Le Déluge (Oise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Déluge.
Le Déluge
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Chaumont-en-Vexin
Intercommunalité Communauté de communes des Sablons
Commune La Drenne
Statut Commune déléguée
Maire délégué Jean-Sébastien Delaville
2017-2020
Code postal 60790
Code commune 60196
Démographie
Population 523 hab. (2014)
Densité 142 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 17′ 51″ nord, 2° 06′ 39″ est
Altitude Min. 162 m – Max. 212 m
Superficie 3,69 km2
Historique
Date de fusion
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 15.svg
Le Déluge

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 15.svg
Le Déluge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Le Déluge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Le Déluge

Le Déluge est une ancienne commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Depuis le , Le Déluge devient une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de La Drenne avec La Neuville-d'Aumont et Ressons-l'Abbaye. Le chef-lieu de la commune nouvelle est fixé dans l'ancienne commune.

Les habitants de la commune déléguée s'appellent les Diluviens et les Diluviennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes du Déluge[2]
La Neuville-d'Aumont Le Coudray-sur-Thelle
Ressons-l'Abbaye du Déluge[2] Laboissière-en-Thelle
Corbeil-Cerf

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dilvagium, Diligium, Diluvium[3].

Le domaine de Lugios. On a d'abord rajouté la préposition "de" à son nom puis l'article "le" pour en faire Le Déluge[4].

Le Déluge vient de Loge (la cabane du bûcheron)[réf. nécessaire].

Les habitants du Déluge sont les Diluviens.

Histoire[modifier | modifier le code]

1237, 1244, 1280, Girard et Thibaud du Déluge, chevaliers ainsi que Jean du Déluge, écuyer, cèdent des biens au profit des religieux de Saint-Denis en France[5] .

La commune constituée lors de la Révolution française, absorbe fugacement celle de Ressons-l'Abbaye, entre 1827 et 1833[6].

Les communes du Déluge, de La Neuville-d’Aumont et de Ressons-l’Abbaye envisagent de se regrouper en 2017 pour former une commune nouvelle[7] afin de mutualiser leurs moyens et d’éviter pendant plusieurs années une baisse des dotations de l’État[8]. La décision de fusion et de création de La Drenne est prise par arrêté préfectoral de mai 2016 et prend effet le [9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La communauté de communes des Sablons dans le département de l'Oise.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouvait dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle faisait partie de la deuxième circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Noailles[6] puis a été intégrée, dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, au canton de Chaumont-en-Vexin.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes des Sablons.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[10]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1962   Gaston Régnier    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jean Bailly    
mars 2008 2014 Raymonde Olivier    
2014[11] décembre 2016 Jean-Sébastien Delaville SE Entrepreneur en bâtiment
Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2017[12] en cours Jean-Sébastien Delaville SE Entrepreneur en bâtiment

Jumelages[modifier | modifier le code]

En regroupement avec les communes du Coudray-sur-Thelle, de La-Neuville-d'Aumont et de Ressons-l'Abbaye, le village est jumelé avec quatre communes d'Écosse de la région de Dumfries and Galloway : Dunscore, Keir, Penpont et Tynron. Une association de loi 1901 nommée « Vieille Alliance » anime ce jumelage.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 523 habitants, en augmentation de 8,28 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
451 449 481 405 502 415 420 459 477
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
484 454 450 433 394 401 395 363 333
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
340 331 339 290 295 301 260 255 227
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
198 225 249 406 463 492 484 483 523
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,4 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,3 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,8 %, 15 à 29 ans = 16 %, 30 à 44 ans = 22,2 %, 45 à 59 ans = 24,3 %, plus de 60 ans = 17,7 %) ;
  • 49,7 % de femmes (0 à 14 ans = 15,8 %, 15 à 29 ans = 16,7 %, 30 à 44 ans = 22,5 %, 45 à 59 ans = 25,8 %, plus de 60 ans = 19,2 %).
Pyramide des âges à Le Déluge en 2007 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
2,5 
75 à 89 ans
4,6 
15,2 
60 à 74 ans
14,6 
24,3 
45 à 59 ans
25,8 
22,2 
30 à 44 ans
22,5 
16,0 
15 à 29 ans
16,7 
19,8 
0 à 14 ans
15,8 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[17]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Jean-Baptiste.

Le Déluge ne compte aucun monument historique classé ou inscrit sur son territoire.

On peut néanmoins noter l'église Saint-Jean-Baptiste : sans style particulier, l'église entièrement bâtie en briques se compose d'un long vaisseau unique, qui se termine par un chevet à pans coupés. La construction remonte à la limite entre le XVIe et le XVIIe siècle, sauf pour la première travée, qui a été ajoutée au XIXe siècle. C'est la seule partie digne d'intérêt, et également la seule partie qui est voûtée d'ogives.

De style néogothique, elle présente une subdivision entre travée centrale et bas-côtés, dont l'un sert de chapelle baptismale. La tribune au-dessus de la travée centrale est aujourd'hui condamnée. Au-dessus, se trouve l'unique étage du clocher, dont chaque face est ajourée de deux lancettes à l'est et à l'ouest, et d'une seule lancette au nord et au sud.

Le maître-autel du XVIIe siècle est entouré d'intéressantes boiseries, comportant une représentation du saint patron de l'église. Les fonts baptismaux reposent sur un chapiteau du XIIe siècle[18].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Le Déluge

Les armes du Déluge se blasonnent ainsi :
de gueules à un sautoir d'or, cantonné de 4 merlettes du même.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 30 juillet 2010)
  2. Communes limitrophes du Déluge sur Géoportail.
  3. Amblainville et le canton de Méru émis par la Communauté de Communes et le conseil général de l'Oise.[réf. incomplète]
  4. Cahiers du Centre Gustave Glot, Jean-Louis Brunaux, Année 1995, Volume 6.
  5. « Les frères hospitaliers du Déluge (1232-1495) », sur Chroniques du vieux Marcoussy (site personnel anonyme) (consulté le 25 juin 2013).
  6. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. « Le Déluge, La Neuville-d’Aumont et Ressons-l’Abbaye vont fusionner », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  8. « Oise : la commune nouvelle s’appellera La Drenne », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  9. « Arrêté préfectoral du 27 mai 2016 portant création d'une commune nouvelle », Reccueil des actes administratifs de la préfecture de l'Oise, no 6,‎ , p. 7-8 (lire en ligne [PDF]).
  10. « Les maires de Blincourt », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 9 janvier 2017).
  11. « Déluge », Cartes de France (consulté le 30 août 2014)
  12. Patrick Caffin, « Christian Chorier, premier maire de la Drenne », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  16. « Évolution et structure de la population à Le Déluge en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  17. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  18. Dominique Vermand, Églises de l'Oise : Canton de Noailles, Pays de Bray, Pays de Thelle et Vallée de Thérain, Beauvais, s.d., 32 p., p. 15.