Briot (Oise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Briot.

Briot
Briot (Oise)
Mairie de Briot
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Grandvilliers
Intercommunalité Communauté de communes de la Picardie verte
Maire
Mandat
Franck Cordier
2014-2020
Code postal 60210
Code commune 60108
Démographie
Gentilé Briotins, Briotines
Population
municipale
279 hab. (2016 en diminution de 7 % par rapport à 2011)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 39′ 02″ nord, 1° 55′ 29″ est
Altitude Min. 158 m
Max. 204 m
Superficie 6,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Briot

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Briot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Briot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Briot

Briot est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La rue principale.

Briot est un village-rue rural picard situé à la limite du Pays de Bray et du Beauvaisis, situé à 3 km au sud-ouest de Grandvilliers, 26 km au nord-ouest de Beauvais et à 66 km au nord-est de Rouen.

La commune a une superficie de 649 hectares et se trouve à une altitude comprise entre 159 et 204 m.

Elle est traversée par la ligne d'Épinay - Villetaneuse au Tréport - Mers, qui assure des liaisons TER Hauts-de-France Beauvais-Le Tréport-Mers.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Briot
Grandvilliers Halloy
Brombos Briot Thieuloy-Saint-Antoine
Saint-Maur

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La commune compte un hameau, Briot-la-Grange.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune n'est drainée par aucun cours-d'eau. En 1840, la nappe phréatique était profonde de 25 à 35 mètres[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village fut dénommé Briost , Briot-Brombos, Briostel-la-ville (Borolium, Briotonvilla Brotouvilla)[2].

La commune est instaurée sous la Révolution française sous son nom actuel[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.

Le 13 octobre 1323, les religieux de l'abbaye de Beaupré érigèrent l'église de Briot en cure et s'en réservèrent la nomination alternativement avec l'évêque de Beauvais[2].

Le territoire de Briot a appartenu jusqu'à la Révolution à l'abbaye de Beaupré. Il y avait un établissement des templiers à Briot-la-grange qui comptait 20 maisons en 1840[2]. On y a découvert des sarcophages[2].

Une tuilerie fut créée en 1831 par Delompré en face de la ferme des Alleux. Vers 1850, on comptait 16 mares et 2 puits à Briot[2]. Avant 1900, le bourg comprenait un moulin à vent, une bonneterie et on y fabriquait du bois à soufflets. En 1900, il existait deux bonneteries, une briqueterie, trois épiceries et un fabricant de soufflets. En 1934, on retrouvait la briqueterie, deux cafés-épiceries et une scierie.[réf. nécessaire]

En 1910, l'armée française aménagea un champ d'aviation sur la plaine de Briot baptisé « Briot aviation » pour les grandes manœuvres de Picardie. Les dirigeables Clément-Bayard, Liberté et des avions y évoluèrent. Des pionniers de l'aviation, comme Hubert Latham, y prirent part. Au terme des manœuvres, l'Armée estima que les dirigeables étaient des cibles faciles pour l'aviation, mais pouvaient servir de postes d'observation[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La communauté de communes de la Picardie verte dans le département de l'Oise

.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription de l'Oise.

Elle fait partie depuis 1793 du canton de Grandvilliers[3]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton est modifié, passant de 23 à 101 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes de la Picardie verte créée le , et qui succède notamment au SIVOM de Grandvilliers (23 communes, créé le 6 février 1965).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Maurice Sentune DVD[5]  
mars 2008[6] En cours
(au 24 avril 2019)
Franck Cordier   Cadre de la fonction publique
Réélu pour le mandat 2014-2020[7]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2016, la commune comptait 279 habitants[Note 1], en diminution de 7 % par rapport à 2011 (Oise : +2,22 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
556587641631640670576528528
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
497466473399346314328325306
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
267257247247266203199250231
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
291288269258265262296301306
2013 2016 - - - - - - -
276279-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,3 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,1 %, 15 à 29 ans = 18,5 %, 30 à 44 ans = 20,4 %, 45 à 59 ans = 19,1 %, plus de 60 ans = 22,9 %) ;
  • 48,7 % de femmes (0 à 14 ans = 23,5 %, 15 à 29 ans = 12,1 %, 30 à 44 ans = 22,8 %, 45 à 59 ans = 16,1 %, plus de 60 ans = 25,5 %).
Pyramide des âges à Briot en 2007 en pourcentage[11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
0,7 
3,8 
75 à 89 ans
6,7 
18,5 
60 à 74 ans
18,1 
19,1 
45 à 59 ans
16,1 
20,4 
30 à 44 ans
22,8 
18,5 
15 à 29 ans
12,1 
19,1 
0 à 14 ans
23,5 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[12]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Matthieu.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Matthieu : construite vraisemblablement à la fin du XVIe siècle en brique et soubassements en grès. Le clocher date de 1749.
    L'intérieur est couvert par une belle charpente contemporaine en forme de carène. Des blochets sculptés alternent avec les entraits. A la première travée, une structure en bois indépendante des murs soutient le clocher selon une formule alors couramment utilisée. Le chœur est revetu d'un bel ensemble de boiseries dorées du XVIIe siècle. L'autel est encadré par deux anges agenouillés et son retable comporte une peinture représentant la Résurrection du Christ. Le mobilier liturgique comprend une Vierge à l’Enfant, en pierre, du XVIIe siècle et une chaire du XVIIIe siècle[13].
  • Le poste électrique de la commune a été décoré en 2017 par Michelle Perrier d'une illustration représentant les Grandes manœuvres de 1910[4],[14].
  • Les deux mares de la commune[15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Grandvilliers, arrondissement de Beauvais : Extrait de l'Annuaire de 1840, 115 p. (lire en ligne), p. 31-32.
  • Lucien Denise, Ombres et silhouettes d'un village : histoire de Briot et quelques alentours. Impression : Groupe Morault, Imprimerie Houdeville, Beauvais, 2003 - 99 pages.
  • Les grandes manoeuvres de Picardie 1910 - 2010, Grandvilliers, éditions Delattre, , 80 p. (ISBN 978-2-915907-77-3), textes et photos du service de l’armée de l’époque complétés par d’autres documents d’époque. Edition de 1910 rééditée en 2010.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Graves, op. cit. en bibliographie, p. 4.
  2. a b c d et e Louis Graves, op. cit. en bibliographie, p. 31.
  3. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. a et b Matthias Schweisguth, « Le transformateur évoque le camp d'aviation », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3438,‎ , p. 6.
  5. EIP, Annuaire des Mairies de l'Oise (60), Cannes, Les Éditions Céline, coll. « Annuaire des maires de France », , 254 p. (ISBN 9782352581604, lire en ligne), p. 53
  6. Hebdomadaire Le réveil du 27 mars 2008
  7. « Briot », Cartes de France (consulté le 26 août 2014)
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. « Évolution et structure de la population à Briot en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2010)
  13. Dominique Vermand, « Briot, église Saint-Matthieu », Diocèse : Beauvais, Eglises de l'Oise - Art roman et gothique, (consulté le 17 août 2019).
  14. « Briot : le poste de transformation électrique embelli », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 17 août 2019).
  15. Le livre de la Picardie verte : l'émergence d'un territoire, 1997-2006, éd. Sync city international, p. 28