Guiscard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Guiscard
Guiscard
La mairie.
Blason de Guiscard
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Compiègne
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Noyonnais
Maire
Mandat
Thibault Delavenne
2020-2026
Code postal 60640
Code commune 60291
Démographie
Gentilé Magniens, Magniennes
Population
municipale
1 804 hab. (2018 en augmentation de 0,33 % par rapport à 2013)
Densité 88 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 39′ 24″ nord, 3° 03′ 09″ est
Altitude Min. 49 m
Max. 104 m
Superficie 20,49 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Noyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Noyon
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Guiscard
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Guiscard
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guiscard
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guiscard

Guiscard est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Entrée du bourg.

Quartiers, hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Buchoire, hameau situé à l'est.
  • Tirlancourt-Béthancourt, hameau situé à l'ouest.
  • Rouvrel, hameau situé à l'ouest.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Verse et ses affluents la Verse de Beaugies, la Verse de Guivry et le Ru Saint-Médard, drainent le territoire communal.

Afin de lutter contre les inondations, telle celle de 2007, la Verse, qui avait été busée et enterrée, est remise à ciel ouvert en 2018/2019[1],[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[5]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 10,5 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 713 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Chauny », sur la commune de Chauny, mise en service en 1988[9] et qui se trouve à 13 km à vol d'oiseau[10],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 11 °C et la hauteur de précipitations de 724,4 mm pour la période 1981-2010[11]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 4], « Saint-Quentin », sur la commune de Fontaine-lès-Clercs, dans le département de l'Aisne, mise en service en 1933 et à 21 km[12], la température moyenne annuelle évolue de 10 °C pour la période 1971-2000[13] à 10,3 °C pour 1981-2010[14], puis à 10,8 °C pour 1991-2020[15].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Guiscard est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[16],[17],[18].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Noyon dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 38 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[19],[20].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (93,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (79,6 %), zones agricoles hétérogènes (7,8 %), zones urbanisées (5,9 %), prairies (5,1 %), forêts (1,5 %)[21].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[22].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'église.
Le monument aux morts.

La commune porte ce nom depuis 1791. Avant cette date, elle s'appelait Magny (Magniacum en latin), le duc Simon de Magny (1142-1188) possédant ce fief. En 1699 Louis de Guiscard acheta le domaine et, quelques années plus tard, le village prit le nom de Magny-Guiscard puis finalement Guiscard [23].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue restituée de la grande perspective du château de Magny Guiscard de l'autre côté du canal, fin du XVIIe siècle.
Gravure du château de Guiscard et de son parc au XVIIIe siècle.
Carte de Cassini (vers 1750).

Au XVIIe siècle , Louis de Guiscard [24] fit construire un château sur ses terres dans la partie sud de Guiscard. Dans les années 1770, le parc en fut réaménagé à l'anglaise par son descendant, le duc d'Aumont, avec étangs, îlots, pavillons. Sur la carte de Cassini, ce parc est représenté en deux parties. Au milieu du XIXe siècle, le château, qui avait été vendu en 1826, fut abattu, les étangs comblés et les terres mises en culture [25].

La commune fut desservie, de 1895 à 1955, par un chemin de fer secondaire à voie métrique du réseau départemental de l'Oise, qui la reliait à Noyon et Ham. L'ancienne gare et le café de la gare tout proche sont devenus des habitations.

Première Guerre Mondiale[modifier | modifier le code]

Dès le début du mois de , Guiscard, comme toute la région, est occupé par l'armée allemande et restera loin du front qui se stabilisera à une trentaine de kilomètres à sud-ouest vers Lassigny et Ribécourt-Dreslincourt jusqu'au début de 1917. Pendant 30 mois les habitants vivront sous le joug des occupants qui réquisitionnent des pièces dans les habitations, le matériel, la nourriture et obligent hommes et femmes à travailler dans les champs pour nourrir les soldats du front. En , lors du retrait des Allemands sur la ligne Hindenburg, le village est évacué par l'ennemi, la gare est détruite [26]. Le secteur passe sous contrôle allié et sera de nouveau repris par l'ennemi lors de l'offensive du printemps de . C'est au cours de cette période que les bombardements feront de nombreux dégâts aux habitations. Ce n'est que début que le secteur sera définitivement repris.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Compiègne du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la sixième circonscription de l'Oise.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Guiscard[27]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée au canton de Noyon

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Pays Noyonnais.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989[28] juin 2010[29] Jean-Louis Coqset PS Principal de collège
Conseiller général de Guiscard (1979 → 2004).
Vice-président de la CC du Pays Noyonnais[Quand ?]
Démissionnaire
juin 2010[28], [30] En cours
(au 30 avril 2019)
Thibault Delavenne PRG Agent de production à l'usine Yves Saint Laurent de Lassigny
Conseiller général de Guiscard (2011 → 2015)
Vice-président de la CC du Pays Noyonnais (2014 → 2020)
Conseiller départemental depuis 2021
Réélu pour le mandat 2020-2026[31],[32]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[33]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[34].

