Abbecourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Abbecourt
Abbecourt
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Intercommunalité CC Thelloise
Maire
Mandat
Jean-Jacques Anthéaume
2020-2026
Code postal 60430
Code commune 60002
Démographie
Gentilé Abbecourtois
Population
municipale
807 hab. (2019 en augmentation de 5,77 % par rapport à 2013)
Densité 108 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 21′ 23″ nord, 2° 09′ 34″ est
Altitude Min. 77 m
Max. 150 m
Superficie 7,44 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Chaumont-en-Vexin
Législatives 2e circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Abbecourt
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Abbecourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Abbecourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Abbecourt
Liens
Site web abbecourt.fr

Abbecourt est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Ambiance du village.

Abbecourt est un village périurbain du Pays de Thelle dans l'Oise, situé à 10 km au sud-est de Beauvais, 37 km au nord de Pontoise et à une soixantaine au nord de Paris.

Il est desservi par l'ancienne Route nationale 1.

Une chaussée Brunehaut limite le territoire communal à l'ouest.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Abbecourt[1]
Warluis
Saint-Sulpice (Oise) Abbecourt[1]
Hodenc-l'Évêque Ponchon

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le ruisseau de Ponchon[2], qui se jette dans leSilet à Berthecourt. C'est donc un sous-affluent de la Seine par le Thérain.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,5 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 707 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 10,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,4 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Beauvais-Tillé », sur la commune de Tillé, mise en service en 1944[9] et qui se trouve à 12 km à vol d'oiseau[10],[Note 4], où la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,6 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Abbecourt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[14],[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire regroupe 1 929 communes[17],[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (84 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (89,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (64,5 %), prairies (11,3 %), forêts (10,6 %), zones agricoles hétérogènes (8,2 %), zones urbanisées (5,4 %)[19].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[20].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 352, alors qu'il était de 329 en 2013 et de 306 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 90,3 % étaient des résidences principales, 2,2 % des résidences secondaires et 7,5 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 94,5 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 3,9 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Abbecourt en 2018 en comparaison avec celle de l'Oise et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (2,2 %) inférieure à celle du département (2,5 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 84,8 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (88,6 % en 2013), contre 61,4 % pour l'Oise et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Abbecourt en 2018.
Typologie Abbecourt[I 1] Oise[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 90,3 90,4 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 2,2 2,5 9,7
Logements vacants (en %) 7,5 7,1 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ambrico-Curtis en 775[réf. nécessaire], puis Abbecort en 1239[2].

Il s'agit d'une formation en -court, caractéristique du haut Moyen Âge et du nord de la France. Le mot court (curt, cort en ancien français) avait autrefois le sens de « cour de ferme, ferme, domaine rural » (parallèle au mot germanique hof cf. allemand Hof « cour, ferme »). Il est issu du bas latin cōrtem[21], ou gallo-roman CŌRTE, issus du latin classique cohors, cohortis. Le mot « cour » qui en procède, a une orthographe différente par analogie avec le latin curia.

Il est généralement précédé d'un nom de personne germanique au cas régime, mais ici ce n'est pas le cas comme le montrent les formes anciennes : il s'agit du bas latin abbas[22], abbatis « abbé », comprendre gallo-roman ABBATE qui a régulièrement abouti à abbé en français, d'où le sens global de « domaine rural de l'abbé ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Abbecourt se situe sur l’ancienne voie romaine ralliant Paris à Beauvais[2].

La commune dépendait encore au XVIIIe siècle de l'abbaye de Saint-Denis, aux termes d'un acte confirmatif de Charlemagne daté du et rédigé à Quierzy-sur-Oise. Une partie du territoire dépendait alors du comté de Beauvais, et une autre du comté de Clermont-en-Beauvaisis[2].

L'activité économique du village était autrefois constituée par deux moulins à vent, une tabletterie, une usine de brosses à dents et un fabricant des carreaux de faïences[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Noailles[23]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Chaumont-en-Vexin.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes du pays de Thelle, créée en 1996.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du , qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[24], le préfet de l'Oise a publié en un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, qui prévoit la fusion de plusieurs intercommunalités, et en particulier de la communauté de communes du Pays de Thelle et de la communauté de communes la Ruraloise, formant ainsi une intercommunalité de 42 communes et de 59 626 habitants[25],[26].

