Plainval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Plainval
Plainval
L'église Saint-Nicolas et le monument aux morts.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Clermont
Canton Saint-Just-en-Chaussée
Intercommunalité Communauté de communes du Plateau Picard
Maire
Mandat
Philippe Tourte
2014-2020
Code postal 60130
Code commune 60495
Démographie
Population
municipale
401 hab. (2016 en augmentation de 8,09 % par rapport à 2011)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 31′ 48″ nord, 2° 26′ 29″ est
Altitude Min. 92 m
Max. 131 m
Superficie 9,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Plainval

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Plainval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plainval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plainval
Liens
Site web http://www.plainval.fr/

Plainval est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est un village du plateau picard jouxtant au nord Saint-Just-en-Chaussée. Elle est desservie par l'ancienne RN 38 (actuelle RD 938).

Le territoire communal est traversé par la ligne de Paris-Nord à Lille et l'était par la ligne de Saint-Just-en-Chaussée à Douai (dont on voit encore le tracé sur les photos aériennes) et par la ligne Estrées-Saint-Denis - Froissy - Crèvecœur-le-Grand, un ancien chemin de fer secondaire du réseau départemental de l'Oise.

La gare la plus proche est la gare de Saint-Just-en-Chaussée.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes de Plainval sont Brunvillers-la-Motte, Quincampoix, Trémonvilliers, Saint-Juste-en-Chaussée, Le Plessier-sur-Saint-Just, Maignelay-Montigny et Ravenel.

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La commune compte les hameaux de Lèvremont et de la Fosse Thibault.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par l'Arré, affluent de la rive gauche de Brêche, et sous-affluent de la Seine par l'Oise.

Habitat[modifier | modifier le code]

Le village compte en 2014 162 logements, contre 137 en 2009, essentiellement constituées par des maisons individuelles. Cinq de ces logements sont, en 2014, des résidences secondaires[1].

Afin de sauvegarder la classe d'école partagée avec les habitants du Plessis-sur-Saint-Just, 23 logements sociaux s'ajoutent en 2017 aux 21 préexistants, de manière à attirer des familles avec enfants[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Un important sanctuaire gaulois enclos d'un fossé large et profond a été édifié sur un point haut du paysage entre Saint-Just et Plainval au cours du second âge du fer (450 à 50 avant notre ère) et existait avant et après la guerre des Gaules. Des fondations de bâtiments, des caves et des puits ont été découverts lors de fouilles menées dès les années 1970[3].

Louis Graves indiquait vers 1840 :

« La terre de Plainval était possédée, au XVe siècle, par la maison de Grouchy, d’où elle passa successivement à celles de Blottefière et de la Viefville. Elle appartint, depuis 1791, à M. Boulard, notaire à Paris, auquel a succédé un de ses fils, ancien membre de la chambre des députés.

« Il y avait un manoir fortifié au milieu du village

« La cure de Plainval, sous le titre de Saint-Nicolas, était conférée par l’évêque de Beauvais ; la paroisse de Brunvillers-Lamotte en faisait partie à une époque fort reculée. C’est aujourd’hui une succursale.

« L’église est un bâtiment moderne, en pierres de taille, humide, lambrissé, couvert en tuile ; on a ajouté, en 1686, un collatéral au côté nord. Le clocher, construit en pierre dans l’année 1730, terminé par un chapeau d’ardoise, est placé à l’extrémité de la nef ; la porte est latérale »

— Louis Graves : Précis statistique sur le canton de Saint-Just-en-Chaussée[4]

.

La commune disposait de 1891 à 1948 d'une halte sur la ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique reliant Estrées-Saint-Denis à Saint-Just-en-Chaussée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1942 dans l'arrondissement de Clermont du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la première circonscription de l'Oise.

Elle fait partie depuis 1793 du canton de Saint-Just-en-Chaussée[5]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est toujours membre, est modifié, passant de 29 à 84 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes du Plateau Picard, créée fin 1999.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

À la suite de vacances, des élections municipales partielles ont été organisées le 4 février 2018 pour élire 5 nouveaux conseillers municipaux. Ces élections ont été annulées à la suite d'une erreur du maire, qui a déclaré élus les candidats ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages, alors que, n'ayant pas recueilli un nombre de suffrage supérieur au quart des inscrits, un second tour aurait du être organisé. Un nouveau scrutin est organisé le 17 juin 2018[6].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    M. Boullard   Conseiller général de Saint-Just-en-Chaussée (1868 → 1871)
avant 1928 après 1928 Stéphane Lardenois    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 ? Jacques Herzig DVG[8]  
2008 ? En cours
(au 24 avril 2018)
Philippe Tourte   Agriculteur retraité
Réélu pour le mandat 2014-2020[9]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11].

