbecourt ne compte aucun monument historique classé ou inscrit sur son territoire. On peut néanmoins noter :

  • Église Saint-Martin, rue de l'Église, à l'extrémité sud du village : toujours entourée de son cimetière, l'église se compose d'une nef romane du début du XIIe siècle ; d'un transept dont la croisée très remaniée semble contemporaine, et dont les deux croisillons ont été construits au XVIe siècle ; d'un clocher contemporain se dressant au-dessus de la croisée du transept ; et d'un chœur à pans coupés de la fin du XVIe siècle. Avant les remaniements du XVIe siècle, pendant lesquels la base du clocher est voûtée d'ogives et pourvue de quatre arcades brisées, l'église ne comportait apparemment pas de transept. Le chœur était probablement en hémicycle ; les traces de l'ancienne arcade en plein cintre le reliant à la base du clocher restent visibles dans son mur oriental. Toutes les parties ajoutées au XVIe siècle manquent de caractère et n'affichent aucun style particulier. Ni les croisillons recouverts par des toits en appentis s'appuyant contre le clocher, ni le chœur ne sont voûtés. Le clocher est simplement percé de deux baies abat-son non décorées par face. C'est dans la nef que réside tout l'intérêt de l'église.
Elle n'a quasiment pas changé depuis les origines, abstraction faite du porche ajouté devant le portail occidental en 1862, qui initialement était décoré d'un cordon de billettes. Le mur du nord est le mieux conservé. Comme son homologue au nord, il est dépourvu de contreforts, des chaînages d'angle en pierre de taille devant suffire, et l'appareil est constitué de petits moellons grossièrement taillés. Les fenêtres sont au nombre de trois par mur ; de petites dimensions et en plein cintre, elles bénéficient d'un double ébrasement (un à l'extérieur et un vers l'intérieur) afin de maximiser la pénétration de la lumière malgré la taille réduite. Au XIe siècle, l'ébrasement extérieur n'était pas encore courant, ce qui permet une datation de la nef en l'absence de toute ornementation[19].
  • Ancien prieuré.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Abbecourt

Les armes d'Abbecourt se blasonnent ainsi :
d'argent à la fasce de gueules accompagnée de six merlettes de sable trois en chef et trois en pointe.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes d'Abbecourt sur Géoportail.
  2. a, b, c, d, e et f Alice Ancelin, « Abbecourt, un village perché près de Beauvais », L'Observateur de Beauvais, no 956,‎ , p. 25.
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Op. cité.
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989 (ISBN 2-85023-076-6), p. 1.
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  7. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale de l'Oise » [PDF], Préfecture de l'Oise,‎ (consulté le 23 octobre 2016), p. 13-25.
  8. D. L., « Oise : six collectivités fusionnent », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  9. « CC du Pays de Thelle et Ruraloise (N° SIREN : 200067973) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur,‎ .
  10. Ministère de l'Intérieur - Oise (Picardie), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Abbecourt » (consulté le 16 juin 2014)
  11. Pierre Pucheu, « Arrêté ministériel portant démission d'office », Journal officiel de l’État français, no 288,‎ , p. 4562 (lire en ligne) sur Gallica.
  12. « Fiche commune : Abbecourt », Union des maires de l'Oise (consulté le 22 août 2014)
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  16. « Evolution et structure de la population à Abbecourt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 juillet 2010)
  17. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 juillet 2010)
  18. « Le point sur leur rentrée : nouvelle classe, nouvelle directrice et sécurité : Rentrée sans encombre dans le RPI de ces deux communes. A Abbecourt, les élèves de CM1 ont découvert leur nouvelle classe. A St-Sulpice, on ne badine pas avec la sécurité », L'Observateur de Beauvais, no 965,‎ , p. 27.
  19. Dominique Vermand, Églises de l'Oise : Canton de Noailles, Pays de Bray, Pays de Thelle et Vallée de Thérain, Beauvais, Conseil général de l'Oise, avec le concours de l’Office de tourisme du pôle Vexin-Sablons-Thelle, s.d., 32 p., p. 6.