Troussures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le village. Pour la Ferme de Troussures, voir Ferme de Troussures.
Troussures
Vue aérienne de Troussures.
Vue aérienne de Troussures.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Beauvais-2
Intercommunalité Communauté de communes du Vexin Thelle
Commune Auneuil
Maire délégué Gisèle Le Gall
2017-2020
Code postal 60390
Code commune 60649
Démographie
Population 184 hab. (2014 en diminution de 2,65 % par rapport à 2009)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 23′ 24″ nord, 1° 58′ 25″ est
Altitude Min. 97 m
Max. 231 m
Superficie 5,18 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Auneuil
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 15.svg
Troussures

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 15.svg
Troussures

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Troussures

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Troussures

Troussures est une ancienne commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France. Elle se trouve dans le pays de Bray, à quelques kilomètres d'Auneuil et dans l'aire urbaine de Beauvais.

Depuis le , Troussures est rattachée à la commune d'Auneuil et elle est devenue une commune déléguée sous le régime de la commune nouvelle[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Villes proches de Troussures : Villers-Saint-Barthélemy à 1,9 km, Auneuil à 2,4 km, Rainvillers à 2,8 km, Saint-Léger-en-Bray à 3,4 km, Le Vauroux à 3,8 km, La Houssoye à 4,2 km, Ons-en-Bray à 4,8 km, Saint-Paul à 5,1 km, Aux-Marais à 5,9 km, Villotran à 5,9 km.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Troussures est attesté sous la forme Trussurius en 1078, puis Trossures en 1118. Plusieurs hypothèses ont été émises pour l'expliquer par l'ancien français :

  • De torseüre « ce qui est troussé », en fagot, ce qui évoquerait un défrichement.
  • De torsure « repli de terrain ».
  • De trosseure, troussure « charge, paquet, objet volumineux », en rapport avec un entrepôt, un point de chargement. [2]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Façade de la mairie de Troussures.
Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
vers 1865   M. Warée    
Les données manquantes sont à compléter.
2001 mars 2008 Bernard Muller    
mars 2008 Gisèle Le Gall   Réélue pour le mandat 2014-2020[4]

Liste des maires déléguées[modifier | modifier le code]

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
en cours
(au 11 janvier 2017)
Gisèle Le Gall    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1836. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2014, la commune comptait 184 habitants[Note 1], en diminution de 2,65 % par rapport à 2009 (Oise : +2,14 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876
205 189 191 190 186 165 150 169 160
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
166 162 164 171 154 150 129 112 132
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
116 117 130 127 116 105 96 105 142
1999 2005 2010 2014 - - - - -
153 189 189 184 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (13,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,3 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,5 %, 15 à 29 ans = 19,6 %, 30 à 44 ans = 20,6 %, 45 à 59 ans = 25,8 %, plus de 60 ans = 16,5 %) ;
  • 48,7 % de femmes (0 à 14 ans = 21,7 %, 15 à 29 ans = 19,6 %, 30 à 44 ans = 22,8 %, 45 à 59 ans = 25 %, plus de 60 ans = 10,9 %).
Pyramide des âges à Troussures en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
1,1 
6,2 
75 à 89 ans
2,2 
10,3 
60 à 74 ans
7,6 
25,8 
45 à 59 ans
25,0 
20,6 
30 à 44 ans
22,8 
19,6 
15 à 29 ans
19,6 
17,5 
0 à 14 ans
21,7 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments remarquables[modifier | modifier le code]