La nouvelle intercommunalité, dont est membre la commune et dénommée provisoirement communauté de communes du Pays de Thelle et Ruraloise, est créée par un arrêté préfectoral du qui a pris effet le [27], puis sa dénomination définitive de .communauté de communes Thelloise.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Au second tour de l'élection présidentielle de 2012 245 électeurs de cette commune (55,18 %) ont voté pour Nicolas Sarkozy (UMP) et 199 (44,82 %) pour François Hollande (PS). L'abstention s'est élevée à 16,93 %[28] :

Au second tour de l'élection présidentielle de 2017,234 électeurs (52 %) ont voté Emmanuel Macron (EM) et 216 (18,00 %) pour Marine Le Pen (FN). 22,34 % des électeurs se sont abstenus[29].

Lors des élections européennes de 2019, le taux de participation d’Abbecourt est supérieur à la moyenne (51,21 % contre 50,12 %). La liste du Rassemblement National arrive en tête avec 33,02 % des suffrages exprimés, contre 23,31 % au niveau national. La liste de La République en Marche obtient 17,13 % des voix, contre 22,41 % au niveau national. La liste d’Europe-Écologie-Les Verts y réalise un score de 13,71 % des voix, soit un score quasiment identique à son score national de 13,48 % des suffrages. La liste des Républicains obtient 9,66 % des suffrages exprimés contre 8,48 % au niveau national. Les listes des autres partis obtiennent des scores inférieurs à 5 % des voix[30],[31].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1941 M. Crapet   Révoqué par le Gouvernement de Vichy[32]
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2014 Pierre Desliens DVG Retraité
Président de la CC Thelloise (2020 → )
2014[33] En cours
(au 7 septembre 20216)
Jean-Jacques Anthéaume   Chef d'entreprise
Réélu pour le mandat 2020-2026[34]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont scolarisés dans le cadre d'un regroupement pédagogique intercommunal qui rassemble Abbecourt et Saint-Sulpice (Oise), avec trois classes en 2016 dans la commune, soit 72 élèves, et 119 élèves dans les classes de Saint-Sulpice[35].

La maison des Jeunes .

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[36]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[37].

En 2019, la commune comptait 807 habitants[Note 7], en augmentation de 5,77 % par rapport à 2013 (Oise : +1,72 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
350324347388416406408453452
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
475450494482462485456448454
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
438423404369364361352407389
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
380409441522678670721752767
2014 2019 - - - - - - -
756807-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[38].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 37,3 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 25,0 % la même année, alors qu'il est de 22,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 397 hommes pour 400 femmes, soit un taux de 50,19 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,11 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[39]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
0,2 
5,2 
75-89 ans
6,9 
18,4 
60-74 ans
18,8 
19,9 
45-59 ans
21,7 
17,4 
30-44 ans
16,3 
18,4 
15-29 ans
17,5 
20,2 
0-14 ans
18,5 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2018 en pourcentage[40]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,3 
75-89 ans
7,5 
15,1 
60-74 ans
15,8 
20,9 
45-59 ans
20,1 
19,5 
30-44 ans
19,4 
17,9 
15-29 ans
16,5 
20,8 
0-14 ans
19,4 

Économie[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune n'a plus de commerces de proximité, mais accueille plusieurs artisans[2].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin.

