Esquennoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Esquennoy
L'église Saint-Pierre et son clocher carré à coupole.
L'église Saint-Pierre et son clocher carré à coupole.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Clermont
Canton Saint-Just-en-Chaussée
Intercommunalité Communauté de communes de l'Oise picarde
Maire
Mandat
Jean-Marc Évrard
2014-2020
Code postal 60120
Code commune 60221
Démographie
Gentilé Esquenouillards, Esquenouillardes
Population
municipale
736 hab. (2014)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 39′ 25″ nord, 2° 16′ 10″ est
Altitude Min. 74 m – Max. 170 m
Superficie 9,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Esquennoy

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Esquennoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Esquennoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Esquennoy
Liens
Site web www.esquennoy.fr

Esquennoy est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France. Ses habitants sont appelés les Esquenouillards et les Esquenouillardes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bourg rural du nord de l'Oise, située dans la vallée de la Noye et sur la route nationale 1 entre Beauvais et Amiens, à une distance d'environ 110 km de Paris.

Le village comprend un hameau, Saint-Sauveur.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Esquennoy est issu du gaulois cassanos signifiant chêne[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’église au tout début du XXe siècle.

La paroisse d'Esquennoy, « ancêtre » de l'actuelle commune, fut fondée en 1240 par l'abbé de Breteuil, Mathieu, sur le site d'une forêt défrichée. Elle fut le siège d'une maison de l'ordre des Templiers, puis de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui y fonda un hôpital.

Le bourg avait encore vers 1850 une activité textile importante (filage et tissage de la laine).

La route nationale 1, qui traverse le village, s'affaissa au beau milieu de celui-ci, durant l'année 2004[2]. La circulation y fut impossible durant plusieurs mois.

C'est alors qu'on redécouvrit un complexe réseau de souterrains appartenant à une ancienne commanderie de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem[3], laquelle avait été transformée en grange à la suite de la confiscation des biens de l'Ordre. La grange, elle-même tombée en ruine, s'était fait oublier depuis la Révolution française.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Clermont du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Breteuil[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune rejoint le canton de Saint-Just-en-Chaussée.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes des Vallées de la Brèche et de la Noye créée fin 1992.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[5], le préfet de l'Oise a publié en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, qui prévoit la fusion de plusieurs intercommunalités[6], et notamment celle de Crèvecœur-le-Grand (CCC) et celle des Vallées de la Brèche et de la Noye (CCVBN), soit une intercommunalité de 61 communes pour une population totale de 27 196 habitants[7].

Après avis favorable de la majorité des conseils communautaires et municipaux concernés[8], cette intercommunalité dénommée communauté de communes de l'Oise picarde et dont la commune est désormais membre, est créée au [9].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1961 mars 2001[10] Arthur Millot   Vice-président de la CC Vallées de la Brèche et de la Noye
mars 2001 30 octobre 2012[11] Françoise Rivière[12] DVG Retraitée
Démissionnaire
décembre 2012[13] en cours Jean-Marc Évrard   Médecin
Réélu pour le mandat 2014-2020[14]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 736 habitants, en diminution de -2,9 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
691 608 768 865 957 927 1 000 1 011 1 012
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
950 925 928 919 1 017 1 252 1 214 1 151 1 029
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
756 958 907 819 806 683 654 641 682
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
737 806 936 885 876 881 783 733 736
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,7 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 18,4 %, 15 à 29 ans = 18,9 %, 30 à 44 ans = 21,6 %, 45 à 59 ans = 23,5 %, plus de 60 ans = 17,6 %) ;
  • 52,7 % de femmes (0 à 14 ans = 20,1 %, 15 à 29 ans = 21,8 %, 30 à 44 ans = 19,9 %, 45 à 59 ans = 17,9 %, plus de 60 ans = 20,4 %).
Pyramide des âges à Esquennoy en 2007 en pourcentage[18]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
1,0 
4,9 
75 à 89 ans
7,3 
12,7 
60 à 74 ans
12,1 
23,5 
45 à 59 ans
17,9 
21,6 
30 à 44 ans
19,9 
18,9 
15 à 29 ans
21,8 
18,4 
0 à 14 ans
20,1 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[19]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre.
  • Église Saint-Pierre : datant de 1540, la tour carrée de style Renaissance culmine à 40 m de haut. La nef a été reconstruite en 1834. Le mobilier comprend un retable et une chaire baroques, des statues du XVIe siècle. Sur les murs de l'édifice, il est possible de voir deux boulets de canon qui se sont incrustés dans la pierre. Quelque statues et les fonts baptismaux sont classés monument historique[20].
  • Château d'Esquennoy : on y trouvait encore au XIXe siècle dans le parc les ruines d'un château ancien.
Le château d'Esquennoy, au début du XXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henriette Walter, L'aventure des mots français venus d'ailleurs, Robert Laffont, p. 44
  2. « Le sol s'effondre à Esquennoy », Le parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  3. « Département de l'Oise », Les commanderies de France triées par département, sur http://www.templiers.net (consulté le 5 février 2017).
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  6. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale de l'Oise » [PDF], Préfecture de l'Oise, (consulté le 23 octobre 2016), p. 13-25.
  7. « La nouvelle carte intercommunale de l'oise : intercommunalité à fiscalité propre au  », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers,‎ , p. 15.
  8. R. Th., « La fusion des communautés de communes est définitive », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3417,‎ , p. 6 « Les 6 projets de fusion de communautés de communes ou d’agglomération ont tous recueilli une majorité favorable ; ils pourront ainsi tous être conduits à leur terme ».
  9. Sylvie Godin, « Naissance de l'Oise picarde : Jacques Cotel dirige un territoire de 26 500 habitants », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3430,‎ , p. 17.
  10. J. H., « Michèle Veys-Clouet propose de prendre la relève », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne)
  11. « Esquennoy : élections complémentaires ce dimanche 2 décembre », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3213,‎ , p. 18
  12. Le maire sortant a été réélu au terme des élections municipales de 2008. Source : Hebdomadaire Le bonhomme picard du 26 mars 2008
  13. « Le nouveau maire d'Esquennoy est Jean-Marc Évrard », Actualités, Centre de gestion de l'Oise de la fonction publique territoriale, (consulté le 5 février 2017).
  14. « Les maires déjà en place », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3283,‎ , p. 19
  15. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  18. « Évolution et structure de la population à Esquennoy en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010)
  19. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010)
  20. Les objets classés de l'église Saint-Pierre sur la base Palissy
  21. Philippe Créhange, « Quand Roland Garros décollait d'Esquennoy », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  22. « Evtimov, l'ancien d'Esquennoy », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).