Le Coudray-sur-Thelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Coudray-sur-Thelle
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Noailles
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Thelle
Maire
Mandat
Michel Le Tallec
2014-2020
Code postal 60430
Code commune 60165
Démographie
Population
municipale
520 hab. (2012)
Densité 138 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 18′ 24″ N 2° 07′ 29″ E / 49.3067, 2.124749° 18′ 24″ Nord 2° 07′ 29″ Est / 49.3067, 2.1247  
Altitude Min. 165 m – Max. 229 m
Superficie 3,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Picardie

Voir sur la carte administrative de Picardie
City locator 14.svg
Le Coudray-sur-Thelle

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Le Coudray-sur-Thelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Coudray-sur-Thelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Coudray-sur-Thelle

Le Coudray-sur-Thelle est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Coudray-sur-Thelle est situé sur le plateau du Thelle, à son extrémité nord. De l'extrémité de ce plateau, on aperçoit le vaste panorama au nord vers le Beauvaisis. La ligne de chemin de fer, qui sort de l'extrémité nord du tunnel du Coudray, contourne les « buttes de Caumont » pour se diriger vers la gare de Saint-Sulpice - Auteuil.

A la sortie nord du tunnel ferroviaire, un écoulement d'eau assez abondant sort du tunnel le long de la voie ferrée : en effet, le plateau du Thelle recueille l'eau de pluie qui s'inflitre et ressort par le tunnel. Autrefois, cette eau constituait une des sources principales du Sillet, petit ruisseau qui traverse Silly-Tillard. Cette source a été détournée lors de travaux SNCF de sur-voûtage du tunnel fragilisé par les creusements et travaux souterrains des Allemands en 1942 pour y stocker des trains de munitions ou de carburant de missiles V1.

Aujourd'hui ces infiltrations d'eau n'alimentent plus le Sillet, mais courent le long de la voie ferrée, en suivant la pente naturelle (pont de Caumont) pour aller vers Saint-Sulpice.

Communes limitrophes du Coudray-sur-Thelle[1]
Hodenc-l'Évêque Silly-Tillard
La Neuville-d'Aumont du Coudray-sur-Thelle[1]
Le Déluge Laboissière-en-Thelle

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune, alors nommée Le Coudray-Belle-Gueule, porte le nom de Le Coudray-la-Montagne[2]. Le nom de « Belle-Gueule » vient des profonds ravins au nord de la commune, appelés « goulées » ou « grandes goulées » qui ravinent depuis le bord du plateau du Thelle, versant nord face à la plaine du Beauvaisis.

En 1922, la commune change de nom au profit de Le Coudray-en-Thelle[réf. nécessaire], et se nomme aujourd'hui Le Coudray-sur-Thelle[2]. Le nom de Coudray vient de « coudrier » qui désigne la variété sauvage du noisetier. Toutes les pancartes des noms des rues représentent d'ailleurs cet arbuste, symbole du lieu.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune du Coudray-sur-Thelle a vu le creusement d'un tunnel ferroviaire vers 1880, afin de relier Méru à Beauvais en passant sous le haut plateau de Thelle. Ce tunnel est assez long et mesure 1 452 m. L'entrée sud, vers Parfondeval, est située sur la commune du Coudray, en bas de la rue du tunnel. La sortie nord, vers Beauvais, est isolée dans un cadre assez sauvage, face aux buttes de Caumont.

Lors de la seconde guerre mondiale, un camp militaire allemand a été édifié (camp « Robinson 1 »). À ce jour, des vestiges de ces constructions sont encore visibles dans les bois, dont le blockhaus qui abritait Hermann Goering lorsqu'il venait au Coudray.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 29 août 2014)
Michel Le Tallec   Retraité
Réélu pour le mandat 2014-2020[3]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 520 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
144 154 145 149 155 161 158 173 173
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
182 196 187 159 176 180 172 152 155
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
167 175 153 135 151 116 125 106 134
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
102 110 156 203 438 488 502 504 528
2012 - - - - - - - -
520 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (8,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,2 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 52,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,5 %, 15 à 29 ans = 23,7 %, 30 à 44 ans = 23,3 %, 45 à 59 ans = 26 %, plus de 60 ans = 7,6 %) ;
  • 47,8 % de femmes (0 à 14 ans = 25,8 %, 15 à 29 ans = 19,2 %, 30 à 44 ans = 20,8 %, 45 à 59 ans = 24,6 %, plus de 60 ans = 9,6 %).
Pyramide des âges à Le Coudray-sur-Thelle en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
0,8 
1,5 
75 à 89 ans
2,5 
5,7 
60 à 74 ans
6,3 
26,0 
45 à 59 ans
24,6 
23,3 
30 à 44 ans
20,8 
23,7 
15 à 29 ans
19,2 
19,5 
0 à 14 ans
25,8 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Mathurin.

Le Coudray-sur-Thelle ne compte aucun monument historique classé ou inscrit sur son territoire.

  • Église Saint-Mathurin : C'est un petit édifice d'une extrême simplicité, se composant d'un vaisseau unique non voûté, avec un chevet à pans coupés et un petit clocher en charpente assis sur l'extrémité occidentale du toit. Les murs sont en briques, assemblées pour former des motifs décoratifs simples, ce qui permet de situer la construction au XVIe ou XVIIe siècle. La charpente en carène renversée de la nef est le seul élément remarquable de l'église. Contemporaine de sa construction, elle présente des monstres avalant les entraits, et les sablières sont décorées de rinceaux, masques et animaux fantastiques[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Hermann Göring a séjourné au Coudray-en-Thelle à plusieurs reprises, à compter du 24 juin 1940, durant la Seconde Guerre mondiale, dans un blockhaus situé dans un endroit reculé du village. Il y avait établi son quartier général durant la bataille d'Angleterre. Son chef d'état major, Hans Jeschonneck, le secondait. Les Allemands avaient édifié dès 1940 un camp appelé « Robinson 1 » dirigé par le Hauptmann Hans Glismann. Il s'agissait d'un camp destiné aux commandements de la Luftwaffe et aux communications. De nombreux ouvrages édifiés dans les bois, et d'autres souterrains (notamment dans la zone interdite située à droite de la rue du Puits) ont été creusés. De nombreux souterrains existeraient encore dans cette zone, avec certains risques d'effondrement. Un abri souterrain profond de 20 mètres abritait un standard téléphonique performant. Quant à Goering, lors de ses venues, il logeait dans son luxueux train Asia sous le tunnel de la ligne de Beauvais au Tréport, dont l'extrémité à La Neuville-d'Aumont avait été bloquée. Les Allemands réquisitionnaient les fermes et le café-tabac du Coudray, ainsi que le presbytère de La Neuville-d'Aumont, village voisin du Coudray[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Vicogne, Le Coudray-sur-Thelle : Quartier général de Goering 1940-1944, Mairie du Coudray-en-Thelle,‎ 1994, 95 p. Disponible en mairie.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes du Coudray-sur-Thelle sur Géoportail.
  2. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. « Coudray-sur-Thelle », Cartes de France (consulté le 29 août 2014)
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012
  5. « Évolution et structure de la population à Le Coudray-sur-Thelle en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  6. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  7. Dominique Vermand, Églises de l'Oise : Canton de Noailles, Pays de Bray, Pays de Thelle et Vallée de Thérain, Beauvais,‎ s.d., 32 p., p. 15.
  8. Jean Vicogne, Le Coudray-sur-Thelle : Quartier général de Goering 1940-1944, Mairie du Coudray-en-Thelle,‎ 1994, 95 p.