En 2016, la commune comptait 401 habitants[Note 1], en augmentation de 8,09 % par rapport à 2011 (Oise : +2,22 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
419393398402382378368358341
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
342340268298342346345356317
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
290262279329332297252296348
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
295287257265278318343347350
2013 2016 - - - - - - -
404401-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune était relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,9 %) était en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune était supérieure à la population masculine. Le taux (50,3 %) était du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge était , en 2007, la suivante :

  • 49,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 27 %, 15 à 29 ans = 15,5 %, 30 à 44 ans = 20,1 %, 45 à 59 ans = 22,4 %, plus de 60 ans = 14,9 %) ;
  • 50,3 % de femmes (0 à 14 ans = 19,9 %, 15 à 29 ans = 22,2 %, 30 à 44 ans = 21,6 %, 45 à 59 ans = 21,6 %, plus de 60 ans = 14,8 %).
Pyramide des âges à Plainval en 2007 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
5,7 
75 à 89 ans
9,1 
9,2 
60 à 74 ans
5,7 
22,4 
45 à 59 ans
21,6 
20,1 
30 à 44 ans
21,6 
15,5 
15 à 29 ans
22,2 
27,0 
0 à 14 ans
19,9 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Équipements municipaux[modifier | modifier le code]

La municipalité a étendu la mairie en 2016 en créant l'espace communal de Plainval, dénommé Marcel et Olivier Dassault, et qui comprend les nouvelles salles des fêtes et du conseil municipal. Cet équipement de près de 450 000  a été subventionné à 70 %[15].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Nicolas : l'un des Collatéraux date de 1686, le clocher fut édifié en 1730. Sur le contrefort gauche de la porte latérale, deux cadrans solaires sont superposés. L'intérieur est lambrissé avec une voûte en berceau en plâtre.
  • Château : il fut construit à la fin du XVIe siècle
  • Chapelle dans le cimetière près de la ferme de Lèvremont, construite par M. Boulard et érigée en oratoire particulier en 1847[16]
  • Stèle à la 4e division d'infanterie coloniale (juin 1940)
  • Chemins de randonnée et le tour de ville permettent de découvrir la campagne environnante.

En 2017, un agriculteur a décidé de planter dans une de ses parcelles des arbres truffiers afin de récolter des truffes vers 2020, une culture inhabituelle dans l'Oise[17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Recensement général de la population 2014, tableau LOG T2.
  2. Mickaël Sizine, « Oise : construire des HLM pour rebooster l’activité des villages », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2018).
  3. « Plainval - Le sanctuaire gaulois et gallo-romain de Saint-Just-en-Chaussée : À Saint-Just-en-Chaussée, Oise, la recherche picarde a été pionnière en dévoilant dès les années 1970 l'existence de lieux de culte gaulois antérieurs à la Conquête », Actualités de l'Inrap, sur https://www.inrap.fr/, (consulté le 29 avril 2018).
  4. Précis statistique sur le canton de Saint-Just-en-Chaussée, arrondissement de Clermont (Oise) , Beauvais, Achille Desjardins, 1835.
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Anne Kanaan, « Prochain rendez-vous aux urnes à Plainval, le 17 juin : Les élections du 4 février ont été annulées par le Tribunal administratif d'Amiens », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2018).
  7. « Les maires de Plainval », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 1er mai 2018).
  8. Annuaire des Mairies de l'Oise (60), EIP (ISBN 9782352581604, lire en ligne)
  9. « Plainval », Cartes de France (consulté le 21 septembre 2014)
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. « Évolution et structure de la population à Plainval en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 novembre 2010)
  14. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 novembre 2010)
  15. « Plainval : un espace communal tout neuf : Dimanche, l'espace communal de Plainval a été inauguré. Grand de 155 m², il comprendra la nouvelle salle des fêtes et celle du conseil municipal », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2018).
  16. « Ordonnance du Roi du 24 février 1847 », Bulletin des lois du Royaume de France, no 900,‎ , p. 792 (lire en ligne, consulté le 1er mai 2018) sur Google books.
  17. Julien Heyligen, « Oise : il a planté 2 000 arbres pour récolter… des truffes : Romain Swenen, agriculteur à Plainval, s’est lancé dans cette culture atypique. Il espère récolter ses premiers précieux champignons en 2020 », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2018).