Ressons-l'Abbaye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ressons (homonymie).
Ressons-l'Abbaye
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Chaumont-en-Vexin
Intercommunalité Communauté de communes des Sablons
Commune La Drenne
Statut Commune déléguée
Maire délégué Maurice de Koninck
2017-2020
Code postal 60790
Code commune 60532
Démographie
Population 118 hab. (2014)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 18′ 10″ nord, 2° 05′ 20″ est
Altitude Min. 154 m – Max. 222 m
Superficie 5,43 km2
Historique
Date de fusion
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 15.svg
Ressons-l'Abbaye

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

Voir sur la carte topographique des Nord-Pas-de-Calais-Picardie
City locator 15.svg
Ressons-l'Abbaye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Ressons-l'Abbaye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Ressons-l'Abbaye

Ressons-l'Abbaye est une ancienne commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Depuis le , Ressons-l'Abbaye est devenue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de La Drenne avec Le Déluge et La Neuville-d'Aumont.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Attestations anciennes : Resons vers 1170, Ressons 1184, Reisons 1191, Roisuns 1198, Ressons XIIe siècle, Raissons 1206, de Ressuns 1212.

Un rapprochement s'impose avec le nom de deux autres communes situées également en Picardie : Ressons-le-Long (Aisne, Ressontius 872, Reisons 1192) et Ressons-sur-Matz (Oise, Ressonto 587, Rosonto vers 679, Ressontum, Rossontus VIIe siècle, Resontium 658, Rossontum Xe siècle, Resons 1165), plus riches en formes anciennes. À cette série, on peut ajouter Resson (Aube, Rosuntum avant 854) et Rançon (Seine-Maritime, Rosontio 829, Resentio 1025 - 1026).

Origine du nom : *Rosontio ou *Resontio. Le second élément s'explique par le suffixe gaulois -ontio, que l'on observe dans d'autres formations toponymiques comme Lihons (Somme, Leontium 1100). Le premier élément est plus difficile à déterminer : Ernest Nègre ne tient pas compte des formes en Ros- qui apparaissent conjointement avec les formes en Res- et explique cet élément par le nom de personne gaulois Ressius (GPN 250). François de Beaurepaire compare avec le type toponymique *Rosbakiz, issu du germanique, et signifiant « ruisseau aux roseaux ».

Le terme raus > ros étant, par ailleurs, à l'origine du français ros-el > roseau. En effet, *Rosbakiz a indifféremment abouti à Robecq, Rebets, Rebecq, etc. On note la même évolution phonétique Ros- > Res-, sans doute liée au déplacement de l'accent, d'où [o] > [œ].

Ce terme serait donc similaire et représenterait donc un gallo-germanique *ros6. *Rosontio serait « un endroit où se trouv(ai)ent des roseaux ». Cette hypothèse présente l'avantage d'expliquer les mentions anciennes en Ros- et de relier entre eux plusieurs éléments, ainsi ce type toponymique n'est-il attesté qu'au nord de la France, de même que le terme rosel > roseau, qui n'est propre qu'à la langue d'oïl (comparer par exemple avec l'occitan canavèra « roseau » et canaveral « endroit couvert de roseau »).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Ressons, de l'ordre des Prémontrés, sise dans le Vexin français, dans le doyenné de Chaumon et l'archidiocèse de Rouen, n'était à l'origine qu'un prieuré. Il fut érigé en abbaye en 1125 et reconnut les anciens seigneurs d'Aumont pour ses principaux fondateurs et bienfaiteurs : ils y avaient, à ce titre, droit de sépulture.

La commune constituée lors de la Révolution française, est fugacement absorbée par celle de Le Déluge, entre 1827 et 1833[1].

Les communes du Déluge, de La Neuville-d’Aumont et de Ressons-l’Abbaye envisagent de se regrouper en 2017 pour former une commune nouvelle[2] afin de mutualiser leurs moyens et d’éviter pendant plusieurs années une baisse des dotations de l’État[3]. La décision de fusion et de création de La Drenne est prise par arrêté préfectoral de mai 2016 et prend effet le [4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La communauté de communes du pays de Thelle dans le département de l'Oise.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouvait dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle faisait partie de la troisième circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Noailles, puis au canton de Méru[1]avant d'être intégrée, dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, au canton de Chaumont-en-Vexin.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la Communauté de communes des Sablons, créée en 1996.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie-école de Ressons-l'Abbaye.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 décembre 2016 Maurice de Koninck[5]   agriculteur retraité
Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2017[6] en cours
(au 7 décembre 2016)
Maurice de Koninck SE agriculteur retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 118 habitants, en augmentation de 26,88 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
90 82 88 106 102 108 100 103 106
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
110 113 126 116 120 113 110 93 101
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
101 75 74 72 71 81 86 103 61
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 -
73 81 92 80 101 105 93 118 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006 [9].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,3 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (57 %) est supérieur de plus de deux points au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 43 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,5 %, 15 à 29 ans = 17,5 %, 30 à 44 ans = 22,5 %, 45 à 59 ans = 27,5 %, plus de 60 ans = 15 %) ;
  • 57 % de femmes (0 à 14 ans = 20,8 %, 15 à 29 ans = 20,8 %, 30 à 44 ans = 18,9 %, 45 à 59 ans = 18,9 %, plus de 60 ans = 20,8 %).
Pyramide des âges à Ressons-l'Abbaye en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
2,5 
75 à 89 ans
5,7 
12,5 
60 à 74 ans
15,1 
27,5 
45 à 59 ans
18,9 
22,5 
30 à 44 ans
18,9 
17,5 
15 à 29 ans
20,8 
17,5 
0 à 14 ans
20,8 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « Le Déluge, La Neuville-d’Aumont et Ressons-l’Abbaye vont fusionner », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  3. « Oise : la commune nouvelle s’appellera La Drenne », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  4. « Arrêté préfectoral du 27 mai 2016 portant création d'une commune nouvelle », Reccueil des actes administratifs de la préfecture de l'Oise, no 6,‎ , p. 7-8 (lire en ligne [PDF]).
  5. « Les maires élus et réélus avec les nouveaux conseils municipaux installés », L'Echo du Thelle, no 523,‎ , p. 12
  6. Patrick Caffin, « Christian Chorier, premier maire de la Drenne », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Évolution et structure de la population à Ressons-l'Abbaye en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  11. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  12. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Ressons-l'Abbaye, Paris, Éditions du Valhermeil, , 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 271-272.