Gury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gury.

Gury
Gury
Mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Compiègne
Canton Thourotte
Intercommunalité Communauté de communes du Pays des Sources
Maire
Mandat
Jean-François Sengelin
2014-2020
Code postal 60310
Code commune 60292
Démographie
Gentilé Gurichons, Gurichonnes
Population
municipale
243 hab. (2016 en augmentation de 11,98 % par rapport à 2011)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 34′ 15″ nord, 2° 48′ 05″ est
Altitude Min. 83 m
Max. 183 m
Superficie 5,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Gury

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Gury

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gury

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gury

Gury est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situé à l'ouest de Noyon, le village picard du Noyonnais est situé au carrefour des routes départementales RD 27 et RD 78.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Canny-sur-Matz Rose des vents
Roye-sur-Matz N Plessis-de-Roye
O    Gury    E
S
Ricquebourg Mareuil-la-Motte

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité

Une nécropole comprenant des monuments antiques a été mise au jour lors de fouilles effectuées en 1869[1],[2].

Moyen Âge

L'église Saint-Denis est mentionnée dans une charte de l’abbaye Saint-Corneille de Compiègne en 936[3].

Les moines de l’Abbaye Notre-Dame d'Eaucourt à Warlencourt-Eaucourt fondent au XIIe siècle dans le village, dans lequel ils ont des propriétés, le prieuré de Notre-Dame du Valfleury[3].

Détruit au cours des guerres du Moyen Âge, le village est alors reconstruit plus bas dans le vallon. Seul l'actuel cimetière subsiste à l'emplacement ancien du village[3].

Première Guerre mondiale

Au cours de la Première Guerre mondiale, la mairie-école est partiellement détruite[4],[5],[6].

L'armée française utilise dès le début des hostilités l'église paroissiale comme poste d’observation sous le nom de poste Galiéni, car permettant de surveiller la plaine de la Somme (par temps clair, jusqu’à Roye), ainsi que Crapeaumesnil, Fresnières et Lassigny, après en avoir détruit le clocher[7], afin d'éviter qu'il ne serve de point de repère pour l'ennemi. L'édifice est dynamité par les armées allemandes en août 1918[3]. Le château est également dégradé[8], ainsi que d'autres propriétés privées[9],[10].

Le village a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918 le [11], et est reconstruit par les habitants à partir de 1919, avec notamment une chapelle provisoire, qui existe toujours en 2017, non loin de la mairie[4].

Deuxième Guerre mondiale

Au début de la Seconde Guerre mondiale, lors de la bataille de France, le village est bombardé par l'aviation allemande les et [4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Compiègne du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la sixième circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1901 du canton de Lassigny[12]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Thourotte.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes du Pays des Sources, créée en 1997.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[13]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1939[14] après 1945[14] Pierre Pillot   Cultivateur
Réélu le 17 mai 1945[14].
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 David Ares    
mars 2008 En cours
(au 5 septembre 2014)
Jean-François Sengelin   Commerçant
Réélu pour le mandat 2014-2020[15]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[17].

En 2016, la commune comptait 243 habitants[Note 1], en augmentation de 11,98 % par rapport à 2011 (Oise : +2,22 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
230214238260273285244235241
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
228221216208202195210229206
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
20418616698145141150134125
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
131134131135137172191214239
2016 - - - - - - - -
243--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune était relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,2 %) était en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune était supérieure à la population masculine. Le taux (51,8 %) était du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge était, en 2007, la suivante :

  • 48,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 25 %, 15 à 29 ans = 14,1 %, 30 à 44 ans = 30,4 %, 45 à 59 ans = 16,3 %, plus de 60 ans = 14,1 %) ;
  • 51,8 % de femmes (0 à 14 ans = 26,3 %, 15 à 29 ans = 15,2 %, 30 à 44 ans = 26,3 %, 45 à 59 ans = 14,1 %, plus de 60 ans = 18,2 %).
Pyramide des âges à Gury en 2007 en pourcentage[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
4,3 
75 à 89 ans
9,1 
9,8 
60 à 74 ans
9,1 
16,3 
45 à 59 ans
14,1 
30,4 
30 à 44 ans
26,3 
14,1 
15 à 29 ans
15,2 
25,0 
0 à 14 ans
26,3 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[20]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1970, il n'y a plus d'école à Gruny. Les enfants d'âge scolaire se rendent à Lassigny, village voisin[4].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Denis
  • Église Saint-Denis en brique et pierre, reconstruite après les destructions de la Première Guerre mondiale. Cette nouvelle église, implantée au centre du village à la suite de la décision du conseil municipal « de ne plus mettre l’église sur le promontoire du cimetière, avec l’espoir de mettre ainsi le village à l’abri lors d’une nouvelle guerre » et inaugurée le [3].
Elle possède un clocheton surmonté d'une croix en pierre et est couverte en tuile.
  • Mairie-école avec clocheton, touchée par les deux guerres mondiales[4].
  • Parc du château[21]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean-Louis Sourbieu (1903-1957), ouvrier agricole, français libre lors de la Seconde Guerre mondiale, sous-officier du Régiment de marche du Tchad, Compagnon de la Libération, est né à Gury[22].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. A. de Roucy, Notice sur les fouilles effectuées à Gury en 1869, « Bulletin de la société historique de Compiègne », 1869, p. 223-231
  2. Michel Roblin, Fontaines sacrées et nécropoles antiques..., 1976, vol. 62, numéro 168, p. 235-251, numéro thématique : La christianisation des pays entre Loire et Rhin (IV-VIIe siècles)
  3. a b c d et e « Gury Lieux chargés d’histoire : sur les traces de l’église disparue : Suite et fin de notre série estivale, avec l’histoire rocambolesque de l’ancien édifice religieux de Gury. En 1919, la municipalité en avait fait construire un autre, ailleurs », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mai 2018).
  4. a b c d et e Le Courrier picard, « La mairie rescapée des deux guerres », 20 août 2017, p. 17
  5. Section photographique de l'armée, « Gury. La mairie et le cimetière militaire », Fonds des Albums Valois - Département de l'Oise - Volume 19, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 13 mai 2018).
  6. Section photographique de l'armée, « Gury. L'école », Fonds des Albums Valois - Département de l'Oise - Volume 19, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 13 mai 2018).
  7. Cliché Jean Humbert, Section photographique de l'armée, « Photo : Gury. L'église », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 15, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 13 mai 2018).
  8. Section photographique de l'armée, « Gury. Le château », Fonds des Albums Valois - Département de l'Oise - Volume 19, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 13 mai 2018).
  9. Cliché Jean Humbert, Section photographique de l'armée, « Photo : Gury. Ruines », Fonds des Albums Valois - Département de l'Oise - Volume 19, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 13 mai 2018).
  10. Cliché Jean Humbert, Section photographique de l'armée, « Photo : Gury. Ruines », Fonds des Albums Valois - Département de l'Oise - Volume 19, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 13 mai 2018).
  11. Journal officiel du 18 février 1921, p. 2098.
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. « Les maires de Gury », sur http://www.francegenweb.org.
  14. a b et c Gury 1939-1945, document mentionné en liens externes.
  15. « Gury », Cartes de France (consulté le 5 septembre 2014)
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  19. « Évolution et structure de la population à Gury en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 4 novembre 2010)
  20. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 4 novembre 2010)
  21. « Jardin d'agrément du manoir de Gury », notice no IA60001421, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « Jean-Louis Sourbieu », Tous les Compagnons, Musée de l'Ordre de la Libération (consulté le 12 mai 2018).