Abbecourt ne compte aucun monument historique classé ou inscrit sur son territoire. On peut néanmoins noter :

  • Église Saint-Martin, rue de l'Église, à l'extrémité sud du village : toujours entourée de son cimetière, l'église se compose d'une nef romane du début du XIIe siècle ; d'un transept dont la croisée très remaniée semble contemporaine, et dont les deux croisillons ont été construits au XVIe siècle ; d'un clocher contemporain se dressant au-dessus de la croisée du transept ; et d'un chœur à pans coupés de la fin du XVIe siècle. Avant les remaniements du XVIe siècle, pendant lesquels la base du clocher est voûtée d'ogives et pourvue de quatre arcades brisées, l'église ne comportait apparemment pas de transept. Le chœur était probablement en hémicycle ; les traces de l'ancienne arcade en plein cintre le reliant à la base du clocher restent visibles dans son mur oriental. Toutes les parties ajoutées au XVIe siècle manquent de caractère et n'affichent aucun style particulier. Ni les croisillons recouverts par des toits en appentis s'appuyant contre le clocher, ni le chœur ne sont voûtés. Le clocher est simplement percé de deux baies abat-son non décorées par face. C'est dans la nef que réside tout l'intérêt de l'église.
Elle n'a quasiment pas changé depuis les origines, abstraction faite du porche ajouté devant le portail occidental en 1862, qui initialement était décoré d'un cordon de billettes. Le mur du nord est le mieux conservé. Comme son homologue au nord, il est dépourvu de contreforts, des chaînages d'angle en pierre de taille devant suffire, et l'appareil est constitué de petits moellons grossièrement taillés. Les fenêtres sont au nombre de trois par mur ; de petites dimensions et en plein cintre, elles bénéficient d'un double ébrasement (un à l'extérieur et un vers l'intérieur) afin de maximiser la pénétration de la lumière malgré la taille réduite. Au XIe siècle, l'ébrasement extérieur n'était pas encore courant, ce qui permet une datation de la nef en l'absence de toute ornementation[41].
  • Ancien prieuré.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Abbecourt Blason
D'argent à la fasce de gueules accompagnée de six merlettes de sable trois en chef et trois en pointe.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[5].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Communes limitrophes d'Abbecourt » sur Géoportail..
  2. a b c d e et f Alice Ancelin, « Abbecourt, un village perché près de Beauvais », L'Observateur de Beauvais, no 956,‎ , p. 25.
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  9. « Station météofrance Beauvais-Tillé - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Abbecourt et Tillé », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  20. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  21. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  22. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989 (ISBN 2-85023-076-6), p. 1.
  23. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  25. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale de l'Oise » [PDF], Préfecture de l'Oise, (consulté le ), p. 13-25.
  26. D. L., « Oise : six collectivités fusionnent », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  27. « CC du Pays de Thelle et Ruraloise (N° SIREN : 200067973) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, .
  28. Ministère de l'Intérieur - Oise (Picardie), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Abbecourt » (consulté le ).
  29. Ministère de l'Intérieur - Oise (Hauts-de-France), « Résultats de l'élection présidentielle de 2017 à Abbecourt » (consulté le ).
  30. « Abbecourt : Découvrez les résultats des élections Européennes 2019 », sur LCI (consulté le ).
  31. Proclamation des résultats de l'élection des représentants au Parlement européen au Journal officiel de la République française, no 125, , (consulté le ).
  32. Pierre Pucheu, « Arrêté ministériel portant démission d'office », Journal officiel de l’État français, no 288,‎ , p. 4562 (lire en ligne) sur Gallica.
  33. « Fiche commune : Abbecourt », Union des maires de l'Oise (consulté le ).
  34. « Compte-rendu de la réunion du conseil municipal du 26 mai 2020 » [PDF], Comptes rendus du conseil, sur https://abbecourt.fr (consulté le ).
  35. « Le point sur leur rentrée : nouvelle classe, nouvelle directrice et sécurité : Rentrée sans encombre dans le RPI de ces deux communes. A Abbecourt, les élèves de CM1 ont découvert leur nouvelle classe. A St-Sulpice, on ne badine pas avec la sécurité », L'Observateur de Beauvais, no 965,‎ , p. 27.
  36. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  37. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  38. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  39. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Abbecourt (60002) », (consulté le ).
  40. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Oise (60) », (consulté le ).
  41. Dominique Vermand, Églises de l'Oise : Canton de Noailles, Pays de Bray, Pays de Thelle et Vallée de Thérain, Beauvais, Conseil général de l'Oise, avec le concours de l’Office de tourisme du pôle Vexin-Sablons-Thelle, s.d., 32 p., p. 6.