En 2018, la commune comptait 1 804 habitants[Note 7], en augmentation de 0,33 % par rapport à 2013 (Oise : +1,44 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1591 2871 2881 3541 5801 6501 5751 5841 614
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5541 6071 6581 5781 5641 4541 3901 4491 413
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3881 4251 2901 1891 1571 0761 0591 0311 103
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 1351 3431 5181 5041 5711 7201 8941 9181 802
2017 2018 - - - - - - -
1 8031 804-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007 la suivante :

  • 47,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,3 %, 15 à 29 ans = 19,2 %, 30 à 44 ans = 23,1 %, 45 à 59 ans = 16,8 %, plus de 60 ans = 17,7 %) ;
  • 52,3 % de femmes (0 à 14 ans = 22,6 %, 15 à 29 ans = 17,7 %, 30 à 44 ans = 20,9 %, 45 à 59 ans = 17,1 %, plus de 60 ans = 21,6 %).
Pyramide des âges à Guiscard en 2007 en pourcentage[36]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90  ans ou +
2,1 
6,7 
75 à 89 ans
8,0 
10,3 
60 à 74 ans
11,5 
16,8 
45 à 59 ans
17,1 
23,1 
30 à 44 ans
20,9 
19,2 
15 à 29 ans
17,7 
23,3 
0 à 14 ans
22,6 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[37]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Services publics[modifier | modifier le code]

Fin 2016, une Maison de services au public est aménagée dans les locaux du bureau de poste, et permet, depuis un ordinateur dédié, une imprimante et un scanner, permettent aux usagers d’effectuer leurs télé-procédures en libre-service et en toute autonomie avec la CPAM, MSA ou Carsat, mais pas la CAF[38]

Médiathèque[modifier | modifier le code]

Une médiathèque a ouvert fin 2016 dans l’espace culturel du Chauffour, avec le soutien de la médiathèque départementale de l’Oise, qui a notamment fourni l’essentiel du fonds de livres[39].

Sports[modifier | modifier le code]

Le club de Football de Guiscard, La Jeunesse Sportive de Guiscard (J.S.G) compte plus de 130 licenciés sur la saison 2011/2012.

L'équipe Première évolue en seconde division du district de l'Oise. L'équipe Réserve évolue en quatrième division. Le club dispose de catégories de jeunes : U18, U15, U13, U11, ainsi que le foot animation.

Il existe l'Association du Tennis Club de Guiscard (ATCG) depuis , dont le terrain se situe à Guiscard même.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Quentin.
  • Site de l'ancien château de Guiscard, détruit au milieu du XIXe siècle. Il en subsiste une aile et une partie des dépendances [40].
  • Chapelle funéraire de la famille de Berny dans le cimetière, construite en 1932 par l'architecte amiénois Pierre Ansart, et représentative de l'art funéraire de l'entre-deux-guerres[41]

Galerie[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Cartes postales[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Guiscard

Les armes de Guiscard se blasonnent ainsi :
d'argent à la bande de gueules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alexis Bisson, « A Guiscard, enfin le début des travaux anti-crues : Après des années de tergiversations, le vaste plan de travaux contre les inondations, le long de la rivière Verse, est enfin lancé », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. Alexis Bisson, « A Guiscard, la Verse commence à revoir le jour : Un premier tronçon de la remise à ciel ouvert de la rivière est inauguré ce mardi. Le vaste chantier anti-crues doit se poursuivre jusqu’à la fin de l’année dans la commune du Noyonnais », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  9. « Station Météo-France Chauny - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Guiscard et Chauny », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France Chauny - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  12. « Orthodromie entre Guiscard et Fontaine-lès-Clercs », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station météorologique de Saint-Quentin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Saint-Quentin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Saint-Quentin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Noyon », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  22. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  23. « Guiscard ancien et moderne, chef-lieu de canton (Oise) / par O. Goberville,... », sur Gallica, (consulté le ).
  24. Stephan Perreau, « GUISCARD Louis de », sur hyacinthe-rigaud.com, (consulté le ).
  25. http://www.parcsafabriques.org/pmtd/guiscard.htm
  26. http://www.carto1418.fr/target/19170316.html
  27. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. a et b « Thibault Delavenne nouveau maire », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ). « C'est sans surprise que l'ex-adjoint aux finances, Thibault Delavenne, vient d'être élu maire de Guiscard. Il vient de succéder à l'emblématique Jean-Louis Coqset, qui était maire depuis 1989 et qui a été aussi conseiller général du canton pendant vingt-cinq ans. Ce dernier a choisi de se retirer pour raisons personnelles, mais reste tout de même conseiller municipal ».
  29. « La succession de Jean-Louis Coqset ouverte », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. « Fabrice Foucher, nouveau vice- président de la CCPN », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. « Thibaut Delavenne repart en campagne à Guiscard », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Thibaut Delavenne, 46 ans, maire sortant, est de nouveau en lice pour les municipales ».
  32. « Guiscard : Seul en lice Thibault Delavenne évidemment réelu », Oise Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  34. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  36. « Évolution et structure de la population à Guiscard en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  37. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  38. Arnaud Brasseur, « Un lieu unique pour tous les services publics : Dans la Poste de Guiscard, il est désormais possible de suivre son dossier CPA, MSA ou Carssat, de quoi rapprocher les habitants des services publics », Le Journal de Ham, no 7,‎ , p. 9.
  39. Alexis Bisson, « Guiscard : enfin une « vraie » médiathèque ! », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  40. « Sucreries & distillerie de Guiscard », sur Etablissements sucriers de Guiscard (Oise) (consulté le ).
  41. « Chapelle funéraire de la famille de Berny dans le cimetière », notice no PA60000030, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. Dominique Cesari, « Le Parc de Guiscard », sur parcsafabriques.org, (consulté le ).
  43. « Guiscard », sur Sites historiques Grimaldi de Monaco (consulté le ).