La commune contient deux objets classés à l'inventaire des monuments historiques et un lieu répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[11] : le jardin d'agrément du château[12].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Le château de Troussures en décembre 2015.
  • L'église Notre-Dame, détruite par la foudre, a été rebâtie au XVIe siècle. On y a retrouvé deux objets remarquables :
    • une statue en bois représentant la Vierge à l'Enfant (de hauteur 36,5 cm), classée depuis le 5 novembre 1912. Datée du XVe siècle, elle a été restaurée et conservée au musée départemental de l'Oise sous le numéro d'inventaire 75.77 ;
    • une seconde statue en bois représentant la Vierge à l'Enfant (de hauteur 101 cm), classée depuis le 15 avril 1966[13]. Datée du début du XVIe siècle, elle a été restaurée et déposée par la commune au musée départemental de l'Oise le 5 mars 1975. Elle porte le numéro d'inventaire 75.52.
  • L'ancien château de Troussures, détruit en 1874, a été rebâti par Ludovic Le Caron de Troussures (1829-1914) dans un style néo Louis XIII [14]. Il comportait à l'origine une aîle aménagée pour accueillir la bibliothèque de son commanditaire, à l'époque la plus importante bibliothèque privée du beauvaisis. Cette bibliothèque fut dispersée en plusieurs ventes publiques, à partir de 1909. En même temps que le château, fut construite une chapelle, dont la crypte abrite les dépouilles entre autres de Marie-Ferdinand Le Caron de Troussures[15] zouave pontifical, puis Volontaire de l'Ouest, tué héroïquement à la bataille de Loigny le 2 décembre 1870, dont le vitrail central du chœur commémore le martyre[16], et des pères Bernard Taillefer et Paul Doncœur[17]. Une nouvelle chapelle[18] a été construite, à l'emplacement de l'ancienne bibliothèque du château, au début des années 2000 par l'architecte Michel Macary, l'un des architectes du Stade de France[19]. Après sa vente par la famille Le Caron de Troussures, le château est successivement occupé par les jésuites dont le P. Doncœur qui en fait à partir de 1938 une maison de formation et de retraites spirituelles, puis il abrite les équipes Notre-Dame du P. Caffarel qui le rebaptise en maison de prières. Le prieuré accueille depuis Pâques 1997[20] la communauté Saint-Jean avec des frères[21] qui y organisent des retraites et des sessions, et une communauté de sœurs contemplatives. La communauté occupe également l'ancienne ferme du château à l'entrée du village et a fait construire une annexe, la maison Montjoie. L'ensemble porte le nom de prieuré Notre-Dame-de-Cana.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Garnerus, Hugo, Raoul[22], Hugo, Gauthier, Raoul, Hugues et Jean de Trussuris, seigneurs de Troussures.
  • Famille Le Caron de Troussures[23].
  • Ludovic Le Caron, comte de Troussures, qui avait réuni au château une importante collection de lettres autographes (de Bossuet, Fénelon, Bourdaloue, l'abbé de Rancé, etc.)[24].
  • Paul Doncœur (1880-1961), jésuite, pionnier du scoutisme, mort et enterré à Troussures à la crypte de la chapelle du château.
  • Henri Caffarel (1903-1996), prêtre catholique, fondateur du prieuré Notre-Dame-de-Cana, des Équipes Notre-Dame et des ex-éditions du feu nouveau à Troussures, où il est enterré au cimetière.
  • Alain Marc, poète, écrivain et essayiste.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Troussures

Les armes de Troussures se blasonnent ainsi :

De gueules à la fasce d’argent chargée de trois merlettes de sable

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. « recueil des actes administratifs de l'Oise » (consulté le 11 janvier 2017).
  2. Maurice Lebègue, Les noms de communes du département de l'Oise., Amiens, Société de Linguistique Picarde, , 234 p., p. 208
  3. « Les maires de Troussures », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 21 octobre 2014)
  4. « J. C. Paillart réélu maire », L'Observateur de Beauvais, no 836,‎ , p. 12 (ISSN 1287-7565)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  9. « Évolution et structure de la population à Troussures en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 novembre 2010).
  10. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 novembre 2010).
  11. « Troussures », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Jardin d'agrément du château de Troussures », notice no IA60001492, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Portail des collections et des musées de France Joconde et Archives photographiques de la base Mémoire sur le site de la médiathèque de l'architecture et du patrimoine lors de la restauration.
  14. Philippe Seydoux, Châteaux et Gentilhommières des Pays de l'Oise, tome 1, Paris, Editions de La Morande, , p. 26-27 & 273
  15. « Marie Ferdinand Le Caron de Troussures, chef de bataillon mort en 1870 », sur le site personnel de Jacques Seynaeve (consulté le 30 août 2013).
  16. Christian du Passage & Guy de Bodman, Essai sur la descendance collatérale de Louis du Passage, chevalier de Malte en 1646, Rouen, l'auteur, , 472 p., p. 353-355 & 423-424
  17. « Photo de la crypte », sur le site personnel de Jacques Seynaeve (consulté le 30 août 2013).
  18. « Photo de la nouvelle chapelle », sur le site de l'association « Enjeux de l’étude du christianisme des origines » (Eecho) (consulté le 30 août 2013).
  19. « Les réalisations de Michel Macary », sur le site de l'entreprise allemande Wilhelm Ernst & Sohn (consulté le 30 août 2013).
  20. Page du prieuré sur le site de la Communauté Saint-Jean
  21. « page d'accueil », sur le site de la communauté Saint-Jean de Troussures (consulté le 30 août 2013).
  22. Autorisation de construction de la chapelle de Troussures en l'an 1125.
  23. Voir et dérouler les liens de parenté à partir de Jean Le Caron de Troussures et dont Marie Ferdinand Le Caron de Troussures, mort au combat en Eure & Loir, a été inhumé en 1870 dans la crypte de la chapelle du château de Troussures.
  24. Voir respectivement les mentions dans les Mémoires de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, les « Lettres inédites de Bossuet, Fénelon, Bourdaloue et l'abbé de Rancé », la compilation de ressources historiques du Beauvaisis du XIIe au XVIIIe siècle de la collection Bucquet-Aux-Cousteaux[PDF] et les Lettres autographes de la collection de Troussures.